Cyclisme, VTT : Absalon dans le salon de Martinez

111020061gf.jpg

Un peu comme le minable parcours de l’équipe de France de volley-ball à l’Euro ou la médaille de bronze aux Mondiaux de gym de la boutonneuse Cassy Vericel (nous y reviendrons) la performance de Julien Absalon est en train de passer complètement inaperçue.

Sauf, peut-être, aux yeux de Miguel Martinez, qui n’ose même plus regarder son propre palmarès tant l’humiliation est cruelle. Mais pourquoi Absalon est-il aussi méchant avec son ancien camarade ? Car il faut bien le reconnaître, si le gentil Julien voulait démontrer que Martinez avait été surévalué à son époque et qu’il n’était en fait qu’un coureur très moyen, il ne s’y prendrait pas autrement. Le voilà champion du monde pour la quatrième fois de suite, lui qui est déjà champion olympique. Non seulement il devient le meilleur vététiste de tous les temps, mais il entre également dans le panthéon des plus grands sportifs français de l’histoire. Pareille domination d’un Français sur sa discipline n’est pas chose courante. Pour retrouver exploit similaire, il faut revenir aux grandes heures d’un des multiples sosies de C. Jérôme ignoré de tous : le grand Patrice Martin.

Miguel Martinez, brimé depuis sa plus tendre enfance en raison d’un physique ingrat, n’existe désormais presque plus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est mérité. En effet, Miguelito aimait se faire appeler le quintuple champion du monde (1 titre en junior, 3 titres en espoir, et 1 en senior)…  Faut pas trop se foutre de la gueule du monde.