PSG : les Doha dans le Nene

Le mercato est terminé au PSG. Maxwell, Alex et Le Crom vont enfin pouvoir parler politique.

Quel autre stade au monde pouvait avoir les faveurs d’un si grand personnage ? Nicolas Sarkozy est un peu chez lui au Parc des Princes. Parfois, quand le plus grand ne part pas bouffer des cochonneries en Ukraine, il y emmène même ses deux fistons, Jean et DJ Mosey. Le président est un supporteur du PSG et il n’en a jamais eu honte. Au printemps 2010, après les dérapages du Clasico, il s’était fâché tout rouge (et bleu) contre la racaille du 16e : « Je vais au PSG depuis bien longtemps, depuis plus longtemps qu’un certain nombre de voyous qui donnent un spectacle lamentable dans les tribunes. »

Heureusement, les amis sont là pour donner une autre image du club. Parmi eux : le cheick Tamin ben Hamad al-Thani, fils héritier de la famille régnante au Qatar. L’émirat avait déjà songé en 2006 à placer ses pétrodollars dans le club parisien, mais le propriétaire d’alors, Canal+, et celui du Parc des Princes, la mairie de Paris, s’étaient émus du peu de cas fait aux droits de l’Homme dans le Golfe.

Fin novembre 2010, la charia n’est plus au menu du déjeuner organisé à l’Elysée avec Tamin ben Hamad al-Thani, fraîchement élevé par son hôte à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur, et Michel Platini, le président de l’UEFA. Opposé à l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, l’ancien footballeur lui donne pourtant sa voix dix jours plus tard. Et il faut à peine plus de six mois pour que notre émir, via le fonds souverain QSI (Qatar Sports Investment) qu’il préside, rachète 70% du capital du PSG. On connaît la suite.

Veni, vidi, Vinci

Si Nicolas Sarkozy « s’est intéressé de près au dossier », rapporte Franck Louvrier, le dircom de l’Elysée, c’est qu’il n’avait pas une, mais deux bonnes raisons de le faire : « D’abord parce que c’est un Etat étranger qui investit en France et puis parce qu’il est supporteur. » Mais attention : « Il s’agit de fonds respectables. » L’honneur est sauf.

Les fonds qataris sont si respectables qu’on en retrouve dans le capital de plusieurs petites boîtes françaises comme Veolia Environnement, Lagardère, Suez ou Vinci (à hauteur de 5,6%). Heureuse coïncidence, Vinci est le concessionnaire du Stade de France, où le PSG est censé évoluer entre 2013 et 2015 pendant la rénovation (ou la reconstruction complète) du Parc des Princes en vue de l’Euro 2016 organisé par la France. Et on ne parle pas de tous les stades climatisés qu’il y aura à construire dans le désert pour le Mondial 2022. Un marché juteux que lorgnent déjà les gros bétonneurs français Vinci et Bouygues, un autre copain de Sarko.

Le monde du football est décidément petit et ce n’est pas Nasser Al-Khelaifi qui dira le contraire. Le nouveau président du PSG est aussi le directeur général de la chaîne de télévision Al Jazeera Sport, qui diffusera huit des dix matches de chaque journée de L1 la saison prochaine en plus de la Ligue des Champions. Alors qu’elle priait encore l’hiver dernier pour la survie de ses clubs, trop dépendants des retombées des droits TV, la Ligue de football professionnel a vu comme une aubaine l’arrivée d’Al Jazeera dans le paysage audiovisuel sportif français. Les enchères ont finalement approché les sommes dépensées en 2008 avant la crise (610 contre 668 millions d’euros par saison). On dit merci qui ?

L’Edito : Le casque dort

Bonne nouvelle, L’Equipe pourra titrer toute la semaine sur la crise au PSG, comme les trois derniers mois.


