Souvenir : Gevrise Rain man

A l’occasion des championnats de France d’Europe 2014, le Vestiaire se souvient de ceux qui ne sont  plus capables sans pour autant connaître la curatelle. Aujourd’hui Gévrise aux mondiaux 2011

 

Si on les avait laissé faire, ils auraient probablement commis un des plus beaux génocides de ces dernières années.

Pour Kim, c’était facile, il est Coréen. Un judoka coréen, c’est un Japonais en colère. On le comprend, son pays n’a pas vu naître le judo. Alors, il a fait contre mauvaise fortune bon coeur. Arracher celui d’un Monténégrin au couteau, faire un noeud avec son estomac à l’aide de sa ceinture et d’un bout de sa veste de kimono avant de lui avaler la langue. Auparavant, il avait opéré à vif le tibia de Loïc Pietri, la nouvelle vedette du judo champagne. Loïc pouvait-il vraiment en vouloir à Kim d’être aussi violent et de ne pas se laisser berner par ses ura nage de junior ? Loïc pouvait-il en vouloir au tueur à gage gominé de Canal de venir le traquer jusque dans les égouts de Bercy pour vérifier s’il allait vraiment perdre l’usage de sa jambe ?

C’était plutot sympa par rapport à l’interrogatoire en bonne et due forme  infligé ce matin à Larbi Benboudaoud. L’ avocat fébrile de la jeune Clarisse Agbegnenou condamnée à mort par Thierry Rey, qui pour une fois s’était réveillé avant 16h. Alain Schmitt n’a pas echappé au massacre à l’issue du combat le plus nul de l’histoire du judo proposé avec son accolyte brésilien et un arbitre débutant invité pour l’occasion :  » En sensation c’est-à-dire que en fait » Il a eu de la chance. Après de telles explications, le destin aurait pu choisir la main de Gévrise Emane pour procéder aux ultimes outrages, mais cette fois elle avait mieux à faire.

Piétri de talent

Sa mission du jour consistait à tuer une à une tout ce qui ressemblait à un être humain de sexe féminin de  -63kg. Elle s’est exécuté et elle a exécuté, même la Japonaise au physique discutable de la finale. Il n’y avait pas besoin de voir plus de quinze secondes de son premier combat pour comprendre qu’elle finirait par faire la bise à Valérie Pecresse vers 17h20. Sang froid, maîtrise, Ipon Seoi des ingrédients suffisants pour faire déguster ses bons petits plats sans assaisonnement et elle n’a même pas gardé secrète la recette : émincer une Tchadienne, hacher une Cubaine avant de dégorger une Hollandaise.  Sa connaissance de la cuisine internationale pourrait même lui permettre de s’associer avec un restaurateur coréen.

Pendant ce temps-là, Riner s’est trompé de jour pour venir chercher sa médaille.

Teddy champion du monde: L’infection du Riner

Emilie Andeol aura aussi un jour son nom sur le Vestiaire, mais pas Cyrille Maret il n’avait qu’à bouger un peu plus son cul. Même si on se prive d’un beau « la curée du cas Maret ».

tr

On aurait pu resservir l’article publié il y a un an sur le même sujet.  L’histoire d’un homme qui est beaucoup plus que ça puisque qu’il est déjà le plus grand sportif de tous les temps tous sports confondus. Le plus titré n’est qu’une question d’années et ça fait longtemps qu’on le dit. On aurait pu faire les vannes habituelles sur les métaphores extraterrestres et robotiques. On aurait pu imaginer par exemple que tout petit il traversait la route quand David Douillet s’est planté en moto moins d’un an avant de remporter un nouveau titre mondial. Et qu’en le percutant Teddy a été recouvert d’un peu de gras, de talent, et de technique. Miracle, l’arrivisme, la cupidité et le vice de l’ancien champion l’ont épargné et il est devenu humble en plus d’être grand et fort.

Mais tout ça ne serait qu’un ramassis de conneries comme ne manqueraient pas de le souligner nos amis de France Judo. Alors pour éviter de les faire gerber, nous nous contenterons de faire comme tous les médias dans ce style fort original si agréable à lire sans jamais être redondant, avec une distance et une analyse qui enverraient la totalité des cartes de presse de ce pays aux chiottes s’il y existait un tribunal des journalistes dans les égouts : « Bravo champion !!! » « Quelle star!!! » « Enorme!!! » « Ouahh!!! » . Et s’il reste un peu de place sur son énorme cul entre toutes les langues se battant en duel, nous mettrions bien la notre car pour une fois c’est largement mérité, pour peu qu’il faille forcément s’agenouiller devant le Dieu show-business. Car le Vestiaire a enquêté et il s’avère que Teddy Riner ferait caca plusieurs fois par semaines. Quel irrespect, n’est ce pas.

Pendant ce temps-là on aurait pu se moquer de son mental, de son judo, de sa stratégie mais pour une fois il n’a aucune de ces failles.« Bravo champion !!! » « Quelle star!!! » « Enorme!!! » « Ouahh!!! »

Tcheumeo : Chérie, j’ai rétréci Décosse

Audrey Tcheumeo était programmée pour être invincible. Elle ne l’a pas été pendant les 10 dernières secondes de son quart de finale, insuffisant pour qu’on se foute de sa gueule. La nouvelle Décosse c’est elle, en plus fort car moins névrosée.

red

« On espère te revoir sur les tatamis pour le plaisir. » Que pouvait rêver de mieux Lucie Décosse que cet hommage de Stéphane Traineau à l’issue de sa merde de combat pour la troisième place. Même s’il était pas pire que son horrible premier combat de repechage ou que son catastrophique quart de finale. C’est vrai que, plutôt que cette sortie pathétique, la plus grande championne de l’histoire du judo aurait sans doute largement préféré un bon psy. Celui qu’on lui promet depuis 10 ans. Celui qu’elle croyait avoir trouvé l’année dernière sur la route de Londres où les cures de Temesta, prozac et autres immodium avaient semble-t-il enfin porté leurs fruits.

Et puis alors qu’elle pouvait s’arrêter au sommet sur un titre olympique elle a choisi d’y retourner. Quel régal de voir Lucie incapable du moindre mouvement pendant 5 minutes, puis pendant 8 minutes puis à nouveau pendant 5 minutes pour les trois derniers combats de sa carrière. Si elle n’était pas né sous le signe du cyborg,  elle n’aurait sans doute même pas passé le moindre tour comme Lucie Louette sa compatriote qui avait à sa décharge le lourd handicap d’être nulle, donc on ne tiendra pas rigueur aux arbitres de l’avoir saquée. Lucie Décosse n’a pas cette excuse. Elle est la meilleure, capable en un millième de seconde de repérer les failles de ses adversaires, de les analyser et de les exploiter.

Face à elle, une jambe qui traine, un léger déséquilibre, une maladie génétique ou une schizophrénie mal soignée et s’en est fini de vos championnats du monde, parfois de votre motricité et parfois aussi de votre vie. Ca l’a rendue quasiment imbattable pendant 8 ans, elle n’est presque jamais tombée sauf quand il s’est agi de laisser filer un titre olympique ou une médaille pour son dernier tournoi. Et à chaque fois on a retrouvé la même Lucie, âgée de 6 ans et demi, terrorisée comme la première fois où Thierry Rey est rentré dans sa chambre d’hôtel sans serviette alors qu’il disait vouloir prendre sa douche. Une partie de cette histoire n’a jamais été confirmée, mais laquelle ?

Pendant ce temps-là la Colombienne qui a ridiculisé Décosse n’a pas « combattu comme d’habitude » se plaignait comme d’habitude après ses défaites, la Française au micro toujours condescendant de Bein Sport. Qui oserait dire qu’elle a été mal préparée jusqu’à ne pas savoir s’adapter ? On taira donc le nom de son entraîneur Larbi Benboudaoud.

Champion du monde : Travail, famille, Pietri

Comme quoi même avec un prénom démodé on peut gagner. Tous les Ugo de la Terre devraient méditer la leçon et fermer un peu leur gueule.

doudi

« C’est le plus grand titre de la carrière d’Alain Schmitt ! » Une troisième place est donc un titre.  Jour après jour les gentils animateurs de Bein sport nous révèlent les coutumes Qatari. Bientôt, le sens du mot pusillanime sera probablement mis au jour. Si Alain Schmitt est plus doué en langue française qu’en judo il le sait sans doute déjà. Et pour une fois il a d’ailleurs été moins pusillanime que d’habitude et c’est peut-être pour ça que pour lui un podium mondial équivaut à une victoire. Mais assez parlé pour ne rien dire car depuis hier soir 22h21 le monde entier n’en a absolument plus rien à foutre d’Alain Schmitt, enfin encore moins qu’avant. Et pour cause, l’histoire du judo a accouché d’un mutant de 23 ans.

