Dopage en Jamaïque : Rase ta roquette 2

Voici une question que se posent souvent les sportifs de haut-niveau : est-ce que ça vaut le coup de se mettre une poche d’urine dans l’anus ? En Jamaïque même pas besoin. Un seul test urinaire hors compétition l’année dernière. Pas le moindre test sanguin.

ubd

Par notre spécialiste athlétisme Christophe Bourrin

La Jamaïque ne serait donc pas très à cheval sur les contrôles.  La nouvelle aurait de quoi surprendre un commentateur de France Télévisions, voire un sponsor d’Usain Bolt mais qui d’autre ?  Surement pas Carl Lewis qui en connaît un rayon sur la question puisque cobaye lui-même et qui avait déjà fait part de ses doutes. Voilà qui donne un sacré coup dans les clarinettes au fameux refrain préféré des champions « Je suis le sportif le plus contrôlé au monde« .  Lance Armstrong a dû le répéter sans doute autant de fois que les seringues des contrôleurs sortaient de ses veines et que celles de ses médecins personnels y rentraient.  C’est pourtant vrai, des contrôles, il y en a partout, tout le temps et dans la plupart des sports.

En athlétisme par exemple ça faisait 10 ans qu’Asafa Powell était contrôlé 50 fois par an, 10 ans que tout le monde savait qu’il était impossible pour un être humain normal de courir régulièrement entre 9″70 et 9″80, et pourtant ça faisait 10 ans qu’il le faisait tranquilou sans qu’on le lui interdise. Il a eu pour lui la chance de se chier dessus lors de toutes les finales auxquelles il a participé comme ça le jour où on a découvert qu’il avait comme chaque dopé un nutritionniste malfaisant on s’en tapait un peu, puisque la star c’est Bolt, il court tous les ans en 9″60. Mais Bolt c’est naturel, il a des aptitudes physiques exceptionnelles qui lui permettent de le refaire sans arrêt. Armstrong aussi les avait, il travaillait même plus dur que Bolt qui passe son temps à manger des nuggets.

Quand la Jamaïque aura appris à faire des contrôle, Bolt aura eu le temps de devenir président de l’agence mondiale antidopage. Et il ne restera alors que notre grande enquête réalisée dès 2008 avec 1,2 et même 3 parties pour dire ce qu’était vraiment Usain Bolt au moment de son éclosion publique. Un type beaucoup plus fort que Tyson Gay dont les aptitudes n’étaient finalement pas si naturelles, qu’Asafa Powell dont on connait désormais les aptitudes et Justin Gatlin dont les aptitudes n’ont jamais été très naturelles mais qui est revenu plus fort qu’à l’époque où il se chargeait. Il restera aussi un entretien très intéressant mais inutile du Monde où il répond toutes les conneries qui lui passent par la tête. A-t-on déjà vu un athlète dopé répondre par l’affirmative quand on lui pose la question ?

Comme quoi, le travail il n’y a que ça de vrai comme dirait Bolt ou son entraîneur qui pense qu’on n’aime pas la Jamaïque. Plus que jamais on pense à Ladji Doucouré qui déclarait curieusement l’été dernier qu’«il y a ceux qui courent et qui galèrent, qui montent et qui descendent, qui se font mal à l’entraînement et qui essaient de revenir. Et puis il y a ceux qui braquent des banques. C’est chiant à dire mais c’est comme dans le cyclisme. On sait comment ça se passe mais les gens aiment bien fermer les yeux et regarder le spectacle.»  On serait tenté d’ajouter que le spectacle finit parfois par une mort naturelle dans un hôtel à 20 ans au début d’une affaire puis par une indemnisation de la famille du sportif à la fin de l’affaire puisque la mort était si naturelle qu’on a trouvé des responsables.

Pour résumer de façon simpliste, on peut remarquer que le plus fort est souvent beaucoup plus fort car c’est vraiment le plus fort et du coup il est très difficile à prendre. Que lorsqu’un athlète explose du jour au lendemain on peut saluer la performance de son nutritionniste. Et qu’un athlète présent chaque année au rendez-vous, au top niveau, qui ne connaît jamais de creux, est sans doute un grand champion mais avant tout un gros tricheur. Qu’un mec qui se dope n’arrête jamais même après une suspension. Que les contrôles servent à quelque chose mais pas à beaucoup plus. Mais c’est vrai qu’on se ferait grave chier avec que des Vicaut. Ou pas.

Tour de France, Froome : Ventoux l’hymne

Vêtu d’un maillot du Barça floqué Tom Simpson,  notre consultant Thierry Bisounours était dans les lacets de l’Alpe d’Huez en train d’édifier une stelle pour Marco Pantani quand on l’a retrouvé.

vel

Thierry, estomaqué par la performance de Paula Radcliffe ?

« J’ai toujours aimé sa musique. Reggae night, melody tempo harmony, I shot the sheriff… Ça envoie grave du début à la fin, à croire qu’il se promène sur la scène avec une perf d’amphetamines sans que personne ne le voit. »

Non ça c’est Jimmy Cliff, enfin presque. Paula Radcliffe, c’est Christopher Froome selon Christian Prudhomme.

« Ah je le savais, le farceur. Il n’est jamais là où on l’attend. La preuve, il est toujours patron du Tour, et fait exactement comme ses prédécesseurs. Dès qu’il y a un doute, il s’en branle.»

Et pour en revenir à Froome ?

« Ça fait pas deux questions qu’on en parle déjà ? On peut aussi parler d’Armstrong : « L’année dernière, j’étais de ceux qui s’étaient insurgés contre la suspicion qui avait entouré Armstrong. Je le répète : j’avais déjà compris et admis la métamorphose qui a été la sienne à la fois sur le plan physique et sur le plan psychologique. Cela a été dit dans tous les journaux, et c’est pour moi une évidence. Alors, cette année, on reparle du  » surhomme « . Mais soyons sérieux : l’année dernière à Sestrières, il avait gagné avec 30 secondes… et cette année, avec combien d’avance gagne-t-il à Hautacam ? Pas grand-chose. En tous les cas bien moins que MM. Hinault, Fignon et d’autres… » C’est marrant ce jeu non ? »

C’est du Prudhomme ?

« Non du Jean-Marie Leblanc en 2000. Vous saviez que comme Froome son lieutenant était un Dr Porte ? »

Oui, on s’en souvient. Et ?

« Pas grand-chose de nouveau, Pantani et Armstrong avaient déjà tout raconté en 2000, même si Virenque a voulu le dire à sa façon en 2002. Une étape de 242,5km avec le Ventoux à la fin, à 41,7 km/h de moyenne, sept ou huit accélérations sans lever le cul de la selle dans la montée finale et quelques gouttes de sueur pour les caméras. Mais s’il faisait 34° au pied du Ventoux, il ne faisait que 20 là-haut. Ça rafraîchit l’ambiance. Vous saviez sans doute qu’Iban Mayo détenait le record de la montée mais que c’était en contre-la-montre. »

Pantani, Armstrong, Virenque, Mayo, ça va, on a compris où vous vouliez en venir.

« Non vous ne savez pas. A quoi ça rimerait de comparer le taux de réussite du Ventoux et celui de Walter Godefroot ? »

Mais pour Froome, Holtz a dit qu’il avait été placé sous oxygène et que Quintana a fait un malaise.

« Vous n’en feriez pas un après 55 minutes d’apnée ? »

C’est une blague ?

« Il faut demander à Holtz. »

Non, a priori il le croit.

« Et il a raison. Vous avez des preuves de dopage pour les 150 premiers du Tour vous ? Moi non. De toute façon, pourquoi polémiquer ? En 1998, les contrôlés positif niaient en pensant que le système les protégeraient. Des pionniers. Les suivants, après 1998, ont nié jusqu’au moment en se disant qu’il fallait amasser du pognon jusqu’au contrôle positif et essayer de ne pas se faire prendre, tout en craignant que moralement un contrôle positif pourrait détruire leur image et leur vie. Ils ont considéré que le gain surpassait le risque mais leur sacrifice n’a pas été en pure perte. La dernière génération de positifs a pu constater que ça ne détruisait rien à part le palmarès dans quelques cas. Donc ils nient encore. »

Vous voulez dire que les mots n’ont plus aucune valeur et que rien n’a changé ?

« Si, Jean-Paul Ollivier Chêne et Thévenet sont partis (NDLR après vérification Paulo est bien vivant même s’il n’est plus en très bon état) même si Thévenet pas completement. Sérieusement, vous voudriez que tous les autres suspects soient aussi exclus sous prétexte qu’ils ont été suspendus ou que nos hélicos n’arrivent pas à les suivre dans les cols ? Donc je continue de venir et de regarder le Tour, même quand ça me fait bien marrer comme aujourd’hui. Vous avez entendu Vasseur râler parce que les motos n’avançaient pas assez vite devant Froome ? »

Oui, mais le public devant ne se poussait pas.

« Na na na, le public se pousse pas, les pentes à 20% ça fatigue, le suivi longitudinal il est méchant ! (il se lève brusquement, fait mine de se couper un testicule avec une photo dédicacée de Tyler Hamilton et brandit un doigt menaçant) Au moins Armstrong il s’emmerdait pas à perdre une minute sous prétexte d’une bordure la veille du Ventoux. »

Il reste les Alpes. Tout peut changer ?

« Pour Europcar ? (il explose de rire et imite grossièrement Jean-René Bernaudeau au volant d’une voiture en train d’encourager Pierre Rolland). Allez Thibault ! Il est pas bon mon Pinot ? (il se met à uriner en direction d’un camping-car immatriculé aux Pays-Bas stationné non loin de là) »

Les Français n’ont pas gagné d’étape, mais Péraud et Bardet font un beau Tour.

« Bravo ! Vous voyez qu’on peut tous faire un quotidien où on donne l’impression de parler de cyclisme. J’en ai un autre pour vous : la Sky est-elle en train de flancher ? »

On l’a lue partout celle-là depuis une semaine.

« Super. Combien vous avez perdu d’argent dans l’affaire ? De toutes façons Froome on s’en fout il a la bilharziose. Ce qui me choque le plus c’est que Contador soit encore là. Ce simple fait justifie tous les doutes sur la volonté et l’hypocrisie des suiveurs ou organisateurs.»

Donc tout peut changer ou pas ?

« Contador est pas mal même s’il a plus le droit qu’à des portions limitées de carpaccio. Il est dans le coup ? »

Troisième à 4’25.

« Merci, j’achète même plus l’Auto journal alors je suis ça de loin. Et le deuxième ? »

Un Hollandais, Mollema, à 4’14.

« Laissez-moi deviner : formé à la Rabobank, bon en montagne, bon en contre-la-montre, et pas loin de la trentaine ? »

Vous êtes mauvaise langue : il n’a que 26 ans.

