Tennis : Pénétration Nadal

Qu’est-ce qui est là depuis des années, qu’on finit par ne plus reconnaître et dont on se dit qu’il n’a joué qu’un rôle dans sa vie ?

rf

Amélie Poulain est un chef d’œuvre, certes, mais Rufus c’est bien autre chose. Un palmarès long comme le bras, des années d’une carrière démarrée très tôt. Une jeunesse de morfale, insouciante, à tout engloutir pour ne rien laisser passer. Et puis un jour déboulent les films de Gérard Pirès, et on se dit qu’il est trop tard. Même le festival de Gérardmer oublie le carton d’invitation, de toute façon personne ne sait où est Gérardmer.

Rufus Nadal

Malgré Amélie Poulain, pour lesquels il avait ressorti ses plus beaux favoris, Jacques Narcy n’a jamais eu la chance qu’a eue Rafael Nadal. Gagner à nouveau Monte-Carlo, puis Barcelone. Comme si Mocky avait convoqué un casting fait pour Rufus : Laspallès et quelques comiques encore plus branchés, Jean-François Balmer bien sûr, et puis Robin Renucci (le film s’appelle Colère mais ce n’est pas un Masters 1000). Les réflexes reviennent, il se dit qu’il sait jouer comme avant, peut-être même que ses ligaments ont retrouvé leur forme de cartilage de sanglier. Même Monfils et Nishikori ont trépassé : c’était tellement émouvant qu’il en trinquerait avec Toni autour d’un bon verre de sang de porc. Il en aurait même proposé à Bachelot. Bachelot ou Bachelot ?

Sousa moustache

Alertée dans son coma artificiel prolongé, la rédaction tennis du Vestiaire, cette belle endormie qui évite toujours les sujets Nadal dans L’équipe, a bondi sur le premier match venu. Et pour cause : c’était Nadal-Sousa. A peine moins intriguée par un 6-0 dans le premier set que par le retour d’un mot dont on parle du retour : l’ogre. C’était un vendredi après-midi sans prétention, comme le neuvième jeu de l’ogre, à 4-4 dans la deuxième manche. 0-15 sur une merde. 15A et le commentateur de BeIN, le pauvre, qui annonce que l’ogre ne veut pas gaspiller d’énergie et qu’il allait donc serrer le jeu. Cinq minutes et une bonne poignée de fautes directes pas vraiment obligatoires plus tard, Sousa avait serré le jeu, 6-4. Le temps de se souvenir que les Sousa ne sont bons qu’au foot, et l’ogre rugissait d’un soulagement plein de suprématie, à 6-3.

Murray sur le côté

Il fallait donc une confirmation à ce retour, dès le lendemain. Un choc, à vrai dire le premier vrai de sa saison sur terre puisque Monte-Carlo ne comptait pas : Djokovic n’avait pas eu envie de le jouer et Murray avait été assez mauvais pour donner le match à Pouille, qui avait été assez mauvais pour ne pas le prendre, ce qui ne change rien : il avait aussi laissé un set à Herbert, et pire, il en avait quand même pris un à l’ogre. Cela dit, le choc n’en était un que pour le Vestiaire, car ce que le monde du tennis compte d’experts n’attendait que la finale contre Djokovic. Pour savoir. Ils savent. Là encore, la vérité est simple comme un coup, en l’occurrence un amorti sur un point décisif pour éviter que l’échange ne dure. Dans ses plus belles années, l’ogre n’y pensait même pas. Mais puisque certains ont encore un doute, voilà l’ultime signature de l’ogre : un débreak pour revenir à 5-4 dans une ambiance de corrida, et le break de Murray à suivre. Un signe qui ne trompe pas. Mais peut-être que Murray a changé et qu’il va ajouter plusieurs Roland à tous ceux qu’il a déjà gagnés.

Pendant ce temps-là, Rufus n’est pas mort. Eh non.

Coupe Davis : Une lutte sans Bercy

Le choix va être cornélien.

tennis

Jean Gachassin, qui ne dit pas toujours des conneries quand il parle de rugby, le dit à chaque début de saison : la Coupe Davis, c’est aujourd’hui ou jamais. Ensuite il parle des Mousquetaires, d’étranges personnages qui s’appellent Ritchie, Jo ou Gilou. Un Mousquetaire peu importe comment ça s’appelle vraiment, au fond ça a des bottes qui peuvent être léchées, c’est bien là l’essentiel.

Et il a bien raison le rugbyman : c’est l’année au jamais. Les Français n’ont jamais été aussi forts, ils réalisent tous leur saison la plus accomplie depuis longtemps. Gasquet en est le meilleur exemple. Dans la foulée de sa demie à l’US Open 2013, il a consciencieusement et patiemment travaillé pour redescendre de la 9e à la 23e place mondiale. Et le travail porte ses fruits : il n’en finit pas de trouver des nouveaux joueurs imbattables. A force de ne pas s’étonner qu’untel et untel soient top 10, on en oublierait presque que le top 10 n’est réservé qu’à 10 joueurs. Il y a deux mois il détruisait Berdych, il y a un mois Berdych le détruisait. Et cette semaine, c’est Bautista Agut qui était trop fort. Enfin trop fort pour lui parce qu’il a perdu au tour suivant. Heureusement Lionel Roux ne s’inquiète pas outre-mesure de cette défaite car Richard est enfin revenu à 100%. Mais 100% de quoi ?

Et l’avantage de la France, c’est qu’elle possède un sacré vivier. Simon a réussi son tournoi de l’année à Shanghai, c’était beau, et comme d’habitude il a enchaîné par plusieurs de ces défaites qui n’inquiètent pas Lionel Roux. Et puis c’était la faute des balles : il est en grande forme.

Au besoin, on peut toujours s’appuyer sur la Monf. Tant qu’il y a du public, ou Lionel Roux dans les tribunes, il saura enthousiasmer les foules avec ces mites en coups droit qui débordent même Djokovic. De quoi écoeurer le numéro un mondial, au moins jusqu’à sa balle de match, celle du numéro 1 mondial, parce que celle de la Monf c’était au tour précédent . Peu de joueurs savent le faire.

Au pire, on peut toujours rappeler Tsonga. Il est mauvais, il n’est plus top 10 depuis un an et à force ce n’est plus à cause des blessures, son revers est pire que jamais, et maintenant on sait qu’il ne sait toujours pas mieux jouer au tennis que Nishikori. Mais pourquoi ça inquiéterait Lionel Roux ? Il a de quoi avoir le moral : Benneteau a été pas mal, Chardy aussi, et il ne faut pas oublier Lucas Pouille. A trois semaines de la finale, ça valait le coup de demander à un grand quotidien sportif d’écrire que ça commence à frémir.

Au fait, Lionel Roux n’est pas sélectionneur, c’est Arnaud Clément, mais Lionel Roux il est aussi consultant et il donne son avis. On aurait tort de lui demander ?

US Open : Marin d’eau douce

Il est grand, il est fort, et à ce qu’on entend il va régner sur la planète tennis pendant de nombreuses années. Enfin celles qui lui restent, comme on dit des gens qui ont déjà 26 ans.

iva

Il a tapé fort pendant deux semaines, et comme d’habitude un peu moins contre Gilles Simon qui a failli gagner, mais comme d’habitude juste failli. Marin Cilic était réputé comme émotif et inconstant, il ne l’a pas été contre Berdych qui n’aimait pas le vent, Federer qui n’aimait pas ses années de trop et Nishikori qui se demande sans doute encore quand se joue la finale. Il ne faut pas être injuste avec Marin : cela n’enlève rien à son immense mérite, avoir servi la majorité de ses balles dans les carrés de service pour s’assurer les points. Bravo champion.

Mais en vérité, il y a un mérite encore plus grand, relayé par tout ce que les médias du monde entier comptent de représentants hasardeux : le tennis aurait définitivement changé d’ère et la nouvelle génération serait là, dents acérées et progrès phénoménaux. Reprenons donc. Nadal est forfait pour une demi-année, comme tous les deux ans depuis qu’il a chaussé ses genoux d’haltérophile septuagénaire. Murray se remet difficilement d’une opération du dos et d’un début de carrière parfois humiliant. Quant au maître de notre temps, qui se produit chaque semaine aux quatre coins du monde sans jamais plus trouver la solution contre les grands costauds qui tapent fort, ne serait-ce que le moindre chip de revers, il n’atteint plus, méticuleusement, que des finales de Wimbledon. Et encore quand les autres traversent une mauvaise passe.

On peut sans trop de difficulté affirmer que c’est le cas, puisqu’il ne restait à ce tableau de morts-vivants que Djokovic, et que l’imparfait est de circonstance depuis la demi-finale contre l’élève de Chang. Cette dernière remarque n’a rien de raciste, c’est vraiment son entraîneur. Il y a dans cette demi-finale un élément troublant, ce 6-1 au deuxième set, quand Djokovic a préféré jouer plutôt que gueuler des insanités en serbe. Le reste n’est que fautes directes et illusion d’un incroyable coup droit nippon, car l’incroyable coup droit nippon en question a paru moins incroyable que son homologue croate en finale.

En exclusivité, le Vestiaire détient la preuve ultime que non, le niveau ne s’est pas maintenu : la finale était un match de merde. Mais c’est quand même pas leur faute si même Wawrinka n’a pas réussi à en profiter cette fois.

Roger Federer : « On m’a pris pour Annacone »

Ca aurait pu être à Melbourne, New York, Paris ou n’importe où ailleurs puisqu’il n’est plus capable de jouer à son niveau, mais c’est dans les faubourgs de Shanghaï  en octobre dernier que notre spécialiste tennis avait retrouvé Roger Federer tentant de vendre ses autographes aux petits fabricants de ses raquettes. Mais personne ne s’est laissé avoir par la contrefaçon. On s’est quand même laissé tenté par une contrefaçon d’interview.

rf3

Le Vestiaire : Alors Roger, comment s’est passé cette semaine à Shanghaï ?

R. F. :  « Je ne comprends pas, une rumeur a circulé comme quoi Federer aurait perdu contre Gaël Monfils au deuxième tour. C’est parfaitement ridicule, jamais un truc comme ça n’aurait pu se produire. Du coup, dans la confusion plus personne ne m’adresse la parole. Même Mirka a préféré baiser avec Julien Benneteau. Heureusement ça fait toujours des jumeaux.

Les jumelles l’appellent papa ?

Je sais pas je n’ai plus la garde depuis que les services sociaux ont appris j’ai perdu contre Delbonis en demi à Hambourg (Roger a eu de la chance, ils ne savaient pas encore pour Gulbis NDLR).

Heureusement que personne n’est au courant pour Stakhovsky, Brands et Robredo alors

C’est qui les deux premiers ? Robredo je le connais, je lui ai mis 10 roustes du temps où il jouait encore. Il doit plus être tout jeune. Ca lui fait combien ?

31 ans…

Je pense que tout joueur de tennis devrait s’arrêter à 30 ans. Passé ce cap ça devient un peu pathétique. Sauf quand on reste au sommet comme Connors. A 35 ans, il atteignait encore les demies de Wimbledon et l’US Open.

Vous avez 32 ans et vous avez été viré au deuxième tour à Wimbledon et en huitièmes à l’US Open… (quelques mois plus tard il perdra en demi à Melbourne et en huitièmes à Roland).

Et donc ? D’une part je parlais pour des grands joueurs comme Federer par exemple qui a su s’arrêter de gagner à temps. D’autre part, Bjarne Riis a remporté son Tour de France au même âge en 1996. L’important c’est de prendre du plaisir. Après si c’est pour finir comme Sampras non merci.

Sampras a arrêté à 32 ans, à 31 il gagnait encore à Flushing… Vous venez de vous séparer de votre entraîneur Paul Annacone, qu’est ce qui n’a pas fonctionné ?

On m’avait dit que c’était l’entraîneur de Sampras et Federer, mais j’ai été roulé. J’ai à peine réussi à gagner Halle , vous imaginez…. J’ai vraiment l’air con maintenant. (Et encore, il a gagné Dubaï en 2014).

Quel regard portez-vous sur la nouvelle génération Nadal, Djokovic,  Murray ou Del Potro ?

Je ne les connais pas encore bien. Mais tant que Federer sera là vous aurez du mal à les connaître vous aussi (il se dirige alors vers un court de tennis et commence à échanger quelques balles avec une Chinoise de 6 ans. 25 minutes plus tard le score affiche 6-1, 6-2. Roger revient vers nous). Vous voyez je suis loin d’être fini, je lui ai pris 3 jeux. On dit pourtant que c’est un prodige. (Richard Gasquet, envieux, était dans les gradins).

Et maintenant vous allez faire quoi ?

Je vais me regarder un petit DVD : « Shutter island« . Vous connaissez ? C’est l’histoire d’un flic qui mène l’enquête dans un asile et à la fin, on l’accuse d’être lui-même fou et de n’avoir jamais été flic. Pourtant il est flic, c’est pas possible de se prendre pour ce qu’on est pas.

Ben si justement c’est possible, il est fou et dans le deni.

C’est nul cette histoire, tant pis je regarderai « Sixième sens« .

Ah oui l’histoire d’un type qui ignore qu’il est mort.

Ah bon il est mort ? »

                            Propos presque recueillis par notre spécialiste tennis Titi Lardé

Roland-Garros : Gamelle Monfils 2

C’est un peu comme Gasquet : il aime donner des leçons de tennis au petit Andy, mais à la fin il le laisse gagner pour l’encourager à continuer.