Les amateurs de Dragon Ball comprendront de quoi il s’agit en regardant des vidéos de Loïc Pietri :  la force d’un Mongol, la technique d’un Japonais, la colère d’un Coréen, la résistance d’un Tadjik, la jeunesse d’un Française et le nom d’une chanteuse has been des années 80. Et tout ça avec un seul et même morote seoi nage placé à 86 reprises environ dont un bon paquet ont laissé pour mort ses victimes. Pas de quoi l’inculper de crime de guerre pour autant, même David Douillet n’a pas été mis en prison pour avoir mangé toutes les pièces jaunes sans sauce barbecue et c’était pas ses médailles. Et comme Clarisse nous a épargné d’avoir à apprendre à écrire son nom grâce à une finale parfaitement ratée, Loïc Pietri reste à ce jour la grande star des championnats du monde, un talent qu’on avait plus vu depuis Demontfaucon dans le judo tricolore. Mais qui a déjà vu Demontfaucon ?

Pendant ce temps-là Gévrise Rain Man a quasiment fini sa psychothérapie.

Mondiaux de judo : Legrand Mongol

Ca fait trois ans qu’on les voit se planter mais ils se la racontent toujours autant. Agréable.

DS35_025_TVagenda.indd

« Automne était trop déçue pour passer nous voir, » apparemment au Qatar vexé se dit déçu. Et comment ne pas l’être quand on a passé son année à crâner en disant qu’autre chose que l’or serait un échec. Avec cette belle quatrième place elle va pouvoir défier Kasparov. Quand on vise le titre mondial il faut être sûre d’être vraiment la meilleure, ça évite de se faire torcher en demie par une Brésilienne évoluant à domicile et à peu près 100 fois plus forte. Il faut dire que Silva avait pu être mise au courant que Pavia ne savait faire qu’Uchi Mata mais on est sûr de rien. A part peut-être qu’Ugo Legrand était lui aussi moins balèze que le Mongol qu’il a éclaté à 30 secondes de la fin de sa demie sur un Te Guruma hyper risqué. Car là où Ugo a mis la main, même Morandini n’y aurait pas mis la bouche. Gourcuff peut-être.

C’est bien là l’exploit du jour car se faire mutiler en finale par un Japonais surdoué c’est moins original. Alors que ce Mongol semblait insubmersible. Elevé dans une yourte entre 0 et 28 ans, Sainjargal aurait appris le judo contre un cheval, il aurait ensuite mangé ses frères et soeurs mais jamais de légumes. Le genre de type dont on aimait moquer le physique jusqu’au moment où il a envahi l’Europe. Ugo l’a foutu dehors comme il avait déjà viré son compatriote Khashbaatar qui a dans son nom les atouts pour devenir le prochain ennemi de Bruce Willis. Désormais Ugo Legrand a les mêmes blessures, le même palmarès pourri en plus du même judo spectaculaire que son idole et entraîneur. Si seulement il avait eu aussi pu aimer Kosei Inoue, il n’aurait pas été surpris par le talent de son adversaire et serait déjà champion du monde. Il voulait l’être « sur une jambe« , qu’il commence maintenant à essayer de l’être sur deux.

Pendant ce temps-là, Pierre Duprat a eu le temps de visiter le Corcovado si l’on en croit son Facebook. Comme quoi ne pas avoir le niveau mondial ça a du bon même s’il s’est un peu fait voler. Mais après tout il est encore jeune. Ben oui, il a le même âge qu’Ugo Legrand.

Legrand, Pavia : Légendes d’Automne

Souvenez-vous c’était il y a un an. Cette fois il y aura même Pierre Duprat mais aussi Bein Sport hélas.

Il était une fois une petit fille blonde qui ne voulait pas faire du tir au pistolet comme toutes les petites filles blondes. Elle voulait faire uchi-mata. Pendant plusieurs années ses parents ne comprirent pas les désirs de leur fillette. Et puis un jour de 2000, en regardant les JO de Sydney ils sont tombés sur d’étranges danseurs vêtus de pyjamas blancs ou bleus. L’un d’eux était un gros Japonais vif comme le Shinkansen. En un quart de secondes il se tourna, plaça sa jambe entre les jambes de son adversaire avant de le projeter au sol comme s’il était responsable  à lui seul d’Hiroshima, Nagasaki et bientôt de Fukushima voire du manga Ranma 1/2. Leur fille se mit alors à crier très fort Uchi-mata ! Uchi-mata ! Uchi-mata ! Ses parents comprenaient toujours que dalle mais réalisèrent qu’ils feraient mieux de mettre un pyjama à la gamine avant de la coucher. 12 ans plus tard Mathieu Dafreville préfère la coucher sans pyjama mais c’est une autre histoire.

Les sanglots longs des violons d’Automne

Celle d’une fille qui a bien grandi mais qui veut toujours faire uchi-mata. Au premier tour, Automne s’est débarrassé d’une vieille Anglaise surprise de l’utilisation d’uchi-mata par son adversaire. L’Australienne des huitièmes ne pouvait pas prévoir qu’en plus de ses 8 uchi-mata, Automne connaissait aussi Harai-goshi et O-soto-gari. Du coup en quarts, l’Autrichienne n’était pas préparée au spécial d’Automne baptisé uchi-mata pour l’occasion et qu’en plus elle le placerait une bonne douzaine de fois. En demi, Automne parvint à déstabiliser le bulldozer nippon qui ne pouvait pas se douter qu’Automne avait passé son hiver et son printemps à travailler uchi-mata. Mais elle faisait un peu peur avec ses faux airs de Niki Lauda, son prénom d’amoureuse de Nicky Larson et le marché aux poissons de sa ville d’origine. Bref c’était une Jap, donc il fallait disputer la troisième place si on voulait une médaille. La Hongroise au menu, tout aussi bonne à crever qu’elle mais pas forcément en judo n’a pourtant pas cédé sous les offensives de la Française. A croire qu’Uchi-mata est aussi enseigné sur les bords du Danube entre 3 bains à l’eau thermale qui pue l’oeuf pourri. Mais elle a rien fait d’autre alors les jeux de mots ont commencé à pleuvoir comme un jour d’Automne.

Pendant ce temps-là, on se demandait bien pourquoi nous avions baptisé le garçon du jour Ugo surdimensionné. Peut-être parce qu’il s’est fait dessus face au Hollandais devant lequel il se fait toujours dessus. Peut-être parce que les arbitres ont été tellement impressionnés par Ugo qu’ils ont refusé de sanctionner le Hollandais qui foutait rien pendant 5 minutes. Ils se rattraperont en demie et en finale de 3. Peut-être parce qu’au bout de 5 minutes, Ugo n’avait plus le physique alors que ce n’était que des JO. Ou peut-être parce qu’après avoir éclaté la gueule du Coréen sans arrêt présenté comme une star mais qui en est à deux défaites en deux rencontres internationales contre Ugo, Ugo a réussi à nous faire croire qu’il était devenu champion olympique.

Mondiaux de Judo : Ça sent pas Larose

Pour se taper Bein Sport, ses magnetos qui ne partent pas et ses commentaires soporifiques, au lieu de mater le très vilain Batman Begins, il faut vraiment aimer le judo. Ou aimer se foutre de la gueule des Français dont les combats ne sont même pas diffusés en direct ou en intégralité. Car la condition sine qua non c’est d’aller en demi. Donc d’être bons.

jigoro_kano

On entend rarement parler de David Larose et à vrai dire c’est mieux comme ça. Le mauvais reportage de Bein Sport qui lui était consacré annonçait ses ambitions : une médaille, et si possible de la plus belle des couleurs. Il aurait dû préciser s’il pensait à la couleur caca d’oie, mais la question ne lui a pas été posée. Comment lui en vouloir d’avoir été ridiculisé par un Polonais ceinture jaune, David l’a reconnu à la fin de son premier et unique combat de la journée : »Son judo ne me convient pas il attaque tout le temps. » Souhaitons lui  à l’avenir d’éviter les Polonais mais aussi les Azeri, les Japonais, les Brésiliens, les Hollandais, les Belges, les Cubains et les Coréens car ils ont le même défaut. Quand on pense que même le Kosovo a déjà une médaille d’or alors qu’il y a 10 ans le pays n’existait même pas.

On ne l’a pas vu en direct sur Bein mais c’est justement cette Kosovare qui a renvoyé Priscilla Gneto dans son pays, la Corse. Même si la Porto-Vechienne a subitement retrouvé les origines ivoiriennes que les commentateurs des JO de Londres avaient bien voulu oublier le temps d’une médaille de bronze. Mais n’allez pas voir de racisme ordinaire là-dedans car après tout Mouss Diouf n’était-il pas blanc avant son accident cérébral ?  Certes Priscilla sortait de blessure comme la moitié de l’équipe de France. Du coup l’objectif de 7 médailles annoncé par la DTN reste encore accessible si on veut bien comptabiliser les sorties au premier et au deuxième tour.

