La Légende SUA : Le vinaigre de Gelez

pruno4

Moins prometteur que Michalak ou Castaignède, plus qu’Aucagne et Laurent Mazas, François Gelez est probablement une star, mais on n’a pas vérifié. Le Bayonnais est surtout un jeune demi d’ouverture d’à peine 29 ans, qui fêtera la trentaine en Pro D2.

Avant, on disait Groupe B, mais le rugby est devenu un métier qui ne s’apprend pas à Tyrosse, malgré  Guy et Guy. Entre le Café de la Poste et son plat du jour, les accidents aquatiques de Ferrasse, Laffargue et Barjou, le Petit Bleu et La Dépêche du Midi, les habitués d’Armandie s’étaient pris à rêver.

Rêver que Miquel ne prendrait pas la place de leur François d’international. Rêver que Lanta et son Fabrice Lhoumeau de préparateur physique convaincraient le métronome déréglé de passer ses pénalités quand elles auraient de la valeur. Que Thierry Dumas et Nicolas Espitalier pourraient écrire que Tarbes ne resterait pas la dernière victime locale du Brennus, et que Jean-Baptiste Lafond et Fruit d’Or appartiendraient pour toujours au passé.

Il avait d’assez belles épaules pour s’étendre dans les salons de massages particuliers, trop petites pour s’envoler. Pas assez rapide, pas assez créatif, pas assez décisif. Aux Lot et Garonnais, qui se demandent encore pourquoi le SUA est tombé, qu’ils se demandent qui est le dernier grand joueur sorti par le club.  Heymans ou Porcu ? Dubroca a la réponse. Basquet aussi, mais il ne pourra pas la donner.

La légende Pays-Bas : Dennis de justice

Pays-Bas 96 c’était légèrement moins faible que Pays-Bas 2014. Mais c’est pas beau quand même


Rater un tir au but quand ça compte et qu’on a encore rien fait ça fait toujours des dégâts, surtout quand on élimine son équipe. C’est arrivé à Pedros cette année-là mais on s’en fout, car c’est aussi arrivé à Seedorf. Dans cette équipe des Pays-Bas, la plus faible jamais alignée, il n’est pas titulaire contrairement à son pote de Ligue des Champions 95, Kluivert. Mais comme lui, il est la star de demain, même si pour un milieu défensif, un peu offensif,  il est toujours difficile de faire la Une du Sun même en attrapant comme tout le monde la femme de Karembeu qui ne s’occupait pas de la fille de Suaudeau, ça c’était Makelele. Si vous suivez pas c’est pas grave, ils ont tous joué au Real sauf Suaudeau.

Clarence sterling

Clarence a 20 ans quand il rentre à la 60ème minute à la place de Bergkamp, c’est ce qu’on appelle du poste pour poste. Même s’il fait n’importe quoi, Guus Hiddink a bien senti le danger représenté par l’entrée en jeu de Dugarry une minute plus tard. Jacquet aussi qui le remplacera par Pedros à la 80ème. L’équipe de France développe son jeu habituel : ne rien faire et attendre les tirs aux buts, puisque Zidane a eu un accident de voiture et un début de calvitie. Et comme la défense s’appelle comme en 98, il n’y a rien à craindre des assauts de Jordi Cruyff. Ne vous moquez pas, il y a aussi beaucoup d’autres Barcelonais. Bref, quand Seedorf écrase mollement une occasion de but sur le catogan de Bernard Lama on se dit que rien ne peut nous arriver. Seedorf écrase ensuite son penalty au même endroit. Puis Blanc fera comme toujours le sale boulot et Guérin échangera son maillot avec un homme. Participer à la rencontre de haut niveau la plus chiante de l’histoire du football a permis quand même à Clarence de foutre en l’air sa carrière. Et pourtant il joue encore pas trop mal pour son âge. Mais Milan casse pas des briques non plus.

La légende Portugal : Rui barré

La Grèce nous a toujours fait chier et ça continue.


Détrompez-vous, le Portugal a déjà remporté une grande compétition. C’était en 2004 à domicile et c’est la Grèce qui a soulevé le trophée.

Le Portugal de 2004 domine de la moustache et des épaules un Euro organisé pour eux, chez eux. Un tournoi superbe qui n’aura pas vu que les magnifiques fins de carrières de Lizarazu pris de vitesse par Amonbofis ou Zagorakis, et Desailly pris de vitesse par Santini, pas le maire d’Issy les Moulineaux quand même. Imaginez aussi un Tchèque de Lyon meilleur buteur, l’année où la République Tchèque ne joue pas la finale. Et donc le Portugal qui confirme enfin toutes les taules collées à l’Argentine en -20ans et ce titre mondial de 1991 à la maison. 2004 moins 1991, ça fait 13 ans, Figo commence à avoir les dents qui baignent, Rui Costa aussi,  meilleur buteur de l’équipe avec pas moins de deux réalisations avant le chef d’œuvre final. En 1991 il était déjà l’architecte du but de la demi-finale contre l’Australie. En finale, il se mettra sur son 31 pour offrir le 0-0 victorieux à ses coéquipiers grâce au tir au but manqué d’Elber qui a donc bien été international un jour. Il ne faut jamais insulter le passé.

En 2004, Rui Costa se met cette fois sur son 32, c’est son âge, pour montrer qu’il n’a rien perdu de son efficacité dans les grands rendez-vous, fut-ce la Grèce en face. Mais les règlements sont formels, à 0-1 on n’a pas le droit de faire comme Platini en 1984 avec la Coupe. N’y voyez pour une fois aucune allusion salace, Platini au moins était titulaire. 5 tirs cadrés, 11 non cadrés, Cristiano et Pauleta étaient apparemment en forme, sacré Guivarc’h. La Grèce aussi, puisqu’elle a cadré une fois. Pas certain que Deco soit encore là quand Mourinho prendra l’équipe, par contre Ricardo Carvalho est content, il était dans l’équipe type. Ben oui, c’est quand même un peu grâce à lui si Charisteas peut mettre sa tête. Ca ne peut toujours être de la faute à Lizarazu.

Torres : You’ll never score alone

Si Sergi Rodriguez était vraiment socio du Barça, il se poserait une question : avoir battu l’invincible Barca de Ronaldinho en 2005 garde-t-il autant de valeur quand on découvre que Ronaldinho termine danseur de Flamengo ?

Quinze minutes d’éternité, même en prolongation. Sans prendre en considération la sensation d’être le cocu de Fernando Llorente, le quart d’heure de champion du monde de la carrière de Fernando Torres doit beaucoup à Villa. Amusant, un attaquant qui rate des occasions en finale de Mondial est finalement aligné d’entrée parce que lui au moins il s’en créé.

Par le passé, Torres aussi avait éprouvé cette toute puissance. C’était à l’Atletico, à une époque où le football européen existait encore, quand Giggs, déjà trentenaire, n’imaginait pas survoler la Ligue des Champions et faire trois passes décisives en quarts après avoir été mangé par Fanni en huitièmes. Ainsi Torres marquait des buts pour une noble cause : se qualifier en Europa League, même quand la Real Sociedad de Denoueix allait en C1.

RonaldNino

Mais pour grandir, il faut viser haut, ou en tout cas un peu plus haut. Le transfert à Liverpool sonne comme une évidence, un an après un Mondial 2006 moins raté que le suivant. Gerrard, qui ne digère toujours pas d’avoir gagné la Ligue des Champions avec Cissé, veut un grand attaquant pour gagner la Premier League. 4e, 2e puis 7e, l’avenir donnera raison à tout le monde. Même à Drogba, qui non content d’inscrire onze buts de plus que Torres la saison dernière, lui cèdera sa place six mois plus tard.

Sens du but, jeu en pivot, appels : un attaquant paraissait plus vieux que les autres hier à Old Trafford et Owen ne peut pas toujours jouer ce rôle-là. Torres reste quand même vice-meilleur buteur de Premier League 2008 en titre, en compagnie d’Adebayor. Il lui est même arrivé de flamber à Old Trafford et d’y gagner 4-1, ça a permis de ne finir qu’à quatre points du champion. Liverpool n’oubliera pas à qui il doit son seul titre depuis 2007, la Liverpool Senior Cup 2009. L’Atletico se console plutôt bien avec Aguëro.

La légende Angleterre : Nottingham Forest Gump

L’Angleterre a enterré Steven Gerrard alors qu’il arrivait encore à pisser tout seul. Rooney c’est pas sûr. Le Vestiaire se souvient de la dernière fois où une génération est morte. Ils n’avaient pas tous les oreilles écartées.



Un Euro ou une Coupe du monde sans l’Angleterre, c’est presque comme un Euro ou une Coupe du monde sans la France ou Gourcuff dans un bateau avec une fille. Ca n’a pas de sens. Et pourtant c’est arrivé, pas très souvent ces dernières années on vous l’accorde, mais c’est arrivé. C’est arrivé à l’Angleterre à l’issue d’une période magique où elle avait possédé pendant 10 ans une génération sans égal au niveau gonzesses tarifées comme dans le jeu ou le nombre de rouquins. Ferdinand, Campbell, les Neville, Terry, Gerrard, Lampard, Beckham, Shearer, Rooney et même Owen ou  Mc Manaman. Le prénom Paul qui était encore toléré à l’époque permettait aussi à Ince, Gascoigne et Scholes d’en faire partie.