PK46_Assemblage_CouvRV.indd

Puisque c’est la journée des enfants, Arnaud Clément s’est invité sur le plateau de Luyat. Il n’avait pas grand-chose à dire de spécial, alors il a simplement raconté qu’il avait vu Gaël Monfils s’entraîner. Et qu’il était bien, très bien même, relaché. Pour quelle sombre raison s’est-il senti obligé de dire ça ? Est-ce un coup de l’ATP ? Du grand lobby médiatico-politique ? La Fédération le manipule-t-il ? Etait-ce dans son contrat de capitaine de Coupe Davis ? Un capitaine de Coupe Davis a-t-il vraiment un contrat ?

On n’aura jamais les réponses. Clément pourra toujours se dire qu’au fond, il avait raison : prendre 6-0 dans une cinquème manche et dire « je ne sais pas encore ce qui s’est passé, je ne me sentais pas mal dans le cinquième set, j’ai eu un moment sans, c’est passé super vite », ça sort de la bouche de quelqu’un de très relâché.

Et avec le temps, Pioline a désormais suffisamment d’éléments pour savoir qu’avec Monfils, ce n’est pas pareil, ce n’est pas un relâchement des sphincters. La Monf est chez lui à Paris, tellement qu’au bout de tant d’années, il ne sait plus si son père s’appelle Rufin ou Nelson. Ca se passe toujours pareil : il est blessé avant, il vient sans se préparer, il gagne des matchs en cinq sets, il arrive en quarts ou en demies après un super match, et c’est à ce moment-là que ça se finit très mal. Il y a bien longtemps une taule contre Federer, plus récemment des taules contre Federer, et puis depuis deux ans il remonte deux sets pour chier un cinquième. Il est fun Gaël, on sait jamais quand il déconne et quand il est sérieux, même avec son coup droit.

Ca ne change donc pas grand chose à sa carrière, ni au papier daté du 28 mai 2013 que vous pouvez relire ici si vous voulez savoir qui est Daryl. Gaël Monfils est toujours le plus fort des joueurs français depuis Noah mais ça ne se saura probablement jamais. Si seulement Gasquet avait son talent. Le jeu, Tsonga n’en a rien à foutre, il a toujours le meilleur classement, les meilleurs résultats, et lui est pas obligé de jouer au poker ou de se faire appeler Sliderman pour mettre une Rolex. Monfils fait peut-être peur à Ferrer, mais il fait que des pubs de merde.

Pendant ce temps-là, à 27 ans Gaël est 28e mondial comme à 20 ans. Mais il paraît que Ferrer a toujours peur de l’affronter. Que de chemin parcouru.

Federer-Nadal : La taule à perpétuité

Le score donne une idée des compétences respectives d’Andy Murray et Jean-Paul Loth, deux des plus grands champions de notre époque.

rafed

Cette fois c’est sûr, Roger Federer est bien de retour à son meilleur niveau. Après avoir humilié quelques top 100, après avoir humilié Tsonga, et après Murray, il ne lui manquait plus qu’une chose : en prendre une bonne contre Nadal. C’est à ça qu’on mesure son niveau de forme. L’important n’est plus de savoir comment Federer va battre Nadal, plus du tout, mais juste s’il va l’affronter. Ca veut dire qu’il est en demi-finale, et c’est la meilleure nouvelle pour tous les amoureux du beau jeu. Federer a perdu leurs cinq derniers matchs en Grand Chelem, et il ne l’a plus battu en cinq sets depuis Wimbledon 2007. Mais aujourd’hui il monte à la volée comme un Dieu, et après sept ou huit passings gagnants de Nadal, quand Roger en dépose une ça donne envie de chialer tellement c’est beau. Edberg a bien fait de venir.

Le souci c’est qu’à côté de la putain de volée amortie, pas grand-chose n’a changé à part l’âge de Roger dans cette histoire. Nadal pilonne toujours le revers de Roger, Roger résiste souvent bien dans la première manche, et puis à un moment il explose. A deux exceptions près : quand les matchs se jouent sur herbe, et quand il a moins de 28 ans. Ca ne laisse plus beaucoup de marge. Mais heureusement le genou de Nadal peut lui filer un coup de main. Parce qu’une ampoule purulente à la main, ça empêche Nadal de bien tenir sa raquette, mais pas de gagner en trois sets. Ca faisait bien longtemps que Roger n’avait pas erré sur le court sans trouver de solution, comme s’il voyait Mirka caresser la cuisse d’Edberg. Ca faisait longtemps, ça fait plaisir.

Pendant ce temps-là, on a pu reparler pendant deux jours de la rivalité Nadal-Federer. A 23-10 pour Nadal, et 9-2 en Grand Chelem, on pourra encore parler de rivalité longtemps, mais on ne sera plus obligé d’y croire.

Medias, Eurosport : Rod Laver urina

Décidément il est éternel, encore plus quand les autres sont blessés, pas bons ou déjà éliminés. On en saura vite plus.

mur

Elle s’appelle Clémentine Sarlat, elle pourrait contraindre pas mal de nos lecteurs à salir leur écran, et sinon elle anime le plateau d’Eurosport. Animer n’est pas un vain mot puisqu’avec elle autour d’une table il y a Jean-Paul Loth et Christophe Rochus, et qu’il faut trouver autre chose à dire sur le jeu de Federer que tous les bons conseils de Mouratoglou pour l’améliorer. Et tout ça sans dire « transfert du poids du corps », Bartoli a explosé le quota ; à croire que le poids du corps est son obsession.

Mais parler de Federer reste encore la meilleure option parce que ça évite de parler des demi-finales féminines. Clémentine s’y est collée et a confondu Radwanska et Cibulkova. Certains rédacteurs en chef du Vestiaire s’y laisseraient probablement prendre eux-mêmes, mais jamais avec une caméra qui tourne. Ainsi va la vie de Clémentine Sarlat, qui ne comprend son erreur que cinq minutes plus tard parce que Rochus n’a pas osé la contredire et a fait comme si de rien. Dans la compétence générale, il était temps de lancer une bien sympathique rubrique baptisée « l’edito de Jean-Paul ». Une charmante pastille à peine trop longue où il dit qu’il aime les joueurs qui se motivent pour gagner et qu’il n’aime pas les joueurs qui ne respectent pas les arbitres et les ramasseurs de balle et qui se plaignent. On n’y apprend rien du tout à part qu’Eurosport a fini par demander à ses consultants un petit effort pour justifier les rémunérations. En remerciement, il a eu son jingle et personne ne l’a coupé quand il a suggéré qu’entre un joueur et un entraîneur, c’est comme dans un couple, parfois on ne s’entend plus et on va voir ailleurs. Chamou comprend mieux pour sa femme.

Mais avant que Clémentine prenne les choses en mains, ce qui a pu intéresser Loth, il y a eu un match sur lequel il faut revenir. Car là encore, Loth est intervenu. Bien conscient que Mouratoglou avait placé déjà bien haut la barre du péremptoire, et conscient aussi que tout le monde allait dire que Federer était de retour dans les secondes à venir, il n’a pas hésité. Il a donc été le premier à dire officiellement que Rodger joue peut-être mieux qu’avant car il suit ses attaques à la volée. Rochus était baisé : il ne pouvait qu’acquiescer, tentant maladroitement de faire comprendre que Federer était favori face à Nadal. Saloperie d’escalade, saloperie d’ego.

En parlant d’ego, Roger est effectivement de retour. A son niveau d’avant sa blessure, c’est-à-dire qu’il ne perd plus contre des tocards. Avant d’affronter Nadal, c’est l’heure d’un premier bilan de son Open d’Australie : il a taulé Duckworth, Kavcic, Gabashvili, Tsonga. Et donc Murray qui ne pouvait tenir que trois sets, en réussissant quatre balles de break sur 17, en se chiant dessus quand il a servi pour le match dans les 3e, et en chiant sur ses deux balles de match dans le tie break qui a suivi. Ca rappelle effectivement le plus grand Federer.

Mais ce qui impressionne tout le monde, c’est qu’il court encore, qu’il sait encore attaquer avec son coup droit, il a même bien défendu pendant plus de deux sets. Donc tout ça n’est pas simplement un regain de forme pour un joueur qui a gagné un Grand Chelem sur quinze depuis quatre ans, et sur herbe, mais directement un progrès qui fait de lui le plus grand de tous les Roger, celui qui n’a aucune pitié pour un Tsonga nul, pour un Murray convalescent, et qui s’avance vers Nadal bardé de confiance, avec une nouvelle Wilson qui déchire grave, un bandeau rose qui va aussi bien aux petits garçons qu’aux filles, et en checkant Courier qui cire ses Nike sur le court après chaque victoire. Rod Laver l’aurait bien fait, mais il a eu besoin d’une vielle dame pour le ramasser après la balle de match.

Pendant ce temps-là, Nadal a mal partout et il pense qu’il va devoir hausser son niveau pour aller en finale. Même pas sûr.

Federer-Tsonga : Les francs Suisses

 Bon, Tsonga qui gagne le tournoi c’est plus possible. On va dire Federer et on verra dans deux jours.

roger

C’est encore un superbe duel que se sont livrés le Suisse qui parle français et le Français qui vit en Suisse. Du tennis champagne qui accouche toujours d’un futur vainqueur de Grand Chelem. L’an dernier en Australie Federer avait gagné le quart, le prélude à sa renaissance. Puis à Roland Garros Tsonga avait mis une branlée à Roger en quart, et il devenait favori face à Ferrer. Et au petit jeu de la revanche, Federer a de nouveau bombé l’ego pour torcher Tsonga, le prélude à sa renaissance mis cette fois c’est vrai. Tout a changé : cette fois c’est un 8e de finale. Et ce n’est pas Mauresmo qui le trouve fit, très en jambes et impressionnant parce qu’il n’a pas perdu un set avant son quart de finale, c’est Bartoli.

Mais revenons au match de la renaissance. Roger revient à un très haut niveau. En mettant des taules à tout le monde, y compris à un top 10 français blessé le tiers de la saison l’an dernier, il prouve qu’il est de retour. Être de retour ça veut dire qu’il est magnifique à voir jouer, qu’il sert comme un Dieu, qu’il défend super bien quand l’attaque de Tsonga passe au milieu de dix fautes directes. Être de retour ça pourrait vouloir dire qu’il va tenir l’intensité de Nadal et Djoko facilement, qu’il va défendre et jouer tous les points à fond pendant 4h, et pourquoi leur apprendre le tennis parce qu’il est meilleur que jamais. En plus son coach c’est Edberg maintenant, et tout le monde sait que les deux autres ne savent pas faire un passing.

Ou alors Edberg est pas vraiment coach, Tsonga est pas vraiment bon et Federer est simplement remis de sa blessure au dos, donc tout est normal. Mais il est toujours vieux, ce qui ne dispense pas de battre Murray en quart. Mais de nos jours personne ne peut aller en demie sans devenir le plus grand joueur de l’histoire ; ça vaudra une nouvelle photo avec Rod Laver, tout au plus.

Evidemment il y a une contrepartie à tout ça : Jo-Wilfried a été pas mal mais en retour de service c’était pas ça, et puis le jeu de jambes non plus, et puis la concentration ça aurait pu être mieux, et puis ses volées dans le bas du filet ça suffit pas pour surprendre Federer. Par contre la coupe à la Eboué c’était sympa, surtout pour balancer ses balles au-dessus du toit ou balancer sa raquette au changement de côté. Ça sent pas la victoire en Grand Chelem mais ça ne change pas l’essentiel : Tsonga reste le meilleur joueur français depuis Noah.

Pendant ce temps-là, Nadal a aussi mis trois sets à un Japonais qui avait éliminé Tsonga en 8e il y a deux ans. Mais il inquiète tout le monde.

Open d’Australie : Tu ne seras pas Monfils

Ce fut un match extraordinaire, et Monfils a pris une branlée. La même que Tsonga. Serait-ce le retour des mousquetaires ?

gae

Il faut se rendre compte : qui, dans le tennis mondial, est capable de se créer des balles de break sur le premier jeu de service de Nadal et de l’ennuyer pendant plus de dix minutes ? Toni Nadal avait raison, Monfils est le plus bel athlète que le circuit ait connu. Et comme le disaient les avisés commentateurs d’Eurosport durant la première demi-heure de jeu, Nadal est nerveux parce qu’il sait que Gaël est indébordable et qu’il est ultra-puissant. Attention, il ne s’agit pas d’instruire le procès de gros nuls qui n’y connaissent rien. C’est d’ailleurs plutôt vrai : Monfils est indébordable et il est ultra-puissant. Le seul hic est que Nadal a gagné 6-1, 6-2, 6-3.

A vrai dire, on l’a senti venir quand, à 4-0 dans la première manche, les-dits commentaires avaient un peu changé : « Gaël fait de supers coups mais il va falloir les enquiller pour faire un jeu ». Avec une telle clairvoyance pour expliquer le tennis, le monsieur doit avoir des diplômes d’entraîneur. Mais là encore il n’a pas tort : Monfils a proposé des points fantastiques à Nadal qui a sué beaucoup plus rapidement que d’habitude. C’était magnifique, à pleurer, d’une intensité folle, et neuf fois sur dix Monfils perdait. La clé de ce mystère porte un nom : les fautes directes. Monfils en a commis 57, Nadal 18. La différence de niveau est moins une vitesse de premier service qu’une attaque de coup droit qui est dans le court quand elle est espagnole ou deux mètres hors du court quand elle est française.

Si l’on veut résumer, il suffit de remettre la balle cinq ou six fois dans la moitié de court de Monfils pour qu’il se déborde tout seul. C’est le sens des quatre victoires de Simon en cinq duels. Quand Simon s’appelle Nadal, il tape juste un peu plus fort, un peu plus vite, un peu plus longtemps. Mais c’est vrai que Monfils en remet un paquet avant de saloper le balle en milieu de court ou de la mettre mais de ne pas monter à la volée parce qu’un pas de twist avant d’envoyer un parping dans les tribunes c’est mieux. Ca fait lever les foules, un peu moins les points ATP.