C’est ce qu’on appelle une sélection bien préparée. Inutile de revenir sur Laetitia Payet qui venait pour « faire quelques chose » et qui n’a pas inventé l’eau tiède ou sur Dimitri Dragin qui a essayé de faire quelque chose mais pas d’inventer l’eau tiède. Demain ce sera au tour d’Automne Pavia de montrer à David Larose qu’on peut ne pas avoir inventé l’eau tiède, être favori et partir avec le titre même si les Polonais attaquent beaucoup. D’ailleurs peut-être que 1939 se serait mieux passé si Hitler avait porté un kimono plutôt que la moustache.

Pendant ce temps-là le Judo-Club d’Albret attend toujours son premier champion du monde. Après Lagarde, Brésolin, Beschi, et les familles Dalies et Lecharpentier c‘est une nouvelle fois à Pierre Duprat d’essayer.

Teddy 2012 : Riner scie

Nelson s’attendait à devoir lécher le cul d’un Manaudou, mais de deux ? L’essentiel, c’est d’avoir fait chialer Cyrielle-Etienne. Bien vu le coup de la maman.

Pacte du sang à l’appui, le Vestiaire s’était promis de ne pas écrire sur Teddy Riner cette fois. Pour une simple raison : notre spécialiste a trop écrit sur les raisons de son succès, la journée n’avait donc pas d’intérêt, qu’on la passe au pays du judo ou sur la route de l’Allemagne libre, merci Malraux, comme tous les journalistes qui ont préféré partir en vacances. Mais une seule minute sur France Info a balayé toutes les promesses, comme une virginité s’égare dans des toilettes nippones. Oui, à côté du monstre, qui se permet d’étrangler des humains juste parce qu’ils sont Cubains, le pire des Coréens en kimono est d’une douceur philantrope.

Les cinq dernières minutes

Car Riner a profité d’un week-end en amoureux à Londres dans un lit trop petit pour lui et assez grand pour 4 Japonais, mais savait-il avec qui avant de venir, pour inventer un nouveau sport. Les règles sont simples : ceux qui tentent de faire du judo prennent ippon et six mois d’ITT. Ceux qui ont un reste de cervelle ou qui ont vu le tueur à gages errer quelque part lors d’une compétition précédente occupent autrement leurs cinq minutes. Par exemple courir d’un coin à l’autre du tatami pourvu qu’on y soit en sécurité, car même les arbitres ne seraient d’aucune aide, même avec un brevet de secouriste ou un diplôme de chirurgien. Surtout, il ne faut pas attaquer la bête ni lui offrir un jarret. A défaut, on peut pleurer dans les jupons de maman, ça rapporte parfois une médaille d’argent quand le tableau est favorable. Et on a le droit d’en être sincèrement heureux, au point de lever soi-même la main du champion olympique, cinq secondes avant la fin. Le fair-play ne vaut que quand on est en vie. Riner n’a pas encore le palmarès de Décosse mais il vient quand même de s’offrir d’un coup trois titres olympiques : il n’est plus tombé depuis ses cinq ans. Ca aide de ne pas attendre la fin pour se prendre pour Federer.

Federer, justement, avait sagement renvoyé Wawrinka à la maison. Il avait mieux à faire et le Vestiaire l’avait sans doute dit.

JO, Lucie Décosse : O uchi guérie*

On aurait pu écrire pour Romain Buffet, les mêmes conneries que pour Alain Schmitt hier. Mais on leur a déjà fait trop d’honneur en les montrant à la télé.


On aurait aussi pu permettre à Lucie Decosse de couler le même bronze que Gévrise Emane. Mais il faut croire que Lucie avait dû se gaver de lacteol ou de Xanax ou des deux car à aucun moment elle n’a semblé aussi molle et effrayée que sa coéquipière. Et en cas de problème de transit, il y a fort à parier qu’elle avait sans doute préparé deux ou trois sachets de spagulax. Car Lucie était prête et ce, même si elle avait dû se farcir une Japonaise moche comme il y a 4 ans. Il faut dire qu’elle n’avait plus qu’une seule chose à apprendre : l’adresse d’un bon psy qu’Emane n’aura donc jamais trouvé. Pour guérir il lui fallait comprendre que si on est la meilleure à Tokyo, au Caire, à Paris on peut aussi l’être à Pékin et à Londres. Difficile à croire.

Alors l’ensemble du judo français s’est mis au boulot : lui faire péter les dents par Teddy Riner ne suffisait pas. On a d’abord essayé de l’accoquiner avec Martine Dupont mais il fallait une méthode plus douce. Alors elle s’est mise à s’entraîner avec des hommes même si Alain Schmitt et Romain Buffet ne sont pas tout à fait à l’image de celle qu’on se fait des hommes. On  l’a autorisée à ne plus s’aligner aux championnats de France car fréquenter des nuls pouvait lui donner des mauvaises idées. En réalité c’était aussi pour faire baisser la facture médicale de ses adversaires. Il ne restait que le problème de l’entraîneur à régler : Larbi Benboudaoud, un mec bon mais pas trop pour que Lucie comprenne qu’on avait rien à lui apprendre. Apparemment ça a marché.

Pendant ce temps-là il reste Teddy Riner. Vous vous souvenez ?

Gévrise coule un bronze

Tony Estanguet devra-t-il nous apprendre les règles du K1 et C2 pour être reconnu comme le plus grand champion Français de tous les temps ?


« Je me demandais si les Jeux Olympiques étaient une compétition faite pour moi. » Ces mots auraient pu être prononcés par Alain Schmitt un type qu’on ne connaissait pas ce matin et qu’on a déjà oublié ce soir mais ça aurait été inexact : c’est le judo qui n’est pas fait pour lui. Tout le monde s’en doutait mais n’osait le dire qu’à demi-mots et surtout pas à lui directement car le gars fait quand même pas loin d’1m75. N’importe qui en entendant qu’un certain Alain Schmitt allait tirer en -81kg savait qu’à défaut de vibrer on allait bien s’amuser. D’abord parce qu’aucun Alain Schmitt n’a jamais été médaillé quelle que soit l’Olympiade. Ensuite parce qu’il est nul. Même Jossinet qui s’y connaît en nullité ne le cachait pas. Il était de bon ton de dire qu’il n’avait jamais rien fait, à part nous faire chier contre un Brésilien à Paris l’été dernier, mais que cette année était son année après un début de saison exceptionnel peuplé de 2èmes places à Dusseldorf et autres contrées inconnues. A voir son premier tour, on pouvait se dire effectivement que c’était son année. Aucune attaque durant 8 minutes et les drapeaux qui  le désignent vainqueur d’un Hollandais ancien champion du monde. Même Alain paraissait surpris. Il venait d’ouvrir un nouveau champ des possibles. Un fabuleux geste d’espoir à l’égard des unijambistes, cul de jatte et autres paraplégiques de ce monde : on peut devenir champion olympique de judo sans avoir jamais fait de judo de sa vie. Il suffira à Alain d’attaquer. Mais que les myopathes se rassoient : Alain n’attaque jamais. Il a bien un spécial comme disent les judokas mais il le réserve aux combattants plus mauvais que lui. Une espèce en voie de disparition uniquement présente en huitièmes de finale. Un adversaire argentin par exemple qui laisserait trainer sa jambe à 30 secondes de la fin du combat et Alain trébucherait dessus avant de s’allonger lourdement. Ippon comme disent les arbitres, c’était bien son spécial. « Alain Schmitt sorti sans gloire par un obscur argentin ! » gueulait Romera. Irrespectueux ? En tout cas on s’est bien amusé.

Gévrise la correctionnelle

La phrase « Je me demandais si les Jeux Olympiques étaient une compétition faite pour moi » était en réalité l’oeuvre d’une double championne du monde, quadruple championne d’Europe, humiliée à Pékin et pas seulement parce qu’elle tenait mal ses baguettes. Et aujourd’hui elle a ressorti la même recette qu’il y a 4 ans, un vrai truc de champion : la peur. Incapable du moindre mouvement durant ses 5 combats, on se croyait même revenu au temps d’Alain Schmitt. Mais ses adversaires étaient vraiment trop faibles et seule une Mongole qui n’avait rien avalé depuis février 2010 a réussi à changer la couleur des drapeaux. Mais Martine son entraîneuse toujours de bon conseil a menacé d’entrer dans les douches si Gévrise ne ramenait pas le bronze. De quoi donner du talent même à Alain Schmitt. Non pas jusque là quand même.

Pendant ce temps là, le Coréen mangeur d’hommes a fini son repas. Qu’avait dit le Vestiaire hier soir ?