Il y a quelques semaines nous vous parlions de ces millions de Français qui s’étaient enrichis sur le dos d’un championnat de France de Ligue 1 devenu trop prévisible et on ne parle pas que de Bazdarevic. Et puis ce week-end tout s’est écroulé, la crise les a rattrapé et, comme toujours à ce jeu, ceux qui ont l’habitude d’être dans la merde se débrouillent le mieux. Dijon, Nancy, Evian, Valenciennes, Brest. Il y a 3 jours on ne savait pas les situer dans le jeu des villes sur Facebook désormais ils ont même gagné un match. Dans le même temps Rennes et Montpellier montraient qu’ils avaient passé l’éponge sur les années ZioberBaltazar, on ne sait plus lequel a joué où, mais on sait qu’on n’aimait pas ça. On n’aimait pas non plus voir Pascal Légitimus sur scène faire un sketch sur les Antillais, mais apparemment il ne sait faire que ça. C’est comme quand Federer affronte Tsonga, il ne sait faire que gagner.

Antoine adulé rit

Alors le seul coin de ciel bleu dans ce week-end grisâtre ne pouvait se trouver qu’en Espagne sur la Costa machin. Entre une paella et 2 copines bon marchés, ou tout ensemble, Benzema s’est encore amusé à être le meilleur joueur du monde, quand le co-titulaire du poste Ronaldo lui a à peine fait sentir qu’il ne pourrait pas le blairer avant un petit moment : « C’est donc vraiment un bon joueur, très talentueux. C’est mon amiOn a une très très bonne connexion. » On dirait du Benzema quand il parle de Ronaldo. C’est sincère comme un compliment à François Cluzet sur son jeu d’acteur. C’est vrai que pour Intouchables, il ne pouvait pas être mauvais, son rôle consistait à être paralysé, sa mâchoire coincée n’était donc plus un handicap. Par contre, Lagisquet pourrait en être un pour Saint-André, même si on aimait bien les voir marquer des essais à l’époque où la Coupe d’Europe n’existait pas mais que le rugby n’était pas encore réservé à ceux qui ont juste le temps de se soigner ou de le regarder à la télé une fois tous les quatre ans. Intouchables ?

Pendant ce temps-là Contador va tenter de remporter le Tour de France 2010.

Bruits de Vestiaire

FOOTBALL

Une oie de Coco

On ne peut pas toujours sortir de son chapeau déontologique des prostituées bosniaques mythomanes. Remember Irma Nici. Alors, nos amis du Sun se sont intéressés de près, la semaine dernière, à l’animalerie des Beckham. Après avoir disserté sur Coco, le chien, et son maillot des LA Galaxy,  le tabloïd s’est penché sur le nouveau canard du couple, baptisé Crouchie parce qu’il avait « un long cou et des jambes très minces par rapport au reste du corps ». Peter Crouch appréciera.

Le Bale et la bête

Puisqu’on est dans le domaine animalier, restons y avec le prodige gallois Gareth Bale, ses oreilles de chimpanzé et tout un tas d’autres footeux angliches qui ont d’étonnants travers physiques. Gary Neville appréciera.

AUTOMOBILE

L’Equipe.fr : Le Lobe parfait

Si ce n’est pas toi, c’est donc Webber

RUGBY

Simply the best

Le rugby à XIII australien, c’est beau comme un clip de Tina Turner.

HANDBALL

Glamour, noir et pelotées

La fin de l’année approche et avec elle les calendriers sportifs. Déception, celui des Panthères du CJF Fleury-les-Aubrais (sic), attendu avec impatience dans toute l’agglomération orléanaise, a misé sur le « glamour » plutôt que sur des filles à poil. On se consolera avec celui réalisé par les femmes des joueurs du Dundee FC pour sauver le club.

Premier League : Owen heure grave

tiggl2

La légende le fait passer pour l’un des dix meilleurs buteurs de ces vingt dernières années et pourtant, les mauvaises langues racontent que c’est le plus grand échec de l’Histoire du foot, toutes époques confondues. Ferguson en personne n’a pas tranché et espère un miracle. Ça ne coûte rien d’essayer, d’ailleurs, ça ne lui a rien coûté. Et pour une fois, aucun risque de surévaluation. Hasard ou coïncidence ? Enquête.