On peut même ajouter Southgate pour les nostalgiques d’Hartley. Avec ça difficile de comprendre qu’après 1996 il n’y ait même pas eu la moindre demi à défaut du moindre demi car Sheringham a aussi le droit de vivre. Tout ça pour finir face à la Croatie sans Suker, coaché par un type nommé comme une voiture de course qui n’a même pas tué Senna. Ils peuvent toujours dire que c’est la faute à Torres et Malouda, ils ont quand même eu leur chance. Après ça rien de tel qu’une bonne taule contre la France.

La Légende Brésil : Fred is dead

Allez savoir pourquoi, le 2 septembre 2008, le Vestiaire avait consacré Fred comme escroquerie du siècle de la ligue 1, Piquionne n’était que 2e. Une escroquerie du siècle, c’est du sabotage, du melon, le tout dans un grand club qui le présente comme une star. Six ans après en découvrant la composition de l’équipe du Brésil contre la Croatie on a eu comme un doute. Puis on a vu le match, c’était bien le même Fred, toujours nul à chier et capable d’escroquer cette fois un pays entier qui le prend pour une star. Souvenez-vous.

benzemafredauxerre.gif

 

 La Ligue 1 a souvent eu le chic d’attirer des noms glorieux, souvent survendus. Padovano avait l’excuse de l’âge, Adailton celle d’une réputation chez les espoirs. Pour Fred, l’histoire commence à l’été 2005, d’abord par un prix : 15 millions d’euros. Aulas ne le sait pas encore, c’est à peu près ce qu’il lui coûtera en Ligue des Champions les trois saisons suivantes. Pendant que sa femme fait son trou à Lyon, lui s’investit dans la médecine, entre blessures et nez cassés, mais jamais le sien. Dès que le niveau s’élève, qu’il n’a plus Sammy Traoré au marquage, l’avant lyonnais – comme l’appelle encore Aimé Jacquet – démontre son savoir-faire : plus une remise potable, des pertes de balle dans ses 30 mètres, un travail défensif qui rappelle la bande annonce de Fight Club et des choix judicieux. A côté de lui, même Djibrill Cissé passerait pour un apôtre du collectif.

Mais le benêt chevelu est malin, il sait se rendre indispensable aux yeux de son président, qui n’a peut-être pas compris que son départ l’est. Il a réussi sa première saison en championnat, avec 14 buts marqués. De quoi soigner sa réputation de buteur. Il s’y tient jusqu’à ce quart de finale à Milan, son premier chef d’oeuvre : priver le club d’un titre européen largement à portée, parce qu’on est un buteur qui ne marque pas. Premier doute, mais pas suffisant : Aulas veut le revendre cher et le croit encore bon.

Seconde saison, Fred se blesse mais garde son ratio avec 11 buts en 20 matches de L1. Il participe activement à l’hiver meurtrier 2006-2007 avant son second chef d’oeuvre, plus poétique que le premier, Lyon-Roma.  Il devient remplaçant de Benzema et se blesse. Le coup de génie arrive à son retour de blessure : il marque en Coupe de France puis en championnat, devient ami avec Benzema en lui faisant quelques passes et convainc Perrin que le petiot n’est pas si mauvais à gauche.

Le retour sur investissement tombe contre Manchester. Même s’il n’est pas titulaire, il offre l’égalisation à l’aller et plombe les chances lyonnaises au retour. Au passage, il arrive à passer de rumeurs qui l’envoient en Russie voire à Paris qu’il traitera de prolétaire, à une demande de prolongation de contrat, qu’il obtient. La suite on la connaît, des buts au Brésil dans un championnat tout pourri, puis des buts avec l’équipe du Brésil quand ça compte pas, puis la Coupe du monde. Du grand art. Et s’il se présentait à la présenter à la présidence des Etats-Unis ?

Lyon aurait pourtant dû s’en méfier. Quelques semaines avant son arrivée, le joueur avait failli signer au grand FC Nantes de Le Dizet et Roussillon.

Liège-B.-Liège : Gilbert bécots

C’était un plaidoyer vivant contre le dopage, c’est devenu un plaidoyer mort, pourtant Liège-Bastogne-Liège existe encore, plus Francky. Tonton Jean-Luc espèrait que Fifi Gilbert lui succèderait, on ne lui souhaite toujours pas. Hélas, il a déjà fait mieux

Avril 1999. C’est la première année du renouveau, oubliée l’affaire Festina, le cyclisme a changé de visage. Il porte celui de Franck Vandenbroucke, un jeune belge péroxydé comme la plupart des cyclistes surdoués, et qui malgré deux chutes au Tour des Flandres a fini deuxième. Entre temps, le vélo est devenu une science exacte : il est favori, il va gagner et il annonce même comment. Par un démarrage dans la côte de Saint-Nicolas à 700 m du sommet. « C’est là que je vais attaquer dimanche et pas ailleurs. » Un peu d’arrogance n’a jamais tué personne.

Le bouffon de Liège

Pourtant, tout ne se passe pas comme prévu. Comme la plupart des cyclistes surdoués Franck ne sait pas lire et notamment les panneaux. Alors que Bartoli prend vingt mètres d’avance dans la Redoute, il décide d’attaquer et dépose le brave Michele, mais au bout de 30 secondes il stoppe son effort car Saint-Nicolas c’est un peu plus loin comme le lui indique son directeur sportif. Mais il oublie de lui dire que le dopage est interdit. La même erreur qu’avec Rinero l’année d’avant. Une pause de dix minutes sur le bord de la route et voilà que les poursuivants sont déjà là. La course arrive enfin dans la côte de Saint-Nicolas, comme promis VDB démarre à 700 m du sommet. 53×16 sur un dénivelé de 11%, Pantani a laissé une descendance.  « Je l’ai laissé prendre dix à quinze mètres exprès et je suis revenu sur lui seul pour l’attaquer là où je l’avais dit soit à 5,3km de l’arrivée. Rien ne pouvait plus m’arrêter. » Rien ou presque. Francky avait tout prévu sauf les descentes de police, les hôpitaux psychiatriques, les overdoses, les tentatives de suicides, et les hôtels sénégalais.

Pendant ce temps-là, papa Jean-Jacques joue au jeu des sept erreurs : « Deux gars qui assument leur statut au sommet de leur sport, deux Wallons qui plus est, cela fait du bien… Deux caractères d’une extrême gentillesse aussi, abordables. » Gilbert l’avait annoncé, il a gagné. Et aux mondiaux ?

Vitesse, Pervis : Laurent n’a pas Gané

gan1.jpg

Même Daniel Morelon le dit. Laurent Gané, son début de carrière, sa pointe de vitesse, son gabarit moulé dans un costume de Superman, tout était « impressionnant ». Pourtant, son plus bel exploit restera d’être le meilleur Gané, son frère Hervé lui ayant largement facilité la tache.

Multiple champion de France de vitesse individuelle, il a été deux fois favori pour la médaille d’or aux Jeux Olympiques : à Sydney et Athènes. C’est un peu de sa faute, il avait aussi atteint les finales des Mondiaux en 1999 (titre), 2000, 2003 (titre) et 2004. Résultat, Rousseau le bat en demies à Sydney pour fêter sa fin de règne. A Athènes, c’est Bailey qui confirme l’hégémonie du nouveau roi Gané en l’expédiant 2-0. Au sommet, il honorera sa carrière d’une deuxième 4e place aux JO. Les commentaires de Jean-René Godard n’y seraient pas étrangers. Après tout, pour lui, le vélo était un sport collectif comme pour Mimo, le porteur d’eau d’Amaël Monfort.

Son talent ne demandait qu’à s’exprimer. Mais tout le monde n’eut pas la chance que son adversaire perde les pédales.

Kilomètre, Pervis : Le Tournant d’une carrière

Comme tout le monde le rappelle, l’exploit de Pervis n’en est pas un puisque tout être humain avec un passeport français est déjà passé par là. En revanche un titre olympique dans deux ans ça aura un peu plus de gueule.

Par notre consultant jumeau Jean-René Bisounours

Le kilomètre était une discipline singulière qui ne servait à rien où il suffisait d’être inscrit comme Français pour remporter le titre mondial. Et comme il y a des mondiaux tous les ans, les palmarès étaient bien garnis. Rousseau 3 titres, Tournant 4. Aux Jeux Olympiques les règlements changent : il n’y en a que tous les quatre ans, Laurent Gané s’y était frotté sans conviction mais c’était de la vitesse. Là il faut juste faire un ou deux tours de piste.

Une formalité pour le double champion du monde en titre Arnaud Tournant, ultrafavori à Sydney. Il ne se fait pas prier et remporte la médaille d’or. Mais c’est en vitesse par équipes. Sur le kilomètre il réussit à entrer dans le top 5, pas si dégueulasse. Arnaud est jeune et ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Dans la foulée il conserve son titre mondial et en rajoute même encore un autre. Les Jeux ne sont donc qu’un accident de parcours, il en disputera d’autres à Athènes 4 ans plus tard mais il va changer de méthode. Au lieu d’arriver archifavori, il ne va rien gagner ni en 2002 ni en 2003, s’offrant au passage argent et bronze mondiaux. Ainsi ses adversaires ne le verront pas venir. Et ça marche, il gagne. 4 places. Tout auréolé de cette médaille d’argent, il rajoute le bronze en vitesse par équipes, rien que ça.