Priscilla Gneto : L’emmerdant c’est Larose

Il était à peine 16h44 au dojo londonien quand les observateurs en tribune ont cru apercevoir  l’accouplement de deux êtres en bordure de tatami.


A y regarder de plus près on pouvait se rendre compte que Priscilla Gneto était allongée et que sur elle se dressait presque une femme mais au style si négligé qu’il était difficile de l’affirmer. Sans doute encore un de ces strikers prêt à tout pour se faire remarquer. Et puis alors qu’aucune main déplacée n’avait glissé sous le kimono de la future championne, le Vestiaire a reconnu une de de ses vieilles connaissances. Nul maçon ou plombier à l’horizon, Martine Dupont venait de faire son retour. Avec l’efficacité qu’on lui connaît, à aucun moment elle n’a su donner la clé à son élève pour passer le quart de finale. Il faut dire qu’en face son adversaire avait le choix entre gagner et vivre le reste de son existence dans une pièce d’environ 50 m² avec une trentaine copains. Réveil à 4 heures du matin pour bosser aux champs avant le repos entre 21 et 23 heures pour l’éducation idéologique : 10 codes éthiques à mémoriser pour être autorisé à dormir sur une planche de bois recouverte d’une couverture. Bref ça vaut pas le code moral du judo malgré un bol de 200 grammes de mauvais gruau de maïs servi à l’issue des 1157m² moissonnés.

Priscilla folle du désert

Priscilla savait que si elle perdait, au pire ce serait une nuit avec Martine mais sans kimono et là sa maîtrise de o goshi et harai goshi lui sera bien plus utile. Pour la troisième place en revanche, le terrain était plus favorable, pour Martine en tout cas. Une grande belge androgyne pas loin d’être très vilaine. Mais un tel commentaire serait sexiste alors tenons-nous en à sa ressemblance avec Keir O’Donnel. Et là comme par hasard Priscilla a oublié qu’elle n’avait que 20 ans, qu’elle avait grandi en Corse, et que Romera lui ferait des avances à la fin du combat après avoir fini ses sous-entendus graveleux sur une petite salope italienne. Tant que c’est pas Martine. David Larose ne risquait pas de lui en faire, il était déjà dans l’Eurostar depuis 2 heures pour échapper au Géorgien qui ne se satisfaisait pas du Te Guruma marteau pilon qui lui avait fait découvrir le goût du tapis.

Pendant ce temps-là, Alain Bernard a pris sa retraite. Souvenons-nous que ses débuts avaient été perturbés par une toxoplasmose fulgurante, c’est-à-dire une maladie de femme enceinte qu’on attrape à force de voir des chattes. Le haut-niveau n’épargne rien et surtout pas les crises d’asthme. Propre.

JO Londres 2012 : Londres de Milous

France-Japon : 0-0


A quoi pensait Hiraoki Hiraoka sur le troisième podium perdant de sa carrière en autant de finales ? A son nom et son prénom qui seraient les mêmes à une lettre près ? Aux champs de coton ouzbeks qui accueilleront bientôt Sobirov à temps plein ? Au Russe d’à côté dont il n’a pas eu le temps de renifler les dessous de bras ? Sans doute un peu à tout ça mais surement pas au petit Sofiane qu’il avait humilié un peu plus tôt dans la journée. C’est dommage, car Sofiane méritait le détour. A partir de 17h30 en tout cas quand Arnaud Romera s’est approché de ce petit garçon timide mais arrogant persuadé qu’il venait de passer à côté du titre olympique. Après tout il n’a perdu que deux fois sur ses trois derniers combats. Notre ex futur champion olympique avait pourtant bien démarré sa compet: mené durant tout son premier combat face à un vigneron géorgien plus à l’aise avec ses reins que Sofiane avec le Coran en braille. Et puis à 15 secondes de la fin il a eu la bonne idée de se rappeler qu’il n’y a pas de Dojo en Géorgie. Coup de chance, il n’y en a pas non plus dans les Iles Salomon. Romera l’a suffisamment répété hilare devant les mouvements approximatifs de Tony Lomo au tour suivant.

Lomo sexuel

Jossinet aussi rigolait, peut-être le souvenir de Brognard s’en foutant plein le pif sur une île déserte mais avec plein de caméras. Quelques minutes plus tard on s’apercevait que le judo de Milous ressemblait terriblement à celui de Lomo face à un Japonais originaire d’Hiroshima, comme c’est original. Et là ça faisait moins rire Romera. La suite suffira à la médaille d’or de Sofiane : Milous qui mène et qui se fait reprendre, Milous qui perd au golden score mais qui est repêché grâce à son coude. Milous qui n’attaque plus et 3 drapeaux blancs. Manque de chance, le kimono de Sofiane était bleu. En tout cas avant qu’il urine dessus durant sa finale olympique face au meilleur judoka de la catégorie : Sobirov. Ce qu’il était avant de se faire contrer par le Russe en demi-finale. C’est souvent celui qui a le moins envie des mines de sel qui s’impose. En France la seule torture c’est le visage d’Arnaud Romera, Sofiane saura s’y faire : « Pour la troisième place j’étais démotivé. Le titre olympique c’était un rêve de gosse. » Qui n’a jamais rêvé d’être Président de la République  ou astronaute ? Même Marie-Christelle Maury a sans doute rêvé de ne pas être reléguée à la gymnastique ou pourquoi pas d’être jolie comme Pérec.

Pendant ce temps-là Payet pleurait, sans doute d’émotion car elle a fait aussi bien que Jossinet à Pékin. On se demande bien pourquoi Jossinet n’a pas combattu, on aurait au moins su pourquoi elle ne disait rien d’intéressant.

Champion du monde : And the Riner is

diurt2

C’est un club auquel Céline Lebrun n’appartiendra jamais, mais auquel Lucie Decosse et David Venditti auraient pu appartenir. Après un basketteur et un tennisman, voici le nouvel intouchable du Vestiaire. Il est judoka, même si Daniel Bilalian semble contester l’existence d’un tel sport.

Pour parvenir à entrer dans le cercle très fermé des intouchables du Vestiaire, il faut répondre à plusieurs impératifs, autres qu’une sexualité débridée et l’addiction aux galoches. Etre le meilleur au monde de façon incontestable peut y aider. Teddy Riner l’était, même lorsqu’il n’a fini que bronzé à Pékin. En cinq compétitions internationales disputées à déjà 22 ans, il n’a perdu qu’une fois, quand ça comptait vraiment, à peine moins que Brahim Asloum qui n’a perdu que deux fois en trois championnats du monde. L’avantage c’est qu’en boxe le tournoi commence en finale, ça évite de perdre du temps mais pas forcément d’être un gros nul.

Teddy vague

Au lendemain de son titre à Rio, notre spécialiste pensait Teddy invincible, il le serait encore s’il n’avait pas oublié d’attaquer Tangriev en Chine. David Douillet a pourtant encore deux longueurs d’avance avec ses deux titres olympiques. Teddy Riner est le meilleur, c’est un phénomène tout le monde le sait, tout a été dit. Cette semaine il sera encore chez Denisot, mais hélas, l’influence de Canal plus sport ne permettra pas que demain votre voisin Julien le banquier ou votre concierge Mme Lopes, pourtant de retour de vacances, aient entendu parler de son cinquième titre mondial, le quatrième qui compte vraiment. Teddy Riner va probablement devenir le plus grand champion de l’Histoire du sport français, juste derrière Patrice Martin mais on ne peut pas tout avoir. Il ne reste qu’à citer le prestigieux site du Vestiaire :

« Un physique idéal, une technique constamment perfectionnée et surtout un sens tactique inégalé. Finalement, s’il ne fait pas de moto et qu’il s’entraîne plus que Darcel Yandzi, son plus gros démon risque d’être la motivation. Sans adversaire à sa taille, il pourrait rapidement perdre le goût du haut-niveau. Et s’il peut encore y croire le temps d’effacer Douillet, qui certes prend beaucoup de place au moins dans les palmarès, on ne peut que lui souhaiter si ce n’est de perdre, au moins d’affronter autre chose que Mikhaylin, s’il veut encore être judoka à 27 ans. Yamashita et Douillet sont partis sans avoir trouvé leur maître. Inoue n’a trouvé le sien que chez les lourds, il s’appelait Teddy Riner. »

Judo : Audrey et Lucie désossent

On n’a pas tous les jours honte de ses élèves, ni de ses professeurs.

Elle s’appelle Martine Dupont, elle avait tout pour passer inaperçu. Un nom propre des plus communs, un physique d’Isabelle Carré négligée, un palmarès inconnu de la totalité des spécialistes. Et pourtant, le destin a voulu qu’elle devienne entraîneur national de judo pour les femmes, alors que la moto ou les camions lui auraient été comme un gant. Sur ce coup, le destin n’a pas été très sympa avec un grand nombre de jeunes filles qui se seraient bien vues elles aussi croquer ailleurs quand dans les fruits défendus de Martine. Dans de l’or par exemple comme les deux championnes du jour. Mais il serait injuste de tout mettre sur le dos de la coach, même si elle aime ça.