« (livide, il se saisit d’un téléphone à cadran) Je vais appeler Prudhomme pour m’excuser. »

Armstrong dopé avoue : La fédération internationale de cynisme

Festina et Z c’était pas mal, mais quelle équipe cycliste a plus gagné que Livestrong ?


C’était en 1997. Lance Armstrong s’apprêtait à signer chez Cofidis, il était juste un simple mortel, il allait attendre encore un an pour virer son premier directeur sportif, deux pour être sportif américain de l’année et trois pour pousser Pantani au suicide. Son armoire à trophées n’accueillait guère qu’un titre de champion du monde sur route et un testicule dans un bocal. C’était l’exploit de sa vie, il venait de le réaliser. Dans ces cas-là, soit on prend du recul, soit on prend du pognon. Et pourquoi pas les deux ? C’est cette année-là que quelqu’un de mal intentionné, peut-être lui, émettra l’idée de créer une fondation pour que son cancer ne reste pas impayé. Le bouquin confessions ne viendra qu’en 2004, pour ne pas alerter les autorités. 2004, c’est aussi l’année de son 6e Tour de France avec les copains Landis, Beltran, Ekimov, Hincapie, Padrnos. 2004, ou l’année où Nike et Livestrong se sont associés pour 7,5 millions d’euros par an pour la bonne cause. Une association de bienfaiteurs : ils ont vendu comme des petits pains les petits bracelets jaunes à l’effigie de la fondation, fabriqués avec le même silicone que celui qui sert en laboratoire pour isoler les veines avant les prises de sang. Le marketing de demain.

Financement au culte

La manœuvre était habile. Pour le lobbyiste, qu’est-ce qui ressemble plus au fait de lever des fonds que le fait de lever des fonds ? Qu’ils fassent avancer la recherche ou une bande de Discovery Channel sur des pentes à 20% importe peu. Tant que la cancer recule et que Lance gagne, Coca, Subaru, Trek, Oakley et Anheuser-Busch ne voient pas de raison de ne pas concourir à une si riche carrière à 100 millions de dollar pièce. C’est si beau un coureur qui ne tombe jamais. Livestrong porte bien son nom : avec un si beau pare-feu moral, Armstrong a pu prolonger la durée de vie de ses menaces à tous les Bassons du peloton. Le slogan de l’organisme de charité doit même être du patron : « unity is strength, knowledge is power and attitude is everything ». Le ver était dans le fruit, puisqu’à force de tout rafler, il faut justifier le mythe. Quelque courses à son nom, un come-back, du triathlon : Frankenstein n’aurait pas été jusque-là, surtout avec une seule couille.

Pendant ce temps-là, Armstrong peut toujours tenter de faire croire qu’il ne savait pas, que c’est Bruyneel, Mc Quaid et Verbruggen qui l’ont obligé, que Hincapie faisait peur à tout le peloton, comme Bassons et ses oreilles légèrement décollées et que Sheryl Crow était une chanteuse à succès.

Delarue/Armstrong 2012 : Réservoir percé

Lance Armstrong et Jean-Luc Delarue étaient-ils une seule et même personne ?

Du pognon, de la daube, de la gloire et le mépris des autres quelle plus belle devise pour les 2 plus beaux champions de ces 20 dernières années. Il est difficile de se réjouir de la mort d’un homme mais de deux pourquoi pas. Pourtant comme Dark Vador ou William Leymergie ils ont un jour été des êtres humains comme vous et moi. Mais ils avaient un tout petit peu plus de talent que vous et moi enfin surtout que vous. Alors ils ont décidé d’en faire un métier pour s’en foutre plein les poches et le nez au passage. Tous portaient un masque : avec lui, Dark Vador voulait conquérir l’univers, Leymergie maîtriser toutes les techniques d’étranglement sans même se mettre au judo, Lance Armstrong guérir le cancer, Delarue en mourir.

Les 7 dorment

Au passage, aucun n’a oublié de mépriser son prochain et de n’aimer personne d’autre que lui-même et encore. Chacun a pensé à laisser une trace et pas qu’un morceau d’étron à part peut-être Géry le fils de William. Le fils d’Anakin a voulu tuer son père en faisant le bien, saloperie d’œdipe. Les petits Delarue et Armstrong mangeront-ils 5 fruits et légumes par jour ou du poisson comme le conseillait Servan-Schreiber pour guerir du cancer avant d’en crever ? Il leur faudra en tout cas longtemps pour nettoyer la crasse laissée par leurs sympathiques parents. Après, qu’ils soient coresponsables de l’arrivée de la télé poubelle ou du sang dans ces mêmes poubelles n’a que peu d’importance : l’important est que la morale de Tony Scott mort la semaine dernière soit respectée : quand on est méchant on meurt et puis c’est tout. Quid de Leymergie ?

L’Edito Contador : Un, dos, trace

Tous les bouchers ne sont donc pas des pharmaciens véreux.

Il s’appelle Alexis, et avec un tel prénom, il lui était difficile de se faire un nom. Pourtant, son nom était pire alors on se contentera d’Alexis. Alexis faisait donc du ski à défaut de peinture, et avec le niveau actuel de sa discipline depuis la retraite de Grange, il lui aurait suffi d’un simple podium pour devenir le nouveau Jean-Baptiste. Ainsi, même un couple de touristes matant des pigeons en train de copuler en plein coeur de Venise aurait entendu parler de Pinturault, puisque c’est son nom. Mais Alexis a choisi le week-end des 4 et 5 février pour devenir grand. Un week-end où on a découvert qu’il y avait un tournoi de tennis à Montpellier, ce qui rend moins saugrenue l’idée que Monfils ait pu en être un jour le tenant du titre. Un week-end où Tony Parker a mis beaucoup plus de mains au panier que Batum pendant que les Giants justifiaient la hausse des ventes des packs de 40 dans les Wall-Mart. C’est forcément meilleur qu’enchaîner Lambrusco et Valpolicella qui  ne sont pas des marques de bagnoles. Un week-end où Lucie Decosse expliquait par le plus simple des mouvements pourquoi elle n’a pas envie d’être un jour championne olympique alors que son gros camarade si, avec ou sans spaghetti au peperoncino.

Sado ASO

Pourquoi se faire chier à visiter les Palais des doges alors que les doges sont morts devait se dire Sébastien Chabal en regardant ses anciens partenaires commerciaux restés à Paris. Pour lui la place Saint-Marc c’est avant-tout un poste bien payé pour se laisser pousser la moustache et les couilles quand on a pas encore lavé ses cheveux dans sa baignoire à bulles de Prosecco. Et soudain, le lundi, Saint-Marc Madiot a dit que c’était trop tard, Eddy Merckx qu’on faisait du mal au vélo et Eric Boyer a souhaité un grand déballage pour enfin avancer. Le même que Mentheour, Landis, Manzano, Gaumont, Fignon, Voet, Riis, Virenque, Millar…? A quoi bon, Jean-Paul Brouchon est déjà mort.

Pendant ce temps-là Nicolas Escudé renforce la théorie dite de Santoro du « T’as rien gagné, tu gagneras rien, sauf peut-être du pognon ».

Ian Thorpe : Like a Virgin Blue

Les nuits de Michael Phelps vont décidément être courtes jusqu’à l’été 2012. On n’arrête pas la pipe à eau si facilement.

Philippe Croizon et toute la presse française ont applaudi des deux mains, en février dernier, le premier retour aux affaires du grand Ian Thorpe (1,95 m). La belle histoire. Le Vestiaire vous l’avait d’ailleurs racontée. L’idée se serait imposée à lui « dans un avion, au-dessus de l’Atlantique ». Et le destin, farceur, a voulu que le palmipède australien fasse sa grande sauterie médiatique devant un panneau publicitaire de la compagnie Virgin Blue.

L’ancienne terreur des bas seins a même laissé au patron de la Vierge Bleue, John Borghetti, le soin d’annoncer lui-même ce que tout le monde savait déjà : Thorpe veut replonger aux JO 2012 après avoir passé cinq ans à manger des Tim Tam. Pour montrer à quel point sa motivation est grande, il ira même s’entraîner dans une des places-fortes de la natation mondiale, à Abu Dhabi. Coup de bol, Virgin Blue va bientôt ouvrir une ligne aérienne entre Sydney et Abu Dhabi. Le hasard fait quand même bien les choses.

L’obus de confiance

Il faudrait être sacrément tordu pour ne voir dans le retour de Thorpedo qu’un gros coup marketing. Ce n’est pas parce que sa marque de bijoux en perles et que sa carrière de présentateur télé n’ont, au contraire des avions Virgin, jamais décollé, que Ian Thorpe va chercher du fric en allant barboter. Il suffit de voir sa « liste » des choses à faire avant de mourir comme Cathy Freeman pour s’en convaincre : « Jouer James Bond, démarrer un groupe de rock, être pilote de ligne (sic),  nager d’autres JO avant mes 30 ans. » Et pourquoi pas sauter Kylie Minogue pendant qu’on y est ?

Yannick Agnel va donc bientôt pouvoir se frotter à autre chose qu’aux lycéennes de la piscine de Nice. La natation est un sport si simple que huit mois d’entraînement suffiront sans doute à l’ancien Phelps pour suivre la voie d’Armstrong et de Schumacher. Ceux qui s’inquiètent de sa capacité à nager sans combinaison ne savent sans doute pas que les poignées d’amour favorisent la flottabilité. La Torpille, aujourd’hui, ce n’est pas qu’un obus rouillé abandonné dans un champ de la Somme. C’est aussi un champion d’exception qui aime son sport et les voyages en avion.

Pendant ce temps-là, Thorpe a encore fait son retour.

Tour de France : Coppel comme cochon

Il a déjà tué Chapatte, Sannier, Fignon et Brouchon. Pour la quatrième année consécutive, notre consultant Thierry Bisounours répondra à vos questions grâce à equipe.vestiaire@yahoo.fr.

Pourquoi ne parle-t-on pas cette année de Tour du renouveau ?

Car cette année l’épreuve est particulière. Pas de prologue, pas d’Armstrong, pas de coureurs propres. Il ne reste finalement que Daniel Mangeas. C’est dommage.

Qu’est-ce qui est dommage ? Que Mangeas soit encore là ?

Non, la chute d’Alex Zulle sur le passage du Gois, c’est là-dessus qu’il perd le Tour. Il avait quand même pas l’air fin avec ses lunettes et son EPO. Vous avez des nouvelles de son pote Jaja ?

Il commente le Tour comme vous…

Ah, c’est vrai, on a un autre point commun, il est nul en cabine. On le préférait sur la moto, il n’avait pas son pareil pour distinguer une trace de seringue d’une piqure de moustique. Et Patrick Chêne ?

