Souvenir : Gevrise Rain man

A l’occasion des championnats de France d’Europe 2014, le Vestiaire se souvient de ceux qui ne sont  plus capables sans pour autant connaître la curatelle. Aujourd’hui Gévrise aux mondiaux 2011

 

Si on les avait laissé faire, ils auraient probablement commis un des plus beaux génocides de ces dernières années.

Pour Kim, c’était facile, il est Coréen. Un judoka coréen, c’est un Japonais en colère. On le comprend, son pays n’a pas vu naître le judo. Alors, il a fait contre mauvaise fortune bon coeur. Arracher celui d’un Monténégrin au couteau, faire un noeud avec son estomac à l’aide de sa ceinture et d’un bout de sa veste de kimono avant de lui avaler la langue. Auparavant, il avait opéré à vif le tibia de Loïc Pietri, la nouvelle vedette du judo champagne. Loïc pouvait-il vraiment en vouloir à Kim d’être aussi violent et de ne pas se laisser berner par ses ura nage de junior ? Loïc pouvait-il en vouloir au tueur à gage gominé de Canal de venir le traquer jusque dans les égouts de Bercy pour vérifier s’il allait vraiment perdre l’usage de sa jambe ?

C’était plutot sympa par rapport à l’interrogatoire en bonne et due forme  infligé ce matin à Larbi Benboudaoud. L’ avocat fébrile de la jeune Clarisse Agbegnenou condamnée à mort par Thierry Rey, qui pour une fois s’était réveillé avant 16h. Alain Schmitt n’a pas echappé au massacre à l’issue du combat le plus nul de l’histoire du judo proposé avec son accolyte brésilien et un arbitre débutant invité pour l’occasion :  » En sensation c’est-à-dire que en fait » Il a eu de la chance. Après de telles explications, le destin aurait pu choisir la main de Gévrise Emane pour procéder aux ultimes outrages, mais cette fois elle avait mieux à faire.

Piétri de talent

Sa mission du jour consistait à tuer une à une tout ce qui ressemblait à un être humain de sexe féminin de  -63kg. Elle s’est exécuté et elle a exécuté, même la Japonaise au physique discutable de la finale. Il n’y avait pas besoin de voir plus de quinze secondes de son premier combat pour comprendre qu’elle finirait par faire la bise à Valérie Pecresse vers 17h20. Sang froid, maîtrise, Ipon Seoi des ingrédients suffisants pour faire déguster ses bons petits plats sans assaisonnement et elle n’a même pas gardé secrète la recette : émincer une Tchadienne, hacher une Cubaine avant de dégorger une Hollandaise.  Sa connaissance de la cuisine internationale pourrait même lui permettre de s’associer avec un restaurateur coréen.

Pendant ce temps-là, Riner s’est trompé de jour pour venir chercher sa médaille.

L’Edito : Marconnet et à la barbe

Ça y est, c’est parti. Il va mieux falloir être chômeur, informaticien ou héritier ces prochaines semaines pour pouvoir bien profiter du spectacle.

On débutera mardi, avec un sport de combat qui se dispute en peignoir blanc ou bleu, où à la fin c’est toujours une baraque d’1m90 de large qui l’emporte. Notre spécialiste, qui a suivi la même préparation que Pierre Duprat depuis les rives de la Baïse jusqu’au parc Lobenheimer, parlera quand même d’Alain Schmitt, Romain Buffet, et Thierry Fabre. Quoique. Et comme le judo c’est surtout un sport de gonzesses, nous vous offrirons le troisième volet ou plutôt la troisième volée de la Jossinet empoisonnée. Entre Lucie, Automne, Morgane, Gévrise, Clarisse, Audrey, Anne-So, notre lectorat de pervers pourra lui aussi mettre la main à la pâte.

Faure en thème

Et c’est tant mieux car la semaine suivante Christine Arron ne sera plus là pour les tenir éveillés durant les chaudes nuits coréennes. A moins que 12 millimètres de poils sur la lèvre supérieure d’un grand dadet qui va vite suffisent à leur bonheur. Nous en reparlerons juste avant d’aborder cette discipline inventée par James Naismith pour être dominée par des Américains qui permet à des Européens de dormir dans des lits américains, de se taper des Américaines et de racheter des clubs Français. Tout cela se terminera on l’espère par une bonne branlée pour le quinze de France. Mais non, on plaisante.

Pendant ce temps-là, la Ligue 1 redécouvre de quoi est capable Geoffrey Dernis.