Au moins dans le cas de Lucie Louette, qui n’a semblé à aucun moment avoir déjà eu une licence dans un club. D’ailleurs, à l’issue de son dernier combat merdique, le deuxième tour, elle est restée longtemps à genoux sur le tapis, comme si elle ne connaissait pas vraiment les règles autres que celles de Martine. En sortant, Lucie a cru bon de faire croire que son prénom n’était pas qu’une coincidence : « J’étais venu pour un podium ou le titre, c’est trop dur. »  Amusant. Car dans la même catégorie -78kg, Audrey Tcheumeo était venue pour la même chose et elle l’a fait. La différence tient à pas grand chose:  un physique, un mental, quatre combats de plus et une technique : de ashi barai. Pour info, ça s’apprend avant la ceinture jaune.

Bleu Decosse

Lucie Decosse en revanche n’aime pas les femmes. Larbi Benboudaoud, la géante hollandaise de la finale et Thierry Rey : que des mecs autour d’elle. Et quand Thierry Rey encourage Lucie on lui pardonne tout : le « cette Russe » quand il parle d’une Tchèque, le  « cette Allemande » quand il parle d’une Hollandaise. Même si cette dernière a pété le nez de Lucie Decosse. Mais cette méthode non plus ne marche pas car vos cervicales finissent inexorablement par frôler le tapis. Il y a aussi une autre technique venue des Pays-Bas : la fuite. Même quand vous mesurez 3m et que vous ressemblez à l’ennemi de James Bond dans Moonraker. En même temps elle n’a pas tort,  uchi mata, arai goshi et o uchi gari elle connaissait déjà.

Pendant ce temps-là, l’intervieweur de Canal n’a eu aucun mal à conserver son titre en félicitant Dafreville : « C’est de sa faute s’il a perdu ? » avant d’envoyer une balle dans le Buffet : « C’est le rêve de médaille qui s’envole ! »

Paris-Bercy 2011 : Ugo surdimensionné

Enfin du bronze, voilà qui doit faire plaisir à Stéphane Traineau, moins à la DTN, on vous avait prévenu.

« Dans quelques jours je serai championne du monde !  » Il y a quelques jours Morgane Ribout avait annoncé la couleur, facile à retenir, c’était la même que ses cheveux dégueulasses. Quelques jours plus tard elle avait soudainement perdu un peu de sa gueule. La faute à une Britannique et c’était même pas du cricket. Quand on a été championne du monde, arriver avec les foies sur le tapis au premier tour, ça fait toujours son petit effet. Darbelet n’a pas eu ce souci, il n’a jamais voulu goûter au métal doré. Une allergie qui ne lui passera toujours pas cette année, même si son hommage à son adversaire du second tour réexpédié dans son pays en 24 secondes laissait augurer d’une issue plus joyeuse : « Attendez c’est le Cap-Vert, il est 289ème mondial« , le brillant stagiaire de Canal attendait 8 mots de conclusion, le « fait pas chier avec tes questions de merde » n’arrivera pourtant jamais. C’est sans doute pour ça qu’il s’est ensuite rendu au chevet des parents Ribout : « Vous y avez cru à un moment ? Ca vous laisse de l’amertume apparemment… » Apparemment les larmes de la maman de Morgane l’ont empêché de formuler une réponse claire, une petite gifle n’aurait pas été superflue pour la faire articuler. Avait-elle de la rancune envers Cathy Fleury, la coach de sa fille, incapable comme à son habitude d’offrir à ses pouliches autre chose que son improbable coiffure ? L’histoire ne le dit pas.

Legrand tournoi

Elles sont belles, elles sont douées mais il manquait un détail à Pénélope Bonna, Automne Pavia ou Priscilla Gneto pour faire aussi bien qu’Ugo Legrand aujourd’hui : un bon gros boulard. Pas celui qui permet d’exploser la star coréenne en 15 secondes, mais celui qui permet de se retourner avec un petit sourire de suffisance. Celui qui aide à enflammer un palais omnisport sans ce même petit sourire. Celui qui permet de prendre un air blasé à la télé après avoir remporté la repêche par yuko. Celui qui oblige à dénoncer un vol quand tu t’es bien fait claquer la gueule par un Hollandais tout pourri. Suffisant pour émouvoir son entraîneur, Daniel Fernandes, le plus beau judoka de ces 10 dernières années. On pouvait lire dans ses yeux les félicitations du maître : « Hé coco t’as pris que du bronze alors que le Hollandais c’était pas Yamashita. » Le problème c’est qu’ à force de vouloir ressembler à Daniel Fernandes, on finit par avoir les mêmes résultats.

Pendant ce temps-là, ben c’est toujours le Japon qui a inventé le judo.

Paris-Bercy 2011 : Qui a tué paumé Larose ?

« On veut de l’or ! » clamait hier la DTN à qui voulait l’entendre. Apparemment personne n’écoutait. A moins que tout cela n’ait été qu’une manoeuvre speculatrice de plus pour faire chuter les marchés. Ça pourrait bien avoir fonctionné car après cette première journée, la seule valeur refuge de l’équipe de France semble être le chocolat.

Canal + avait mis les petits plats dans les grands pour couvrir le plus grand événement sportif de ces trois derniers jours. Des costards bon marché sans cravate, des coupes de cheveux à la tondeuse et des pigistes qui ont au moins passé leur ceinture bleue. Bref, Cyril Linette n’ayant pas jugé bon de diminuer le salaire de Pierre Menes, il faut faire avec. Faire avec, c’est voir Pierre Duprat, bien loin du petit dojo à côté du centre médico-social, qui se fait cartonner par un Vénézuélien au nom colombien d’ancien footballeur montpelliérain. Décidément la Paillade a le vent en poupe en ce moment. C’est pas si mal, Duprat est jeune disent les plus grands dentistes. C’est moins vrai pour Jossinet qui aurait bien eu besoin d’un dentiste après le passage sur le dos de son adversaire américaine en hutièmes. Ça lui a donné des idées pour la suite de l’après-midi qu’elle passera dans la même position. De quoi galvaniser les bleus et les gamins de Canal qui n’hésitent plus à pénétrer sur le tapis pour réaliser l’interview d’après combat. Leur principale victime fut le brave Sofiane Milous.

L’imposant c’est pas Larose

 Si sa  journée de compétition ne restera pas dans les anales des championnats, on peut quand même lui poser la question, en mettant les formes : « Sofiane, ça doit faire mal de se faire éclater comme ça, non ? »  Issam Nour a eu plus de chance, lui a été bon. Jusqu’à un certain point, le ippon que lui collera un japonais à 10 secondes de la fin du plus beau combat de la journée. Alors qu’il menait à l’aise, c’est le moment qu’avait choisi le commentateur pour dire : » Allez Issam ne gère pas. »  Issam l’a peut-être entendu puisqu’il s’est à nouveau lancé dans son o soto gari fétiche,  pour la onzième fois en moins de 5 min. On appelle ça un spécial. Derrière Hiraoka lui a montré le sien, ça valait le déplacement. Ne rien branler du combat, attendre la faute et le contre. Le fameux algorithme japonais quand ils tombent contre des Français plus forts. Ça avait moins bien fonctionné avec Koga contre Bouras en finale à Atlanta. Ça c’était pour la matinée car vers 13h30, Thierry Rey a daigné levé son cul d’ancien champion olympique pour rejoindre ses collègues. Mal reveillé, il a à peine fait sentir que ça le faisait chier de venir aussi tôt. Surtout pour voir l’année Jossinet. Disons la 35ème. Et David Larose. Les miracles ne font pas partie du judo à part si vous êtes Ouzbek.

Pendant ce temps-là, Traineau n’était pas loin, tant mieux, la France pourrait avoir besoin de lui si elle veut des médailles même si ce sera alors surtout du bronze.

Paris-Bercy 2011 : La Jossinet empoisonnée 3

En 2008, Le Vestiaire avait célébré la fin de carrière de Frédérique Jossinet, avec les honneurs dus à son rang. Ses trois ans de tournée d’adieu vous offrent aujourd’hui un nouveau chapître additionnel.