Pendant ce temps-là, Nadal est monstrueux. Le frigo était à la bonne température cet automne pour ses genoux.

Open d’Australie : Ibère aux points

Et si pour boucler notre présentation de l’Open d’Australie que va remporter Tsonga on faisait un bilan Ferrer pour parler de Nadal ?

fer

Par notre spécialiste tennis Titi lardé

Faire un bilan de la saison de David Ferrer, c’est faire un bilan de ses cinq dernières saisons. Ce sont les mêmes. Il faut regarder deux choses. D’abord son parcours aux Masters. Cette année, il a perdu ses trois matchs de poule. L’excuse de la fatigue tiendrait s’il avait déjà été fatigué dans sa carrière, même après un match de 15h. Ça fait de lui un médiocre n°3 mondial qui a bien mérité de pleurer sur le terrain l’an dernier à Bercy parce qu’enfin il gagnait un Masters 1000.

L’autre aspect à prendre en compte, ce sont ses confrontations avec les meilleurs, que l’on peut aussi appeler les meilleurs que lui. Djokovic ? Deux matchs, deux défaites, et cette belle branlée en demi-finale de l’Australie : 6-2, 6-2, 6-1. Nadal ? Il ne mène plus que 21-5 à cause de ce petit exploit de Ferrer en demi-finale de Bercy, ce qui lui fait finir l’année en n’ayant gagné que cinq de leurs six confrontations. Federer ? Ils ne se sont pas joués cette saison, on reste donc à 14-0. Murray ? Leur finale à Miami fut épique. Ferrer a eu les balles de match et sur la dernière il a challengé, sauf qu’elle était bonne. C’est donc Murray qui a emporté le trophée dix minutes plus tard, laissant à Ferrer ses récompenses habituelles : les regrets, les larmes, et pour une fois des crampes.

Voilà qui nous conduit, sans trop savoir pourquoi, à la 3e place mondiale de Ferrer. Comme d’habitude, il n’a raté aucun tournoi, et si on pouvait en disputer deux d’un coup il le ferait. En Grand Chelem, il a fini sur deux quarts, ce qui n’est pas bon parce que d’habitude en dehors des tops 4 il torche tout le monde, une demi-finale contre Djoko et un acte de présence le dernier dimanche de Roland contre Nadal. Mais qu’on se rassure : c’est juste parce qu’il y avait Tsonga à dégraisser sur le Central deux jours avant en demie.

Pendant ce temps-là, Murray et Federer sont passés derrière au classement. Pour comprendre, il faut relire ici et ici. Et Del Potro, Berdych, Wawrinka et Tsonga sont restés derrière. Il faut bien que quelques-uns admirent le petit David.

Open d’Australie : Comment devenir un champion Andy leçon

Alors cette saison de la confirmation, bien ou bien ?

liv

Tout démarre souvent par une fiche wikipedia, mais cette fois non. Ça commence par une phrase de John McEnroe : « Murray est le futur numéro 1 mondial. » Encore une provoc à la con du du vieux Johnny. Il aurait presque pu être pris au sérieux s’il avait dit ça en janvier dernier, avant l’Open d’Australie. Murray était le dernier vainqueur en titre d’un Grand Chelem, l’US Open 2012. Mais non, il a fallu qu’il annonce ça juste avant l’US Open 2013. On en savait déjà beaucoup : une finale perdue en Australie contre Djoko qui n’était pas redevenu Djoko, un Masters 1000 (Miami), pas mal de défaites en quarts, un forfait à Roland-Garros, une finale gagnée à Wimbledon contre Djoko qui n’était toujours pas redevenu Djoko. Un deuxième Grand Chelem qui suit un bilan sur terre battue qui dépasse tout ce qu’il a pu ne pas accomplir par le passé : trois victoires, trois défaites. La saison de la confirmation confirme donc quelque chose : pas grand-chose n’a changé. Car au bout de cette saison qui devait sceller son avènement, il lui reste un titre du Grand Chelem, un titre au Queen’s, des défaites en gueulant, un abandon, et une opération qui lui offre un forfait au Masters. Il pense vraiment qu’il est devenu Nadal ?

Et puis fin septembre, est venu l’opération chirurgicale du dos. La fameuse, celle après laquelle Federer, Djokovic et Nadal courent encore. Ca veut dire beaucoup un tweet. Il suffit juste de tous les lire ici. Le 23 septembre il se fait opérer et il écrit, photo de la salle de réveil à l’appui : « la première chose que j’ai demandé à mon réveil : ai-je gagné ? » Sympa ce Murray. Le 24 il écrit qu’après deux jours à l’hosto il réalise à quel point il aime son métier. Le 26 il présente la couverture de son livre Seventy-seven, my road to Wimbledon glory. Le 29 il félicite son frère Jamie qui a gagne en double à Bangkok. Le 2 octobre il poste des photos d’Arsenal-Naples. Le 4 il regarde le dernier épisode de Dexter, le 6 il revoit le chirurgien et le soir il commence la saison 3 de Homeland. Il est devenu un putain de champion.

A New York, Murray avait offert à Big John un quart de finale en guise de confirmation. Wawrinka aurait pu lui laisser un set, mais non.

Djokovic 2014 : Gold Novak go

A 10 jours du plus palpitant Open d’Australie de ces 20 dernières années, notre spécialiste a passé au scanner les derniers superhéros de notre temps. Tsonga a-t-il raison de s’afficher aux cotés d’Alizée Cornet avant de remporter son premier grand Chelem ? Federer a-t-il le niveau pour s’aligner avec Mahut ? Murray a-t-il fini de se moucher ? Ferrer est-il aussi espagnol que Nadal ? Il n’en restera qu’un. Aujourd’hui voici le numéro 2 mondial, qui va chercher du fric dans les Emirats et qui a été nommé champion du monde ITF, mais on ne sait absolument pas ce que c’est.

nol

Comment un joueur de tennis peut-il décider, tout d’un coup, de gagner 26 matchs de suite en fin de saison alors que jusque-là il ne réussit qu’un match sur deux ? Les Yougos sont tous les mêmes, quel que soit le sport qu’ils pratiquent. S’ils n’ont personne à leur hauteur, ils finissent vite par tourner en rond et parfois la seule solution pour retrouver la flamme est de devenir un dirigeant, si possible le plus corrompu de tous.

Djoko manquait simplement d’un défi. Ou plutôt d’une défaite en finale de Grand Chelem contre meilleur que lui. Parce que ça lui posait un problème : que quelqu’un soit plus fort que lui. Le défi ne s’appelait plus Federer qui vient de se débarrasser de Chardy en perdant moins de deux sets, il ne s’est jamais appelé Ferrer ni Del Potro. Il avait fini par s’appeler Murray mais combien de temps peut-on se mentir à soi-même ? Le temps d’un titre à l’Open d’Australie, deux maximum. Et puis les matchs reviennent inlassablement : du fond de court, des courses, des balles molles, et c’est à qui fera le plus de fautes.

Tout ça pour quoi ? Alors que quelque part, un gaucher capable de frapper comme dix Becker existe. Il suffisait juste d’attendre qu’il revienne mettre plusieurs branlées à tout le monde, y compris à lui. Et d’un coup tout revient : se jeter dans un revers pour contrer un lift, faire des échanges à 40 coups sans avoir la certitude que c’est l’autre qui fera la faute, serrer une main au filet en ayant sué. Le sens de la carrière de Djoko est en train de se jouer : s’il veut gagner 20 Grand Chelem, il peut. Mais il n’a peur que d’une chose : que ça soit trop facile.

Pendant ce temps-là, Djoko a pris Becker pour l’entraîner. Il n’a plus besoin de personne mais un peu de buzz ne fait jamais de mal.

Federer 2013 : Bjorn to be alive

Roger mérite bien une faveur : il est le premier n°6 mondial à avoir un bilan du Vestiaire.

rf2013

 

Alors qu’il n’a plus rien à prouver à personne, Roger s’investit sans compter pour la démocratisation de son sport. Sa 15e saison professionnelle a permis à un nombre incalculable de joueurs non seulement de faire carrière, mais aussi d’avoir une chose incroyable à raconter à leur enfant : une victoire contre Federer. Ça paraît fou, ça n’aurait jamais dû arriver mais c’est arrivé et pas qu’une fois en 2013. 

Pour bien revivre cette authentique saison de trop, il faut vite passer sur le seul titre que les 45 victoires du maître ont autorisé. C’était évidemment sur herbe, car sa saison était cousue de fil blanc : il n’allait enchaîner plusieurs victoires que sur herbe et en salle, comme à l’époque où il défonçait ses raquettes, mais à l’époque il pouvait défoncer autre chose que ses raquettes.

C’est, comme tout le monde, en Australie que 2013 a pris son pli pour Roger. Une défaite en demi-finale, en cinq sets, contre le nouveau Murray qui gagne tout était un bon prémice. C’est en tout cas ce qu’il a cru bien avant de savoir que le nouveau Murray n’allait pas gagner grand-chose de plus que l’ancien. Ainsi aveuglé, Roger ira perdre un quart de finale à Rotterdam contre Benneteau. C’est bien souvent de la sorte que les ennuis commencent : Soderling ne s’est jamais débarrassé de ce terrible après-midi de juin, ni de sa mononucléose.

Ca n’a pas manqué : Nishikori, Stakhovsky, Delbonis, Brands et Robredo n’imaginaient pas pouvoir battre Federer un jour, et encore moins que ça serait facile. Mais Roger est un champion : il a assumé, en d’autres termes il est venu dire qu’il a mal au dos en conférence de presse et qu’il testait une nouvelle raquette, il a gagné les matchs qu’il fallait pour aller prendre des branlées au Masters, et il a été prendre des branlées au Masters, en gagnant parfois un set quand les trois premiers s’oubliaient sur le court. Ensuite c’est Roger qui s’oubliait sur son service dans les moments importants. C’était assez triste. A partir de quand ça devient beau ?

Bonus : Federer en 2014

Affûté comme jamais en Australie il expédie ses deux premiers tours en trois sets. Leconte affirme sur Eurosport qu’il ne l’a pas vu aussi « fit » depuis bien bien longtemps et qu’il bouge vraiment bien sur le court. Quatre jours plus tard, six au maximum, Djokovic et Nadal disent leur surprise de voir Roger éliminé mais assurent qu’il reste un concurrent pour la place de n°1 mondial. Puis ils retournent s’entraîner en se demandant qui arrivera à leur prendre un set avant la finale. Deux semaines plus tard, Roger convoque une conférence de presse, les nécrologues de Tennis Magazine sont sur les dents mais Roger annonce qu’il continue jusqu’aux Jeux de 2016 si Wawrinka veut bien de lui.

Tennis, Masters : Djokovic et Nadal sont-ils humains ?

Ils se nourrissent l’un de l’autre et malgré leur apparence humaine ne sont plus que des egos avec des raquettes. Elles pourraient être en bois ou cordées avec les testicules de Gasquet ça ne changerait rien. Bientôt ils ne voudront plus jouer que des finales l’un contre l’autre. Ce qu’ils font déjà depuis la retraite de Federer et la mort du dentiste de Murray. Autopsie des deux plus beaux monstres de l’Histoire du tennis.

tet

Une enquête de notre spécialiste tennis Titi Lardé

Que signifie le terme monstre ? On en trouve trois acceptions au moins et chacune colle parfaitement avec les biceps ultraprotéinés de Nadal ou la perruque incoiffable de Djokovic. Au choix, les monstres sont des êtres fantastiques de la mythologie populaire. Des animaux, personnes ou objets de très grande taille ou effrayant ou bien des personnes inhumaines qui suscitent l’horreur.  A l’évidence personne ne serait surpris de voir la photo de l’un ou de l’autre pour illustrer ces définitions. Et pourtant rien à voir avec le fait qu’ils puissent taper toujours plus fort durant 5 heures. Le tout avec un mental et une technique plus solides que le coffre-fort suisse de Guy Forget. Alors qu’en est-il de la saison des monstres ?

Novak Djokovic avait commencé la sienne très doucement en gagnant comme d’habitude l’Australie après un 12-10 au 5e set, en 8e contre Wawrinka. Etre passé si près de la défaite contre un type prénommé Stanislas peut effectivement susciter l’horreur. Puis Novak a gagné à peu près tout ce qui se présentait comme tournoi pas intéressant sans même perdre ni son grand-père, ni sa grand-mère. Un vrai progrès, presque mythologique. Il n’avait pas prévu de perdre contre Del Potro et Haas dans la foulée. Inhumain. Mais quelle importance cela pouvait-il avoir ? Tout le monde ne parlait alors que de la rivalité du futur, celle entre lui et Murray. Certains ont pris leur retraite pour en avoir enduré moins que ça. Et puis Nadal est revenu et il est arrivé à Djoko ce qui pouvait lui arriver de pire : battre Nadal à Monte-Carlo en finale. Ce n’était pas important pour Nadal mais lui seul le savait.

Après ça, le Serbe était quasiment assuré de rester numéro un mondial à vie : il jouait assez mal, perdait contre Dimitrov et Berdych sur terre battue sans se rendre compte que s’autodétruire n’était pas nécessaire : Nadal n’avait pas besoin de ça pour savoir qu’il allait revenir. Ca a donné 9-7 au 5e à Roland et quatre sets en finale à l’US Open le tout en ne voyant mourir que Federer, les derniers espoirs de Gasquet et une espèce de mère spirituelle. Mais en fait il n’a jamais été aussi heureux de perdre car grâce à ça il a gagné les 20 matchs joués depuis.