Parti faire fructifier ses années à avoir couvert les pratiques du milieu…

Vous croyez que je pourrai faire du business aussi alors ?

Gilbert peut-il remporter toutes les étapes ?

Rien n’est exclu, même pas lui malgré ses cheveux décolorés. Prudhomme a été courageux de l’accepter sur le Tour alors que ça pue comme jamais.

Et si vous nous parliez un peu des forces en présences ?

J’ai vu qu’il y avait pas mal de flics cette année, mais rien trouver dans un bus Quick Step, il faut le faire. C’est comme si Il Diablo ne venait pas nous faire chier sur le parcours avec son costume pourri, on est dans une autre dimension. Je vous le dis, ce Tour est très particulier, on a même vu Madiot vilipender Contador. Bientôt, on verra Jalabert dire qu’il ne faut pas se charger et Hinault vanter le travail des coureurs français.

A propos, les chances françaises sont-elles quasi nulles ?

J’ai effectivement entendu parler de Coppel, mais j’ignore qui il est. Ah, le  Tour du Doubs, ouais c’est donc un cycliste. S’il était conducteur de bus je vous aurais dit de vous méfier.

Vous ne paraissez pas très emballé par cette édition…

C’est-à-dire que je regarderai les arrivées des étapes de montagne et Prudhomme dire que le Tour n’est pas sacrifié au spectacle. C’est courageux d’avoir refusé Contador, comme Ullrich à l’époque. On sent qu’on va dans le bon sens.

Pas de vanne, pas de Bilou votre patron, en gros vous avez pas envie de déconner. C’est du nouveau Bisounours, sans illusion ?

Ouais, on s’en fout un peu du Tour. Même quand il y a des chutes, Chavanel est pas dedans.

Mais Contador oui …

Génial.

Dopage, Alberto Contador : Au trou Fignon

loca2

A quatre jours des championnats du monde australiens en ligne, Thierry Bisounours, alerté par le scandale Cancellara, a souhaité s’offrir une tribune sur Le Vestiaire.

Alors, c’est comment l’Australie ?

J’ai pas vu tant de Kangoo roux que ça.

Des voitures ???

Ben, Thierry Adam, mon homogramme, m’a dit avant de partir, tu verras, on va s’en mettre plein les yeux. Et pour l’instant, à part de la coke et du clenbutérol, on s’enfile pas grand chose.

Du clenbutérol ?

Je vois que la coke vous pose moins de problème… Mais après tout, dans votre profession, c’est pas anormal, comme on dit dans le jargon.

Anormal ?

Si vous êtes en train d’écrire le dictionnaire amoureux du vélo n’oubliez pas la lettre D.

Comme dopage ?

Comme dégoûté.

L’affaire Contador, c’est ça ?

Non, le ragoût de mouton que j’ai mangé hier soir. C’est toujours pareil, ils veulent plus saler la soupe, mais se privent pas pour le reste.

Vous vous rendez compte que les lecteurs qui ne vous connaissent pas vont avoir du mal à vous suivre ?

Pourtant, j’ai rien pris je le jure… Hihihi (il éclate de rire, sort une photo de Bilou, son patron, et soulage un besoin naturel. Un liquide rouge se répand à terre). Vous croyez que Christian Prudhomme va m’interdire de départ ou que je ne suis qu’un cas isolé ?

L’Edito : Deux flics et Mahinmi

En exclusivité, Le Vestiaire a réussi à joindre son spécialiste basket, prisonnier des geôles turques. Une raison encore insuffisante pour consacrer un papier à l’équipe de France. En revanche, on peut parler foot.

Le Real a donc démarré sa saison comme il avait fini la précédente, avec une attaque de merde. Higuain s’est donc fait un plaisir de tirer deux fois en 96 minutes, comme Benzema en 34 minutes. Pellegrini a sans doute coaché pour la dernière fois, dimanche. Puel n’en est pas loin également, son palmarès est pourtant flatteur par rapport à Domenech. Non, même pas, en fait. Mais est-ce vraiment de sa faute si Gourcuff n’a pas compris qu’il était là pour autre chose que jouer à la baballe ? A ce rythme, même Longuèvre ferait mieux, tout honoré qu’il doit être par le choix de Doucouré.

Sinon, des nageurs sont passés chez Denisot, qui les a confondu avec des athlètes, probablement l’effet descente des Champs-Elysées déserts. La faute à Paris Plage, sans doute, ou alors c’est qu’on n’en a rien à foutre, au choix. Pourtant, Christophe Lemaitre a encore couru un peu vite, mais plus assez pour que les médias s’y intéressent. Zozoter avec une moustache duvet, ça va bien quand il ne se passe rien, mais là il y avait, à 12h15, l’inauguration du court Fabrice Santoro à Chanceaux-près-Loches.

Santoro était là, Le Vestiaire aussi (photo floue à l’appui) . Il en a profité pour prendre l’Orient Express et discuter avec Yves Lecoq et Julien Clerc. Ça sert de n’avoir jamais rien gagné. Alain Corneau n’a pas eu cette chance, à 24 heures près, tout le monde aurait oublié qu’il avait fait tourner Marielle dans « Tous les matins du monde« . Mais Fignon a quand même réussi à eclipser la victoire d’Arnaud Clement sur Baghdatis. L’honneur est sauf. Le mot de la fin à Lance Armstrong, lundi soir : « Allez Laurent ! » Visiblement, il ne connaissait pas bien la carrière de Fignon.

Pendant ce temps-là, un certain Roger fait des coups entre les jambes. Vive le troisième âge.

Tour de France : Schleck vacances

Notre consultant Thierry Bisounours ne sera pas reçu à l’Elysée. Pourtant, son collègue J.R. a bien sucé comme il faut. Il fait quand même avec vous le bilan du Tour, pour la dernière fois de la saison.

Cancellara qui met cinq minutes à tout le monde, ça fait plaisir ?

Oui, oui, il est le plus fort et on se demande même comment il fait pour l’être autant en fin de Tour.

Il y avait du vent…

Il a eu moins d’effort à faire en montagne que les autres. C’est pas comme si il appartenait à l’équipe d’un leader.

Et on peut rouler à 51 km/h de moyenne sans problème sur 50 km…

Et il est au-dessus de tout soupçon.

Oui, oui. Et sinon, impressionnant Schleck aujourd’hui, il a pris à peine plus de deux minutes par Menchov…

Evidemment, c’est pas Contador qui a fait un Tour de merde et qui aurait pu craquer à chaque étape. C’est donc surtout Schleck qui était phénoménal. Du coup, son maillot jaune est loin d’être scandaleux.

Mais il n’a pas le maillot jaune…

Ah ok, j’étais persuadé qu’avec son plan, il avait fini par triompher. Je suis un crétin alors et Schleck un grand champion. Il a battu Contador avec combien de retard ?

31 secondes. Il finit 44e, c’est pas mal pour le contre la montre d’une vie…

Derrière Moinard alors, c’est donc même un exploit, comme on dit dans le jargon. Et Contador qui finit aussi à cinq minutes. Quel champion, ce Schleck, on l’attendait pas à ce niveau. Si ça continue, il peut faire deuxième un bon bout de temps.

On n’attendait pas les Français non plus à pareille fête sur le Tour. Enfin la fin du cyclisme à deux vitesses ?

Vous savez, comme dit Bilou, mon patron : « C’est après la foire qu’on compte les boeufs, même s’ils sont aux hormones. » Il a raison c’est plutôt encourageant. En 2009, ils étaient cinq dans les vingt premiers. Cette année, ils sont un et sont tous dix-neuvièmes. Enfin.

Tour de France : Lance avec les loups

doo2p

Notre consultant Thierry Bisounours, qui n’a pas encore démissionné, a encore de la réserve pour rendre hommage à Monsieur Armstrong.

Dans la phrase « Bravo Monsieur Armstrong, vous sortez du Tour par la grande porte », la grande porte, c’est bien une enquête fédérale ?

J’aime pas Cunego.

Et que diriez-vous si L’Equipe avait prouvé qu’il prenait de l’EPO, si tous les témoignages l’accusant concordaient et s’il avait une enquête fédérale au cul ?

Qu’il a aussi chopé un cancer et qu’il s’en est sorti. C’est pas Cunego qui ferait ça.

Et si un dénommé Manzano racontait avec moult détails que les contrôles ne servent à rien ?

Manzano, le coureur ou le pharmacien ? Je suis sûr que Cunego sait même pas faire la différence entre un Petacchi et un Bernucci.

Petacchi a aussi de petits problèmes avec la justice. Pourquoi tous ces types ont-ils le droit d’être encore alignés ?

Attendez, je la connais celle-là, elle marchait aussi avec Jean-Marie Leblanc. Parce que Christian Prudhomme est un gros hypocrite ?

Et vous ?

Je ne vais pas citer Bilou, mon patron, car je serais vulgaire. Mais disons que je suis un crétin et que je ressemble à ceux qui m’écoutent, dont l’équipe du Vestiaire. Mais, par contre, je n’aime pas Cunego.

Un simple délit de sale gueule ?

Oui, oui, mais vous savez, je suis un crétin, comme on dit dans le jargon.

Je ne vous contredirais pas. En 2007, vous disiez ne plus vouloir entendre parler de Vinokourov, qui vous avait déçu.

On dit tous des bêtises, et moi un peu plus que d’autre, si vous voulez mon avis. Mais vous voulez que je fasse quoi, que je la ferme ? Il y a trop d’intérêts en jeu entre ASO, l’UCI, les médias, le cyclisme et les histoires pourries de Jean-Paul Ollivier. Comme dit Bilou, mon patron, l’avenir Lappartient à ceux qui mangent très tôt. Mais si vos lecteurs ne cliquent pas sur le lien, ils risquent de pas comprendre la vanne. Moi, j’ai pas cliqué, et du coup je comprends pas.

Peut-être alors qu’il faudrait commenter en évitant de faire l’éloge de tricheurs avérés par leurs perfs…

Mais je n’y peux rien, je l’aime pas Cunego. Et puis je ne vais pas parler que de quelques Français. Tiens, vous saviez que depuis 1997, il n’y avait pas eu autant de victoires françaises sur le Tour ?

C’est une provocation ?

Si vous voulez vraiment me faire dire que John Gadret est le premier Français au général, vous allez être déçu. Il n’est que 20e.

Pensez-vous que Gadret a eu raison de ne pas filer sa roue à ce nul de Nicolas Roche ?

Attendez un peu que le dopage disparaisse et on en reparle. Je plaisante.