C’est un peu comme si Benzema était resté à Lyon jusqu’en 2012. Owen aura attendu 24 ans bien tapés pour s’essayer à un autre club. La progression n’attend pas. Durant sept saisons, il réalise le même championnat, le même nombre de buts et le jury France Football trouva même le moyen de lui filer le Ballon d’Or. Une récompense méritée : contrairement à Oliver Kahn, qui n’est pas de loin le meilleur gardien du monde, il n’est pas champion dans son pays, ni vainqueur de la Ligue des Champions et évidemment pas meilleur buteur de Premier League. Ce coup de génie le propulse dans la légende. Donetsk, Saint-Pétersbourg, Séville, Valence, Porto ou Rotterdam connaissent la valeur d’une Coupe UEFA, moins celle d’une Cup.

Mais pour lui, tout a commencé un peu plus tôt, à 18 buts. Le nombre de réalisations record qui lui permettra par deux fois d’être sacré meilleur buteur et n’allez pas dire que c’est la faute aux blessures de Shearer, triple tenant du titre, il jouait en 1998. La faiblesse du total n’est d’ailleurs qu’anecdotique et ne dit rien du niveau global des cannoniers de l’Albion. Il ne fallait remonter qu’à 1902 pour retrouver un équivalent, il s’appelait Jimmy Settle. Par la suite, seul un autre Jimmy, le redoutable Hasselbaink, remplaçant du remplaçant chez les Oranje, fera aussi mal aux défenses anglaises. Anelka fera même mieux.

Owen will soon

Etre meilleur buteur anglais, ça ouvre des portes, surtout dans un pays où le poste est ultra concurrentiel. Nos lecteurs geeks seront sans doute capable de citer des attaquants autres que Shearer, notre spécialiste football a plus de mal puisque Darius Vassell ne jouait pas en 1998, ni après d’ailleurs, même si Huckerby a connu la fierté de l’équipe nationale B. Dire qu’il y avait Sheringham et 16 buts en deux saisons ne serait pas loyal, et ne ferait qu’appuyer sur les critères drastiques d’entrée en selection et dans la considération des observateurs. Heureusement, derrière, c’est meilleur, et c’est ainsi que dans cette atmosphère hostile à 18 ans et demi, le jeune Michael a la chance et le talent d’avoir à ses côtés une équipe capable d’affronter l’Argentine et surtout de sortir des qualifs malgré la Roumanie. Deux ans plus tard, à l’Euro, la chance aura tourné, la Roumanie n’est plus seule.

La carrière d’Owen est finie, la saison d’après le panthéon du football accueille sa petite merveille. Son palmarès ferait rougir Nicolas Anelka, son nombre de buts Djibrill Cissé. Le détail est important : pour gagner un Ballon d’Or, lorsque l’on est buteur, il ne faut jamais être le meilleur. Durant ses cinq dernières saisons en Angleterre, il ne sera donc dépassé que cinq fois par Thierry Henry.

Owen clive

Un mal pour un bien, le Real, en pleine phase romantique, a un coup de foudre : Ronaldo, Zidane, Figo, Raul, et pourquoi pas Owen ? Très bien conseillé, fan du Papin de Milan, il accepte le challenge. Il a doublement raison, les Merengue ne sont pas en plein déclin, lui non plus, il lui faut juste démontrer son niveau. Un an et 13 buts plus tard, il a confirmé, mais les nouveaux Pelé sont là : Julio Baptista et Robinho. Madrid tient là deux fers de lance de sa nouvelle génération dorée de huitièmes de finalistes de C1. La lumière d’Anfield se fait plus attirante mais le niveau est une nouvelle fois un peu trop haut : Crouch, Fowler, Luis Garcia, Morientes, Cissé, Sinama Pongolle ça vous casse une envie de redevenir Ballon d’Or. Mais quand on est un des cinq meilleurs attaquants au monde, on ne reste pas longtemps sans rejoindre les gros : Newcastle lui tend les bras et un gros chèque. Le talent ne s’achète pas.