Il est redevenu Djoko : un premier set parfait, un deuxième foutu en l’air, et quand viennent les moments importants il ne laisse rien : quand il faut torcher Del Potro au 3e il le torche, quand il faut humilier Federer il l’humilie, quand il faut lui faire comprendre qu’il ne court plus assez vite ni assez longtemps Djoko n’hésite pas, et il fait ça sans suer. Pour le battre il faudra encore tuer un membre de sa famille, s’il en reste, car la guerre en ex Yougoslavie a quand même fait des dégâts. Ca ne l’empêchera jamais d’avoir la classe de dire que Ferrer est un adversaire à prendre très au sérieux. Par contre quand il faudra tweeter « congratulations Andy » à Murray pour son deuxième Wimbledon, il n’aura plus tellement envie de le refaire.

Quant à Nadal, on l’a assez dit : il a passé son année à soigner un genou, battre tout le monde hormis Djoko, battre Djoko, prendre la place de Djoko et garder la place de Djoko et comme d’hab s’inoculer des trucs dégueu sans qu’on soit au courant. Rasmussen avait essayé le sang de chien. Pourquoi pas après tout, nous sommes tous des animaux. Du coup Djoko a dit que c’était mérité, en pensant qu’il lui mettra le manche, les balles et le cordage pour se venger l’année prochaine. Mais Nadal n’est pas homme à se laisser piquer si facilement, enfin à ce qu’il en dit.

Ca donne donc les plus grands matchs de l’histoire du tennis : quatre ou cinq heures de tennis total, à plus de dix coups de moyenne par échange et avec des défenses incroyables. Nadal balance des vamos avec ses tendons rotuliens déjà passés de date, Djokovic réplique avec son régime au gluten, c’est du jamais vu et pourtant ils sont encore meilleurs qu’avant. Arracher leur t-shirt d’une seule main ne leur suffit plus, tenter de filer le VIH à l’autre, à grand coups de revers dans la diagonale de Djoko ou de coup droit long de ligne de Nadal, non plus : ils se sont déjà mangés le cerveau à tour de rôle, à l’escabèche pour l’un, en tourte Gibanica pour l’autre. Les autres n’ont évidemment plus aucune chance en Grand Chelem, même à deux points du match, jusqu’à nouvel ordre.

Du coup, qu’a fait Federer cette année ? Il a joué avec passion, pas mal perdu, et peut-être qu’il s’est approché de son meilleur niveau en fin de saison. Comment savoir ? De toute façon ça n’aurait pas suffi.

 

 

 

Djokovic : Bercy patron

On a beau retourner ce tournoi de Bercy dans tous les sens, se repasser les éditions précédentes en boucle, il n’y a décidément rien à en tirer. On irait presque jusqu’à demander sa suppression tant il sert à pas grand chose. Et pourtant après de longues heures d’enquête le service tennis du Vestiaire est parvenu à trouver quelques raisons de continuer à voir Forget pronostiquer un Français en finale. Les voici :

gf

Parce que si Bercy était le seul tournoi de la saison, les Français seraient dans le top 3 mondial

En promettant un Français en finale, Forget n’était pas atteint de démence précoce. Ce n’était pas non plus la manifestation pathologique de son incompétence chronique : non, cette fois il n’était pas sûr de se rater. Car si la cuvée 2013 a été dominée par Gasquet et énorme son quart de finale où il a pris près de 3 jeux à un Nadal mourant, d’habitude ça marche mieux. Il peut même arriver des trucs aussi farfelus que Grosjean et Tsonga qui gagnent un tournoi, ou Monfils en finale. Du coup on pourrait se dire que jouer à domicile les transcende, ou même qu’ils sont capables de titiller les plus grands. En gros, ils ne seraient pas des truffes. Mais alors ce serait considérer que Roland-Garros n’est pas en France. Le secret de ce qui s’apparente à une rupture du continuum espace-temps est ailleurs : si les Français brillent à Bercy ce n’est pas à cause d’un abus de champignons hallucinogènes ou de paris truqués : c’est uniquement parce que la saison se termine à l’US Open et que les meilleurs s’en foutent d’ajouter le tournoi de Forget à leur palmarès.

Parce que Bercy c’est comme un bon film de science-fiction, l’histoire est pas crédible une seconde mais on aime y croire quand même.

La plupart des grands joueurs ont gagné Bercy, la plupart des joueurs moyens aussi et meme Federer quand il ne jouait plus. Mais qui imaginerait Ferrer remporter un Masters 1000 ? Personne, pourtant à Bercy c’est arrivé. Qui imaginerait Nalbandian remporter un Masters 1000 ? Personne, pourtant à Bercy c’est arrivé. On peut faire la même vanne avec Berdych, Henman, Soderling… Et oui, à Bercy tout est possible. Même un Llodra éliminant Djokovic, Grosjean humiliant Kafelnikov ou Benneteau et Monfils sortant Federer, chacun leur tour quand il jouait encore, c’est arrivé. Gasquet y aurait même battu Murray dit la légende. Vous n’y croyez pas ? Vous trouvez ça un peu gros ? Horrible ? Inutile de vous torturer l’esprit, oubliez ça. Imaginez que vous avez rêvé et que Forget n’a jamais joué au tennis.

Parce que grâce à Bercy, Forget a gagné pas mal de pognon

On le sait peu mais si Guy Forget a fait la fortune des salons de bronzage, a été invité par Ardisson, a pu perdre une dizaine de Coupe Davis en tant que capitaine contre une victoire quand même, a pris des chèques sur la plupart des chaînes de télévision pour les déposer en Suisse, avant de devenir le patron de Bercy un tournoi sponsorisé par une banque, c’est uniquement grâce à Bercy. Car sans sa victoire dans ce tournoi extrêmement relevé et follement intéressant, sa carrière aurait paru plus pourrie encore. C’était en 1991, son parcours parle pour lui : ses victoires à Bruxelles, Bordeaux ou Toulouse permettent de découvrir l’existence de ces tournois. Il bat même deux fois Sampras. Mais à l’époque Sampras a 20 ans et c’était mieux de battre Edberg en fin de carrière, Becker  ou Courier. Bref le niveau est naze et gagner Cincinnati n’est pas beaucoup plus dûr que de gagner 6 millions en ne passant jamais les huitièmes en Grand-Chelem. Arrive donc Bercy et McEnroe, Rostagno, Camporese, Svenson et Sampras.  L’année d’après il fera encore finale. A Bercy tout est vraiment possible.

 

Tsonga-Ascione : Thierry en rit

Et en plus Jo-Wilfried Tsonga a été éliminé par Nishikori après avoir raté des balles de matchs. Le choc psychologique comme on dit.

jo

Un jour, à Roland-Garros, Roger Federer attendait Thierry Ascione. C’était en 2008, à l’époque les deux hommes jouaient au tennis. Pour Roger c’était un 2e tour comme un autre, enfin pas tellement plus dur. Pour Thierry en revanche, c’était le jour d’une vie. Un peu grâce à Federer, beaucoup grâce au 2e tour parce qu’il n’en avait jamais joué et qu’il n’allait jamais en rejouer. Ah si, même un 3e, mais qne qualifications le samedi avant le tournoi.

Jouer Roger, c’était de loin sa meilleure performance de la saison, perturbée par un accident de scooter, l’ironie de l’histoire quand on provoque tant d’accident porte d’Auteuil à cause de coups droits égarés. Pourtant, les plus éminents spécialistes tennistiques ont toujours cru en lui, tel Guy Forget qui déclarait en 2004 sur la sélection de Thierry en Coupe Davis : Qu’est-ce qui vous a séduit en Thierry Ascione ? « D’abord sa force de frappe. Aujourd’hui, il frappe au moins aussi fort que Ljubicic. J’aime bien aussi l’attitude de Thierry sur le court. C’est quelqu’un qui ne montre aucune émotion. C’est déjà la preuve d’une certaine maturité chez lui. » Ljubicic tapera effectivement un peu moins fort pour gagner en 3 sets pour la seule apparition de Titi sous les drapeaux jusqu’à aujourd’hui.

Et c’est effectivement sans aucune émotion qu’il avouera à François Brabant d’Antenne 2 « je ne sais pas ce qui s’est passé » après une défaite contre le très poivre et sel Sanguinetti. Pourtant Brabo n’avait pas prononcé les mots qui s’imposaient : « Thierry, c’est con non ? » La magie des courts annexes. Espérons que désormais Thierry sache transmettre le goût de son art, car comme il l’a déclaré après le match et sans savoir qu’à 32 ans il donnerait des conseils avec un triple menton,  » j’ai passé six mois et demi à ne rien faire du tout, parce que d’une part je n’avais plus le goût, et d’autre part parce que je ne pouvais plus. »

US Open: Gasquet va-t-il de nouveau humilier Nadal ?

Pour la deuxième fois Richard Gasquet se présentera en demi-finale d’un Grand Chelem. Ca ne fera pas de lui le plus grand joueur français ni même l’un des trois meilleurs, ni même l’un des quatre. Il peut quand même réaliser l’exploit qui lancera pour la deuxième fois sa carrière après la taule qu’il avait collé à Monte Carlo en 2005 au joueur du siècle qui s’appelait Federer. Sans doute un homonyme du 7ème joueur mondial.En demi-finale Richard avait pris un débutant du même âge Rafael qui lui avait montré pour la première fois les muscles qu’il n’avait pas encore à Tarbes en 1999. Au premier set Gasquet avait le talent, les deux suivants Rafael s’appelait Nadal. Voici pourquoi Richard va enfin devenir Gasquet.

gr

Parce que Richard il a pas besoin de voir un psy

Depuis ces fameux Petits As Richard a eu beaucoup de mal à battre une nouvelle fois Rafael. Parfois il n’avait pas le physique, parfois pas le mental et souvent pas le niveau. Du coup en 10 affrontements l’Espagnol mène de justesse 10-0. Si on osait utiliser des clichés à la con, on appellerait ça une bête noire, mais curieusement les Top 3 sont les bêtes noires de beaucoup de joueurs. Alors écartons cette hypothèse. Richard n’a pas peur de Rafael, il l’a même battu une fois quand ils avaient 13 ans il n’y a aucune raison que cela ne se reproduise pas. Et si Gasquet ne bat quasiment jamais des joueurs mieux classés, ce n’est pas qu’il fait un complexe c’est qu’ils sont meilleurs. En plus il vient de battre Ferrer qui était mieux classé même si c’était un lointain cousin du Ferrer de terre battue.

Parce que Richard n’a pas fait la Une de Tennis Magazine à 9 ans pour rien

Si le papa de Richard s’est montré insistant auprès de son fiston pour qu’il sache retourner ses services avant ses trois ans et demi ce n’est pas pour que Richard passe sa vie à prendre de la coke sur le pubis d’une salope vénale. Ou pas que pour ça. Bilan : quand on oblige son enfant à jouer au tennis pour réaliser ses propres rêves il apprend à rouler des galoches, il a une technique sans égal mais ses coups font moins mal que ceux de son papa.

Parce que Rafael préfère la terre battue pour démolir ses amis et ses ennemis

L’US Open ce n’est pas un tournoi pour Nadal. Les surfaces dures l’empêchent d’exprimer totalement ses qualités que sont l’endurance et la violence. Du coup il a remporté tous les tournois auxquels il a participé pour voir s’il pouvait y arriver.  A Flushing, il n’a fait que deux demies et une finale si l’on excepte sa victoire en 2010. Faut-il se fier à la fessée qu’il a mise à Robredo hier pour jauger sa forme actuelle ? Surement pas, il vaut mieux étudier le comportement de Nadal quand il est en demie d’un Grand Chelem. Nadal a-t-il l’habitude d’être en forme ? Depuis 2009, il ne s’est jamais arrêté là. On résume : 9 demies=9 finales. Pourvu que la Syrie attaque les Etats-Unis demain soir ou qu’il se blesse.

Mais après tout pourquoi ne deviendrait-il pas du jour au lendemain le plus grand joueur de tous les temps ?

 

Roger Federer : Bjorn morgue 3

A-t-on déjà vu un quart de finale où il y aurait Richard Gasquet mais pas Roger Federer à part aux Petits As de Tarbes en 1999

rf

Troisième épisode, déjà, pour notre série consacrée à l’année de trop de la légende vivante du tennis. « L‘important est de prendre du plaisir » rappelle-t-il à l’envi à ceux qui lui reprochent de continuer pour perdre et de dégueulasser l’image qu’il laissera de lui. Si ce plaisir est proportionnel à l’ampleur des branlées qu’il prend, il doit sacrément jouir le porc. Mais comment douter encore qu’il puisse en prendre ? Cela explique en tout cas son comportement puant de suffisance durant les années d’humiliations qu’il faisait subir aux autres :  Roger pensait faire leur bonheur.

Lui qui aime ça doit en tout cas être particulièrement comblé par la raclée d’hier. En Australie, c’est cet ancien nul de Murray qui l’avait réduit au silence en cinq sets. A Roland personne n’a oublié que ce n’est pas Simon mais Tsonga qui lui a appris le tennis alors que lui-même n’a jamais vraiment su se servir de sa raquette. C’était avant le chef-d’oeuvre de Wimbledon où un Ukrainien dont nous ne citerons pas le nom par décence, l’a arrêté au deuxième tour. Vexé, Federer avait choisi de se ressourcer dans des tournois qu’il était sûr de gagner. Enfin que le grand Federer aurait été certain de gagner. Pas le vieil oncle qui joue à sa place depuis 3 ans. Celui-ci n’a aucune honte à ressentir d’avoir cédé face à Delbonis et Brands. Ce n’est pas une blague tout est archivé.

Et puis hier est arrivé Robredo, de retour après une blessure de 12 ans, un type qu’il avait écrasé à peine dix fois en dix rencontres. Mais à l’époque il savait encore monter au filet, organiser ses points, servir, retourner, être arrogant. Et puis ce petit truc qui faisait la différence : sortir le bon coup au bon moment. Maintena,t il sort le coup au bon moment mais dans le couloir. Soyons juste, il a rappelé, après le match que Robredo n’est pas devenu subitement meilleur que d’habitude. Il a aussi trouvé le match nul. Il est encore difficile de parler à la première personne, moins de rendre pathétique une fin de carrière, devenue longue, beaucoup trop longue.