Pensez-vous que le plan de Schleck est assez ficelé pour qu’il attende le Tourmalet pour attaquer, comme le conseille Jeff Bernard ?

Quel tacticien, ce Jeff Bernard. Mais c’est qui au fait ? Moi, je me focaliserais davantage sur le duel Charteau/Moreau si j’étais vous. Le preuve que ce maillot à pois a de la valeur.

Tour de France : Schleck sans provision

lemfi

Eberlué par un Tour indécis comme rarement, c’est un Thierry Bisounours ébranlé dans ses certitudes qui a répondu à vos questions posées sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

A-t-on déjà vu un Tour aussi indécis ?

Rarement, je dois bien l’avouer. Le duel Schleck-Contador nous renvoie aux plus belles heures d’Armstrong-Ullrich, Anquetil-Poulidor, Hinault-Zoetemelck, Indurain-Rominger, Indurain-Bugno, Indurain-Chiappucci, Indurain-Zulle, Armstrong-Beloki, Ullrich-Virenque, Fignon-Lemond, sans oublier Schleck-Contador.

C’est donc rare, en effet. Mais peut-on parler de duel quand c’est toujours le même qui gagne ?

Question piège, comme on dit dans le jargon. Vous voulez dire que Schleck est un gros nul ?

Schleck est-il un gros nul ou est-ce une feinte ?

Effectivement, on peut avoir l’impression que Schleck est persuadé d’être le leader du Tour. La couleur de son maillot doit y être pour quelque chose. En plus, Fignon dit qu’il a raison de garder la roue de Contador. Et Fignon, il sait de quoi il parle, c’est pas le genre à perdre le Tour sur un contre-la-montre

Donc Schleck pourra continuer à sucer la roue de Contador sur le chrono de samedi. Comment ça se passe, il aura droit à une dérogation ?

Ou peut-être qu’il aura perdu deux minutes d’ici là. Cinq minutes de retard sur les Champs, en général, ça évite de cogiter.

Pourquoi n’attaque-t-il jamais quand Contador semble moins impérial, quand il fait chaud par exemple ?

C’est son plan, ne jamais prendre de temps à Contador et en perdre dès qu’il peut. C’est très habile et, comme dit toujours Bilou, mon patron : « Tu t’en fous, l’important c’est que le public oublie que Vinokourov a encore le droit de rouler. » Enigmatique mon patron, comme toujours.

Justement, pourquoi avoir fait pendant un quart d’heure le panégyrique d’un tricheur avéré, qui court pour une des pires dictatures au monde en lui souhaitant même de revenir comme directeur sportif ?

Vous connaissez ce poème danois : « Tout le monde a droit à une seconde chance », comme on dit dans le jargon.

C’est du Bjarne Riis ou du Ivan Basso ?

Tour de France : Un Schlek en bois

lance

Armstrong a craqué, notre consultant Thierry Bisounours y voit donc désormais plus clair. Pas vous, puisque vous continuez à lui poser des questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Pourquoi y voyez-vous plus clair alors que personne n’a attaqué aujourd’hui ?

Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la limace. Croyez le ou non, Armstrong a craqué.

C’est vrai que votre analyse est impressionnante. Et donc, vous savez qui va gagner le Tour alors ?

En tout cas, ce sera pas Armstrong, parole de Normand (NDLR : Thierry Bisounours est Picard). Pour le reste, Contador semble fort, Schleck est impressionnant, Van den Broeck s’accroche, Menchov est bien là. On a même droit à Leipheimer et, bien-sûr, le suceur de roues suce bien les roues, comme on dit dans le jargon.

Le suceur de roues ?

Oui, comme dit Bilou, mon patron, avec un menton pareil, il a pas dû boire que de l’eau. Je vois pas bien ce qu’il veut dire, mais apparemment les médecins le savent.

Les Français s’en sortent plutôt bien. Est-ce un signe encourageant pour le renouveau du vélo ?

Vous avez tout dit. Que puis-je ajouter, que le premier Français est 22e après une seule étape de montagne ?

Mais Armstrong est apparu humain aujourd’hui ?

Oui, Indurain aussi en 1996, Ullrich en 1998 et que dire de Pantani dans sa chambre d’hôtel de Rimini en 2004 ? Après tout, il n’a que 39 ans et avant il ne chutait jamais. Ah, la malchance.

Andy Schleck court-il mal ou très mal ?

Ça dépend si vous prenez Ullrich en comparaison. Disons que Contador avait du retard et tout intérêt à attaquer. Il ne l’a pas fait donc il ne pouvait pas. L’idée de se faire tracter par un coéquipier qui fait le rythme, c’est astucieux. Schleck ne pouvait pas beaucoup plus, autant ne pas essayer. Habile.

Mais il a un plan ?

Oui, probablement essayer de prendre moins de trois minutes dans la gueule sur le chrono. Habile.

Tour de France : Adam et crève

hauta

Lorsque l’on a annoncé à notre consultant Thierry Bisounours la mort prématurée d’un cycliste assez moyen, il s’est d’abord mis à pleurer. Puis son téléphone a vibré, « Espèce d’andouille » affiche le texto. Son pote Stéphane Goubert est bien vivant.

Salut Thierry, avez-vous des informations sur le tracé du Tour 2010 ?

Montagne, contre-la-montre, plaine, dopage.

C’est pas un peu facile et convenu comme réponse, en plus Christian Prudhomme dit clairement que tout ça a changé

Désolé, j’avais cru que des «centaines de seringues» et du «matériel de perfusion» avaient été trouvés, ainsi que de la sitagliptine, de la valpromide, du telmisartan et du quinapril, mais comme dit Bilou mon patron « je suis pas médecin ».

Tout ça ne sont que des bruits de journaliste pour l’instant.

Désolé j’avais cru que le Parquet de Paris avait ouvert une enquête. Ca me paraissait être important, mais je suis pas « juriste » comme on dit dans le jargon

De toute façon, vous savez bien que des brebis galeuses peuvent toujours exister mais c’est une minorité. Il y en a assez des amalgames !!!

Je sais, à peine une centaine de coureurs, mais bon ça reste de la « triche » comme on dit dans le jargon.

Que voulez-vous dire ? Alberto Contador est pourtant honoré par le Sénat, L’Equipe se réjouit en Une du duel avec Armstrong. Ça ne peut pas être que de l’hypocrisie ?

Désolé, j’avais cru que l’AFLD avait constaté une favorisation des Astana par l’UCI et qu’ils étaient ciblés par l’enquête en cours. Mais je suis un crétin qui n’y connaît rien comme tout le monde le pense depuis deux ans et en particulier vos lecteurs.

Vous allez finir par nous dire que vous n’êtes pas Thierry Bisounours, c’est bon on connaît le refrain… D’habitude on rigole au moins.

Vous croyez  que ce spectacle répugnant me donne envie de faire des vannes ?

Mais enfin, vous personnage est censé être naïf, un peu stupide et faire des gags récurrents tout en faisant prendre conscience de la réalité.

C’est vous et un peu Thierry Adam qui avez créé ce type. Je ne suis pas celui-là. C’est une masacrade ! (NDLR, mascarade)

Un mot à ajouter pour finir sur Franck Vandenbroucke, le Tour, Prudhomme, Astana, ou le cyclisme en général ?

Merde !

Pardon ?

(Une matière liquide marron coule le long de sa jambe), j’ai une gastro-chronique.

Mais ça n’existe pas !!!? 

Et des cyclistes asthmo-diabétiques ?

L’édito : Le Bousquet de l’avarié

liko2

« Les Français sont sûrs de gagner ? Bah, ils vont perdre. » 3 minutes, 09 secondes et 89 centièmes plus tard, la femme du spécialiste natation par intérim du Vestiaire se voyait proposer un pont d’or.

Ils sont Français, grands, costauds, irrésistibles, 100% polyuréthane et surtout Français. Alain Bernard s’est rappelé qu’il aimait le relais, Frédérick Bousquet qu’il n’aimait pas vraiment Manaudou et son passé de championne. Nelson Monfort, le meilleur journaliste de France Télé, n’a pas manqué de lui rappeler qu’on attend autre chose d’un dernier relais. Peu importe, Grégory Mallet est ravi de la troisième place, Amaury Leveaux se demande comme s’écrit ridicule.

L’EPO de départ

Après dix minutes d’entretien fort peu hypocrite à la louange du Tour 2009, entre Chamou, Prudhomme et Bisounours, la parole est arrivée jusqu’à Laurent Jalabert, qui a cru bon de donner son avis : le parcours, le chrono par équipes judicieusement placé la première semaine, Contador sans rival qui a attaqué deux fois, il s’est emmerdé. Etrange, Le Vestiaire pensait justement qu’il y avait de quoi se réjouir. Thierry Adam a ensuite tenté de penser pour ponctuer d’un « Vivement le Tour 2010 » sous le regard approbateur de Chamoulaud et Bilalian. Il ne manque qu’un ou deux noms pour que ça Kohl une bonne fois pour toutes, Ballester attend toujours. En tout cas, le vainqueur 2009 est bien beau, il a même pris place au Panthéon en musique. Un peu prématuré, Hautacam n’était pas au programme cette année. Qu’en pense Patrick Sinkewitz depuis la lointaine Saxe, le bouquet du vainqueur dans les bras ?

Pisse Cup

Viva Espana, s’écrie d’ailleurs Claude Puel. D’abord, parce qu’il a réussi à vendre 35 millions un joueur qui en vaut le triple. En deux matches, il n’a joué  qu’1h30 pour un but et une passe décisive. Cristiano Ronaldo joue aussi dans le même club, mais on n’a pas encore trouvé son utilité. L’autre raison du bonheur ibérique du prolixe entraîneur lillois, c’est son équipe. Honoré de se produire à Huelva, Lyon a déjoué les pronostics. Besiktas est champion de Turquie en titre, l’OL s’est quand même permis d’ouvrir le score, Porto et ses millions peuvent frémir. Surtout qu’ils seront privés de Lisandro Lopez. Pjanic est déçu, qu’en pensent les 200 spectateurs de Huelva ?

Pendant ce temps-là, l’équipe de France de basket a confirmé que le Centrafrique n’était pas une couverture. L’Autriche, la Belgique, maintenant les Tchèques, le barrage pour l’Euro c’est pas déjà passé ?

Tour de France : Le sang Conta miné

liplip

Stéphane Goubert n’a finalement pas réussi à finir dans les dix premiers. Thierry Bisounours évoque une intoxication alimentaire, mais il n’a pas voulu révéler la nature de l’aliment en cause.

Alors Thierry, ce mont Ventoux à la veille des Champs, une vraie trouvaille ?