L’actu du week-end

Le retour de Batum

batum

Nicolas Batum reçoit un coup de main avant les play-offs.

Shaq jour suffit sa peine

oprah

Toute à sa joie de rejoindre Twitter et le « 21e siècle », l’animatrice télé noire la plus riche des USA, Oprah Winfrey, s’est faite bâcher par Shaquille O’Neal comme une vulgaire Fred Weis. « ur caps r on, btw », lui a répondu le Shaq, ce qui fait en bon Anglais : « Your caps are on, by the way » ou « arrête d’écrire en capitales avant de te la péter, pauvre conne ».

Laconique

depuniet

Qui a dit que Régis Laconi était une chèvre ?

Welsh Welsh

Le Stade toulousain, qui à l’heure où nous écrivons est en train de confirmer au Vélodrome sa grande forme actuelle, n’a finalement pas à rougir de son élimination à Cardiff le week-end dernier. Les Blues ont passé cinquante points à Gloucester (50-12) cet aprem à Twickenham pour gagner la prestigieuse Coupe anglo-galloise. La femme de l’arbitre n’habitait pourtant pas au Pays de Galles.

Fier de Lens

itandje

Notre jeu-concours du week-end : qu’est-ce que peut bien dire à son voisin le troisième gardien de la réserve de Liverpool, Charles Itandje, pour s’amuser autant pendant la cérémonie commémorative de la boucherie d’Hillsborough (96 morts) ?

Le roi de la jungle

chita

Essais qualificatifs du Grand Prix de Chine : le diffuseur arrière de la nouvelle monture de Jenson Button ne lui suffit pas à aligner une troisième pole consécutive.

Khalilou ? Oui, c’est moi

Plus fort encore que Fiorèse et Ravanelli ? C’est possible. Qui peut par contre bien être ce fameux Khalilou qui court trop vite ?

Ricky la belle vie

hatton

Le boxeur anglais Ricky hatton aime tellement Manchester City et les tatouages qu’il s’est fait ajouter la devise de son club préféré sur les omoplates. Ricky aime par contre un peu moins le latin : le Superbia In Proelia original a été traduit en Anglais pour ne pas trop dérouter les fans. Il ne manquerait plus qu’il passe pour un intello.

Termine à tort

terminator

Allez, on profite du week-end et de cette pub de David Beckham pour Motorola pour donner un peu de rêve à nos lectrices. Il doit bien y en avoir quelques-unes.

L’actu du jeudi 16 avril

Dernière minute : Landreau aux portes de l’équipe de France

Il sort ou il rentre ?

Milan comptable

bundchen

Si quelqu’un parlait italien à la rédaction du Vestiaire, on aurait sûrement pu vous apprendre que la top model brésilienne Gisele Bündchen a gagné autour de 500.000 dollars en pariant sur l’Inter Milan de José Mourinho, dont elle est la première fan.

De Ribery à Libely

Le Vestiaire vous en parlait en exclusivité dans cette même rubrique dès le lendemain des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. C’est désormais officiel : Ribery continuera d’apprendre à lire l’année prochaine, mais cette fois en Catalan.

L’arche de Noah

bulls

Intéressante trouvaille du site With Leather : comme le logo Marlboro et ses références cachées au Ku Kux Klan, celui des Chicago Bulls a une double représentation. Retournez-le et ajoutez lui quelques couleurs pour obtenir un robot lisant la bible sur un banc au soleil. Aucun Mormon n’a en revanche jamais réussi à percer le mystère du nouveau blason de Pau-Orthez :

elan rockets

Un Metro-Racing d’avance

nallet

Et ne plus revenir ?

In the navy

archavin

Madame Arshavin, qui n’a à première vue pas les atouts de la nouvelle poupée russe de Mel Gibson, a confié à la presse britannique ne pas avoir été très chaude à l’idée de quitter l’URSS pour l’Angleterre et sa bouffe dégueulasse. C’est vrai qu’on n’aimerait pas non plus se taper un Saint-Pétersbourg – Douvres en croiseur nucléaire.