Cécile Nowak disait à son propos qu’elle était la seule à pourvoir battre Ryoko Tamura, devenue Tani, la judokate la plus titrée de tous les temps. Tani lui colla une branlée en finale des JO d’Athènes. Elle, c’était Frédérique Jossinet et ce que Nowak ne disait pas, c’est qu’en finale à Barcelone la fille qui levait les bras à côté de Tamura s’appelait Cécile Nowak. Elle ne disait pas non plus que Jossinet n’avait jamais rien gagné sortie du continent européen, Tani oblige ou pas. Quatre ans après les mêmes étaient toujours là, à Pékin. Et comme d’habitude Jossinet et Tani étaient favorites. Cette fois, Nowak n’a rien dit, elle n’en a pas eu le temps. Jossinet, peut-être effrayée par la perspective de retrouver Tani en finale, préfèrera finir sa carrière en beauté : prendre un pion au premier tour en 25 secondes par une Kazakhe. Ça fait beaucoup. Si elle avait su que Tani perdrait en demie contre une Roumaine.

Ride de passage

Frédérique n’a donc pas tout à fait les 35 ans de Tani lorsqu’elle se propose gagner la seule victoire qui manque encore à son palmarès : une victoire. C’est à Tokyo, en 2010, que la judokate la plus douée de sa génération, mais pas la plus désinteressée, va faire mentir les études physiologiques les plus poussées. A 34 ans, on est trop vieux pour garder une vigilance intacte plus de 4 minutes et 53 secondes en quart de finale. A 34 ans on est trop vieux pour imaginer que votre adversaire, aussi lente soit-elle, va peut-être essayer de vous attaquer pour monter sur le podium en finale de repêchages. Même après quinze ans de carrière, le judo peut surprendre. La preuve en 2011, les -48 kg font dans l’inédit en inscrivant une certaine Frédérique Jossinet aux mondiaux. Le réservoir français est décidément d’une profondeur insondable. Au moins autant que la lenteur de l’uchi mata de Fred qui l’enverra une nouvelle bonne fois pour toutes à la retraite. Finir contre une Japonaise avec un mouvement japonais presque réussi, ça a de la gueule. En route pour Londres.

L’instant Yandzi : Darcel, deux saillies

judo2

19 ans, tout est possible quand on est le meilleur. On peut être déjà champion du monde senior, comme Teddy Riner, ou champion d’Europe senior et médaillé de bronze mondial, comme Darcel Yandzi.

Leurs similitudes ne s’arrêtent pas là. Ce sont des garçons avec un nez, une bouche, des yeux et des oreilles. Nous sommes en 1993, l’objectif est clair pour Darcel Yandzi : devenir l’un des plus grands sportifs de l’histoire et pourquoi pas champion olympique à l’occasion. Sauf que Darcel fait du judo, il le comprendra beaucoup plus tard, en attendant il tente une impasse sur les trois années suivantes. Habile.

Atlanta, 1996.
Rarement l’équipe de France de judo ne s’est présentée avec autant d’arguments. Même si Larbi Benboudaoud semble encore trop timide pour espérer quelque chose cette année-là et si Franck Chambily semble encore trop timide pour espérer quelque chose durant toute sa carrière. Mais à part ça, Gagliano et Bouras peuvent aller loin, pourquoi pas jusqu’à Koh Lanta. Traineau et Douillet sont déjà arrivés. Darcel Yandzi aussi.

Yandzi gang

Sa démonstration au tournoi de Paris, quelques mois auparavant, est encore dans toutes les mémoires. 11 secondes pour écraser son adversaire d’un jour, l’insignifiant Djamel Bouras, soulevé puis balancé sur le sol, il n’y aurait pas eu de tapis c’était pareil. Sauf que c’est du judo. Te guruma ajoutera Djamel en soulevant la paupière qui lui restait. Un « T’es gourou man! » apprécié par Darcel. Sauf que, bien sûr, c’est du judo, Yandzi fut pris d’un doute en regardant le seul Djamel Bouras en or à Atlanta, car la septième place n’offre à l’époque aucune récompense. Franck Chambily connaîtra le même sort jusqu’à la fin des temps, les fées sont parfois rieuses. Elles le seront à peine moins avec le reste de la bande. Benboudaoud finira champion du monde et vice-champion olympique en 2000. Gagliano, troisième à Atlanta, ajoutera l’argent mondial. Traineau fera fortune dans le commerce du bronze, et Douillet en politique et dans le show-business.

La révolte de Canu

Pour autant, Darcel n’est pas inapte au haut niveau, loin de là. Il va s’atteler à le prouver. Peut-être pas à Sydney, qui arrive trop vite, peut-être pas à Athènes, qui est un peu trop loin. Yandzi demande cinq ans, car il commence à comprendre : c’est peut-être du judo. C’est donc en 2001 que Darcel retrouve le haut niveau. Pour fêter ça, il redevient champion de France et se paye le luxe d’une septième place aux Europe, car évidemment le judo reste du judo.

Les stages et les entraînements de Fabien Canu ne servent pas à grand-chose quand on est surdoué, le mental et le physique non plus.  A 27 ans, la question d’Athènes se pose une nouvelle fois, il y répondra dans deux ans, à quoi bon faire ses preuves à l’avance, quand on est surdoué. Mais c’est du judo, Yandzi le comprend enfin en 2003 quand il perd la finale des championnats de France en se blessant. Un premier tour sur des béquilles en Grèce, ça aurait eu de la gueule non ? Sauf que c’est du judo.

L’Edito du Vestiaire :
Lucie, Lucie t’arrête pas

dido

Le dernier cycliste propre connu s’appelait Jacky Supligeau. Il n’a pas voulu continuer. Et si Christophe Cheval avait eu raison ?

Longtemps, le monde sportif s’est foutu de la gueule des Américains, des Russes et même des Chinois. Ce n’était pas une question physique, en athlétisme comme en natation, les performances ne signifiaient rien, sinon la frontière entre le sport et le ridicule. Si Yves Niaré n’est toujours pas parvenu à revenir du côté du sport, mais pour d’autres raisons, les nageurs tricolores ont réussi leur pari. Avoir autant de crédibilité que Lance Armstrong, en portant juste un peu de cuir, la femme de Fred en a vu d’autres. Un exploit remarquable, qui doit beaucoup à la Fédération internationale et un peu aussi à Franck Esposito.

Loeb du riner

« Quatre médailles c’est insuffisant pour l’équipe de France. » La prophétie est impressionnante, son auteur pas moins : il s’appelle René Rambier, c’est le nouveau responsable du haut niveau français. Comme vous, Le Vestiaire se propose de réfléchir aux liens pouvant exister entre un René Rambier et le haut niveau. Son palmarès lui ouvrirait facilement les portes de l’Ile de la tentation, quoique. En tout cas,  avec lui, le discours va changer. Pas qu’à cause de son cheveux sur la langue, mais parce qu’il se la raconte. Et pour cause il a vaguement connu Benboudaoud, Traineau et Douillet. Des relations qui pourraient bien lui servir, avec la moisson de Tbilissi ses trois protégés pourraient bientôt revenir à la compétition. A moins que la présence d’Audrey La Rizza et Frédérique Jossinet soient un gage du fabuleux réservoir français. Vivement le retour de Dafreville.

Vivement, aussi, le retour de Brahim celui là même qui prête son nom aux fameuses récompenses éponymes. Mais pourquoi donc ? L’effet Christophe Tiozzo probablement. Alain Delon sera-t-il là cette fois ?

Pendant ce temps-là, Lyon peut toujours remporter le titre de Ligue 1 et Bourdais celui de F1, quitte à provoquer la fin anticipée du Vestiaire.

L’édito du Vestiaire : La fuite du Riner

riner1.jpg 

C'est à croire que nous avons un public de spécialistes : vous n'aviez été que 9% à promettre à Yves Rénier une médaille au poids. Il n'a même pas passé les qualifs. Troublante similitude, notre spécialiste athlétisme s'inquiétait lui aussi pour son homonyme, Yves Niaré.

Nous l'avions donc prévu, notre plus grand lanceur avait le parfait morphotype du loser tricolore. Des perfs régulières au plus haut niveau, un statut de médaillable longtemps envié par Patricia Djaté et donc une nationalité de mauvais augure. Lui non plus ne nous a pas fait mentir. Un titre ne se gagne pas qu'à l'entraînement.

Teddy Riner était au courant de tout ça, pourtant il n'a pas confirmé. Une fois constaté son jeune âge et son manque d'expérience, il ne faut pas pécher par excès d'indulgence. Riner était invaincu en compétition officielle, il ne l'est plus, c'est un échec. Au-delà des arguments de Thierry Rey sur son mauvais jour, ou de Douillet sur l'arbitrage très litigieux, il faut voir plus loin et rappeler ce que nous constations hier à propos de Cathy Fleury : les coaches actuels ne servent à rien. En foot, on parlerait d'incompétence, en judo aussi. Jamais ils n'ont été, durant tout le tournoi olympique, capables de peser sur leurs poulains, de leur donner des clefs, d'influer un tant soit peu sur le résultat final. Teddy l'ex invincible cristallise toutes les failles du judo français. Riner était au dessus, même aujourd'hui, c'est une évidence, comme beaucoup de judokas français cette semaine. Pourtant, il n'a pas saisi sa chance comme d'autres n'y ont pas cru ou se sont dégonflés devant l'événement ou le moment décisif. Le plus inquiétant n'est pas que Tangriev était un gros nul. C'est que Riner est content de lui. Au-delà du choix des combattants, comme nous le disions hier, au-delà du manque de concurrence, champions ou pas, la sentence est claire, hormis Decosse (et encore), ils n'étaient pas prêts, mentalement et même techniquement. Les JO, c'est pas les championnats du monde. La faute à qui ?