Dans la foulée, le kilomètre sera supprimé des JO, si ça sert qu’à humilier les Français. Quel bel athlète que ce plus grand spécialiste de l’histoire du kilomètre. Plus grand champion c’est plus compliqué à affirmer car même Florian Rousseau y a glané une médaille d’or olympique. Bon d’accord son adversaire avait déchaussé.

B.Laporte : Oh capitaine, mes capitaux !

Entre Bernard, le rugby, Frédéric Michalak et les déclarations à l’emporte-pièce, l’histoire est un éternel recommencement.

Personne n’a jamais vraiment été capable de dire qui était Bernard Laporte. Un joueur moyen, un sélectionneur incompétent ? Un ministre incompétent ? Un escroc incompétent ? L’entraîneur du champion d’Europe en titre le plus riche de l’histoire du Top 14 ? Difficile à définir, mais une chose est sûre, il est Bernard Laporte et tout le monde a entendu parler de lui.

Tout part souvent d’une notice Wikipedia. Joueur, entraîneur, dirigeant, homme d’affaires : le monde du rugby lui a tout donné, il a tout pris. Médias, affaires, politique, humanitaire, quand on est bon nulle part, on peut quand même être nul partout. Partout sauf dans les démêlés judiciaires. Là, une fois n’est pas coutume, il est champion du monde. Il serait caricatural de réduire Bernard Laporte à des têtes de chapitre, car à 20 ans il a eu un accident de voiture. Le tournant de sa vie, dit-il. Sans cet épisode, aurait-il connu avarice, colère, luxure, envie, orgueil, gourmandise et paresse ? Les sept techniques de pêche aux capitaux. Sans cet épisode, serait-il devenu un homme honnête, discret, humble et généreux ? Aurait-il eu ne serait-ce qu’une sélection en équipe de France de rugby quand ses partenaires girondins les plus célèbres se paraient de bleu pour vivre les fins de semaine printanières.

Laporte de sortie

C’est le premier exploit de Bernard : porter un bout de bois en triomphe sans que personne ne s’intéresse à lui et finir plus célèbre que le Christ, en tout cas que Gimbert, Simon et même Moscato. Vincent Moscato, son ami comédien, animateur radio et humoriste qu’il retrouvera au Stade Français pour sa deuxième vie. Celle du fric tout puissant, le monde pro. Ou comment un club moribond devient la meilleure équipe d’Europe grâce à son centre de formation : NRJ. C’est donc fort logiquement que 10 ans plus tard, Bernard Laporte portera plainte pour escroquerie. Personne ne l’avait prévenu qu’on ne joue pas au rugby qu’avec des billets.

C’est ça, de mal connaître ses fondamentaux : on se retrouve à la tête de l’équipe de France pendant 8 ans et on fait d’un finaliste de Coupe de monde explosant les Blacks sur le terrain du jeu, un double demi-finaliste de Coupe du monde dont la phase de jeu la plus connue restera le décrochage de la mâchoire d’un Néo-zélandais par le joueur que Laporte détestait le plus. Son principal concurrent marketing. C’est son deuxième exploit. S’il n’a pas su aligner d’arrières, il a pris soin d’assurer les siens. Avant de rejoindre Toulon sans arrières pensées, il est devenu Secrétaire d’Etat, un poste qui peut aider par ses fréquentations à maîtriser le vocabulaire technocratique de la justice : « tentative de racket », « présomptions de détournements d’actifs », « dissimulations de recettes d’établissements », « majoration artificielle des charges », « double comptabilité », « travail au noir ».

Ne pas savoir jouer au rugby c’est parfois plus utile qu’une école de commerce. Ca peut même conduire à parler de foot et d’Evra à la radio. C’est vrai qu’il n’a jamais rien à faire de plus important.

La légende : Papin de sucre

En ce moment, l’OM a Gignac. Il est aussi international.

coco

C’est le plus grand avant-centre français de tous les temps, un des cinq meilleurs au monde et pourtant, il ne viendrait à l’esprit de personne de le citer dans un tel classement. Et Christophe Horlaville, il a marqué 28 buts en 37 matchs de Coupe des Champions ?

28 juin 1986, on joue la 43e de minute de France-Belgique. C’est l’instant que choisit Jean-Pierre Papin, 22 ans, pour marquer le deuxième but de sa carrière en Coupe du Monde, le dernier. Le meilleur ratio buts marqués matchs joués de l’Histoire des bleus n’aura donc plus jamais d’autre occasion à ce niveau, à la différence de Guivarc’h, qui n’en fera pas meilleur usage. Il ne sera jamais Just Fontaine, mais il ne sera jamais Florian Maurice non plus, la malchance parfois s’arrête. La suite ne sera qu’une succession de mauvaises fréquentations. 185 buts olympiens en évoluant aux côtés de Bruno Germain. Un déménagement fortuit chez Marco Simone à une époque où on ne déménageait pas chez les Simone, avant d’aller payer quelques bières de remerciement à Kostadinov, et enfin Baup finit par lui filer un coup de pied au cul pour aller vérifier les légendes sur le climat breton. Baup, déjà.

Papin sec

Si Papin n’a obtenu aucun titre international en Bleu, ce n’est pas qu’à cause de Henri Michel, Michel Platini, Gerard Houiller ou Aimé Jacquet, c’est aussi grâce à Fabrice Divert, Pascal Vahirua, Jean-Marc Ferreri, Daniel Xuereb et Christian Perez. Lequel rappelle le plus Zidane ? En club, Papin marquait 15 buts ou plus partout, à Valenciennes comme à Milan. Il gagnait les matches à lui tout seul, en équipe de France aussi. Sauf à Bari en 91, à Munich en 93, à Paris en octobre et novembre 93. Sa cheville lui offrira quand même une Coupe de l’UEFA, face à Zidane, Liza et Duga avant d’aller leur piquer la place en Gironde pendant qu’ils piquaient la sienne sous un trophée en or. On a la revanche qu’on peut.

Si tout le monde continue de le faire chier avec Patator et les Guignols, c’est que son chef d’œuvre restera à jamais l’Euro 92. Sur une seule jambe, il plante deux fois en trois matches après avoir gagné tous les matchs de qualif avec Canto. La France s’arrête au premier tour, malgré les cris de Saccomano sur le dernier but. Il était de Larsen.

Et s’il avait été aligné lors de la demi-finale France-Allemagne en 86 ? On ne saura jamais si ça aurait changé l’histoire, mais on connaît l’histoire avec Bellone et Stopyra .

Retrouvez ici tous nos articles foot

La légende : Sauzée c’est tromper ?

Avec Sauzée, ça commence toujours très bien, ça finit toujours très mal.

sx

Même s’il a débuté à Sochaux, Franck Sauzée était quand même promis à un grande carrière. Mais quand il arrive, Sochaux est en D1, quand il en repart, Sochaux quitte la D2. Entretemps il a fait connaissance avec Stéphane Paille, Gilles Rousset et Franck Silvestre. L’unique explication du trou de génération entre 1986 et 1994, il n’en manque pas un. La plupart sont même champions d’Europe espoirs en 1988. Et Sauzée plante même deux buts en finale. Aucun doute, il est toujours promis à une grande carrière. Mais la même année il fait match nul contre Chypre avec la vraie équipe de France.

Et là on est moins affirmatif sur sa grande carrière d’autant que la Coupe du monde 1990 lui passe sous le nez. En 1992, il fait le même Euro minable que ses coéquipiers. En 1993 il est sur le terrain pour voir Israel en mettre 3 et la Bulgarie s’envoler pour les USA. Jacquet stoppe le massacre en faisant croire que c’est lui qui a décidé. Mais cette même année il est champion d’Europe avec Marseille. Du coup il décide de partir pour Bergame.

Après tout, à 28 ans, il est une star promis à une grande carrière pense-t-il. L’Atalanta vient de finir 7ème du championnat avec Lippi. Un an plus tard ils sont relégué après une belle 17ème place avec Guidolin puis Prandelli. Le club jouait en Série A depuis 10 ans.  Il deviendra ensuite le meilleur joueur de l’histoire d’Hibernians. Promis à une belle carrière d’entraîneur malgré son manque d’experience comme le souligne wikipedia, il reprend l’équipe en décembre 2001. Il est viré en février 2002. Promis à une belle carrière de consultant il rejoint Canal +. Mais décidé à n’être écouté par personne ou avide de pognon, on ne sait pas trop, il décide de partir pour Orange sport en 2008. La chaîne s’arrête en 2012. Canal accepte de le reprendre, c’était ça ou Crevoisier. Au moins lui a déjà joué la ligue des champions, Dugarry c’est moins sûr.

Il commente les jeux vidéos aussi.

Leonardo dégage : Leo messie

Quand Leonardo débarque à Paris en 1996, il a trois avantages sur Rai. Un, il n’est pas Rai. Deux, il réussit sa première saison. Trois, son frère ne portait pas barbe et moustache quand Maradona jouait encore. Et quatre, il peut se faire un Kanak à mains nues. 