Vas-y Franky

frankie

Tu t’es vu quand t’a bu jusqu’à 5 heures du mat’ pour arroser ta qualif’ en demie de la LdC ?

Et pendant ce temps-là, de l’autre côté de la Manche

Le bras d’une statue en chocolat de David Beckham s’est détaché à quelques heures du début de l’exposition dans laquelle l’oeuvre était censée apparaître. [Daily Star]

La copine de Theo Walcott se fait blanchir les dents. [Le blog Stardent]

Guus Hiddink a le coeur d’un homme de 20 ans. [The Spoiler]

Madame Rooney subira une césarienne fin septembre pour permettre à l’attaquant mancunien de jouer avec l’Angleterre son match de qualification pour la Coupe du monde 2010 en Ukraine. [The Sun]

Bruits de Vestiaire

claire

L’IAAF ne veut plus partager ses lingots, Ron Dennis n’aime pas les métis homosexuels et Graeme Le Sot se pète la gueule avant même la première de Dancing on Ice. Mais, c’est promis, on ne parlera pas foot cette semaine.

Athlétisme. Son poids en or n’avait pas suffi à Maria Mutola pour se refaire une plastique : le/la Mozambicain(e) paiera toute sa vie les erreurs de son pharmacien. Toucher le jackpot de l’IAAF n’était déjà pas accessible au commun des athlètes, notre consultante Petra Dimitrova en sait quelque chose. Ce devrait être encore plus corsé si les discussions que la Fédération internationale mène actuellement aboutissent à un élargissement de la Golden League. Londres, Lausanne et Stockholm seraient en pôle pour accueillir une de ses étapes ; la Chine, le Moyen-Orient et les Etats-Unis sont également envisagés. Dwain Chambers n’est pas prêt d’éponger ses dettes.

Formule 1. Ce n’est sans doute pas pour la bonne humeur communicative de son patron qu’un sondage réalisé par la banque ING a récemment placé McLaren (29%) en tête des écuries les plus populaires de F1 devant Ferrari (28%). Ron Dennis devra d’ailleurs répondre devant la justice des accusions de racisme et d’homophobie portées par un ancien steward de son jet privé. Peter Boland, 27 ans, prétend avoir été licencié en raison de ses orientations sexuelles et rapporte que le Britannique avait déclaré au cours d’un voyage au Moyen-Orient devoir se « laver les mains après avoir serré les mains d’Arabes toute la journée ». Ca sent quand même un peu le règlement de compte foireux.

Rugby. Sa Ferrari de 250.000 euros étalée sur les glissières d’un tunnel de Manchester, Cristiano Ronaldo pourra sûrement trouver un peu de réconfort chez Alyona Haynes et ses homologues rugbymen. La Range Rover de l’ouvreur des Wasps Danny Cipriani a d’abord été immobilisée alors qu’il passait la nuit chez sa girlfriend, Kelly Brook. Privé de permis pendant trois ans pour conduite en état d’ivresse, Mike Tindall  a fait lui aussi amende honorable : « Je ne savais pas que mon taux d’élimination de l’alcool était aussi faible », s’est excusé le joueur de Gloucester, déjà condamné en 2000 pour des faits similaires. Sûrement un trou de mémoire.

Equitation. Malgré les apparences, Mike Tindall n’est pas qu’une brute alcoolique. C’est aussi un pré-retraité actif (vidéo colonne de droite) et le compagnon de la cavalière Zara Philips, petite-fille de la reine d’Angleterre et douzième dans l’ordre de la succession au trône. Le couple a dû récemment renoncer, pour des raisons de sécurité, à acheter une petite propriété de deux millions d’euros dans le Gloucestershire. La championne du monde 2006 de concours complet s’est vengée chez son coiffeur avec un nouveau style parfaitement accordé à ses talents équestres : frange tombante et queue de cheval.