Bien sûr, on a assisté à un bouleversement du classement général entre la neuvième et la onzième place. Devant, Schleck, Contador et Armstrong ont tout fait péter. J’en ai encore des sueurs et en général, c’est pas bon signe pour la nuit. (Il sort de sa poche une grosse boule de linge humide d’où sort une épaisse odeur d’urine et d’andouille putréfiée.)

Les performances de Contador en étonnent plus d’un. Et vous ?

Il y en a une en tout cas qui ne se plaint pas. (Il montre le pendentif qu’il porte autour du cou, une photo de la femme de Stéphane Goubert cohabite avec celles de ses enfants.)

Mais pour Contador ?

Je vous vois venir avec vos gros traiteaux, comme on dit dans le jargon. Toujours cette carotte (ndlr, marotte) selon laquelle on ne peut pas être tout le temps devant à fond, en rivalisant avec les performances de dopés avérés. Vous savez, Bilou, mon patron, il dit toujours : « Dopage, pas dopage, tu t’en branles, les gens continuent de regarder. C’est comme toi, plus tu dis de conneries et plus l’audience est forte. » Il a pas tort, regardez les chiffres Médiamétrie. Ai-je été meilleur que d’habitude cette année ?

Non.

Encu..s ! (Il nous jette la boule de linge dessus.)

Di Luca enfin pris…

Il avait réussi à tenir Menchov au Giro, pas étonnant.

Mais Menchov n’est pas dopé, regardez son Tour…

C’est vrai qu’on n’a pas fini de parler de ce problème des coureurs qui s’adaptent mieux aux routes italiennes. Prenez Di Luca, Savoldelli, Garzelli ou Cunego. C’est la faute de l’UCI peut-être ?

Les contrôles sanguins sont-ils efficaces en général et sur le Tour de France en particulier ?

Je ne sais pas, que disait Bernhard Kohl du passeport sanguin ? Le dopage est toujours aussi présent, il faudrait suivre les coureurs 24/24, hors c’est impossible pour des questions de vie privée. Mais vous savez, moi aussi je me dope à ma façon avec mon antipelliculaire contre la chute des cheveux. (Il se passe alors la main dans les cheveux et une perruque grasse lui reste dans les mains, une calvitie blonde naissante apparaît.)

Mais, vous n’êtes pas Thierry Bisounours ?

Vous m’avez piégé !  Non, je ne suis pas Thierry Bisounours, je suis le spécialiste cyclisme du Vestiaire. Mais vous n’êtes pas naïf à ce point-là ?  Sinon, comment aurais-je pu parler du  parcours ridicule dessiné par Christian Prudhomme, de l’hypocrisie permanente autour des performances, de l’écrasante victoire de Contador jusque dans le contre-la-montre, du podium d’Armstrong, du dopage de Di Luca, de l’arnaque Menchov ?

C’était pas bien difficile…

Allez dire ça à Thierry Bisounours.

Tour de France : A l’assaut du Mont Vento

rikikik2

Thierry Bisounours ne voulait plus s’exprimer jusqu’au départ du Tour. Mais le triomphe de son alter ego Thierry Adam l’oblige à « sortir de son réservoir », comme on ne sait plus trop qui le dit.

Thierry, Christian Prudhomme…

Moi, c’est juste Thierry.

D’accord, mais Christian Prudhomme est-il en train de réussir son pari ?

Etes-vous bien renseigné ? La dernière fois que j’ai parié, c’était en 2001 avec mon pote Stéphane Goubert. J’ai reconnu ma défaite et livré les 70 kilos d’andouilles que je lui devais. « L’affaire est clostro », me semble-t-il, comme on dit dans le jargon.

Sur quoi portait le pari ?

Je pensais que Chavanel gagnerait le Tour dans les six ans.

S’il n’y a aucun contrôle positif sur le Tour cette année, aura-t-on gagné une bataille contre le dopage ?

Il peut toujours y avoir un, deux ou 120 moutons noirs, mais globalement en effet je crois que ça va dans le bon sens. On retrouve le niveau de propreté des années 1990. Je vais vous faire une confidence qui me vient directement de Bilou, mon patron. Vous êtes un peu trop jeune et pas assez étourdi (ndlr, érudit) pour le savoir, mais entre Pollentier en 1979 et l’affaire Festina, il n’y a quasiment pas eu de cas de dopage. C’est un fléau des années 2000.

Prudhomme se réjouit d’un suspense à son paroxysme. Bien malin qui peut donner le nom du vainqueur ?

Contador. Je déconne évidemment.

Oui, Armstrong, Schleck, Sastre, ou Evans sont en embuscade…

En effet, je suis loin d’être con, Contador n’a pas montré grand-chose de plus que les autres depuis le début. D’ailleurs, sa faiblesse en contre-la-montre peut lui poser des soucis, il n’a fait que deuxième du prologue. On peut imaginer qu’il ne pourra pas gagner plus d’une minute par étape d’ici Paris. Les Champs Elysées seront une nouvelle fois décisifs cette année. Il n’est pas rare de voir un coureur reprendre de une à cinq minutes rue de Rivoli. Et là, je déconne ?

Un mot peut-être sur l’étape palpitante du jour ?

Non, il ne s’est rien passé, les Schleck ne valent pas grand chose, il n’y avait que Vélo Mag pour y croire. Rendons quand même hommage au tracé de Christian Prudhomme, qui rend le Tour à peine soporifique. Je déconne, évidemment.

Que pensez-vous de l’humiliation subie par Lance Armstrong ?

Ecoutez, on ne peut être qu’admiratif d’un type qui part en champion insoupçonnable et qui revient à 50 ans toujours dans les dix. Je déconne, évidemment.

Ca restera quand même un Tour en rupture avec toutes les traditions, non ?

Evidemment, le même coureur qui finit devant sur toutes les étapes importantes, une équipe qui écrase tout, un pistard devenu montagnard. C’est du lourd comme dit DJ Abdel (ndlr, Abd Al Malik) et c’est assez inédit. Je déconne, évidemment.

Menchov dans le trou, est-ce suspect ?

Pas du tout, au contraire, ça fait du bien de voir qu’il est difficile d’enchaîner deux grands tours au même niveau. On a trop souvent vu les mêmes drogués réaliser le doublé Giro / Tour.

Vous parlez de Savoldelli, Cunego, Simoni, di Luca, Garzelli, ou Gotti ?

L’édito : De la fuite dans les idées

rourat2

Albus Dumbledore et Alberto Contador ont diverti la journée d’hier. Jean-Paul Ollivier, qui n’avait aucune abbaye à raconter, s’est permis de l’ouvrir pour noter que le second n’avait pas l’air fatigué à l’arrivée. Alors, lequel a le plus de pouvoirs surnaturels ?

Ce qui caractérise les fortes têtes, c’est de ne jamais reculer devant le danger. Avant d’affronter Roddick au premier tour de Wimbledon, Jérémy Chardy avait déjà les gènes de l’acharné. Deux semaines de rab pour rejouer sur terre battue, ça aide à se sentir fort et à gagner son premier vrai tournoi. Acasuso, Vassalo Arguello, Zverev, Kiefer et Hanescu aussi, mais Chardy n’y était pour rien si Gilles Simon était inscrit comme tête de série numéro un du tournoi. Ce genre d’erreur ne devrait plus se reproduire longtemps. En attendant, le magicien Paul-Loup Santoro se mord les doigts d’avoir perdu au premier tour. Heureusement, Sidorenko n’a pas été plus loin que les quarts. En revanche, aucun regret pour Nicolas Mahut à Manchester, Olivier Rochus était la plus forte tête. Rude concurrence. Leurs homologues footballeurs en savent quelque chose : Everton veut honorer son contrat au PSG. Il faudra d’abord prouver qu’il a signé un contrat. Frédéric Piquionne peut ricaner, rira bien qui pourrira le dernier.

Collet serré

A la tête de Villeurbanne, Vincent Collet a aussi hérité de l’équipe de France. Le danger était bien caché, Michel Gomez ne l’a toujours pas vu arriver. Pour regonfler l’orgueil national, le sélectionneur s’est montré plutôt créatif : des joueurs NBA, même si pour Diarra et Petro personne ne peut confirmer, une durée NBA et un score NBA (111-64). De Colo a marqué 15 points, Parker, Diaw et Batum ont joué. Ca semble si facile, une équipe est sûrement née. L’Etat du Centrafrique, c’est conférence Est ou Ouest ?

Schleck en bois

Mais pourquoi donc Thierry Adam appelait-il Cavendish le maillot vert ? Pourquoi lorsque Lance Armstrong s’est décalé sur la gauche de la route en titubant a-t-il vu une attaque de l’Américain ? Pourquoi alors qu’Andy Schleck perdait constamment du temps sur Contador, sans parler des autres, a-t-il qualifié l’Espagnol de moins aérien ? Et si Thierry Bisounours connaissait la réponse ?

Pendant ce temps-là, Olivier Sauton fait le Point-Virgule et le Tour de France à la voile est dans une totale indécision. Vivement les étapes de montagne ?

Tour de France : L’homme qui murmurait à l’oreillette des chevaux

ribo

Le Tour de France à peine fini, Thierry Bisounours a été surpris à Auchan et Super U en train de faire des réserves d’andouilles. Pas de panique, il est juste en train de préparer l’étape Vélo Magazine 2010, qu’il courra avec son pote Stéphane Goubert.

Vous ne deviez plus vous exprimer avant que Noncentini accepte de rendre son maillot et pourtant vous êtes là. Pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est-à-dire que je ne comprends plus grand-chose à cette histoire de ventricules

D‘oreillettes, vous voulez dire…

Oui, enfin c’est pareil. Du coup, moi qui me suis fait chier à acheter mon kit main-libre à bas prix en Andorre, j’ai dû tout foutre « par la fenêtre », comme on dit dans le jargon. C’est Stefano Garzelli qui m’a appris ça sur le Giro, une fois où les carabinios (ndlr : les carabinieri) l’ont dérangé en plein massage fakir.

Massage fakir ?

Oui, vous savez, avec plein de petites aiguilles. Enfin « autres temps, autres meurtres » comme on dit.

Vous voulez dire que vous ne cautionnez pas ces méthodes ?

Ah non, mon jeune ami, vous n’y êtes pas du tout. Toujours ces journalistes et leur suspicion ! Ce que je veux dire, c’est que, comme dit Bilou mon patron, « avant les soigneurs étaient indispensables, maintenant la plupart des coureurs n’aurait pas peur du numerus clausus« . Hélas, j’ai pas fait de grec (ndlr, c’est du latin), j’étais meilleur en musique. (Il se met à siffloter le megamix d’Ice Mc durant 4 minutes et près de 40 longues secondes, à bout de souffle, il ponctue d’un très gras Bongdegedegebong, héhé.)