Pendant ce temps-là, l’Atp soupçonne Gasquet d’avoir eu recours à un psy. Ce n’était que Raonic en même temps. On saura après Ferrer si quelque chose est encore possible parce que deux jours après un match en cinq sets, la fatigue, les ampoules et toutes sortes d’excuses de ce genre menacent dangereusement.

US Open, Gasquet : Le huitième jour

Une qualification en seize 8es de finale : Richard peut-il échouer dans sa quête de record ce soir ? Au cas où ça dépendrait de Raonic, le Vestiaire a enquêté. Nous sommes en mesure de vous révéler que Richard aime bien le deuxième set, qu’il a remporté six fois sur seize. Mais voilà ce que Richard n’aime pas dans un 8e de finale.

gasquet

1. Les autochtones

C’est un fait : Richard n’aime pas faire mal au public quand il joue à l’étranger. Tout remonte à son premier US Open, en 2005. Il affronte Robby Ginepri, que la presse américaine rechigne à surnommer Mozart et elle ne le regrettera pas. Mais quand il s’agit de mettre la casquette à l’envers, Ginepri soutient la comparaison, d’où le 6-0 au 5e set. Richard découvre les joutes universitaires américaines, même si la coke lui est encore étrangère. Quand il rencontre Murray sur ses terres de Wimbledon, il mène deux sets zéro en 2008 mais n’ose pas aller au bout de la démonstration. En 2011 il a retenu la leçon, il se permet d’emmener Murray au tie-break mais pas plus loin. Même problème en Australie face à Tsonga qui a un coach australien en 2013. Foutue politesse.

2. Les top 100

C’est le point commun le plus évident de tous. Gasquet n’a gagné qu’un huitième de finale. C’était à Wimbledon 2007, avant d’en perdre onze de suite. En face c’était Tsonga, celui aux genoux rabotés qui commence à refaire surface. Ritchie s’était imposé en trois sets, pas plus impressionné que ça par la 100e place mondiale de son ami Jo dont la photo jouxtait encore la vitrine dédiée aux interclubs d’Angers Tennis club. Si seulement il avait connu la suite à l’avance, il se serait sans doute abstenu.

3. Les joueurs plus forts que lui

C’est une troublante révélation que Richard a confessée en juin. Poussé dans ses retranchements par Luyat, il avait mis le doigt non pas sur Golovin assise pas loin mais sur  les raisons du syndrôme. « Je suis tombé sur des joueurs plus forts, souvent Ferrer, souvent Djokovic, souvent Murray, c’est ça qui m’a fait mal. » Vérification faite, c’est arrivé six fois pour six défaites effectivement. Comme d’habitude Richard voit juste. Et c’est vrai qu’en plus six fois sur seize c’est souvent. Mais qui sont les autres ?

4. Les autres

Qu’est-ce qui rassemble Tsonga (8e mondial en Australie 2013, 38e en Australie 2008), Robredo (6e en Australie 2007), Wawrinka (10e à Roland 2013), Mayer (29e à Wimbledon 2012), Nalbandian (19e à Wimbledon 2005), Monfils (19e à l’US Open 2010, Hewitt (17e à l’US Open 2006) et le fameux Ginepri (46e à l’US Open 2005) ? La réponse est simple : pas grand-chose voire rien du tout. Il y a du puncheur, du joueur de fond de court, de l’attaquant, du défenseur, du serveur-volleyeur, du joueur nul à chier, du français, du pas français et même de l’allemand, du droitier, du gaucher. Ils ont pourtant tous l’air d’avoir aimé un jour de leur vie les matchs en trois sets gagnants contre Richard.

5. Mener deux sets zéro

Ce n’est pas arrivé si souvent, c’est vrai. Mais Richard l’a fait contre Wawrinka et Murray et ça lui est revenu dans la gueule. Alors très peu pour lui, ça marche pas.

6. Revenir de deux sets zéro

Revenir quand on est mené d’un set c’est dur, alors de deux c’est l’exploit et puis il faut se bagarrer. C’est arrivé encore moins souvent à Richard, une seule fois en 8e contre Hewitt à l’US Open 2006 et ça lui est revenu dans la gueule au 5e. Alors très peu pour lui, ça marche pas non plus, sauf en quarts contre Roddick à Wimbledon mais c’était un quart, c’était Roddick et ça arrive qu’une fois dans une vie, enfin il paraît.

La bonne nouvelle, c’est que Richard n’a jamais affronté de golgoth qui mesure 2 mètres 50 et qui sert à 500 à l’heure en 8e de finale. La mauvaise, c’est que quand il a joué Raonic ou Isner cette saison il a perdu. Par contre il a battu Querrey mais Querrey il va pas en 8e de finale, il perd contre Mannarino au 2e tour.

Retrouvez tous les articles tennis ici

US Open : Ground zéros

Ils sont Français et rêvent de l’US Open. Voilà pourquoi ils vont aller loin*.

cp (2)

Richard Gasquet : Souvenez-vous, on l’avait laissé sur le meilleur début de saison de sa carrière juste avant Roland-Garros. Trois mois plus tard, il a tellement perdu contre n’importe qui qu’il a plus ou moins battu personne. Mais la bonne nouvelle c’est que ça ne change rien à son début de saison, toujours excellent. Du coup, il n’y a aucune raison qu’il n’aille pas loin comme à Doha début janvier, à part si son tableau comporte plus de top 10 qu’avec Hernych, Zemlja, Lacko, Brands et Davydenko.

Gaël Monfils : Fin connaisseur de son corps, il ne lui a imposé qu’un tournoi de préparation avant l’US Open à Winston-Salem la semaine dernière. Mais Monfils reste un showman qui se laisse emporter par son amour du rap, des bagnoles, de la NBA et des cochonnes qui crient son nom, alors il a été en finale quand l’habituelle épidémie de contre-performance obligeaient toutes les têtes de série à quitter les lieux pour aller se préparer à New York dès le jeudi. Il a abandonné en finale en ayant mal. Pourquoi s’inquiéter ? Comme Nadal et Vlad Tepes, il suffit qu’il passe un bon paquet de nuit dans une chambre froide dès qu’il le peut et ça repart.

Benoît Paire : Il a déjà réussi son tournoi. Avec les forfaits de Simon et Tsonga, il est la deuxième meilleure chance française. Il peut même se balader dans les allées en affirmant qu’il est tête de série, cette fois c’est vrai. Et personne n’ira vérifier si oui ou non il a fait d’autre demie depuis son éclosion au Masters 1000 à Rome en mai. C’est non.

Jérémy Chardy : Ça fait quatre tournois qu’il passe à un tie-break ou à un petit set de passer le premier ou le deuxième tour. Le jour où il passera le cap, ça peut faire très mal.

Nicolas Mahut : Il est le seul français à avoir gagné deux tournois cette saison. Plus il est vieux et blessé, plus il obtient de bons résultats. Espérons que son genou le fasse souffrir, parce qu’il est de plus en plus vieux.

Benneteau : Le problème, c’est que dès qu’il va en finale, il la perd. C’est arrivé huit fois, ça ferait neuf. A quoi bon ?

Merde, on a oublié Llodra.

Rafael Nadal : Le Borg de barbarie

Voilà à quoi va ressembler le tennis jusqu’à sa prochaine blessure.

raf

On avait fini par oublier pourquoi Nadal a battu tous les Federer successifs au fil des années. Après avoir disparu, après que Federer a disparu à son tour depuis une bonne trentaine de mois, Nadal est revenu pour régler ses comptes puisque Federer ne compte plus. C’est l’histoire de son retour et de sa saison 2013. On savait déjà que Nadal ne reviendrait que s’il était sûr de tout gagner, pas juste pour jouer des matchs et voir comment ça se passait, comme il le promettait bien entendu les yeux pleins d’incertitude. Ça ne l’empêchait pas de dire la vérité quand on lui lançait à la gueule l’ère Murray-Djokovic. Faut pas déconner quand même, il a donc répondu que l’ère Nadal-Federer n’était peut-être pas finie. Ce qui ne l’a pas empêché de le battre trois fois de suite en 2013.

Pour que son retour paraisse en être un, Nadal s’était permis d’être nul un ou deux matchs pour son premier tournoi, même de ne pas le gagner mais ça n’a pas duré. A ce moment-là, en finale d’un tournoi chilien où il ne mettra plus les pieds, les rallyes sur terre battue contre Zeballos était durs, les balles de Zeballos rebondissaient haut, les amortis de Zeballos faisaient mal et la petite coupe normalement prévue pour Zeballos a été pour lui. Nadal n’avait pas la solution. Affirmer qu’à ce moment-là il ne voyait pas Zeballos mais Djokovic serait accorder beaucoup d’honneur à Zeballos, ou peu à Djokovic et encore moins à Murray. C’était pourtant bien le cas.

Car depuis, Nadal a tout gagné à part ce qu’il n’a pas voulu gagner, excepté Monte-Carlo, quoique cette histoire d’invincibilité le faisait peut-être chier. C’est un coup à devenir vraiment invincible et c’est bien plus marrant de l’être partout ailleurs. Surtout, il n’était pas encore prêt à agresser Djoko quand ce petit vantard réussissait un break, voire gagnait un set. A Roland, il était prêt. On ne met pas 6-1 après un 6-3 pour Djoko et on ne gagne pas 9-7 dans la 5e manche si on n’est pas Nadal car pour une fois, Djoko était Djoko et lui n’a pas l’excuse du lipome arborescent de la synoviale du genou.

Mais c’est juste après ça que Nadal a accompli son immense progrès, celui qui lui a permis de torcher tout le monde pour son tournoi de reprise sur ciment, celui qui lui permettra sauf blessure de gagner l’US Open et d’être numéro un mondial en octobre : il a perdu au premier tour de Wimbledon sans l’ombre d’un remord. Il a juste fallu ne pas culpabiliser de donner du plaisir à un Belge, ne pas trop s’en foutre et laisser tonton parler de son genou, autrement dit le laisser gérer sa carrière. C’est assez simple d’être le meilleur, il faut juste accepter qu’on peut perdre 3 fois en 55 matchs mais bien choisir ses dates.

Le reste c’est aussi simple qu’avant, et ça marche contre les petits qui courent vite, les grands qui tapent fort, les génies de Béziers qui ont un sacré talent, les géants qui servent à 230 et sans doute contre Santoro mais on saura jamais : engager l’échange, attendre en remettant tout jusqu’à ce que son gros biceps gauche décide de gagner le point tout seul. En gros tout dépend de son genou.

Retraite de Bartoli : Walter minus

2013 restera donc la plus belle année de sa vie, sur les 29 dernières en tout cas.

aff

Alors comment se foutre une nouvelle et dernière fois de la gueule de la petite Marion devant un tel épanouissement. Stopper sa carrière un mois après avoir gagné Wimbledon, on en aurait enfermé pour moins que ça. Elle ne profitera pas du pognon, de la starisation et des invitations de Denisot qui avait de toute façon choisi de se barrer juste avant.  Et pourtant tout est tellement logique, Bartoli rêvait de le faire depuis si longtemps pour enfin s’offrir la vie à laquelle elle a droit. Une vie sans ce tennis qu’elle déteste et qu’on lui a obligé à pratiquer depuis ses 6 ans, par la gentillesse des tyrans qui l’entourent.

Et alors qu’elle ne gagnait que des dépressions, des prises de poids et branlées, Marion est enfin parvenue à sortir de l’emprise pour prendre Wimbledon et sa retraite. Elle a peut-être découvert un test de grossesse positif ou juste ce qu’est l’amour, en tout cas pour la première fois le Vestiaire est bien content qu’une championne de son calibre, un bon gros calibre, se retire. Le reste, on vous l’a raconté et vous avez adoré le lire, ça s’appelait Poids et Walter.

Rafael Nadal: The Borg of barbarism

raf

It was eventually forget why Nadal beat Federer all over successive years. Having disappeared after Federer lost to turn for a good thirty months, Nadal returned to settle accounts since Federer lost count. This is the story of his return and his 2013 season. We already knew that Nadal would return if it was sure to win it all, not just to play games and see how it went, as he promised, of course, the eyes full of uncertainty. This does not prevent him from tell the truth when they shot him in the mouth the Murray-Djokovic era . Do not fool anyway, so he replied that the Federer-Nadal era was perhaps not over. That did not stop the fight three times in 2013.

For his return appears to be one, Nadal was allowed to be zero one or two games for his first tournament, even not to win but it did not last. At this time in the final of a tournament where Chilean not set foot, rallies on clay against Zeballos was hard, the ball bounced high Zeballos, the amortized Zeballos hurt and the small cut regularly scheduled for Zeballos was for him. Nadal was not the solution. Affirm that this time he did not see Zeballos but Djokovic would give great honor to Zeballos little or Djokovic and Murray even less. Yet this was the case.

Because since Nadal won everything except what he did not want to win, except Monte Carlo, though the story of invincibility was possibly shit. This is a blow to become really invincible and it is more fun to be elsewhere. Above all, he was not ready to attack when Djoko this little boastful managed a break, even won a set. A Roland, he was ready. We do not not put 6-1 after a 6-3 to Djoko and we do not win 9-7 in the 5th round if Nadal is not because for once, was Djoko Djoko and it has the excuse lipoma arborescens of the knee synovium .

But it was right after that that Nadal has made ​​his great progress, one that allowed him to wipe everyone for his tournament recovery cement, one that will allow him except injury to win U.S. Open and be number a world in October, he lost in the first round of Wimbledon without a shadow of remorse. He just had not guilty of giving pleasure to a Belgian , not giving a damn too and let uncle about his knee, ie let it manage his career . It’s quite simple to be the best, you just accept that you can lose 3 times in 55 games but choose their dates.