Télévision. Martina Navratilova et Austin Healey éjectés de leurs émissions respectives, notre chro-niqueur people pensait avoir fini sa veille de la télé-réalité britannique. Il devra malheureusement partager encore un peu le quotidien de ses lecteurs, bloc-notes et mouchoir à la main, la nuit venue, devant Big Brother Celebrity et les pyjamas sexy d’Ulrika. L’ancienne maîtresse de Sven-Göran Eriksson a survécu vendredi à sa première nomination. Le treiziste Ellery Hanley et l’ancien joueur de Chelsea Graeme Le Saux préfèrent le patin.

Pendant ce temps-là, ce n’est pas vraiment du foot, la copine de Rooney a une nouvelle Bentley, celle de Beckham un sac à main incrusté de diamants et l’ex-femme de Thierry Henry aime les sous-vêtements à pois (photo).

Le Vestiaire

Les Palmarès du Vestiaire : Les ailiers

dodo

Depuis vingt ans, ils n’ont fait gagner aucune équipe nationale. Van Basten a compris, il passera bientôt d’entraîneur à chroniqueur, comme Cruyff. Voici les meilleurs ailiers.

5. Chris Waddle

Joueur majeur de la Coupe des Champions, avec une finale et un but de légende en quart. A Marseille, il a laissé une empreinte que ni Ribéry, ni même Oruma n’ont effacé. Une image cantonienne dans un pays qui n’est pas le sien. Un joueur de salon devenu efficace, sauf quand il signa à Sheffield Wednesday, l’année où l’OM Municha le Milan. Malgré sa coupe de cheveux douteuse, il dépasse de loin Kanchelskis, Alenitchev et Capucho. Cerise sur le pudding, son tir au but manqué en demi-finale du Mondiale 90. Aucun doute, il est ailier.

4. Ryan Giggs

Un indéboulonnable fidèle, qui a mieux choisi son club formateur que les frères Da Rocha. Il a tout gagné avec Manchester, mais pour la sélection, dommage qu’il n’ait pas aussi appris le rugby. Il aurait au moins joué une Coupe du monde, Stephen Jones est bien meilleur meneur de jeu que Craig Bellamy. Contrairement à Stoichkov ou Hagi, il ne tira jamais rien de son pays. C’est aussi ça la force des vrais ailiers.

3. Cristiano Ronaldo

Le Ballon d’Or, c’est plus facile, Nedved en sait quelque chose. Il est encore très jeune, n’est probablement pas le meilleur footballeur de la planète, mais son palmarès parle déjà pour lui. Des championnats d’Angleterre, Owen aimerait connaître. Une Ligue des Champions, une demi-finale, Aulas se damnerait pour avoir des places. Et déjà une finale d’Euro, une demie de Coupe du monde et un Euro merdique quand il était le plus attendu. Christine Arron s’intéresse désormais au foot.

2. Marc Overmars

L’ailier par excellence, toujours prêt à déborder et ne pas centrer derrière les buts. Ingratitude, aucun DVD sur le Néerlandais n’est sorti au cours de la formation de Sydney Govou. Avec les Pays-Bas, une demi-finale de Coupe du monde pour seule récompense de deux ans à maudire Seedorf, incapable de marquer un pénalty à Lama. Et encore, les Dieux du football lui en voulaient vraiment puisque c’est Zenden qui jouait. Bien sûr, Overmars fait partie de la génération brillante de l’Ajax. Ensuite, il a connu Arsenal et le Barça avec succès, sauf en Coupe d’Europe. A sa décharge, une vilaine rumeur l’annonçant à Nantes pour finir sa carrière. Les médias n’ont aucun respect.