Leonardo était l’archétype du meneur de jeu moderne : ni très rapide, ni très décisif, ni très technique, il jouait même latéral dans l’équipe de Romario. Ce n’est pas un problème, il est gaucher et surtout élégant. Elégant comme un voyou tabassant un Américain en pleine Coupe du monde. Lors de sa première journée sous le maillot de Toko et Dely Valdes, il marque mais est remplacé par Allou, le destin est parfois rieur. La D1 est quand même son jardin, il en mettra six de plus jusqu’en octobre, zéro de plus jusqu’en mai. Mais il ressemble à Laurent Fournier, ce qui permet de croire que parfois il est bon. Heureusement, Leonardo était gaucher et élégant. Il avait déjà cette belle gueule de directeur sportif qatari. Déjà, le costard lui va mieux que le maillot du PSG, même s’il y a Opel marqué dessus à l’époque où il n’en a que 14 dans son garage. Le goût prononcé pour les vêtements qatari viendra un an plus tard et cette fois il y aura Porsche marqué dessus.

Un an, ce n’est pas neuf mois, sinon le PSG aurait battu Barcelone en finale de Coupe des coupes et Leonardo aurait égalisé sur cette frappe à 10 mètres du but vide. L’histoire a préféré laisser Ronaldo marquer un penalty, sans un regard pour celui qui fut aussi champion du monde 1994 et qui en plus était titulaire, lui. C’était la belle époque, celle où il mettait des coups de coude dans la gueule et signait au Japon.

Le foie gras de Qatar

Il prendra sa revanche l’été suivant contre le Steaua Bucarest. Ce soir-là, Leonardo est tellement partout qu’il est déjà à Milan. Une raison suffisante pour sortir le seul vrai bon match de sa carrière. Le Milan AC ne s’y est pas trompé : un titre de champion en cinq ans plus un futur entraîneur au style offensif. Manchester en prend deux en huitièmes de C1 et ne doit son salut qu’à ses sept buts inscrits. L’Inter y gagnera aussi un successeur de Benitez, porté vers l’offensive. Schalke en prend deux en quarts de C1 et tremble jusqu’à son septième but.

Devinez qui jouait milieu gauche en jaune le 12 juillet 1998 ?  Un type suffisamment élégant pour déboiter un homme en jaune au nom de dictateur dans un couloir. Si ça se trouve il l’a confondu avec Mazinho. Là on aurait compris qu’il le défonce.

La légende: Le casus Boli

Ce n’est pas parce que la justice a puni la bande à Basile que le Vestiaire doit s’en priver.

bb

C’était dans les faubourgs d’Abidjan dans les années 60. Un sort fut jeté sur la famille Boli par des voisins malfaisants. Mais lequel ?
Basile fut le premier Boli à se faire remarquer. Auxerre, Marseille, quelques larmes, le 17 mai 1993 et la génération bleue 87-93. S’il n’y avait pas eu cette 43ème minute on aurait sans doute fini par l’appeler Roger. Il s’appelait Basile et c’était déjà pas mal, ça permet de faire une fondation en Afrique, le con avec Roustan, parler du loto et presque finir en prison. Une carrière bonne mais pas géniale donc, ça tombe bien le génie c’est Roger.
Il a longtemps hésité à jouer pour la Cote d’Ivoire et la France. Mais personne ne l’a forcé à choisir. Malin, Roger a gardé sa double nationalité.  Pourtant la Cote d’Ivoire aurait bien eu besoin d’un tel joueur en 1992 au moment de remporter la CAN haut la main. La légende raconte qu’une malheureuse selection chez les espoirs a condamné sa carrière. Pourtant ses stats sont remarquables, 93 buts en 374 match. Il est évidemment attaquant. Soit un but toutes les 273 minutes à peine plus qu’Higuain en ligue des champions. Ses 20 buts en 94 l’envoient presque vers la gloire mais il est à égalité avec Ouedec et Djorkaeff.   Roger attendra sa fin de carrière pour réaliser son exploit en refourgant Aly Cissokho à Lyon après avoir fait croire qu’il irait au Milan AC. Domenech le prendra à son propre jeu en le selectionnant.

Il y a eu un autre Boli, Yannick.

 

La Légende : Poudrier déballe quand ?

Comme chaque année, commémorons ensemble le souvenir de l’un des trois Canadiens à avoir fait le hockey français.

02120102t.jpg

« Alors, on va se repoudrier le nez ? » Canteloup n’aurait pas renié cette bonne vanne, Philippe Bozon la pratiquait plusieurs fois par an. Serge Poudrier l’acceptait, sans broncher. C’était de bonne guerre, son partenaire lui épargnait les moqueries sur son accent ou son niveau de jeu. Car si l’érable a quitté le Canada, c’est peut-être parce qu’il était trop fort, mais étrangement, Wayne Gretzky n’a jamais joué à Anglet. Mieux, il n’a pas eu l’idée d’enchaîner Bordeaux et Rouen. En France, Poudrier est à l’aise, il est surtout très fier. Fier de s’imposer dans une terre de hockey (sous son règne, la France ne fera jamais mieux que 8e toutes compétitions confondues, avec une constance qui l’honore). Dans un championnat parmi les plus faibles d’Europe, qui change de nom toutes les semaines pour faire bien, Serge s’épanouit et commence sa collection de coupes Magnus. Ambitieux, en 1996, il part s’enterrer à l’étranger pour voir si la glace est plus froide. Il n’en saura pas plus, les Allemands, croyant à un canular, vont se venger en l’envoyant finir ses jours en Suisse. Une punition un peu sévère pour le pauvre Serge, emprisonné durant dix ans à Lausanne. Il alternera entre Ligue A et Ligue B avant de retrouver son billet d’avion retour pour le Canada, qu’il avait perdu en 1985.

Coupe Davis : Virer sa Kulti



Arnaud Boetsch a 27 ans lorsque, ce 1er décembre 1996, il entre sur le court de Malmo. Il n’avait rien demandé.

17 heures. Jusqu’ici, son nom évoque vaguement le camarade de régiment de Chesterfield dans les Tuniques bleues, ou le finaliste de Lyon, double vainqueur à Toulouse, mais pas davantage. Personne n’imagine qu’il pourrait aussi être le partenaire de Robert Redford dans le rôle de Boetsch Cassidy : Paul Newman n’était pas puceau. Agassi non plus lorqu’il accepta d’echanger quelques balles avec Nono au troisième tour de Roland-Garros en 1990. Des balles peut-être trop grosses, une raquette peut-être trop lourde, peut-être pas la même catégorie d’âge : 20 ans tous les deux.

Starsky et Boetsch

Mais en ce jour de 1996, la chance semble avoir tourné, à défaut du talent. Après la volée classique prise face à Enqvist, Arnaud devait offrir sa dernière heure de jeu à Edberg et un saladier bien assaisonné en prime. Même quasi grabataire, Stefan le volleyeur n’aurait pas renié un dernier titre, il l’avait bien fait comprendre à Pioline le vendredi précédent, mais Cedric avait vu son psy juste avant le match. Avec l’âge, on devient pudique, et humilier Nono ne lui dit rien de bon. Edberg a toujours agi ainsi avec les nuls. En 1989, il avait donné Roland-Garros à Chang, cette fois c’est la Coupe Davis qu’il offre. Jamais avare.

Fabrice cent euros

Se présente donc Kulti. Niklas, on le connait à peu près autant que son adversaire imberbe. C’est l’homme qui permit à Leconte en 1992 de faire croire qu’il n’était pas fini, avant qu’Henri ne découvre l’effet Korda. Le drogué, pas le photographe. Le Che devint une icone, pas Riton. La France va donc remporter cette Coupe Davis, c’est certain.  Mais c’est encore surestimer Arnaud Boetsch que de l’affirmer. A l’époque, il est considéré comme le second de Pioline. Loin derrière, certes, mais loin devant les autres. Et la concurrence est forte : de Raoux à Delaître, de Fleurian à Golmard.

Il y a surtout un jeune qui n’est déjà pas très bon et que chacun aimerait déjà voir à la retraite : Fabrice Santoro. Son rêve, s’en mettre plein les poches avec son éternel niveau de junior surclassé. Il le fera. Boetsch gagne le premier tie-break puis perd les deux sets suivants, même les trois. Mais le tennis aime respecter la hiérarchie et Kulti aussi. Le Suédois, dans un grand jour, loupe toutes ses balles de match. Davydenko n’y est pour rien.

Cinquième set, 7-8, 0-40, service Boetsch. Les transistors s’éteignent. Quand ils se rallument vingt minutes plus tard, Boetsch est consultant sur France télévisions.

Barça-Arsenal 2006: Ronnie and Clyde

C’était une finale de Ligue des Champions et Arsenal avait tiré huit fois au but.


17 mai 2006, le chronomètre du Stade de France affiche 75 minutes de jeu, la montre à dix plaques du manager d’Arsenal l’indique aussi. Arsène est en France, il porte une chemise bleue et une cravate bordeaux, son anglais est parfait. Ses Gunners sont à un quart d’heure de sa premère Champions League, Wenger n’a jamais été aussi proche, d’enfin gagner quelque chose d’autre que du pognon et proche du Real, qu’il a même éliminé en huitièmes de finale. Son coaching est un rêve d’entraîneur : pour pallier l’expulsion du gardien, il a sorti Pires au bout d’un quart d’heure. Henry ne peut pas se la raconter plus, c’est le jour où jamais.