Mickaël dans de beaux draps

L'exploit du jour est venu de la vitesse par équipes, qui a réussi une nouvelle fois à ne pas prendre l'or olympique. Jean-René Godard ne s'en relèvera pas, il n'a même plus la tête à aider Ballanger ou Asloum à s'entraîner aux commentaires sur les faux directs de France Télé. Comme Marie Collonvillé, Arnaud Clément ne sera jamais champion olympique, pour Llodra c'est cruel, mais la morale est sauve. Avec 4 h 40 de combat et une petite finale demain contre les frères Bryan ou Federer, on voit mal Di Pasquale les considérer comme successeurs. Et Le Vestiaire passe à un cheveu de relancer la rubrique tennis. C'est bête : Tsonga pourrait être encore un tout petit peu juste physiquement pour gagner l'US Open.

Pendant ce temps-là, l'escrime français est en larmes. Le remplaçant Jean-Mich n'est pas en or. Le médecin de l'équipe préfère en rire.

JO, Judo : Lucy don’t cry

possamai.jpg

J-1 avant l'entrée en lice du plus grand judoka de tous les temps. Il vaudrait mieux qu'il le soit, sinon on risque de revoir Traineau sur les tatamis.

Le Vestiaire vous avait parlé à l'automne dernier de la remise en question du judo français avant de se rendre aux pays des chirurgiens. Il avait bien fait, la récolte avait pour une fois été plus consistante que le palmarès de Laurent Crost. Hélas, les responsables du haut niveau n'avaient pas été mis au courant du retour des JO, quatre ans après l'enlèvement des Sabines. Du coup, c'est la même équipe qui a été proposée. Physiquement Douillet, mentalement Pioline. Qui est responsable de ce fabuleux doublé ?

L'équipe du dimanche

Jossinet : Cela ne faisait guère de doute avant même qu'elle n'entre en lice. Elle est finie. Difficile d'imaginer une telle taule, mais les signes du déclin étaient là. A commencer par son point commun avec Jean-Luc Rougé : pas la moustache, l'âge. Dans une catégorie très physique et dynamique, elle n'a plus l'explosivité ni la vista de ses 20 ans. Tani non plus, ce n'est pas un hasard. Ses complexes ne seront jamais surmontés, elle n'aurait pas dû avoir droit à une nouvelle chance olympique après tant d'échecs. Problème : il n'y a aucune concurrence interne, sinon Deydier se serait fait un plaisir de la virer.

Decosse : Elle a pris une branlée en finale, faut-il la blâmer pour autant ? Evidemment non, pour une fois qu'une favorite est au rendez-vous. Par contre, on peut se demander pourquoi son adversaire a su quoi faire et pas elle.

La Rizza : A 27 ans, elle n'existe pas au plan international. Est-ce un simple hasard ?

Dafreville : C'était le Bafé Gomis de Pékin. Confondre un titre universitaire avec une performance de haut-niveau : Deydier a été aussi inspirée que Domenech. Il ne faut pas être Stéphane Frémont pour deviner qu'il ne fera pas carrière.

Dragin et Darbelet : Le choix a été plutôt gagnant. Même si le premier cité a découvert trop tard qu'il fallait remporter au moins un de ses deux derniers combats pour prendre une médaille.

Gévrise Emane : Si elle ne voulait pas combattre, fallait pas l'emmener.

Anthony Rodriguez : A 29 ans, il est vice-champion du monde 2007, mais 3e des France de la même année. Etait-ce une raison suffisante pour lui faire confiance ?

Possamaï : Pour sa sortie bi-annuelle de Cadillac, elle a montré qu'il suffit juste de vouloir pour faire. Est-ce qu'elle réussira avec les Lego ?

Frédéric Demontfaucon : Le Vestiaire s'était déjà exprimé sur le sujet, il ne nous a pas fait mentir.

Cathy Fleury : Harel, Possamaï, parfois c'est bien d'avoir été champion olympique pour coacher, mais des fois ça sert à rien.

Et Barbara Harel ?

La faute n'est donc pas totalement à mettre sur le dos de la DTN. Loin de là, c'est le niveau qui est faible. Manque de relève, manque de champions, toujours un problème français. C'est triste à dire, mais on manque de Traineau. Restoux, Douillet et Rey n'ont pas fini de se faire chier à voir combattre des nuls.

L’édito du Vestiaire : Argent pour Sarko, or et bronze pour Guénot

20071019t102439z01nootrrtridsp2ofrtpfranceeducationmoquetguaino20071019.jpg

Ca aurait pu passer inaperçu : Jean-Jacques Devaux est aussi metteur en scène. C’est bien l’information principale de cette première semaine de JO.

Le Vestiaire vous avait prévenu, les performances globales des nageurs sont stupéfiantes, on attend avec impatience le passage sur tartan. La surprise des derniers jours est de taille : même l’escrime n’est plus capable d’assurer la récolte de médailles. Pour le judo, on savait depuis Athènes, ce qu’on connaissait moins, c’était la capacité de Barbara Harel à nettoyer les tableaux des favoris. Rien que pour ça, elle mériterait quand même une récompense, mais elle est Française. Et tout le club France semble au diapason. Jamais sans doute une olympiade n’avait autant imprimé sa marque tricolore. Cette excellence à fondre devant l’évenement, à ne pas assumer son rôle de favori, à craquer devant la dernière marche ou à être là où l’on ne devait pas être.

Il y a les coupables : Emane qui n’a rien foutu, Jossinet qui n’est pas une championne, Estanguet qui n’aimait pas le bassin et qui n’avait donc finalement rien à foutre là, Dabaya qui n’avait pas été prévenu qu’il était aux JO, Jeannet (lequel ?), Lefèvre c’est Lefèvre, le 4×100 m c’est Bernard, Longo c’est la pluie et Dumoulin, oui Dumoulin au fait ?

Il y a les innocents : Lopez, qui n’avait aucune chance, Decosse, qui n’avait aucune chance, Dhennin, qui n’avait aucune chance, Darbelet, qui n’avait aucune chance, Dragin, qui n’avait aucune chance, Dafreville et La Rizza, qui sont nuls.

Il y a bien sûr les absents : Teulère et Touzaint, qui sont venus à cheval, Flessel, qui est retraitée, Manaudou, qui n’a pas eu le temps de s’entraîner et Guyart, qui fait de l’escrime.

Il y a les champions : Hugues Duboscq.

Et puis il y a les Guénot.

Et le tir à l’arc ?

Pendant ce temps-là, Lionel Rosso, et son coton dans la bouche, rivalise d’ingéniosité pour pénétrer l’intimité de ses collègues. Cyrano Boyon y parvient-il avec sa belle Roxanna ? Heureusement, la France du foot peut enfin se passer de son plus mauvais latéral de tous les temps.

La Légende JO, Hommage : Harel de volée

photo121843876733910.jpg

Barbara Harel n'avait elle non plus jamais rien gagné sortie du vieux continent. Mieux, elle n'avait même jamais pris de médailles, on a fini par comprendre pourquoi. C'est donc une judokate de 31 ans qui n'a rien à espérer qui s'est présentée ce matin pour le premier combat de ses derniers Jeux Olympiques. En plus, face à elle, c'est une autre légende, la Coréenne Kye, qui a tout gagné partout. Autant dire que Barbara n'a aucune chance et c'est bien normal, elle lui colle donc un pion, un waza-ari et un billet retour pour la Corée. L'Italienne du tour suivant a un palmarès à peine plus fourni que le sien, Harel peut donc passer sans encombre et c'est bien normal. Aidée par l'arbitre et la passivité de Quintavalle, Harel choisit de ne pas attaquer elle non plus, au mépris de toutes les règles du judo : elle découvre les pénalités et le tableau des repêchages. C'est pas grave, l'Italienne sera championne olympique, Barbara en finale pour le bronze, après deux nouveaux combats explosifs. Il ne reste qu'une marche à gravir face à une Chinoise nulle mais Chinoise, Harel peut gagner mais ça ne sera pas si facile et c'est bien normal. Elle lui fout donc un koka, puis un waza-ari dans la gueule au prix d'un judo exceptionnel et spectaculaire. Pas tant que son mouvement suivant. La troisième place en poche, elle se lance donc dans une prise complètement suicidaire qui lui offrira la cinquième place. Elle voulait finir par un ippon, elle l'a fait, c'est bien normal.