1. Luis Figo

Seuls les ailiers et France Football pouvaient lui offrir la consécration d’être le premier. De ses demi-finales d’Euro 2000 et de Mondial 2006 insipides à sa finale manquée de l’Euro 2004 à domicile, il a tout compris au système. Real, Barça et une fin de carrière interminable à l’Inter, il aura marqué l’histoire du football en étant toujours là où les choses se passaient, sans jamais influer sur le cours des choses. Marqua-t-il une somptueuse volée des 20 mètres lors de la finale de Ligue des Champions 2002 Real-Leverkusen ? Evidemment, non. Mais il est notre incontestable meilleur ailier.

Egalement cités : Ginola, le Cantona de l’aile, il a dompté l’Angleterre, mais en tant qu’assassin officiel des Bleus, il a un palmarès international aussi vierge que Gasquet ; Ribéry et Messi, en fin de carrière ils s’appeleront Ronnie ou Maradona, à eux de choisir ; Vicente, un espoir qui ne l’est plus ; Joaquin, pas mieux ; Claudio Lopez, et Veron ? ; Beckham, l’Angleterre lui en veut toujours, surtout de ne pas être un grand joueur ; Kewell, qui ? ; Zenden, le prénom de Zidane ne suffit pas ; Alioune Touré, sans le ballon, c’était un régal. Pascal Vahirua et Bernard Diomède.

Bruits de Vestiaire

albena.jpg

Le PSG va s’acheter une piscine, Federer est à sec et Hamilton inspire décidément les artistes.

Football. L’arène Victoria lui a fait savoir qu’elle resterait au chaud à LA pendant qu’il sacrifierait ses vacances à Milan pour payer la licence des gosses. David Beckham ne devrait pas rejoindre avant janvier le championnat italien, mais il a, sur les conseils de Maldini, déjà posé une option sur un appartement Via Amedeo d’Aosta, un quartier où se côtoient dealers, travestis et prostituées. Gronaldo pourrait lui louer une chambre.

Rugby. Comme tous les joueurs de Gloucester, il habite, lui, dans un environnement des plus chics, à Cheltenham. Mais de passage à Bath pour une soirée, Lesley Vainikolo a fini au poste après avoir blessé à la tête un jeune homme de 20 ans. Le trois-quarts aile du XV de la Rose, d’origine tongienne, a été libéré sur caution sans pour l’instant être inculpé. Il n’aurait pas supporté une remarque sur sa nouvelle coupe de cheveux.

Omnisports. On reste dans le domaine capillaire avec la décision de l’Agence mondiale antidopage de retirer la finastéride de sa liste des produits dopants. Nous avions déjà évoqué dans cette rubrique les effets de cette substance, utilisée par certains pour empêcher la chute des cheveux ; pour masquer la prise de stéroïdes par d’autres. Mais l’AMA ne voulait plus être « trop contraignante sur la vie des athlètes ». Massa pourra ressortir sans casquette.

Cyclisme. Quelques injections de finastéride ne suffiront pas aux concurrents de cette nouvelle épreuve. La première édition des 24 Heures vélo aura lieu en août 2009 sur le circuit Bugatti du Mans, qui accueille déjà, entre autres, les 24 Heures auto, moto, camion, roller et le GP de France de mobylettes. Le responsable du Crédit chasse-patates Roger Legeay en sera le parrain : ses coureurs ont toujours eu l’habitude de rouler la nuit.

Patinage artistique. On ne se lasse plus d’axels et de triples salchows depuis que Brian Joubert n’a pas trouvé les moyens d’affûter ses lames. Plus à l’est, la Cour suprême de Bulgarie a curieusement annulé les deux ans et demi de prison dont avait écopé Maxim Stavisky pour avoir tué une de ses compatriotes avec son 4×4. L’ancien champion du monde de danse (photo) avait pourtant un taux d’alcoolémie deux fois supérieur à la limite.

Médias. Six de nos confrères sportifs ont créé une association internationale pour « unifier » leurs approches vis-à-vis des « organismes officiels ». L’Equipe fait partie du lot avec la Gazzetta dello Sport (Italie), Lance (Brésil), Olé (Argentine), Marca et Mundo Deportivo (Espagne). http://www.le-vestiaire.net/ pourrait bientôt les rejoindre.