The rest is as simple as before, and it works against small running quickly, who hit the big box, the geniuses of Beziers with a sacred talent, the Giants used to 230 and probably against Santoro but never know: engaging exchange, expect putting everything until his left big biceps decides win the point alone. Basically it all depends on his knee.

 

Rafael Nadal: El Borg de la barbaria

raf

Finalmente se olvide por qué Nadal venció a Federer en todo los años sucesivos. Después desapareció después de Federer perdió a su vez por unos buenos treinta meses Nadal volvió a ajustar cuentas ya que Federer perdió la cuenta. Esta es la historia de su regreso y su temporada 2013. Ya sabíamos que Nadal volvería si estaba seguro de ganar todo, no sólo para jugar y ver cómo ha ido, como me había dicho, por supuesto, los ojos llenos de incertidumbre. esto no le impiden decir la verdad cuando le dispararon en la boca de la era Murray-Djokovic . No engañe todos modos, por lo que respondió que la era Federer-Nadal no era tal vez más. Eso no impidió que la pelea tres veces en 2013.

Para su regreso parece ser uno, Nadal se le permitió estar a cero uno o dos partidos de su primer torneo, a pesar de no ganar, pero no duró mucho. En este momento en la final de un torneo en el que Chile no puso un pie, los mítines en tierra batida contra Zeballos era difícil, la pelota rebotó alto Zeballos Zeballos amortizados, los heridos y el pequeño corte regular de Zeballos era para él. Nadal no era la solución. Afirman que esta vez no vio Zeballos, pero Djokovic le daría gran honor Zeballos poco o Djokovic y Murray aún menos. Sin embargo, este fue el caso.

Porque desde que Nadal ganó todo, excepto lo que no quería ganar, excepto en Monte Carlo, aunque la historia de la invencibilidad fue posiblemente mierda. Este es un duro golpe para llegar a ser realmente invencible y es más divertido estar en otro lugar. Por encima de todo, no estaba listo para atacar cuando Djoko este pequeño jactancioso logró un descanso, incluso ganó un set. A Roland, que estaba listo. No No coloque 6-1 después de un 6-3 a Djoko y no ganar 9-7 en la quinta ronda, si Nadal no se debe a que, por una vez, estaba Djoko Djoko y tiene la excusar lipoma arborescente de la membrana sinovial de rodilla .

Pero fue después de eso que Nadal ha hecho su gran progreso, que le permitió limpiar todos por su cemento recuperación torneo, uno que le permitirá, salvo lesión para ganar Abierto de EE.UU. y ser el número un mundo en octubre, perdió en la primera ronda de Wimbledon sin una sombra de remordimiento. Sólo que no tenía culpa de dar placer a un belga , sin importarle demasiado y dejar que el tío de su rodilla, es decir, dejar que manejar su carrera . Es muy sencillo para ser el mejor, sino que acepta que se puede perder 3 veces en 55 partidos, pero elegir sus fechas.

El resto es tan sencillo como antes, y va en contra de funcionamiento de pequeñas rápidamente, que golpeó la caja grande, los genios de Beziers con un talento sagrado, los gigantes usadas a 230 y probablemente contra Santoro, pero nunca se sabe: el compromiso de cambio, esperan poner todo hasta sus grandes bíceps izquierdo decide ganar el punto solo. Básicamente, todo depende de su rodilla.


Wimbledon, Murray : Le retour d’Andy manché

77 ans après Fred Perry, il rejoint Bruguera, Kafelnikov, Rafter, Hewitt et Safin.

am

Le jour de gloire a fini par arriver : Andy Murray a donc sauvé trois balles de break après trois balles de match ratées. C’est un grand jour. Ce soir, maman lui enlèvera donc la couche avant de dormir, pendant qu’elle fera des calins à la Coupe dans la chambre d’à côté. Son Andy dort désormais paisiblement et sans veilleuse, il est relax, il s’est coupé les cheveux et même si sa dentition n’est pas celle de Djoko, il a quand même trouvé une gonzesse pour jouer au docteur, il en a souvent besoin à cause de son dos, sa meilleure excuse quand il rate un point ou qu’il s’oublie dans son froc. Désormais, il pense à mettre sa Rolex après les victoires, il fait quelques blagues à la presse qui font oublier qu’il appelle encore le kiné quand il perd.

Andy capé

Pour dépasser le stade anal sans aller se faire ponctionner par un psy, qui peut s’appeler préparateur mental, qui peut s’appeler Lendl, il faut passer par toutes les étapes que connaissent les grands garçons. Mais comme le fait souvent comprendre Rufo, tout dépend toujours de son propre trou du cul. L’US Open avait débouché sur le malentendu de quelques fractures : celle du cœur du grand-père Djoko, celle de la carrière de Federer et celle des anti-inflammatoires de Nadal. Andy ne joue pas si différemment et son jeu n’a jamais vraiment été le problème. Il n’a jamais eu de coup faible, il a toujours couru partout, il évite soigneusement les risques et les fautes directes. A choisir, il va plutôt slicer et gagner un Masters 1000 plutôt qu’un Grand Chelem. Il aurait déjà pu gagner quand Federer et Nadal étaient au top mais il a attendu de les voir disparaître pour espérer une rivalité avec le Djokovic des mauvais jours. Il l’a, et c’est sa plus grande victoire, avec ce marathon sur herbe contre Verdasco dont ce n’est absolument pas la spécialité bien sûr.

Il évite encore de faire des fautes mais il n’est plus aussi sûr qu’avant que c’est forcément lui qui la fera au mauvais moment. C’est une différence majeure qui permet à Djokovic de tranquillement laisser filer un Grand Chelem sur trois. Ca fait deux de suite face à Murray après l’US Open, on pourrait même croire à un syndrome. Mais faut quand même pas déconner.

Johansson, Stich, Ivanisevic, Roddick, Chang et Gaudio sont définitivement lâchés. Plus que un Grand Chelem et il sera Kuerten. Et avec deux, Courier. Ça commence à causer.

Bartoli gagne Wimbledon : Super Marion rosse

Faut-il vraiment être blonde, avoir un regard de pute, de longues jambes et un nom qui se termine en ova pour être considérée comme une grande championne ou même être respectée tout court. Personne n’a été aussi dégueulasse avec Williams. Comme quoi quand on est une femme et qu’on ressemble à un homme, pour être considérée, il vaut mieux être noire. Sauf en athlétisme.

psy

Marc-Olivier Fogiel avait beau la trouver grosse, personne ne contestera avoir été ému par sa victoire. Personne n’aura été surpris non plus, à part peut-être tous les parieurs puisque Lisicki était donnée favorite sur chaque site. En effet, après avoir battu péniblement Williams et Radwanska, il ne faisait aucun doute qu’elle torcherait Bartoli qui avait mis deux sets à tout le monde. Le Vestiaire avait donc choisi de ne miser que 50 euros pour le 2,40 de Marion. Ca s’est joué à rien, elle a quand même perdu le premier jeu du match. Deux sets et une douzaine de jeux plus tard, elle était prête à servir le fromage à Mauresmo sur ce beau plateau argenté et sans doute à le manger. Le tout sous les yeux pas du tout mouillés de son papa adoré, qui n’aura donc été pour rien dans le premier titre de sa fille. On pense tous à nos gros cons de pères dans ces moments-là, Marion a cru bon de le remercier, elle n’a pas précisé si c’est pour lui avoir pourri la vie ou l’avoir obligé à  jouer au tennis. Les 174 psychologues fréquentés durant ces 10 dernières années ne sauront jamais vraiment pourquoi Bartoli a enfin joué à son niveau du premier au dernier tour. Mais elle a l’a fait. Malgré son acné d’adolescente mal dégrossie, malgré ses 63 coups droits simulés en direction des bâches, malgré ses 82 gestes parasites représentant un tunnel. La carrière de Bartoli se résume sans doute à ce dernier jeu de son Wimbledon où un bout de banane s’était malicieusement glissé sur ses lèvres.

Doit-on se féliciter qu’une sportive au père toxique ait fini par gagner ? On ne peut qu’espérer qu’elle ait au moins ressenti un vraiment moment de plaisir. Rien n’est moins sûr, mais heureusement son nouvel entraîneur lui en avait peut-être donné avant.

 

Marion Bartoli : Poids et Walter

C’est l’article le plus lu de ces deux derniers mois et pourtant il date du 2 juin 2011. Notre spécialiste tennis vous racontait Marion Bartoli, la numéro dix mondiale au jeu et au physique de numéro 1 mais à la névrose de numéro 152. Et tout ça, comme beaucoup de gamins sportifs : uniquement grâce à papa. Souvenez-vous en avant de la voir remporter Wimbledon sans papa.

une

Qui oserait passer un quart d’heure seul dans un ascenseur avec Marion ? Et pourtant, si c’est son père qui vous l’ordonnait, vous préféreriez épargner vos enfants.

Toute l’histoire de la famille Bartoli est résumée  dans cette savoureuse anecdote. Une petite centaine de gifles et un bon millier de poignées de cheveux plus tard, Marion était devenue une grande joueuse. Ne vous risquez pas à critiquer la méthode ou à imaginer que ces charmants boutons d’acnée ont un lien avec, car avouez-le, au fond, vous aimez votre famille. Et oui, les mots peuvent parfois dépasser la pensée, les gestes aussi disait toujours Walter. Après tout, ça peut même rapporter du pognon, à croire que messieurs Pierce, Rezai, Graf ou Gasquet n’aimaient pas que le tennis. Pas de quoi devenir dingue quand même, quoique.

Walter égo

Marion a donc 26 ans et porte à merveille ses 63 kg de vie qui lui donnent un charme fou. Celui du monstre hybride capable de sourire et l’instant d’après d’envoyer son oeil droit à l’arbitre pendant que le gauche compte les points. Réduire Marion à une insupportable fillette sympa qui fout les jetons serait réducteur, car elle sait avant tout jouer au tennis. Fabrice Santoro sait désormais qu’avec un peu de volonté, il aurait pu percer chez les filles. La preuve, non seulement Marion joue des deux mains de chaque côté, mais en plus elle réside à Genève. Une riche idée.

Mais il faut le savoir, Marion pèse beaucoup plus lourd que ce que l’on croit : une finale à Wimbledon quand même et une défaite contre Emilie Loit à Auckland. Difficile d’expliquer si grand écart, surtout qu’elle n’est pas vraiment gymnaste. Mais Marion c’est aussi ça : un mental à toute épreuve, deux coups droit les bons jours et deux revers les mauvais. Dans le doute, elle répète toujours les deux coups face aux bâches entre les points. Quand on s’investit, c’est à fond, donc elle y joint le jeu de jambes et la traversée de balle. Tant pis si ça fait autiste, même mort de peur le spectateur a payé sa place, il restera.

Bloody sundae

Le tennis est une école de tolérance, on peut bien rebondir les jambes écartées avant de servir, faire le crabe qui se balance à droite et à gauche au retour ou attendre le service adverse le nez collé dans le filet. Elle aurait aussi pu se coiffer ou ne pas suer au bout de trois jeux, de toute façon personne ne se moquera jamais d’une 11e mondiale. C’est donc en pleine confiance désormais que Marion joue à Roland, portée par le public et fière de ses coups gagnants.

Quand elle en fait un, elle ne manque jamais de chercher le regard approbateur de papa derrière elle. Elle doit en avoir un dans chaque tribune, puisqu’au tennis on change de demi-terrain tous les deux jeux, sans parler de ceux qu’elles fixent sur les côtés ou au ciel. Quoiqu’il en soit, mieux vaut plusieurs papas, même s’il y a en a un plus violent que les autres qui ressemble à Francis Heaulme, que pas de papa du tout. Quoique.

Pendant ce temps-là toujours aucune trace de Marion Bartoli nue sur le Vestiaire. Mais est-ce si désagréable ?

Palmarès Wimbledon (2/2) : Les dealers d’herbe

Même sans De Schepper, voici les meilleurs joueurs de Wimbledon depuis 1990 et on voit toujours pas l’intérêt de ce classement. Mais Ivanisevic a jamais été dans aucun autre, alors voici les neuf meilleurs.

iv

9. Lleyton Hewitt

C’est quoi leur truc aux Autraliens ? Ils peuvent faire trois quarts et une demie en 25 participations, il suffit qu’ils gagnent l’édition 2002, celle avec Shalken, Sa, Malisse, Nalbandian et Lapentti en quarts de finale, pour être des favoris chaque année ?

8. Krajicek alias Stich

C’était grand, ça servait fort, ça a eu des parents qui parlaient un allemand parfait mais ça a jamais été numéro 1 mondial. Bref c’était pas génial mais ça arrivait tout le temps en quart et souvent plus loin. A force, ils ont fini par en gagner un mais personne ne se souvient quand ni contre qui, ni vraiment pourquoi. Il y a des années comme ça.

7. Novak Djokovic

Quatre fois en demies, ça impressionne qui de nos jours ? Sauf qu’avec les grands joueurs c’est toujours pareil, il y a forcément une année où ça va au bout. Même si c’est en défendant, qu’il y a aucune volée et que Borg zappe au bout de dix minutes.

6. Stefan Edberg

Ce n’est pas uniquement sa victoire en 90, c’est aussi deux demies et un quart à suivre. Après 1993, il est venu faire le nombre et applaudir Bjorkman, c’était pas utile.

5. André Agassi

Comme Santoro, il a connu deux carrières, deux différentes et aussi intéressantes l’une que l’autre. Sauf que la sienne est intéressante. Il a commencé très fort en battant Ivanisevic en finale, mais après il a toujours trouvé quelqu’un de plus fort. Souvent c’était Sampras, parfois Rafter, et malheureusement Todd Martin, Flach et Srichaphan c’est arrivé aussi. Mais il s’est toujours relevé et a fini contre Nadal.