Arsène mal

Mais si Sol Campbell a levé son gros cul sur un coup franc d’Henry en première mi-temps, c’est bien la dernière fois. Ca, Arsène ne le sait pas encore. Il se retourne vers son banc et ne se doute pas, alors, que les futures confrontations contre Barcelone se termineront pareil, mais n’auront pas lieu en mai. Quand son regard revient sur le terrain, Iniesta est apparu. C’est suffisant pour s’apercevoir que Kolo Touré, Eboué et Senderos ne constituent pas une bonne défense. Est-ce quand Belletti marque le deuxième but que les visages de Koscielny, Vermaelen et Gibbs prennent son esprit en otage ? Personne ne peut le savoir. Ca ne l’empêchera pas d’exhorter ses joueurs à aller marquer le deuxième but quelques instants plus tard, ni d’inaugurer l’Emirate Stadium quelques semaines plus tard, ni de recruter Giroud quelques années plus tard pour remplacer Van Persie qui avait remplacé Henry qui revient toujours l’hiver pour dire bonjour. C’est un grand homme : il a connu Wiltord.

Mondiaux de Ski : Le petit Chenal blanc

3291651660067458238.jpg

Il n’aimait pas le sport, ce dernier le lui rendait bien. Mais sa destination de naissance marqua durablement son destin. Le cirque blanc porta rarement aussi bien son nom.

Le slalom, c’était pas son truc, le super G encore moins, et que dire de la descente. Que foutait-il là ? Cette question taraudera longtemps ses proches qui souffaient en silence aux côtés de « ce pauvre Joël » et son slalom géant. Les années passent, il vieillit à vue d’oeil, sa carrière aussi : 8e, 21e, 22e et même 5e. Chenal connaît tous les honneurs jusqu’au slalom d’Alta Badia qu’il remporte. Un coup du sort terrible qu’il ne confirmera jamais. Ses jours sont comptés quand en 2006, le troisième Raich lui vole le titre olympique que même Vidal et Crétier sont parvenus à obtenir. L’affront est de taille. On ne lui dira pas, mais Montillet et Deneriaz aussi.

Mondiaux de ski : Chris de Nice

Ce qu’il y avait de mieux, chez Christophe Saioni, c’était sûrement sa femme.

Les juilletistes parisiens l’appellent encore Pascal quand ils le croisent en Moon Boots sur la Promenade des Anglais. Il leur répond parfois, en attendant les premières neiges du Mont Fabron, qu’Alberto Tomba prenait deux desserts à la cantine, qu’il n’a pas toujours été le faire-valoir du couple Saioni et que Christel est de toute façon partie au plus froid de l’été 2002.

Il passait alors plus de temps autour des pistes niçoises que sur les tire-fesses de Pra loup. Cette vie-là, en altitude, il ne l’avait pas vraiment choisie. Sans la négligence de ses parents, raconte Christophe le fantasque, il aurait peut-être même été « footballeur professionnel à l’OGC Nice ». Le Stade du Ray en pleure encore : il aurait fait avec Cyril Rool une sacrée paire de descendeurs.

La descente, ça n’était pourtant pas vraiment son truc. Le géant non plus, mais la concurrence de Vincent Millet et Ian Piccard lui assurait chaque année un podium aux championnats de France, entre deux opérations aux genoux. Impulsif, gaffeur, il retire sa barbichette du cirque blanc pour prendre en main Ingrid Jacquemot et ses copines. Elles courrent depuis toujours après le palmarès de leur conseiller, 12e, devant Daron Rahlves, de la troisième descente d’entraînement des championnats du monde 2001, et sur le podium, à Lillehamer. Deux ans après les JO.

La Légende CAN : Le nec Pius ultra

pius.jpgmmokake.jpg

Qui se souvient que Pius N’Diefi a commencé à Lens ? Pas grand-monde. Mais qui se souvient de Pius N’Diefi ?

Le Camerounais sans cou est encore joueur de football. La réalité est parfois froide et insaisissable, mais elle a le mérite d’exister. L’ancienne vedette de Jour de Foot ne fait plus profiter le Paris FC de son expérience de tous les niveaux, sauf le haut mais Fayet en Interdistricts.  Un retour aux sources pour l’ancien champion de la Reunion qui explosa en National avec Sedan. Il fit preuve d’une remarquable constance. Que ce soit en National, en D2 ou en D1, N’Diefi a marqué une dizaine de buts par saison, de 97 à 2002, avant de sombrer. C’est ça, N’Diefi : une sorte d’haltérophile pas musclé, qui n’ a jamais vraiment ressemblé à un joueur de foot mais davantage à Little Boom Boom Gordon, le nain de Motown. Impossible d’évaluer son niveau, même pour Alex Dupont, qui a vite décelé son potentiel de mercenaire : « Pius N’Diefi fait partie du dispositif de guerre de Sedan et il joue très bien son rôle. »

Il marcha à la Can, il ne marche plus sans canne

C’est sur ce paradoxe qu’il a connu l’équipe nationale. Devenu un Lion indomptable, il glane un titre, la CAN 2002, et est finaliste de la Coupe des confédérations 2003. Sans être titulaire. Cette année-là vient la chute. Ecarté par Henri Stambouliote suite à une vilaine défaite contre le Rennes d’Halilhodzic, le sanglier braisé est rôti. Il part sans gloire à la fin de la saison, découvrir le très relevé championnat du Qatar. Même Sedan l’oublie en faisant signer son sosie, Marcus Mokaké.

La légende CAN : Le lion de l’Yonne

otokor02.jpg

« Encore un qui n’aime pas la pluie. » Combien de fois l’a-t-il entendue, celle-là, les soirs de matches arrosés dans la très reculée cité icaunaise ? Didier Otokoré, débarqué d’Abidjan en 1985, a découvert le racisme de terroir en même temps qu’il rencontrait le joug de Guy Roux et le football français. Le temps de passer huit saisons (en moyenne 20 matches par saison, soit le total de Ghislain Anselmini à Lyon) à se faire traiter de tous les noms, y compris d’aveugle, non pas pour la qualité de ses passes mais parce qu’il est Ivoirien. Le très dioxiné Gérard Bourgoin en caquette encore.

La suite de sa carrière fut plus à son image : fantasque. Trois mois à Sochaux avant de partir pour le soleil cannois. Puis un an à Guingamp, le temps de comprendre que le Breton a beau être sympa, il a aussi peu l’habitude de l’Africain que l’Auxerrois. Et puis, histoire d’aller se faire du blé, il a fini à Dubai, parce que le seul milliardaire de l’AJA doit payer ses bétabloquants.

Mais la vie d’Otokoré, c’est aussi la sélection. En 1992, il remporte la coupe d’Afrique avec les Elephants et rencontre sa future femme Safia, devenue femme politique au PS, dans une sombre discothèque, le Bastring. L’ingénue amoureuse avoue, à propos de son fougueux mari : « Notre relation avait donc mûri et pour éviter tous ces va-et-vient, je l’ai rejoint en 1993 et nous nous sommes mariés peu après. » L’heure de la fin des va-et-vient extraconjugaux était venue. Le mariage, ça vous range tout au placard, même un joueur.

La légende Squash: Greg le millionaire

gaultier

Son meilleur souvenir, c’est la victoire contre l’Angleterre en demi-finale des mondiaux par équipes 2009. Compétition qu’il n’a évidemment pas remporté. En même temps il aurait eu du mal à se souvenir de titres planétaires qu’il a gagnés.

Grégory Gaultier ne pourra pas être jaloux longtemps. Digne héritier de Thierry Lincou, il méritait lui aussi l’intérêt du Vestiaire. Pour devenir numéro un de squash, tout le monde s’en doute, il faut connaître quelqu’un qui en fait, en l’occurrence c’est sa maman. Il faut aussi être surclassé, à 13 ans il bat des adultes. Champion d’Europe junior ça paraît évident, mais il n’est que vice-champion du monde de la même catégorie d’âge et c’est même pas de l’escrime. C’est le tournant de sa carrière, il devra s’imposer sans jamais vraiment gagner.

Lincou pour la route

Depuis, c’est une cinquantaine de finales disputées, une vingtaine de gagnées, une vingtaine de perdues, le champion répond toujours présent. En 2009 c’est la pire année de sa carrière : il devient numéro 1 mondial avec 5 défaites en 7 finales, 5 perdues. Et pourtant le squash ce n’est pas le golf, les ratios négatifs ne rendent pas milliardaires. Même si les golfeurs le deviennent avant. Cette même année notre numéro 1 perd aux mondiaux contre le numéro 5, cerise sur le gâteau c’est un Egyptien, Ashour. Comme s’il avait une raquette et une salle pour s’entraîner. En 2012, Greg est numéro 3, ça ne l’empêche pas de crier qu’il veut le titre mondial. Ca ne l’empêche pas de perdre aux mondiaux contre le numéro 5. Petite fierté : c’est un Egyptien, Ashour. Au total, Greg a évidemment glané 11 médailles internationales dont 6 en Or, toutes aux championnats d’Europe bien-sûr. Petit détail qui fait briller : il a perdu 15 fois en 19 rencontres contre le même mec moins bien classé que lui. Avez-vous deviné que c’est un Egyptien répondant au nom d’Ashour ? Ca claque.