Pensez-vous, comme Eric Boyer, que la volonté de cinq ou six voyous gangrène le cyclisme ?

Cinq ou six, non, mais plusieurs dizaines peut-être. Je plaisante, évidemment. Cette histoire d’action de groupe me rappelle 1998. Les coureurs en avaient marre d’être sans cesse contrôlés, ils voulaient avoir la paix pour s’organiser comme ils le souhaitaient. Vous connaissez la suite, Pantani remporte le Tour et aujourd’hui il figure encore au palmarès alors que Riis n’y est plus. Ce n’est pas une histoire d’hypocrisie ou de lâcheté, la vérité finit toujours par triompher.

Mais ça n’a pas vraiment de rapport avec les oreillettes ?

Non, non, aucun, mais on retrouve toujours les mêmes à l’origine des scandales : ces salopards de coureurs français qui trouvent que ça dénature la course, et ce sont les plus insoupçonnables qui mènent la fronde.  Je vous rappelle que ce sont ces mêmes salopards tricolores qui dénoncent le dopage et un cyclisme à deux vitesses, car ils n’ont pas le courage et la perséverance d’Alexandre Vinokourov. Tiens d’ailleurs, il courrait chez qui le Cosaque (ndlr, le Kazakh) ?

TdF : La montagne, ça vous GAN

notil4

C’est sur la route de l’auberge Pere Tares que nous avons croisé Thierry Bisounours dans les faubourgs andorrans de Barcelone. Contador était alors encore maillot jaune.

Bonsoir Thierry, vous avez annoncé, dès l’arrivée, la prise de pouvoir d’Alberto Contador et le maillot à pois de Riblon. Pourquoi est-ce si difficile de donner les bons classements en fin d’étape ?

Vous savez, je crois que c’est Bilou, mon patron, qui a la réponse. Il dit toujours : « Thierry, c’est non seulement le plus con, mais en plus c’est le plus nul. » N’y a-t-il pas un fond de vérité là-dedans ? Alea jette ta tête, comme on dit dans le jargon.

Vous avez parlé aujourd’hui d’une coalition espagnole Sastre-Contador pour battre Armstrong, avant de rappeler que Sastre connaît bien Schleck pour envisager une alliance. Etait-ce une blague ?

Non, non, mais j’ai dit aussi que grâce au nouveau maillot Ag2r, le cyclisme allait se moderniser.

En effet. Pensez-vous que les téléspectateurs en ont quelque-chose à branler du surnom de Feillu quand il était gamin, ou de l’amour des pâtes et du vin rouge de Nocentini ?

C’est vous ou moi le journaliste ?

Pas faux. Si on part du principe que le terme « intrinsèquement »  signifie « inhérent, qui appartient à l’objet en lui-même, indépendamment des facteurs extérieurs » : que vient-il faire à l’arrivée de la première étape du Tour dans la phrase : « intrinsèquement, le meilleur grimpeur s’appelle Contador » ?

Ecoutez, j’ai peut-être pas fait Hachopé ou iéna (ndlr, HEC ou l’ENA), mais je peux encore m’enthousiasmer devant une si belle lutte intestine, et me faîtes pas la vanne de la gastro.

Pas de problème, mais plutôt qu’une salve de Contador contre Armstrong, on a eu l’impression que les Astana n’ont fait qu’appliquer une tactique d’équipe en faisant attaquer leur leader désigné dans la montée finale. Qu’en pensez-vous ?

Avec vous, on a l’impression que je ne dis que des conneries, mais chacun voit Thierry à sa porte. Par exemple, mon copain Christian, journaliste à TF1, il me trouve très pertinent.

Possible. Feillu est déjà comparé à Virenque, n’est-ce pas une charge un peu trop forte ?

Il est pas sur secteur quand même ? (Il explose de rire et trois de ses dents volent en éclat. Il s’adresse alors à son pote Stéphane Goubert, qui se fait frire une andouille à quelques pas de là). Tu me la fais saignante !

TdF : Le retour de la kazakh jaune

casaque

Le Tour du renouveau est sans surprise le plus passionnant de ces 20 dernières années. Pas moins de cinq Astanas peuvent le gagner. Thierry Bisounours qui sait que son ami Stéphane Goubert aime les andouilles nous livre ses pronostics.

Bonjour Thierry, on ne va pas tourner autour du pot belge,  un Tour enfin propre ça fait du bien !

J’attends la première question. Car comme dit Bilou mon patron « A par les Astanas et 10-15 brebis galeuses, ça ressemble souvent à du sport » !

Pardon ?

Hi, hi, je plaisante bien sûr. Evidemment que ça fait du bien, de revoir Popovych rouler à 80, Kloden ailleurs qu’en prison, et Contador, Leipheimer et Armstrong  apporter du sang neuf. On espère bien-sûr que Sergio Paulinho finira dans les 10.

Le contre-la-montre par équipe, c’est dans l’ADN de la grande boucle, son retour était indispensable, non ?

Bien sûr, plus aucune équipe n’avait tuer le Tour dès la troisième étape depuis Discovery Channel. On a failli avoir du suspense.

La présence d’Astana salit-elle le Tour ?

Non, dans la mesure où ils sont là « c’est qu’ils sont clim » comme on dit dans le jargon. On en avait marre de découvrir les tricheurs pendant la course. Là on est sûr que si positif il y a ce sera un exemplaire du magazine.

L’exploit de Thomas Voeckler fait du bien…

Moi ça va, en fait c’était pas une vraie gastro.

Que peut-on attendre de la montagne ?

Elle a pas vraiment bougé depuis plusieurs siècles , c’est une belle question piège. Si je dis une souris j’ai bon ?

Vous semblez un désabusé Thierry, mais quel Tour quand même !

Ben le Tour de mon cul connard ! Et ça c’est pas dans le jargon.

La Légende : Et Ullrich ramait

lopa

20 juillet 1996. L’avant dernier Tour de France a livré son verdict. Un Danois millénaire dont l’histoire a oublié le nom se balade en jaune sur les routes girondines.

En deux étapes, il a plié la course. Une petite dose dans les Alpes, une plus grosse dans les Pyrénées et Thévenet manqua de s’étouffer avec les glaires de Patrick Chêne. Ca, on vous l’a déjà raconté. Mais ce matin là, au départ de Bordeaux, notre vieux chauve n’est pas très bien. Le dosage de Berzin n’est décidément pas le meilleur,  les 70 km/h seront difficiles à atteindre, autant oublier tout de suite les 80. Il mise quand même sur l’aérodynamisme de son crane pour limiter les dégâts. Mais son jeune coéquipier allemand, deuxième du classement général à quelque 4 minutes, table, lui, sur une jolie casquette à l’envers. Magie du vélo, c’est le bon choix.

Le projet stérone

Il s’appelle Jan Ullrich. Elevé au bon grain d’Europe de l’est, celui de Katrin Krabbe et d’Erik Schinegger, il n’a eu aucun mal à suivre son papi dans Hautacam. Il aurait même pu le battre s’il n’avait pas respecté les limitations de vitesse. Ce qu’il ne va pas faire sur la route de Saint-Emilion. Chacun voit bien Indurain finir en beauté, mais le Navarrais a beau être aussi fort qu’avant dans l’exercice, le petit gros roux l’est encore plus. Il reconnaîtra deux fois le parcours avec une voiture Telekom dans son aspiration, avant de mettre deux minutes à son leader parti évidemment derrière lui. Patrick Chêne parle déjà à son propos de « seigneur », de « grand champion des années avenir ». Il aura raison un an.

Rudy la truffe

En 1997, il accélèrera brusquement pour la dernière fois de sa carrière dans la montée vers Arcalis. L’hiver suivant Janou se réchauffera dans les bras de sa fraülein de maman. Ils sont pleins de gras, c’est la fin de sa carrière. En 1998, Jean-Marie Leblanc découvre stupéfait que l’EPO n’est pas toujours autorisée. Pantani s’en fout. Il ne s’en foutra pas longtemps. Janou, lui, n’aime pas la pluie, il préfère les gâteaux. En 1999, Janou étrennera ses nouveaux molets en Espagne et à Verone, mais pas en France. C’est dommage, il digère mieux les gâteaux.  En 2000, Janou n’aime toujours pas la pluie, n’aime plus Hautacam, mais il retrouve son amour des gâteaux.

Glander dans la Madeleine

En 2001, Armstrong n’est pas bien dans la Madeleine et le Glandon. Janou, qui aime toujours bien les gâteaux, mais un peu moins la tactique, décide de prendre le robot américain sur son porte bagages et dans l’Alpe d’Huez c’est l’Allemand qui regardera celui d’Armstrong. En 2002, Janou préfère la drogue aux gâteaux. Les deux ensemble, c’est pas mal non plus. Jean-Marie Leblanc et Hein Verbruggen préfèrent largement les intraveineuses, Janou est privé de Tour.

Bianchi mais pas blanchi

En 2003, fini les gâteaux et la Telekom. Mais pas Rudi Pevenage. Plus costaud qu’Armstrong, Janou préfère toujours attendre les fins d’étape pour voir si l’Américain est vraiment moins fort. C’est le cas, il perd du temps à chaque fois. Mais Janou n’en est pas convaincu avant les Pyrénées. Vers La Mongie, il tente de partir seul, mais son cul a du mal à se lever de la selle. Arcalis est déjà loin. A Luz Ardiden, c’est cette fois la courtoisie qui lui ôtera l’envie de gagner le Tour. On lui avait pas dit qu’Armstrong n’était pas vraiment  le mec le plus sympa du peloton. Bassons ne doit pas parler allemand, Simeoni non plus.

Dopage : Ça CERA rien

lubie

Thierry Bisounours, en congé jusqu’à Paris-Tours, nous a offert une dernière interview avant la fermeture officielle de la saison. Si Thierry Adam voulait l’imiter, jamais il ne l’égalerait.

Bonjour Thierry, commençons par l’actualité brûlante. Pourquoi ce retrait ?

D’après toi, connard ? Manque de thunes.

Houla, ça démarre fort.  Votre patron Bilou ne vous paye plus ?

C’est un gros tas de m…. ! Il y connaît rien en sport et pourtant il la ramène « plutôt une fois qu’une », comme on dit dans le jargon.

On n’a pas l’habitude de vous voir aussi remonté…

Continuez comme ça et je vais vous descendre (il parvient tant bien que mal en un peu moins d’une heure, à l’aide de son pouce et de son index, à représenter le vieux colt Browning utilisé par son père pour buter un soldat allemand. C’était en 1981, en Baie de Somme, lors d’une partie de chasse).

Un soldat allemand en 1981 ?