4. Rafael Nadal

Quand il avait des genoux, il venait. Et quand il venait, c’est trois finales et deux titres. Il a battu tout le monde, comme partout, sans jamais faire une seule volée ni servir fort. Il ne viendra plus.

3. Goran Ivanisevic

C’est vrai, il mesurait 2 mètres 50. C’est vrai aussi qu’à part le service et le bouc on se souvient de pas grand-chose de son jeu. Mais qui se souvient de la gueule de Karlovic ? Entre 90 et 2001, il est au rendez-vous une fois sur deux. Il perd d’abord trois finales contre Agassi et Sampras, mais revient en 2001. Coup de chance, c’est Rafter en face en finale, le seul à penser qu’un 125e mondial croate peut remporter un Grand Chelem à 30 ans.

2. Roger Federer

Sept titres, la pub Rolex avant les matchs sur Canal, la veste crème qu’il prête pas à Nadal et chaque année une double page dans l’Equipe : il ne manque à son palmarès que la petite culotte de Kate, si jamais elle en porte. Roger a battu tout le monde, surtout Roddick, il a réussi toutes les volées d’Edberg, tous les services de Borg et tous les coups droits de Becker. Et une fois cramé il est même revenu gagner devant ses jumelles et la mère de Murray.

1. Pete Sampras

S’il est premier, ce n’est pas simplement parce que Federer l’a battu dans le seul match qui rapportait des points ATP et non pas à chacun le  PIB d’un pays africain. Sampras aussi a ramassé ses sept Wimbledon, mais en huit ans, et lui, a soigneusement évité de perdre une finale. C’est vrai qu’il avait pas Nadal, juste Agassi. Sa seule défaite en quart au milieu de sa domination a eu lieu contre un futur vainqueur, Krajicek. Et surtout Federer a perdu un match contre un Français alors que Sampras n’a jamais perdu un set. Il a quand même laissé dix jeux à Pioline en finale un fois, du coup le résumé dure que 8 minutes 29.

Palmarès Wimbledon (1/2) : Les fumeurs d’herbe

Pioline méritait sans doute d’y être mais une seule finale c’est du foutage de gueule. Alors il ne sera que premier du classement des Français un autre jour. Voici les meilleurs joueurs de Wimbledon depuis 1990 et on voit pas vraiment l’intérêt de ce classement. Raison de plus pour le découvrir en deux temps. Aujourd’hui, les plus nuls des meilleurs.

mw

15. Patrick Rafter

On le présente comme le dernier grand serveur-volleyeur, mais pas comme le dernier des serveurs-volleyeurs. C’est bien dommage : une demie, deux finales, aucun titre, c’est à croire qu’il était uniquement beau gosse. C’est vrai qu’il l’était, et il est uniquement là pour ça sinon on aurait choisi Todd Martin, sa tête de pasteur de Sept à la maison, ses demies et ses quarts. Mais qui avait envie de la voir sur le court, à part ses adversaires ?

14. Tim Henman

Non seulement il n’a joué que pour Wimbledon, mais il n’a joué que Wimbledon. A part une demie par erreur à l’US Open et à Roland, Henman a passé sa carrière à marquer ses points à Wimbledon. Ca donne quatre demies, mais c’était trop dur que ce soit Sampras, Ivanisevic ou Hewitt en face. Il n’a jamais fait de finale mais il était vraiment pas bon.

13. Andy Murray

Ce n’est pas en pleurant sur le court le dimanche soir qu’il va émouvoir la Reine, et encore moins sa maman. Dès qu’il tombe sur un top 2, c’est fini et quand en fait c’est pas fini, ça suffit quand même pas pour aller au bout. Une finale quand même, comme Washington, le joueur pas la ville.

12. MaliVai Washington

En 96, alors qu’il reste sur six premiers ou deuxièmes tours consécutifs, il va en finale. Sortir Enqvist, prendre Radulescu en quarts et Todd Martin en demie n’auront pas été les moindres de ses mérites. Krajicek ne lui a heureusement mis que trois sets en finale, l’honneur est sauf et on ne l’a plus revu ensuite.

11. Boris Becker

Il a été vieux très vite, mais est resté jeune longtemps. Avant 1990, c’est quatre finales dont trois titres mais ça compte pas. Après, c’est trois finales, deux demies et deux quarts. Il était chez lui, mais il avait loué à Sampras.

10. Andy Roddick

Qui a oublié sa volée de revers dans le tie break du 2e set en finale 2009 contre Federer ? Tout le monde. C’est bien le problème, et c’est pareil pour sa demie 2003 contre Federer, sa finale 2004 contre Federer et sa finale 2005 contre Federer.

Stakhovsky sera-t-il 1er ou 2e ? Réponse demain.

Wimbledon, Federer : Bjorn morgue 2

roger

Encore un 2e tour à l’US Open et ça fera 40 de suite. Un petit effort.

Avant, Roger Federer faisait très souvent un mauvais set. Il se reprenait, breakait généralement dès le premier jeu du second et vendait un milliard de casquettes siglées RF avant la fin du troisième set gagnant. Avec le temps, il lui est même arrivé de faire deux mauvais sets, et de moins en moins souvent contre Nadal, avant de réagir. « Je ne joue plus pour les points, je joue pour les émotions », a-t-on entendu dans sa bouche de tenant du titre avant le tournoi, alors que son dos n’était plus très tenant du titre. L’humiliation est une émotion : c’est la plus belle de sa carrière. Avant 2003 ça ne comptait pas, depuis 2003 il avait osé mal jouer, ne pas se révolter, subir le jeu, ne pas attraper une attaque d’un Ukrainien, jurer en suisse-allemand, mais jamais tout ça en même temps un mercredi de 2e tour quand Nadal a déjà enregistré ses prothèses sur Iberia.

Interdiction de faire ses besoins sur la pelouse

Une victoire contre Daniel Cox en 2011, des défaites au premier tour et parfois même des qualifs : si un homme pouvait barrer la route de Federer au 2e tour de Wimbledon, c’était bien Sergey Stakhovsky. Injouable sur son service, dit même lequipe.fr, jamais avare d’expertise. Zemlja au Queen’s et Blake à Eastbourne n’ont pas eu tout à fait la même analyse quand ils l’ont breaké cinq fois, mais c’est leur problème : ils prennent toujours les 116e mondiaux de haut. Sergey fêtera son troisième 16e de finale de Grand Chelem en 27 participations et Roger sait apprécier ça. Entre habitués, on se comprend.

Aussi, Roger n’en voudra pas à Stakhovsky de lui avoir ravi le 4e set alors qu’il avait eu une balle de set à 6-5. Même si le 4e set a été le dernier, même si Roger a perdu deux tie break sur les 3, même s’il est passé dix fois plus pour un con que s’il avait perdu il y a deux ans contre Benneteau, Roger a gardé son faire play. Il a même tenté de lui dédicacer une balle à 200 km/h sur un passing en pleine gueule mais Sergey, trop modeste, a refusé un si beau cadeau en se penchant. Roger ne l’a pas mal pris. Le tennis est parfois simple comme une conférence d’après-match sans se foutre de la gueule de l’adversaire : « il a très bien servi et a été très bon au filet donc j’ai eu du mal à trouver mon rythme. Mais honnêtement ça ne me dérange pas d’affronter ce type de joueurs. J’ai encore eu du mal sur les points très importants, comme souvent cette saison. »

Pendant ce temps-là, un Français va peut-être aller en finale. De Schepper ? Mannarino ?

Wimbledon : La bataille Nadal

Voilà ce qu’annonçait le Vestiaire en décembre dernier. C’était à l’époque où Nadal sirotait du silicone pour genou et annonçait son retour pour l’Open d’Australie, où il ne mettra pas les pieds. Tout ça à cause d’un 2e tour à Wimbledon six mois plus tôt qu’il avait fini en remplissant sa feuille d’arrêt maladie aux changements de côté. Ça et les six mois d’essai gratuits de la raquette de Stéphane Houdet, ça laisse le temps de réfléchir à quoi dire avant et après la saison de terre battue, quand on se fait éliminer prématurément. A choisir, mieux valait perdre au premier tour cette fois et continuer de dire que le genou va bien tant qu’on ne lui demande pas de se fléchir. Quoi de plus naturel ?


Peut-on avoir joué les cinq années de trop quand on a 26 ans ?

Il y a bien longtemps maintenant que les meilleurs joueurs du monde ne s’emmerdent plus. Doha en janvier, parfois un tournoi à la maison pour ne pas insulter l’après-carrière : en dehors des Masters 1000, des Grand Chelem et bien sûr des exhibitions de Golfe, il n’est pas d’autre rendez-vous immanquable.

En 2012, Rafael Nadal a poussé encore plus loin l’optimisation du calendrier. C’est l’avantage de connaître son corps si bien qu’on peut citer les fabricants de ses muscles et de ses os. En 2007 déjà, il avait commencé avec quelques forfaits sur la tournée américaine en août, le fruit d’une erreur de jeunesse : refaire un tournoi sur terre battue après Wimbledon, à Stuttgart. Il colle des branlées à tout le monde, mais c’est son oncle et son chirurgien qui vont lui en mettre une en fin d’année : à l’US Open, il perd contre Ferrer. Et perdre contre Ferrer en Grand Chelem, ça équivaut chez Nadal à une IRM de genou blessé. Il n’a plus remis les pieds à Stuttgart.

En 2008, jeune, insouciant et muni de deux vrais genoux, Nadal est guidé par l’appât du gain. Il veut tout, et les JO en plus en août, comme Federer en 2012 sauf que Nadal est alors déjà plus vieux que Federer en 2012. Il les gagne. La fin est une tragique escalade : une défaite contre Simon à Madrid en octobre, et évidemment le forfait à Bercy et le retrait aux Masters.

Monte Carbo

2009 est l’année la plus terrible. Il gagne l’Australie mais laisse Roland Garros à Soderling et Federer. Il lui faut deux mois et demi pour comprendre : plus jamais il ne jouera le même début de saison. En 2010, il attend Monte-Carlo pour gagner son premier tournoi de l’année, il remportera les trois suivants sur terre. Federer est tranquillement en train de disparaître, Djokovic n’est pas encore apparu : il empile aussi Wimbledon et l’US Open. Euphorique, il s’offre la tournée asiatique. Il la regrettera, encore contre Ferrer en Australie en janvier 2011. Deux mois d’arrêt, suffisant pour revenir sur terre et gagner Roland, seulement parce que Djokovic n’en voulait pas. Nadal a trouvé un rival, il doit retrouver un physique. Ce sera pour 2012, car la fin d’année 2011 ressemble aux autres : à Wimbledon et à l’US Open il tombe sur plus frais et il gagne la Coupe Davis.

Vient donc 2012. Il se prépare sans trop gagner en début d’année pour être prêt en avril. Le problème Djokovic se règle de lui-même : Nadal le torche à Monte-Carlo, il ne fait pas de faute, il court vite et longtemps. Il gagne encore quatre tournois sur cinq, en lâchant un au passage : tout va comme d’habitude. A un détail près : il a 26 ans. Ce sera donc une défaite contre Rosol à Wimbledon et la saison la plus rétrécie de sa carrière, avec six mois d’arrêt. Presque aussi long qu’une suspension pour dopage, c’est quand même cruel.

Pendant ce temps-là, la République Tchèque a battu l’Espagne en finale. En 2013, Nadal devra choisir : soit la Coupe Davis, soit l’US Open.

Tsonga / Ferrer : Roland cabosse

Tsonga n’est pas le premier à tenter de détruire une montagne espagnole avec une pioche.

cp (2)

A seulement deux reprises en 1998 et 2001, la France a cru détenir un successeur capillaire à Yannick Noah. On n’a jamais vraiment compris la coiffure de Pioline : les cheveux longs un brin ondulés rebiquant vers le haut. Celle de Grosjean n’était pas vraiment différente et pourtant on n’en a jamais rien su à cause d’une casquette à l’envers que même Gasquet finira par abandonner avec la puberté comme East 17. Pioline et Grosjean devaient aussi succéder à Noah sur un autre terrain rouge et battu en plein Paris dans le quartier des mèches et des adolescents cocainés. Et eux, pas comme Gasquet, Monfils et Simon qu’on vous a déjà présentés cette semaine, ils ont plusieurs fois montré leur gueule en demi-finale d’un Grand Chelem. Voici donc le classement objectif des 5 meilleurs tennismen français de ces 20 dernières années, on peut même dire de toute l’ère Open. Puisque Noah, c’est Noah.

5. Monfils

A Roland c’est le plus régulier des autres, il a tout fait sauf la finale. Le reste de sa carrière ne vaut rien hormis un quart à l’US Open. Gasquet a fait sa demie à Wimbledon ça fait pas lourd pour le prodige.

4. Grosjean

A part à Flushing, il était à l’aise partout. Difficile de dire s’il n’aimait pas les demi-finales ou les finales, une chose est certaine il n’a jamais tenté de remporter un Grand Chelem. Il était pourtant du dernier carré du mythique Roland 2001. Il est le seul intrus du festin des 7 champions : Agassi, Kafelnikov, Kuerten, Ferrero, Hewitt et même un débutant du nom de Federer qui prend Corretja en quarts. Lui prend Agassi et le dégage comme Tsonga dégagerait Federer. En demie, comme Pioline, il prend Corretja qui après avoir respecté Moya en 98 respectera Kuerten en finale. Car l’autre défaut de Corretja c’est d’être meilleur que Grosjean.

3. Leconte

Si Leconte est troisième c’est uniquement parce qu’il s’est fait humilier par Wilander et que c’était en finale. En 92, on le revoit en demie après avoir puni le jeune Sampras. Quelques demies c’est jamais nuisible à un palmarès. Ni à la santé disait Connors.