La semaine dernière, les championnats du monde ont évidemment accouché d’une finale égypto-egyptienne. Ca nous rappelle quelque chose.

Landreau : Hélices au pays des merveilles

nazo2

L’ancien gardien lillois n’aura jamais manquer une occasion de montrer son savoir-faire : le coup de poing ukrainien, le manchette écossaise, la panenka sochalienne ou la sortie auxerroise et bien-sûr la rupture des croisés. Pour fêter son envie de revenir chez les Bleus, et sa fin de carrière, le Vestiaire vous marre le jour où tout a commencé.

Landreau approche les 18 ans en ce 17 avril 1997. Il faut beau, il fait chaud, la Beaujoire a fait le plein, tout le monde se sent si bien qu’une démonstration de saut à la perche est organisée juste devant la tribune Loire. Un petit garçon est même venu sans son papa, à douze ans à peine c’est bien normal, Fourniret a sa carte d’abonné, Gilles de Rais n’est pas loin, qui voudrait gâcher la fête ? Du côté de la pelouse, un autre drame se noue. Invaincu depuis octobre, Nantes revient sur les talons du PSG pour la deuxième place, qualificative pour la Ligue des Champions. Le jeune gardien est leur porte-bonheur, personne ne sait encore ce que piquer la place de Casagrande et Loussouarn signifie vraiment. Landreau n’a pourtant pas fini de grandir, sa circonférence crânienne a encore beaucoup à apprendre.

Libbra dort

A la demi-heure de jeu, une tête de N’Doram avait ouvert le score. Puis Gravelaine, à bout portant, avait permis à Marseille de ne pas égaliser. Tout se déroulait donc comme prévu. Jusqu’à ces fameux arrêts de jeu. Letchkov centre, Libbra saute et Landreau se dit que ça ne peut pas être bien méchant. Pas idiot, mais présomptueux. Il court vers le ballon, à moins que ça ne soit vers le tunnel des vestiaires, Suaudeau se précipite pour le retenir, Marraud revit ses grandes années. Comme sur Canal, des années plus tard, Libbra n’a pas vraiment besoin de s’appliquer. Son lob est parfait, 1-1, deux points de perdus. Sur le dernier corner de la dernière journée, Landreau montera-t-il pour le plaisir ou parce qu’il manquait deux points pour la Ligue des Champions ?

Pendant ce temps-là, à quelques kilomètres de là, Barbe-Jaune sévit encore. Le derby n’aura pas lieu.

La Légende Invictus (2/2), Lomu : Le café des dialyses

1 530 591 entrées en deux semaines. Le baltringue n’est pas forcément celui qu’on croit. Ou peut-être qui si quand même

lemou

Il aurait pu être Tongien, comme le coiffeur de Finau Maka, et servir tous les 4 ans à faire le nombre en poules. Le sort et les flux migratoires pacifiques en ont décidé autrement : ses parents s’arrêtent à Auckland, la plus néo-zélandaise des villes asiatiques. En 1994 à Christchurch, il démontre une aptitude interessante à passer au travers contre les Français. On ne lui dira pas, mais Thierry Lacroix et Jean-Michel Gonzalez étaient sur le terrain, Delaigue entrera même en jeu.

Jonah l’homme mou

Mais le ridicule ne tue pas si souvent, puisque sa jeunesse et ses quatre essais en demi-finale du Mondial vont faire de l’autobus la première superstar du rugby pro. Son compteur reste pourtant bloqué en finale. La faute à une compétition trop bien organisée et une quinzaine d’oeufs trop frais. 4 ans plus tard, Bernat-Salles et Dourthe gâchent encore la fête,quand bien même l’ailier maudit sort ce qu’il fait de mieux : courir tout droit avec 8 mecs accrochés à son short. Chabal n’a rien inventé à part les cheveux dégueulasses peut-être. Cavenaghi veut comparer les dates. Le charges taurines lui valent quand même un jeu vidéo que son rein droit, son passage aux Cardiff Blues et Catherine Mégret ne pourront jamais lui enlever.

130 kg et une moitié de rein suffiront-ils à placer Vitrolles sur la carte du rugby provençal ?

Michalak/Castaignède : Le petit Boni menteur

Voici pourquoi l’équipe de France n’a plus été la meilleure depuis 1995 et pourquoi un vrai 10 a un Michalak dans chaque cheveu peroxydé.

Par Peyo Greenslip notre spécialiste rugby
« C’est le petit prince du rugby! »  20 Janvier 1996, Thomas Castaignède est assassiné par Pierre Salviac. Sa seule erreur : avoir battu les Anglais en tapant dans un ballon ovale qu’il venait de faire rebondir. Un instant funeste pour le rugby français qui perd à cette instant sa dernière véritable star. Son dernier prodige. Galthié était plus laborieux et Chabal un gros tas de pognon. Nos plus jeunes lecteurs auront du mal à le croire mais le succès du Vestiaire n’a pas toujours été dû à des filles à poil. Pardon, nos plus jeunes lecteurs auront du mal à le croire mais Michalak n’a pas été le premier joueur survendu. Sauf que Castaignède savait faire autre chose que des pubs à la con en bouffant d’excellents hamburgers. Une technique, une vista, une vitesse et une explosivité sans pareille mesure et des pieds. Ce n’était pas un demi de mêlée dévoyé mais le demi d’ouverture de la décénnie, peut-être un des plus grands de tous les temps. C’était ou plutôt il aurait dû être. Ou comment prendre une douche avec Aucagne quand on devrait cotoyer Gareth Edwards .

Le cas Castaignède

Tout s’arrêta à la Coupe du monde 99. Castaignède est attendu tel le messie, il jouera quand même un match face au Canada avec notre héros à l’ouverture. Celui qui était surnommé le « petit Boni » par ceux qui sont assez jeunes pour avoir connu les Boni, aura fait une Coupe du monde c’est déjà pas mal. La suite est belle comme un film de Yamina Benguigui, Sofia Essaidi en moins :  il se blesse durant un entrainement qui suit, sa carrière est terminée. Ou presque car d’autres blessures, succéderont à de douteux choix de clubs dont le fameux pont d’or de Saracens duquel son niveau se suicida. Le petit Prince de Salviac s’appelait désormais Frédéric, c’est pas très classe Frédéric. En 2003, il fut logiquement écarté par un Bernard à lunettes, d’une Coupe du monde, lamentablement perdue par l’équipe de France en demi-finale. Avec Frédéric à la baguette.
Thomas le moyen se reconvertit alors à l’arrière, Dourthe avait bien fait trois quart centre. En fait c’est qu’il était devenu trop mauvais pour postuler à d’autres postes plus naturels que ses cheveux et Sadourny n’était plus là. D’ailleurs il n’est toujours pas là.

Pendant ce temps-là Frédéric refuse toujours de retourner à la mêlée

La légende Costantini : Pas de costard pour les costauds

Costantini aime pas Onesta, il aime plus Karabatic, ni l’équipe de France. Heureusement il s’aime lui-même et il a bien raison.

Aujourd’hui, le deuxième épisode que tout le monde a oublié.

Il s’appelait Charles Biétry. C’était un individu étrange qui avait révolutionné le traitement médiatique du sport à Canal+ avant de l’enterrer sur France Télévisions. Il fut le premier à ouvrir la brèche de l’incompétence sur le fauteuil de directeur des sports avant de laisser s’y engouffrer Frédéric Chevit puis Daniel Bilalian. Qui ?

En 2001, l’équipe de France de handball réalisa le plus grand exploit de l’histoire des sports collectifs tricolores en remportant un deuxième titre mondial. Le service public décida de ne pas diffuser les matches d’un championnat du monde qui se déroulait pourtant en France. Décision logique, car le hand on s’en branle. TF1 aurait pu dire ça effectivement.

Anquetil, la poulie d’or

Lorsque les hommes de Costantini parvinrent en quart de finale, le grand Charles décida par hasard de diffuser enfin des matches des Costauds. Jusqu’à la finale, où les partenaires de Michael Jackson Richardson réalisèrent ce fabuleux match face à la Suède, qui possédait une nouvelle fois à cette époque la meilleure équipe.

Et pourtant, Greg Anquetil surgit d’outre-tombe et envoya les Bleus en prolongations. Euphoriques, ils écrasèrent la fin du match. Tout ça pour que trois minutes après le coup de sifflet final, France Télévisions rende l’antenne là où pour le football, on aurait vu Lizarazu sauter Deschamps sur la pelouse. Trois jours après, la presse se foutait éperduement du titre. Et tout le monde les oublia. D’ailleurs, on a aussi oublié Biétry.

La légende Costantini : Des Barjots sans cervelle

Costantini aime pas Onesta, il aime plus Karabatic, ni l’équipe de France. Heureusement il s’aime lui-même et il a bien raison.

Premier épisode : le jour où les plombs ont sauté.