Et le Mur de Belin (ndlr: Berlin), c’est du sanglier ? Ah, les journalistes… Tous des ignards ! (il ponctue d’un rot hésitant mais suffisamment odorant pour deviner qu’il digère mal les câpres).

Vous n’êtes pas journaliste ?

Si, si, pourquoi ?

Pour rien. Si on vous dit Di Luca, Garzelli, Soler, Simoni, Leipheimer, Basso, Menchov, Cunego, Cardenas, ça vous évoque quoi ?

Ah, ces cyclistes italiens… La plus belle bande de drogués de l’histoire de la bicyclette. D’indécrottables tricheurs récidivistes camés jusqu’à l’os, des dopés pathologiques qu’on a bien fait d’écarter une bonne fois pour toutes. Heureusement, le ménage a été fait, tout ça est derrière nous.

Menchov est Russe et il n’a jamais été pris, comme d’autres. En fait, ils sont tous dans les vingt premiers de la première étape de montagne du Giro.

Le Giro 2003 ?

Revenons au vélo, votre spécialité…

C’est vous qui le dîtes.

Etes-vous surpris par les derniers cas de dopage à la nouvelle EPO ?

Toujours les mêmes soupçons,  je vois… Je vous l’ai dit, l’affaire Festina, c’est du passé, on a fait un beau ménage depuis cette époque. Bon débarras, les Eusebio Unsue, Marc Sergeant, Mauro Gianneti, Mauro Scirea, Giuseppe Saronni, Bjarne Riis, Lars Michaelsen, Jonathan Vaugters, Johan Bruyneel, Lance Armstrong, Ekimov, Erik Dekker, Erik Breukink, Patrick Lefévère, Rolf Aldag, Bob Stapelton.

Mais ils sont tous partie prenante du Pro Tour !

Vous voyez toujours « le verre à moitié sale », comme on dit dans le jargon. Tout le monde a droit à une seconde chance et la nouvelle génération apporte du sang neuf.

Comme Boonen ou Valverde ?

(Il reprend soudainement son arme factice) Boom, boom…

L’Edito du Vestiaire :
Lucie, Lucie t’arrête pas

dido

Le dernier cycliste propre connu s’appelait Jacky Supligeau. Il n’a pas voulu continuer. Et si Christophe Cheval avait eu raison ?

Longtemps, le monde sportif s’est foutu de la gueule des Américains, des Russes et même des Chinois. Ce n’était pas une question physique, en athlétisme comme en natation, les performances ne signifiaient rien, sinon la frontière entre le sport et le ridicule. Si Yves Niaré n’est toujours pas parvenu à revenir du côté du sport, mais pour d’autres raisons, les nageurs tricolores ont réussi leur pari. Avoir autant de crédibilité que Lance Armstrong, en portant juste un peu de cuir, la femme de Fred en a vu d’autres. Un exploit remarquable, qui doit beaucoup à la Fédération internationale et un peu aussi à Franck Esposito.

Loeb du riner

« Quatre médailles c’est insuffisant pour l’équipe de France. » La prophétie est impressionnante, son auteur pas moins : il s’appelle René Rambier, c’est le nouveau responsable du haut niveau français. Comme vous, Le Vestiaire se propose de réfléchir aux liens pouvant exister entre un René Rambier et le haut niveau. Son palmarès lui ouvrirait facilement les portes de l’Ile de la tentation, quoique. En tout cas,  avec lui, le discours va changer. Pas qu’à cause de son cheveux sur la langue, mais parce qu’il se la raconte. Et pour cause il a vaguement connu Benboudaoud, Traineau et Douillet. Des relations qui pourraient bien lui servir, avec la moisson de Tbilissi ses trois protégés pourraient bientôt revenir à la compétition. A moins que la présence d’Audrey La Rizza et Frédérique Jossinet soient un gage du fabuleux réservoir français. Vivement le retour de Dafreville.

Vivement, aussi, le retour de Brahim celui là même qui prête son nom aux fameuses récompenses éponymes. Mais pourquoi donc ? L’effet Christophe Tiozzo probablement. Alain Delon sera-t-il là cette fois ?

Pendant ce temps-là, Lyon peut toujours remporter le titre de Ligue 1 et Bourdais celui de F1, quitte à provoquer la fin anticipée du Vestiaire.

L’actu du vendredi 24 avril

Monsieur propre

clean

Exclu 20minutes.fr : Lance Armstrong a pris une douche.

L’effet Pelous

Spectateur heureux de la fin de saison lyonnaise, Sydney Govou a annoncé hier la fin de sa carrière pour 2010. Et si Portsmouth ?

Du mouvement en L1

benz1

Exclu L’Equipe.fr : Benzema à Bordeaux, Hoarau à Lyon.

Et paf

Paris-Roubaix-Camembert : Le fantôme, de l’eau, perdra

kiki

Thierry Bisounours ne pouvait rester muet devant la déferlante d’événements de ces derniers jours. Dopage, Chavanel, Armstrong : rien n’est tabou pour celui que les mauvaises langues surnomment injustement Thierry Adam.

Posez vos questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Comme Le Vestiaire le révélait avant tout le monde, Hamilton a encore été contrôlé positif. Votre réaction ?

Je ne pensais pas que le Tour de France avait déjà repris. C’est tout moi ça.

C’est-à-dire ?

Vous parlez du truc de Thierry Guerrier sur la Cinq ? Je regarde pas, je suis un pacifiste (il éclate de rire).

Comment expliquer l’outrageuse domination de Jimmy Casper ?

Vous savez, si mon métier m’a appris une chose, c’est « qu’on ne fait pas d’un âne une caisse à outils », comme on dit dans le jargon. Le voir briller sur le vélodrome de Roubaix, dans les Flandres ou même sur la Primo de Rivera (ndlr : Primavera) n’est pas une surprise.

Vous voulez dire Paris-Camembert et le Grand Prix de Denain…

Ecoutez, si vous essayez de m’apprendre mon métier, vous êtes mal tombé. Je suis un peu soupe au lait caillé aujourd’hui…

Comme on dit dans le jargon ?

Non, c’est Bilou, mon patron, qui me dit ça quand j’ai plus de déo (il se marre).

Casper peut-il être le successeur de Sylvain Chavanel à la tête du cyclisme français et pourquoi pas mondial ?

C’est plutôt bien vu, ils ont presque le même âge (ndlr : Casper a un an de plus), un palmarès équivalent avec une quinzaine de victoires chacun, si j’nm’amuse, et surtout rien dans les grandes courses.

Quelle précision ! Vous oubliez leur étape sur le Tour de France

Là, vous devenez méchant. Pourquoi ne pas clairement dire que ce sont de gros nuls qui promettaient beaucoup, tant qu’on y est ?

Chavanel fait quand même de bonnes classiques…

Gérard Rué portait les bidons d’Indurain.

Un rapport ?

Je ne mange pas de ce pain là ! (il lance une partie de chat bite. Il faudra une bonne demi-heure pour reprendre le cours normal de l’interview)

Merckx fait partie des plus grands champions du siècle du journal L’Equipe, Armstrong est loin. Comprenez-vous ce phénomène ?

Oui, le dopage a toujours existé et dans tous les sports gna gna gna !!! (il enfourche son VTT et s’éloigne en danseuse, fait 200 mètres à fond et lève les bras. Malheureusement il perd le contrôle de son véhicule et chute lourdement sur le nez).

L’actu du vendredi 17 avril

Hoarau d’un soir

Petit à petit Hoarau fait son nid. La petite merveille parisienne d’à peine 25 ans a encore confirmé, hier soir, tout le bien que l’on pense de lui en permettant l’entrée en jeu de Ludovic Giuly. Ca sera malheureusement resté inaperçu : Landreau a encore attiré toute l’attention sur lui. C’est ça, les monstres sacrés.

De cancer

Après la greffe du visage et le clonage animal, la science est heureuse d’annoncer la diminution des temps de rémission des fractures de la clavicule. Si seulement Tyler Hamilton avait su. Son ancien patron devrait donc être du Giro. Un cancer, et il pourra aborder le Tour en favori.

Pas…

pois

Eva pas au mieux

desperate2

On mange bien chez les Parker.

Beattie me up

stoke

Transféré l’été dernier de Metz à Newcastle, le défenseur français Sébastien Bassong a réussi le week-end dernier son premier gros coup, dans le visage de James Beattie. « Je pense qu’il l’a fait exprès », a accusé le joueur de Stoke City une fois ses 12 points de suture posés.

Un Cech en bois

Quelles étaient les chances pour que le Chelsea-Liverpool de mardi se termine sur un 4-4 avec un premier but de Fabio Aurelio ? Si ce parieur visionnaire n’avait pas misé qu’une seule livre dessus, on aurait pu croire que Petr Cech avait été acheté par la mafia tchèque. Comment a-t-il donc pu sortir un si mauvais match ?

Boire ou conduire

bourdais

La marque Cécillon

MARSEILLE, 16 avril 2009 (AFP) – L’ancien champion du monde de VTT (cross-country) en 2000, Miguel Martinez, 32 ans, condamné le 7 avril pour violence volontaire contre son épouse, a fait appel de sa condamnation, a-t-il indiqué à l’AFP. Le tribunal correctionnel de Draguignan (Var) a condamné Martinez, champion olympique à Sydney en 2000, à quatre mois de prison avec sursis. Le sportif a précisé qu’il avait été licencié par son équipe cycliste, Felt.

L’actu du vendredi 10 avril

La sorcière mal aimée

lance

Pour Lance Armstrong, l’achernement de l’Agence française de lutte contre le dopage n’est qu’une « chasse aux sorcières ». Qu’en pense Thierry Bisounours ?

Vestiairinho

brazil

Ca ne sert pas à grand-chose, mais il y a certainement des lecteurs qui n’ont rien à faire de leur week-end : voici un éditeur de noms brésiliens.

Good-bye, Emmanuel

Quand il ne marque pas des retournés venus d’ailleurs contre Villareal, Emmanuel Adebayor aime bien raconter sa vie en vidéo. A ceux qui ne comprennent ni l’Anglais ni l’accent togolais, voici à quoi ressemble le quotidien du nouveau Thierry Henry : il se lève, prend un thé et des tartines, conduit sa voiture avec des chemises ridicules, s’entraîne, conduit sa voiture avec des chemises ridicules, passe des coups de téléphone, se fait bloquer dans les bouchons dans la voiture qu’il conduit avec des chemises ridicules, va au resto derrière chez lui sans avoir prendre sa voiture, regarde des films et joue à la console. C’est beau la vie de footballeur.

Tour des Flandres : Et pour trente places de moins

chava

A peine descendu de sa cabine de brillant commentateur d’une grosse chaîne de la TNT, un Thierry Bisounours offensif nous a accordé un entretien exclusif au cours duquel il n’a pas « mâché ses crocs », comme il dit dans le jargon.