La Légende JO, Judo : Un Traineau sans père Noël

f23ac8d619e65dab6d7276f082789cec9471ec52ea97fc.jpg

Un jeune champion de judo français écrase tout sur son passage : un parcours royal, maîtrisé de bout en bout. Et un titre mondial bien mérité. C'est déjà à Barcelone, on est en 1991. Les JO, c'est un an plus tard. Un an de trop pour un champion de ce niveau. Archi favori l'année suivante sur le tatami catalan, Stéphane Traineau, c'est son nom, ne fait qu'une bouchée de son premier tour face à un redoutable Indonésien en 1 minute 20. Au 2e tour, sa victime est islandaise elle s'appelle Fridriksson. En à peine 4 minutes 25, il lui colle un ippon. Le club France est confiant, il le sera moins 32 secondes plus tard en apercevant Traineau la gueule écrasée contre le tapis. Pour se consoler, il pourra toujours se dire que son bourreau américain était si impressionnant qu'il ne se fera virer qu'au tour suivant.

La fin de carrière du valeureux Stéphane ressemblera à un opéra comique et durera 15 ans. Il ne gagnera plus jamais rien. Et ce n'est pas son vilain titre européen à 33 ans ou son vrai faux retour à 40 ans pour un titre national qui lui donneront ce titre olympique qui lui manquera toujours.

Judo, Tournoi de Paris: Le son du Riner

equipe1.jpg

Pendant qu'Arron chiait à juste titre sur ses copines du relais et les laissait tomber pour tenter de monter sur le podium de l'Histoire, Poirée se faisait décaniller par un Norvégien et ratait une marche.

Comme nous avons pu le constater ce week-end, le seul véritable adversaire d'un grand champion est lui-même. Loeb en a fait temporairement les frais, mais pour Teddy Riner, ça paraît beaucoup plus compliqué. Comment se débrouillera-t-il pour ne pas être champion olympique à Pékin ? Mais surtout comment fera-t-il pour ne pas tout gagner pendant 10 ans ? Car si le Tournoi de Paris ne sert en principe à rien, quand on a déjà remporté tous les championnats auxquels on a participé, et que l'on gagne dans la capitale en écrasant n'importe qui, le signe est fort, lourd. Comme Le Vestiaire l'écrivait sans trop différer de l'appréciation ambiante pour une fois, Riner est imbattable et le sera longtemps. Un physique idéal, une technique constamment perfectionnée et surtout un sens tactique inégalé. Finalement, s'il ne fait pas de moto et qu'il s'entraîne plus que Darcel Yandzi, son plus gros démon risque d'être la motivation. Sans adversaire à sa taille, il pourrait rapidement perdre le goût du haut-niveau. Et s'il peut encore y croire le temps d'effacer Douillet, qui certes prend beaucoup de place au moins dans les palmarès, on ne peut que lui souhaiter si ce n'est de perdre, au moins d'affronter autre chose que Mikhaylin, s'il veut encore être judoka à 27 ans. Yamashita et Douillet sont partis sans avoir trouvé leur maître. Inoue n'a trouvé le sien que chez les lourds, il s'appelait Teddy Riner.

Daniel Fern…ansoku make ?

Sinon, hormis l'inhabituelle pluie de confirmations pour nombre de nos filles, les garçons ont lancé leur signal de détresse. Riner ne doit pas être le baobab qui cache les loosers. Il y a en effet de quoi s'inquiéter à trouver encore dans la sélection française des noms tels que Demontfaucon ou Fernandes, déjà présents en 95 pour l'un, et en 98 pour l'autre, qui n'a jamais vraiment confirmé son énorme potentiel à l'international. L'heure du 7e come-back de Stéphane Traîneau (photo) ?

L’édito du Vestiaire : Le veto Riner

teddyrinerunss2007.jpg

Dans le Petit Larousse du sport, être Français a une signification très précise: briller à l’entraînement, merder en compétition. Aujourd’hui, cette définition prend un relief tout particulier après la naissance mondiale de celui qui a tout pour devenir non seulement le meilleur judoka, mais surtout le meilleur sportif français de tous les temps.

Le Vestiaire le pressentait hier, Teddy Riner nous a donné raison. Il a écrasé sa catégorie, du plus talentueux au plus mauvais, personne ne lui a résisté. Le voilà maintenant aux portes de l’histoire et on ne voit pas vraiment ce qui pourrait l’empêcher d’y entrer, à part une immitation réussie de ses ainés, Pradayrol et Harismendy, hélas morts sur la route. On devine évidemment qu’il va devenir un people à part entière, qu’il va vendre tout et n’importe quoi pour pouvoir se farcir des putes haut de gamme entre Ruquier et Fogiel. Par contre, on ne connaît pas encore bien son seuil de résistance à l’alcool et la drogue. Bref, s’il parvient à se réveiller pour continuer à s’entraîner, il restera invaincu longtemps, longtemps très longtemps. Car il n’en est même plus au stade d’espoir malgré son statut de junior. Il a déjà tout gagné chez les jeunes, chose habituelle en France, il a également remporté un premier titre européen, là encore c’est commun mais lui a déjà confirmé et ce n’est pas un hasard. Cette nuit, il a distancé sans doute à jamais les Asloum, Gasquet, Michalak et consorts. Et Chavanel ?, me direz-vous.

Mais rassurons-nous, pendant ce temps-là, à côté de l’exception Riner, la France garde son rang. Laminée en volley, humiliée en foot, ridiculisée en basket, déchirée en rugby, inexistante en tennis. C’est une nouvelle grande passe pour le sport français.

Judo, championnats du monde : Le syndrome d’Osaka

rinerparismax1.jpg

Les mondiaux débutent aujourd'hui dans la capitale des travelos. Remy Martin, qui ne retrouve plus son fond de teint, ne sera pourtant pas là.

Il s’appelle Kosei Inoue, il a les yeux bridés, et pourtant c'est un des meilleurs judokas de toute l’histoire. Le Japonais, qui a tout gagné en -100kg, fera son grand retour, dans la catégorie Reine des lourdos, à l’occasion des championnats du monde qui débutent aujourd’hui. Cependant, le tirage au sort n’a pas été tendre avec le Dieu du judo. En effet, dès son deuxième tour, il devrait en principe rencontrer le fils illégitime de David Douillet et Marie-Josée Perec, le monstrueux Teddy Riner. Le champion d’europe en titre présente une étrange particularité pour un sportif aussi doué : il est Français. Cela ne s’explique pas, le sport inventé par Jigoro Kano a le don d’enfanter des vedettes françaises, même s’il est vrai que ces dernières années les médailles se sont faites aussi nombreuses que les dents de Julien Lorcy à la fin de ses combats. Si bien qu’aux JO d’Athènes l’équipe de France de Judo a choisi de faire concurrence à l’athlétisme en ne ramenant qu’une récompense, pour cette pauvre Jossinet. Cette année encore, celle-ci devra se coltiner dans sa catégorie, la meilleure judokate de tous les temps, Ryoko Tamura-Tani qui se fit torcher en son temps par Cecile Nowak une Française d’un autre calibre. Cette fois la Japonaise a voulu faciliter la tache de Frederique en se faisant foutre en cloque et allant même jusqu’à accoucher.

Mon gros fils, mon Bataille

Après Athènes et les mondiaux 2005, la fédération a fait ce que ne fera pas l’Athlétisme français: une remise en cause et un grand ménage. Puis une sérieuse préparation pour Rio de Janeiro. Si bien que si l’équipe ne brille pas, il ne faudra pas virer que le staff, il faudra aussi balancer les compétiteurs par la fenêtre ou les fusiller (comme ça, Bernard Laporte pourra, sans polémique, faire lire la lettre de Mathieu Bataille, judoka toutes catégories, abattu pour avoir été trop nul). Remarquons que Daniel Fernandes le plus spectaculaire et sans doute le plus doué de l’équipe sera encore là cette année. On peut se demander pourquoi, car son judo à risque ne l’a jamais rien fait gagner. C’est sa dernière chance. Il y a aussi Demontfaucon, champion du monde il y a un milliard d’années, qui a fait l’effort de venir sans son déambulateur. Une énième médaille de bronze pour Fred ou se fera-t-il virer avant ? Saluons enfin Lucie Decosse, la valeur sure, qui devrait encore une fois être titrée car elle est la meilleure. Mais tout ça n’a que peu d’importance, car si Inoue ne parvient pas à placer son Uchi-mata, Teddy Riner a de fortes chances de s’ouvrir les portes d’un palmarès qui fera rougir le gros Douillet. Dans le cas contraire, il faudra qu’on lui dégonfle son melon à grands coups de pieds dans la gueule pour pas qu’il devienne un Brahim Asloum.