1995, Reykjavik. La France fête un titre de champion de monde ultramérité tant les Tricolores ont dominé leur sujet. Comme d’habitude, les hasards du tirage au sort ont été très favorables aux Bleus, évitant les grosses équipes, donc la Suède. La finale contre la Croatie ne sera qu’une formalité. L’apothéose de 50 ans de hand international dans l’Hexagone, même Asloum n’a pas mis autant de temps à confirmer. Ils ont gagné, mais rien ne sera plus jamais comme avant. En novembre de la même année, Eric Quintin va tester la résistance de son front contre le nez de son coéquipier, Philippe Schaaf. Ce dernier, déjà privé du mondial en Islande, confirmera définitivement la définition du mot loser. Pour Quintin, c’est un an de suspension. Pour les Barjots, c’est la fin.

Crétins dauphinois

Richardson continuera avec quelques autres, mais le fiasco des JO de 1996 servira d’enterrement à cette génération. Ils finiront quatrièmes d’une compétition qu’ils ne pouvaient pas perdre, les chevilles grosses comme le palmarès de Patrice Martin ou l’égo de Daniel Bilalian. Auparavant, il y avait eu l’aventure modeste de Barcelone 1992 et la médaille de bronze acquise par une bande de jeunes cons talentueux comme Marconnet ne l’a jamais été. C’est en Suède, au pays des jeunes filles nues et des meilleurs joueurs de la planète, que cette équipe réalise, en 1993, son exploit le plus retentissant et pourtant sans presqu’aucun écho médiatique, déjà. Les partenaires de Volle, ce grand imbécile comme aimait le taquiner Costantini, finissent seconds en perdant face à la Russie de l’immense futur Espagnol Duchebaiev. Les locaux, pourtant sans égal, terminent à une pauvre troisième place.

Daniel Costantini, le grand artisan des victoires, la principale victime des défaites, n’aurait jamais réussi à apprendre à lire à Laurent Munier, ou les tables de multiplication à Denis Lathoux. Cette équipe, qui alterna le jaune capillaire et le crane rasé, était constituée de crétins géniaux, immatures et ingérables. Des idiots pareils, on n’en reverra sans doute jamais. C’est cela qui faisait leur force, c’est ça aussi une légende.

La légende Canal : L’Eddy de Nantes

Si un jour le monde entier a pu imaginer que la France pouvait devenir championne d’Europe voire du monde ces quinze dernières années c’est bien-sûr grâce ou à cause de Parker, Rigaudeau, Dacoury ou même Dubuisson. Mais à 4 vous pouvez faire un 2 contre 2, pas forcément un 5 majeur.

.

Puisque la NBA péfère les petrodollars et les Petro dollars, place au doyen, l’ancien double meilleur marqueur du championnat ProB, le méconnu prédécesseur de David Cozette.

Avec Jean-Louis Legrand, Jean-Claude Bouttier, Jean-Luc Arribard, et même Brahim Asloum, George Eddy fait partie de cette longue lignée de sportifs de haut-niveau trop insignifiants pour exister dans leur discipline si vous n’avez pas connu le mur de Berlin. Mais ils ont réussi la prouesse de devenir des consultants très écoutés, au moins pour certains, sur une petite chaîne de télévision payante. Insignifiant, le mot est faible pour qualifier le basketteur George Eddy.  Le moindre coup d’oeil sur sa carrière ferait penser à Jim Bilba qu’il était le meilleur joueur de tous les temps. Après être passé par les prestigieux clubs de Caen, Troyes ou Chalons-sur Marne, ce Franco-Américain voulait devenir entraîneur. Mais son niveau l’enverra plutôt sur les banquettes tout cuir de Canal+. Il y trouvera sa vraie place, le succès et Michael Jordan.

La légende OL : Le conte de Bouderbala

Qui peut se vanter d’avoir un jour joué en même temps avec Gilles Rousset, Rémi Garde et Anselmini ? Mieux, qui peut se vanter d’avoir disputé une Coupe d’Europe avec eux et il y avait même Ben Mabrouck. Nous sommes le 23 octobre 1991, les seizièmes de finale de la Coupe de l’UEFA découvrent un entraîneur moustachu assez performant : 18ème en D1, sorti du premier tour de Coupe de France par Istres, c’est sans crainte que Trabzonspor quatrième du championnat turc visite Gerland. Bouderbala met un des trois buts de Lyon. Les Turcs marquent les quatre autres. Au retour, Bouderbala ne marque pas le sien, les Turcs les quatre autres. Rousset était la doublure de Martini en équipe de France. Dans 6 ans elle sera championne du monde.

Les années Armstrong : 1997-1998, l’overdose du Tour (3/3)

Armstrong n’était pas là, il avait fort à faire avec ses testicules.

Cela s’est passé à Courchevel, le 20 juillet 97. Ce jour-là, le Tour a définitivement basculé dans le spectacle grand guignolesque. On avait bien déjà vu un Letton remporter quasiment trois étapes de montagne consécutives dont un contre-la-montre (en mettant Indurain à plus de 3 minutes), on avait également vu un Danois ridiculiser ses adversaires sur grand plateau dans une des montées les plus difficiles devant un Patrick Chêne gueulard et stupéfait et un Bernard Thévenet admiratif et jaloux. Mais jamais une équipe entière n’avait osé se montrer sans honte aussi forte sur l’étape reine d’un Tour. La Gewiss de 95 avait ouvert la voie du n’importe quoi, la Festina 97 l’a professionnalisé.

Oh ta came!

Entre Bourg-d’Oisans et Courchevel, l’équipe de Richard Virenque avait donc décidé de « tout faire péter« , selon les termes du Varois. Le soigneur Willy Voet, futur héraut de la lutte antidopage, relatera cet épisode onirique dans son livre « Massacre à la chaîne ». Les sept coureurs de Bruno Roussel, « préparés » comme jamais pour tenter de faire craquer Jan Ullrich, confortable maillot jaune, vont innover. Ils ne vont pas attaquer chacun leur tour, mais ensemble. Ainsi dès la première difficulté du jour, les Festina, sur leurs bolides, se détachent irrésistiblement et s’échappent. Ils sont tous là, seuls aux commandes de l’étape. La démonstration de force durera 2 heures, avant que les événements ne tournent en leur défaveur. Ullrich, piégé, attendra Riis pour l’aider à revenir, et se fera accompagner… des insoupçonnables feu Pantani et Jimenez. Tous ces noms, ça vous classe une époque ou pas. Virenque gagnera l’étape devant Ullrich. Le mal était fait. Le Tour allait survivre, mais rien ne serait plus jamais comme avant et surtout pas la santé des coureurs. On ne saura sans doute jamais qui a décidé que ces exploits surnaturels étaient allés trop loin et qu’il fallait révéler au grand jour ces pratiques, connues des seuls milieux cyclistes et médiatiques.

Marco caïne

Toujours est-il que par une belle journée de 1998, Willy le soigneur fut mystérieusement arrêté avec dans sa voiture de quoi soigner pendant des siècles la belle-mère de Rumsas. On connaît la suite. De fil en aiguille, l’usage généralisé de l’EPO fut découvert, perquisitions, procédures, aveux, suspensions… Tout cela était tellement hors de contrôle, que l’histoire déboucha même sur la victoire de Marco Pantani dans le Tour de France, puis par son décès quelques années plus tard. L’affaire Festina et ses conséquences eurent pour conclusion une baisse sensible de la consommation d’EPO et le début de l’ère du renouveau, à partir des années 2000, avec une grande partie des acteurs (loin d’être has been) des années 90, l’ère du dopage sanguin. L’ère Lance Armstrong

Pendant ce temps-là…

Les années Armstrong : 1994-1996 le Tour à visage inhumain (2/3)

Si le Tour 94 marqua l’arrivée à son paroxysme de l’inhumanité des perfomances cyclistes à l’EPO, le symbole le plus éclatant se matérialisa dans les résultats de l’équipe Gewiss. La Gewiss et son fabuleux médecin Michele Ferrari.

1. Un médecin performant

Ferrari débuta sa carrière au début des années 80 à Ferrare, au centre de préparation du Dr Conconi, déjà bien connu des services de pharmacologie puisqu’il prépara Francesco Moser lors de ses deux records de l’heure à Mexico. En 1993, le petit Michele, élève très appliqué, entra dans le « vif » du sujet en prenant en charge, seringues à la main lors de fascinants stages en altitude, la destinée de Tony Rominger. Et quelle destinée! L’insupportable gentilhomme suisse remporta presque tout ce qui s’offrit ensuite à lui, n’échouant dans le Tour de France que sur le célèbre coéquipier espagnol de Gérard Rué chez Banesto. L’insatiable hélvète battit surtout deux fois, en deux mois, en 1994, le record de l’heure (ce qui aujourd’hui n’a plus aucun intérêt mais qui à l’époque était gage de « très bonne préparation »). 1994 fut donc l’année où le docteur prit en main la Gewiss. Il prononça alors la célèbre sentence qui permit d’innocenter automatiquement les dizaines de coureurs qui travaillèrent ensuite avec le mage italien, parmi lesquels Lance Armstrong ou Alexandre Vinokourov : « l’EPO n’est pas plus dangereuse que 10 litres de jus d’orange. » Après ça tout le monde fut rassuré et la Gewiss put tranquillement prospérer à l’aide de sa potion magique.