Alors, Thierry, ce Tour des Flandres ?

Vérifiez vos informations avant de poser des questions idiotes.

Quoi ?

Primo, le Tour, c’est en juillet. Deuxio, je n’ai jamais supporté les prises de sang. Tercio, je fais déjà pas le marathon, alors le Tour…

Vous semblez très remonté…

Arrêtez avec ça ! Je ne monte pas, je ne descends pas, je ne remonte pas et comme les trois-quarts des gens j’en ai « rien à foutre du vélo », comme on dit dans le jargon. Vous croyez que ça intéresse encore quelqu’un ? Et je dis ça alors même que Bilou mon patron m’a bien précisé : « Si on te fout sur France 4, c’est une question de prestige de chaîne, une récompense pour ton travail. » Alors musette les gars !

Peut-on imaginer la Grande Boucle en intégralité sur France 4 ?

Pourquoi pas ? Chamoulaud y a bien fait le Dakar en Amérique du Sud.

La chute d’Armstrong ?

(Il se marre) Vous me faites marrer les journalistes…

Vous n’êtes pas journaliste ?

Vous avez des preuves ?

Pas vraiment. Alors, sur Armstrong…

(Il continue de se marrer) Vous croyez toujours sortir des scoops alors que tout le monde savait bien qu’Armstrong se chargeait « comme une carabine à air comprimé », comme on dit dans le jargon, mais on faisait comme si. Qu’il tombe maintenant ou après, ça devait bien arriver.

On ne parle pas de Valverde, mais d’Armstrong et il est vraiment tombé. Il est juste blessé…

Je le serais à moins. Au lycée, Sarah m’avait embrassé avec la langue le vendredi après-midi, le vendredi soir elle se faisait sauter par Jean-Louis au repas de classe… « Elle commandait pas beaucoup, mais elle mangeait bien », comme disaient les copains. J’ai jamais vraiment compris ce qu’ils voulaient dire.

La proximité des grands rendez-vous (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Tour d’Italie…), ça vous excite ?

Je suis pas un pervers.

Le cas Chavanel ?

(Consterné) Je vous l’ai dit, je suis pas un pervers !!!

Bruits 2 Vestiaire

SA transformé

henson

Le XV gallois angoisse tellement avant son déplacement en France qu’il a préparé le match avec le plus grand sérieux : dans les bars de Cardiff. Gavin Henson et cinq de ses coéquipiers en ont retourné plusieurs au lendemain de leur victoire sur l’Angleterre. Le bad boy du rugby gallois s’est publiquement excusé, mais Madame, la chanteuse Charlotte Church, l’a privé de sortie jusqu’à la fin du Tournoi. Pendant ce temps-là, tout le pays se demande quel sponsor ornera vendredi le maillot rouge à la place de ‘BRAINS’, la bière nationale galloise, interdite de publicité dans les stades français. Notre envoyé spécial est prêt à parier une tournée de SA, la meilleure d’entre toutes, qu’on verra quelque chose de ce genre : ‘TRY – ESSAI’.

Les Pom-pom de discorde

pom-pom

D’aucuns auraient pu croire que la course automobile ou l’équitation pointaient, comme la poitrine de Tatiana, en tête des sports féminins les plus à risque. Une étude américaine a pourtant montré que le cheerleading était de loin le plus sujet aux traumatismes en tous genres, et ce à la fin d’une année 2008 qui fera date dans le milieu. Le Vestiaire en a exploré les dessous les plus vicieux et mis le nez dans plusieurs affaires peu reluisantes : six pom-pom girls ont ainsi kidnappé et tabassé une de leurs copines, une autre a fusillé la mascotte d’une équipe adverse quand les plus sages se contentent de vendre de la drogue ou de poser presque nues ici ou . Et là aussi.

Souffrir en silence

middle

Une saison de merde, un stade trop grand et Didier Digard n’avaient pas suffi à les faire taire. Il a en plus fallu leur écrire un courrier. Les supporters de Middlesbrough ont été invités par leur club à rester assis pendant les matches et à faire un peu de moins bruit. Ca gène sûrement les voisins. Ce sont en fait les abonnés de la tribune populaire qui sont surtout visés par la missive, dont la signataire, Sue Watson, responsable de la sécurité, s’est attirée la sympathie des internautes : plusieurs sites et forums demandent sa démission. Elle pourra toujours postuler au Stade Louis II.

VIDEOS ET DES BAS : Grange retourne au charbon

Vous y avez échappé : Pourquoi on ne voit jamais ça en Ligue Magnus ? ; Peter en remet une Crouch ; Player vs Referee ; Player vs Referee II, la revanche.

LA FAUTE AU FINISH : Armstrong chargé comme un boeuf

armstrong

Vous y avez échappé : On n’est pas bien en famille ? ; La sélection de Maradona prend du relief ; Manaudou se laisse aller.

L’Edito : Le conseil de Prudhomme

Les derniers deniers publicitaires du service public ont permis d’affréter un avion pour Tenerife et un corail pour Angers. Marie-Christelle Maury n’était ni dans l’un, ni dans l’autre.

France télévisions a renoué ce week-end avec les traditions : 45 minutes d’hagiographie grand format de Lance Armstrong. C’est très pro et bourré de dignité. « Lance, merci de nous recevoir », « Lance, ce parcours semble fait pour vous », « Les coureurs professionnels semblent heureux de votre retour », « Ivan Basso parle de votre grand coeur ». Curieusement, Thierry Bisounours n’avait pas fait le déplacement, mais il tient à préciser qu’il aurait pu faire aussi bien. On le croit volontiers. Remplacé au pied levé par la raie sur le côté, ce dernier s’est découvert une compétence à deux roues, lançant dans un final flamboyant un « take care » de bon aloi quasiment à genoux, après avoir abordé la question du dopage, accompagné de la voix chevrottante des premiers émois.

Il ne manquait plus que Bilou, sans doute trop occupé à essayer de revendre des tenues de marin au marché noir. La tradition, c’est aussi une semaine sur trois de louer les qualités du nouveau Benzema. Un jour, Luyindula marqua seize buts en une saison, mais qui peut en témoigner ? Ce qui était moins courant, c’était de s’attarder sur une compétition en petit bassin. Esposito, que personne n’a jamais pris au sérieux, y battit un jour le record du monde du 200m papillon et s’offrit même le titre suprême. Pourtant, il n’eut pas les honneurs des gros titres, même France Info express n’en fit pas une brève. Plutôt injuste, car croyez le ou non, mais Franckie, il n’avait pas l’air beaucoup plus intelligent qu’un palmipède blond.

Pendant ce temps-là, Jean-Baptiste Grange.

Bruits de Vestiaire

Robinho apprécie les transports en commun de Manchester, Salim Sdiri va bientôt éprouver son foie chez Lagardère et A-Rod ne passera pas ses vacances avec Madonna.

Football. Puisque les pérégrinations d’Ana Paula Oliveira intéressent visiblement nos confrères de la presse magazine, offrons-leur, à nouveau, de quoi alimenter leurs prochains numéros. Nos lecteurs du soir n’ont sûrement pas oublié la belle au sifflet, suspendue par sa Fédération pour avoir posé nue dans la version sud-américaine de Playboy, dont elle voulait seulement doper les ventes. Ils ne savent peut-être pas, en revanche, puisque Le-Vestiaire.net est le premier média francophone à s’en faire l’écho, que la Brésilienne, cantonnée à la ligne de touche depuis son retour sur les pelouses l’hiver dernier, a de nouveau officié comme arbitre centrale à l’occasion de la finale d’un tournoi de moins de 19 ans, à Porto Seguro (photo). Elle était jusqu’alors privée d’un tel honneur pour avoir échoué en août 2007 aux tests physiques organisés par sa Fédé. Les lecteurs de Playboy n’y avaient pourtant rien trouvé à redire.

Football (bis). Une actualité pareille méritait bien un doublon footballistique : les WAGs (Wives and Girlfriends, pour les nouveaux venus) ont encore fait parler d’elles outre-Manche. Nicola McLean, la partenaire du non moins célèbre international chypriote Tommy Williams (Peterborough United), a d’abord fêté comme il se doit le premier anniversaire de ses implants mammaires. Le mannequin Danielle Lloyd, ancienne miss Angleterre, a ensuite tiré la couverture à elle dans la chambre du rapeur hollandais Ryan Babel, auprès duquel elle s’est vengée de son DJ volage. Ce n’est jamais que son sixième footeux après Defoe, Bent, Sheringham, Gérard Piqué et l’improbable Armand Traoré. Comme quoi il n’a pas tout râté.

Tennis. Notre Kro-niqueur people n’aime pas se faire porteur de mauvaises nouvelles, mais ses lecteurs cinéphiles vont bien devoir attendre jusqu’au 13 janvier prochain la sortie de l’incontournable Balls Out: the Gary Houseman Story, dont Le-Vestiaire.net est partenaire. Son contenu explicite et son langage outrancier lui valent d’être directement gravé sur DVD, sans même passer par la case ciné. Il raconte les déboires d’un entraîneur de tennis avec une bande d’universitaires sédentaires et offre, surtout, le premier rôle au sosie d’Andy Roddick, Sean William Scott. Suffira-t-il à détrôner Ping Pong Playa ?

Omnisports. On reste dans l’univers cinématographique avec Hugh ‘Wolverine’ Jackman, récemment désigné par le magazine américain People comme l’homme vivant le plus sexy (l’interdiction des profanations laisse malheureusement hors concours ceux déjà passés à trépas). L’Australien devance Daniel ‘Bond’ Craig, Jon Hamm et Michael Phelps (8e), seul sportif à rentrer dans le Top 10. David Beckham, quinzième, est un peu plus loin, mais logiquement devant Lewis ‘Pussycat’ Hamilton et le fameux Andy Roddick. Franck Ribéry a curieusement été oublié.

Cyclisme. Lance Armstrong a eu une semaine éprouvante. Il a regardé Texas Tech vs Oklahoma dans son canapé, roulé 105 miles, emmené ses gosses à l’école, fait ses valises, déjeuné chez sa maman, attendu à l’aéroport de Dallas son avion pour Paris, rencontré Johan Bruyneel, accordé un entretien à un journaleux de l’International Herald Tribune et dîné avec ses vieux votes dans sa petite maison niçoise, crevé. Et il a quand même trouvé le temps de ‘Twitter’ toutes les vingt minutes. Entre deux injections ?

Pendant ce temps-là, Rebecca Adlington, mère Noël de l’Observer, devrait peut-être penser à passer elle aussi sur le billard si elle veut concurrencer Manaudou en dehors des bassins.