2. Tsonga

Si le pistolet à grenailles de Tsonga parvient à répondre au AK 47 de Ferrer, le joueur au prénom le plus improbable du monde partagera la première marche du classement avec un modeste Cédric. L’exploit serait de taille pour un type qui ne sait faire ni volée, ni revers, ni amorties et que dire de son passing de revers à une main. Lui a un mental et des bourses en béton armé, chacun son truc.

1. Pioline

Pourquoi le joueur au rictus le plus constipé du circuit est-il toujours le meilleur joueur français ? Parce que techniquement il n’y a eu depuis 20 ans que lui et Federer. Mentalement il n’y a eu que lui. Ca l’a quand même conduit deux fois en finale de Grand Chelem mais qu’en finale. A Roland en 98, il est au cœur de ses quatre meilleures années de terre battue. Le tableau est dégagé surtout depuis qu’il a torché Safin au mental un lundi après-midi que personne n’oubliera jamais. C’est là que tout le monde se met à y croire, plus encore que lorsqu’il gagnera Monte-Carlo deux ans plus tard et que Safin l’enverra à la retraite un mois plus tard. En quarts c’est son pote Harazi qui décide de lui enlever toute chance d’être compétitif en demi-finale en le faisant chier pendant 5 sets. En demi il y a 3 Espagnols, Cédric aurait aimé prendre Costa ou Berasategui mais ils s’étaient fait virer en huitièmes, il prend Corretja le moins fort mentalement mais le plus physique. Ça tombe mal, pour une fois qu’il avait confiance.

Roland-Garros : Les huiles à la Noah

On comprend mieux pourquoi ils gagnent aussi souvent la Coupe Davis

santo

Le Vestiaire l’écrivait dès 2008, Tsonga n’est pas Français. Ce n’est une allusion raciste de plus c’est un constat sans appel qu’ont appuyé à l’unisson Monfils, Gasquet et Simon.

On ne peut pas être une seule personne et perdre après avoir manqué quatre balles de match contre Robredo, mené deux sets à un contre Federer et craqué physiquement au cinquième set contre Wawrinka. Par contre, on peut être de la même nationalité et on peut le faire devant un ancien DTN qui découvre en 2013 que Tsonga fait moins de fautes dans les moments importants.

Notre spécialiste bwin s’est laissé surprendre mais il ne faut pas exiger sa démission en plus de sa carte de presse. Gasquet aurait pu gagner en trois sets si Wawrinka n’avait pas foutu la merde sciemment ; c’est ce qu’on fait quand on sait qu’on est moins bon. Mais être moins bon n’a jamais empêché de rêver de dépasser les 3h de jeu contre Gasquet, autrement dit de gagner. Brabant s’en est retrouvé tout triste pour Richard qui avait vraiment l’air triste en sortant du cours. Mais une fois sa peluche retrouvée dans les vestiaires, il a été dire à la presse que tout allait bien, qu’il avait connu bien plus dur et qu’il ne pouvait pas plus. On l’avait compris depuis pas mal d’années. Si un jour l’ATP veut bien organiser un tournoi du Grand Chelem où il n’y aurait aucun roublard qui casse le jeu, aucun joueur qui se bat parce qu’il veut gagner, un tournoi où il faudrait juste mieux jouer au tennis que les autres, Richard sera là.

Gilles Sigmund

Une fois ce constat fait, faut-il en vouloir à Gilles Simon ? Evidemment parce que ne pas battre Federer pour un top 30 va vite devenir une honte. Pour l’instant le flou juridique préserve Gilou, mais le Vestiaire a vu ce que personne n’a vu : il était bien plus fort. Grâce aux moyens techniques de notre époque, que l’on appelle communément pluzz, le Vestiaire s’est procuré, ou plutôt farci, le jeu où Gilou a respecté à la lettre la tradition française. Flash back dans le quatrième set, Chamou vient de dire qu’on assiste à un grand moment, Federer tourne toujours à 5 fautes directes par jeu. Il y a 2-2, 30A sur le service de Federer, après deux retours envoyés dans la gueule du maître. Euphorique, le public scande encore « Gilou, Gilou ». La chanson n’est pas encore terminée qu’il y a déjà 6-2. Que s’est-il passé ? Sans doute effrayé par un « come on » de Roger, le dénommé Gilou ayant choisi d’expédier ses coups d’attaque deux mètres dehors plutôt que dedans comme depuis deux sets. Ca fait 0-30, ça fera pourtant 30A parce que Roger ne fait toujours pas un retour correct, mais la troisième faute directe de Simon, qui n’en faisait alors aucune, est fatale. Le temps de corriger ça que Roger lui offre déjà le champagne dans les vestiaires.

Il reste donc Monfils à qui en vouloir mais on lui en veut pas. N’accepter de gagner que quand on revient de blessure, qu’on a défendu pendant 5h et que les petites culottes volent sur le court, c’est la grande classe. Tant pis pour les Grand Chelem.

Roger Federer : Bjorn morgue

A l’occasion de sa tournée d’adieu, le Vestiaire accompagnera les ultimes déclarations méprisantes de Roger Federer. Etre la légende de son sport ça se paye un jour ou l’autre, pour autant pas besoin d’en être une pour être bien payé a toujours affirmé Fabrice cent euros. C’est la tournée d’adieu du Vestiaire ou de Federer ?

rf (2)

36 quarts de finale de Grand Chelem de suite, ça vous classe une star. Bientôt on comptera ses huitièmes. Et pourquoi pas ses premiers tours ?

Si Mirka veut ajouter un enfant aux petites jumelles, pas de problème : Roger a passé une première semaine à Roland avec les certitudes d’un jeune père qui vient de torcher trois trous du cul d’une seule main. Après avoir révélé en toute simplicité qu’il « ne connaissait pas » Carreno Busta, après s’être agacé avec fair-play que le deuxième match contre Devaarman « ne suffirait pas et qu’il faudrait un entraînement avant Benneteau », Roger a « eu de la peine pour la jambe » de Julien. « Je me bats avec mon français que j’ai appris à 14 ans » précisa-t-il à Nelson qui venait de le traiter de bilingue, ce qu’il n’avait même jamais dit à Montel. Humble un jour, humble toujours. Il a d’ailleurs dit le mot humble juste après sans raison, au cas où les gens auraient un doute. Mais ils n’en ont pas, pas plus qu’au sujet de Nelson. Les deux font la Paire.

Qui suisse-je ?

Mais un Grand Chelem, c’est comme une fin de carrière : une montée en gamme progressive. Visiblement soucieux de perdre un set, il en a perdu deux. Tout est devenu moins facile alors que, pourtant, rien ne semble jamais plus dur contre Simon. Heureux de s’en être sorti, le maître du monde a eu la félicitation facile : « Au moins maintenant, je connais le prénom de Simon. » Il dit ça mais les imprimeurs qu’il finance oseraient-ils mettre « I love Gilou » sur des casquettes au lieu de « I love Roger », ou mettre un drapeau français en fond de la pancarte « Ssshhh, genius at work » ? Comme on dit, on a le merchandising qu’on mérite.

Ca peut paraître méprisant mais l’interprétation est trop facile, ok : il aurait tout aussi bien pu signifier au public français, avec bonhomie, qu’entendre le prénom de l’adversaire, on lui fait une fois, pas deux. Comment ne pas l’imaginer magnanime et plutôt de bonne humeur : il venait de gagner avant 20h ce qui préservait sa réservation pour dîner, ces cons de Français croyaient avoir assisté au remake de sa demie contre Djoko – ce qui est toujours bon pour le business – et il revoyait Santoro sur un court mais en costume. Trois bonnes nouvelles d’un coup, ça vous arracherait un sourire au diable avec une croix blanche tatouée au milieu du drapeau.

Un bon gros Connors

En tout cas, le stade était aux anges, Simon lui-même ne pouvait que donner l’accolade à un champion aussi sympa en disant à la foule que tout le monde l’adore. Un ex-numéro un mondial qui a tous les records, président du syndicat des joueurs, qui pourrait prendre son jet privé pour aller se laver dans une baignoire de pognon à Dubai une fois par semaine, comment ne pas l’aimer comme le parrain de ses enfants ? Même Luyat n’arrive pas à lui en vouloir d’avoir décliné à la dernière minute l’invitation de venir tripoter le micro de Golovin lundi. « Il a promis de venir mercredi. » Ben oui mardi il a prévu d’apprendre le prénom de Tsonga.

Questions interdites : Gasquet peut-il gagner plus de 7 Roland-Garros ?

Pour la première fois de son histoire, la rédaction du Vestiaire est divisée au point d’être en blocus, sans issue puisque cette fois l’université François-Rabelais n’a personne pour rosser le millier d’anti-CPE. La bataille fait rage et une carte de presse sera jetée dans les chiottes, selon la prédiction d’un ancien Narcisse en pyjama orange brillant. Il ne pouvait y avoir qu’un seul individu responsable d’un tel déchirement : un joueur sans cou, ou avec le cou d’une largeur d’épaules, censé régner en maître sur la catégorie des 13-14 ans depuis déjà 15 ans. Quelle prophétie va se réaliser ? Le Sud-Ouest, origine  commune à notre héros et au rédacteur en chef de la rubrique pédale, triomphera-t-il ? Ou les désordres psychologiques inavoués de puceaux pusillanimes seront-ils les plus forts ? Le Vestiaire met sur le gril le débat, ainsi qu’une vieille amitié et la rédaction en chef. C’est toujours mieux qu’une côte de bœuf à un enterrement de vie de garçon, c’est toujours trop cher même si tout le monde en mange.

gasquette

Gasquet peut-il gagner Roland-Garros ?

Par notre spécialiste Bwin

Le Vestiaire doit pour la première fois se rendre à l’évidence : lequipe mag avait raison de penser que Gasquet serait le prochain vainqueur français d’un grand Chelem. Même si c’était en 2008, même si cette affirmation ne s’appuyait sur rien de concret ni de pertinent à l’époque où il n’était qu’un petit garçon en mal de repères enchaînant connerie sur conneries n’étant guidé que par un seul phare : son dégoût du tennis. Désormais les coups de manche de raquette donnés par Papa sont derrière lui, pas sur sa nuque ou son coccyx mais dans une discothèque de Miami où bien avant que Guetta vienne faire chier son monde, Richie s’était laissé aller à embrasser une p…amela, qui n’en voulait qu’à son pognon, et ne pas digérer tout ce qu’elle lui avait enfoncé dans le gosier en plus de sa langue. Maintenant Gasquet n’aime toujours pas le tennis, les journalistes, le public, sa vie et dire qu’il a pris de la coke mais il est bien dans sa peau et ça se voit quand invité de Laurent Luyat et sa poule, il débite agressivement sans sourire les yeux fixées sur sa dernière paire de pompes payée par Lagardère des phrases calibrées stéréotypées dans un rythme effréné. C’est parce qu’il joue comme il parle qu’il est devenu intouchable. Techniquement c’était le meilleur mais il n’avait pas l’intention de le montrer pendant tout un match. Il n’a toujours pas envie de le montrer, mais sa joie de vivre l’aide à débiter agressivement sans sourire les yeux fixés sur la sortie du cours,  ses revers stéréotypés dans un rythme effréné. Sa détestation du monde du tennis et des médias a atteint un tel point qu’il ne cherche plus qu’à détruire instinctivement tout ce qui se trouve en face de lui. Il n’est pas devenu un monstre, il est juste devenu adulte. Wawrinka et ses idioties de Suisse mal dégrossi critiquant les incessants mouvement sociaux de ses voisins risque de peser aussi lourd que la voix de son peuple quand Hitler envahissait la moitié de l’Europe. La France au moins avait choisi son camp.

Gasquet peut-il ne pas perdre contre Wawrinka ?

Par notre spécialiste tennis

Une maison à Neuchatel, des raquettes et des balles jaunes, quelques poings rageurs que Lagardère lui a suggéré de brandir : en apparence, Richard Gasquet est un joueur de tennis français à maturité. Pourtant il continue de demander la même balle qu’il vient de jouer au ramasseur de l’autre côté du terrain, de refaire son grip machinalement au changement de côté, de se faire des ampoules et de perdre en 8e de Grand Chelem. Pourquoi ses coups droits mous en milieu de court disparaîtraient subitement ? Ritchie a aimé les matchs en cinq sets une seule fois, contre Roddick à Wimbledon, sans savoir s’il assumait vraiment de gagner et d’être content en public. Depuis, on a cru qu’il avait franchi un cap à peu près 80 fois, quand il s’est mis à jouer sans angine le lendemain, quand il a battu Federer, quand il a souri une fois au public, quand il a enlevé sa casquette, quand Tsonga a tenté des revers à une main si horribles que Gasquet est redevenu Mozart un instant. Pour battre Wawrinka, qui a appris à jouer les gros en Grand Chelem en janvier contre Djoko à l’Australian Open, il faut un physique pour enchaîner les points, un mental pour enchaîner les efforts et un jeu qui tienne la route au bon moment. Et pour gagner un Grand Chelem, il faut ça pendant deux semaines et en plus ne pas avoir envie de s’excuser quand la foule scande son prénom, sinon Gilou serait encore des nôtres. Pour l’instant, Gasquet commence juste à arrêter de se décrotter le nez en public. Il gagne plus cette saison, ok, mais pas en Grand Chelem. Ce n’est pas qu’il ne peut pas, c’est qu’il n’a pas plus envie que ça d’aller commenter son propre moment de gloire et confirmer qu’il est sans doute le meilleur dans l’alcôve de Nelson jamais avare de léchouilles, sur le siège imitation epicea encore chauffé par la sueur magnétique de Jo qui le loue quinze jours, on sait jamais. Mais qui n’a jamais changé à 27 ans ?