2. Des coureurs insoupçonnables

Le directeur sportif de la Gewiss Emanuele Bombini possédait dans son effectif, au début de l’année 94, une majorité d’inconnus, au palmarès vierge. Ils s’appelaient Berzin, Gotti ou Furlan, étaient encadrés par un coureur danois très moyen déjà âgé de 30 ans, qui ne comptait alors dans son palmares rien de très glorieux hormis une 5e place dans le tour de France 93. Se trouvait aussi là, un élève de Ferrari ancien champion du monde : le vieux Moreno, Argentin. Sous les yeux complices des mondes cycliste et médiatique, cette équipe sans prétention allait tout simplement réinventer le vélo en raflant presque tout. Les spectateurs ébahis voyaient tout, mais ne devinaient rien. A chaque course son exploit sponsorisé Gewiss. Furlan gagna Milan-San Remo, le Russe Berzin remporta Liège-Bastogne-Liège. Une étape fut franchie dans la démesure à la Flèche Wallonne lorsque les trois premières places furent offertes à Argentin, Furlan et Berzin. Un exploit inédit qui fut salué par leur gentil sorcier Ferrari qui pour l’occasion évoqua publiquement les merveilleuses vertus de l’EPO dans la préparation de ses poulains.

Pourquoi alors s’arrêter là ? Berzin remporta le Tour d’Italie en dominant tranquillement… Miguel Indurain, puis Ugrumov eût sa part du gâteau au Tour de France. La dernière marche pour accéder au panthéon du cyclisme à moteur fut franchie en 1995 lors du contre-la-montre par équipe. L’équipe Gewiss écrasa l’étape à la vitesse de 54,943 km/h de moyenne. La légende raconte que même les motos suiveuses furent lachées et n’arrivèrent qu’1h et demi après. Riis finit 3e de ce même Tour et termina sa carrière comme l’on sait. Gotti se plaça 5e puis augmenta les doses et remporta deux Tours d’Italie. Pour Berzin et Furlan, la fin ne fut pas aussi rose. Le premier porta brièvement le maillot jaune en 96 avant, ironie du sort, de laisser à Riis l’honneur de se faire rayer du palmarès, puis il disparut à tout jamais. Le second dut stopper sa carrière victime d’une vilaine thrombose à la jambe, sans doute un des effets bénéfiques du jus d’orange. 1995, marqua également la miraculeuse résurrection de Laurent Jalabert, qui passa de très bon sprinter se cassant la gueule à Armentières en 94 à rouleur-grimpeur en 95, menaçant Indurain sur le Tour (finissant finalement 4e, faut pas exagérer quand même) et surtout grand vainqueur de la Vuelta et de tant d’autres courses. Pendant ce temps-là, un coureur ancien champion du monde de cyclisme, très moyen sur le Tour de France (1993, abandon 12e étape; 1994 abandon 15e étape; 1995, 36e du classement général; 1996, abandon 6e étape) s’apprète à débuter son chemin vers l’au-delà… Il s’appelle Lance Armstrong…

Les années Armstrong : Tour de France 1994, la naissance des monstres (1/3)

A l’occasion de la retraite de Lance Armstrong, le Vestiaire se souvient qu’il avait embauché un spécialiste cyclisme en juillet 2007.

Si le dopage a toujours existé dans le cyclisme, l’EPO a été le produit phare des années 90. Le recours à l’érythropoïétine se généralisa entre 1990 et 1991. La première méthode de détection connue, aussi hypocrite soit-elle, fut le contrôle du taux d’hématocrite. C’était apparemment simple, au dessus de 50% le contrôle est positif.

1. Indurain 2. Ugrumov 3. Pantani. L’E.P.Odium de rêve. Le Tour 94 fut sans aucun doute le sommet pour toute une génération de coureurs, et la consécration de l’homme d’une époque : Michele Ferrari. Nous vous parlions hier de ces coureurs de l’est au niveau stupéfiant, Piotr Ugrumov, plus que Rumsas, en est certainement l’archétype. Lorsqu’il explose cette année là au plus haut niveau il n’a que 33 ans autant dire qu’il lui restait alors 20 bonnes années à vivre. Son taux d’hématocrite passait de 32% en hiver à 60% en été, déjà une performance en soi. Mais en 94 il décida de ne pas s’arrêter là, il remporta coup sur coup deux étapes de montagne dont un contre-la-montre à Avoriaz où il écrasa le roi Miguel à tel point qu’il aurait pu menacer la chaudière de Navarre. Il n’en fut rien car le Tour était déjà fini. Pourquoi la Gewiss, et son bon docteur Ferrari, n’avait-elle préparé le Letton laiteux que pour deux étapes. On ne le saura jamais. Ugrumov fit par miracle 7e du Tour 96 puis il disparut. Gewiss c’était aussi Berzin, Riis, Gotti, Argentin ou Furlan. On vous en parlera demain. Avant les Alpes, une autre équipe tout aussi piquante s’était révélée au grand jour : les Festina. Leurs plus vifs représentants, Luc Leblanc et Richard Virenque avaient survolé les Pyrénées. Notamment à Hautacam, montée qui grace au panache de Riis puis Armstrong deviendra par la suite, un véritable controle antidopage positif en elle-même. A Hautacam donc, Leblanc battra Indurain avant quelques mois plus tard de devenir champion du monde toujours sur grand plateau. Le lendemain Virenque montra que lui aussi n’avait rien à envier à son compère boiteux en gagnant à Luz-Ardiden la plus belle étape de sa carrière (la première) puis son premier maillot à pois. Le Tour 94 c’est aussi la naissance de Marco Pantani…

La légende Esposito: Franck exposé tôt

Francky a 21 ans à peine lorsqu’il participe à ses premiers JO en 1992. Prometteur, il prend la médaille de bronze au milieu d’une natation naufragée malgré Caron et Plewinski. Le papillon va alors s’envoler mais pas trop haut. 4 fois recordman du monde : en petit bassin, d’Europe en grand bassin et médaille d’argent mondiale en 1998 et même multiple champion d’Europe. Mais alors pourquoi le considère-t-on comme l’un des plus grand nageurs Français ? Sans doute parce qu’il n’a jamais rien réussi d’autre et que c’est en le voyant perdre partout que ses successeurs ont décidé de gagner tout le temps.

La légende JO : Magné le cul

Sur un site spécialisé, on parle encore de lui et de son surnom « le petit taureau furieux ». Mais furieux de quoi au juste ?


Olympique ou pas, Jean-René Godart a toujours l’anneau qui sue. Et il aime lécher les culs des sportifs, quitte à botter ceux de confrères imprudents, après tout l’ORTF c’est lui. Mais s’il commente le résumé de 45 minutes des France de Saint-Denis de l’Hôtel pour une diffusion un midi sur France 3, c’est qu’il aime la piste bien chaude. Tous les pistards lui doivent quelque chose, au moins un mot gentil s’ils veulent gagner. Même Baugé y est passé, et ça ne l’a pas empêché de ne pas gagner.

Frédéric Magné, lui, ne doit rien à personne, sinon il n’aurait pas été champion du monde de tandem pour commencer. Mais le tandem ça ne rapporte de l’or olympique qu’avec un mois de retard et encore, quand on voit on n’a pas la médaille.

Les concessions de Rousseau

Alors Fred s’est mis en tête de ramasser des médailles partout. Il l’a fait, et les bonnes années : argent et bronze en vitesse et keirin en 1992, bronze en keirin en 96 et la consécration en 2000. Seulement, les années olympiques, il y a aussi des championnats du monde. Les JO de Valence, Manchester et Manchester n’en étaient pas. C’est dommage d’avoir salopé ceux de Barcelone (2e tour), Atlanta (6e). Il restait ceux de Sydney, avec l’apparition du keirin comme discipline olympique. Ce qui est, en théorie, une bonne nouvelle pour un champion du monde en titre de keirin. Magné l’était, pas Rousseau. Qui a fini 6e et qui a fini 1er ?

Lamour, c’est mieux tout seul

A la différence de la femme de Fred, il préférait donner des coups de sabre qu’en recevoir. A la différence de Ribéry, il n’avait pas besoin de payer pour le faire. Comme Wiltord en somme ? Pas tout à fait.

Il ne faut réduire personne à un fin sourire ravageur de carpe myope, paillasson de l’Elysée. Il était une fois Jeff, un sportif de haut-niveau qui aimait mettre des branlées, comme tout un chacun, aidé de son sabre. Comme tout le monde Jeff faisait Lamour, mais surtout en public aux Jeux Olympiques. Quand  la plupart des escrimeurs mettent en avant le collectif sur leur CV, voire rien du tout, Jeff se plaisait à mettre des médailles d’or sur toutes les lignes.

Sa bio Wikipedia raconte qu’il dominait le sabre français jusqu’à l’arrivée des frères Touya. Et c’est vrai, à eux deux, ils cumulent un titre mondial individuel, Jeff seulement deux titres olympique et un mondial. Et une médaille de bronze à Barcelone ? On ne va pas pinailler, l’escrime est un sport collectif on ne le dira jamais assez. Et puis tout le monde ne peut pas tout gagner. Et tout perdre ?