Tour de France, Ullrich, 25 ans après : Rudy la truffe

Les anciens junkies ne finissent pas tous en hôpital psychiatrique après avoir agressé une prostituée. Il y en a aussi qui se suicident. Et les autres ?

lopa

Tout commence le  20 juillet 1996 à Saint-Emilion.  Lors de l’avant-dernier Tour de France avant la découverte du dopage. L’histoire a même oublié le nom du vainqueur. 

Un vainqueur qui aurait pu être danois. Il l’avait même été un temps. Certains l’avaient vu se balader en jaune sur les routes girondines. En deux étapes, il avait plié la course. Une petite dose dans les Alpes, une plus grosse dans les Pyrénées et Thévenet manqua de s’étouffer avec les glaires de Patrick Chêne. Ça, on vous l’a déjà raconté. Mais ce matin-là, au départ de Bordeaux, notre vieux chauve n’est pas très bien. Le dosage de Berzin n’est décidément pas le meilleur, les 70 km/h seront difficiles à atteindre, autant oublier tout de suite les 80. Il mise quand même sur l’aérodynamisme de son crâne pour limiter les dégâts. Mais son jeune coéquipier allemand, deuxième du classement général à quelque 4 minutes, table lui sur une jolie casquette à l’envers. Magie du vélo, c’est le bon choix.

Continuer la lecture de « Tour de France, Ullrich, 25 ans après : Rudy la truffe »

Tour de France : Adam et crève

hauta

Lorsque l’on a annoncé à notre consultant Thierry Bisounours la mort prématurée d’un cycliste assez moyen, il s’est d’abord mis à pleurer. Puis son téléphone a vibré, « Espèce d’andouille » affiche le texto. Son pote Stéphane Goubert est bien vivant.

Salut Thierry, avez-vous des informations sur le tracé du Tour 2010 ?

Montagne, contre-la-montre, plaine, dopage.

C’est pas un peu facile et convenu comme réponse, en plus Christian Prudhomme dit clairement que tout ça a changé

Désolé, j’avais cru que des «centaines de seringues» et du «matériel de perfusion» avaient été trouvés, ainsi que de la sitagliptine, de la valpromide, du telmisartan et du quinapril, mais comme dit Bilou mon patron « je suis pas médecin ».

Tout ça ne sont que des bruits de journaliste pour l’instant.

Désolé j’avais cru que le Parquet de Paris avait ouvert une enquête. Ca me paraissait être important, mais je suis pas « juriste » comme on dit dans le jargon

De toute façon, vous savez bien que des brebis galeuses peuvent toujours exister mais c’est une minorité. Il y en a assez des amalgames !!!

Je sais, à peine une centaine de coureurs, mais bon ça reste de la « triche » comme on dit dans le jargon.

Que voulez-vous dire ? Alberto Contador est pourtant honoré par le Sénat, L’Equipe se réjouit en Une du duel avec Armstrong. Ça ne peut pas être que de l’hypocrisie ?

Désolé, j’avais cru que l’AFLD avait constaté une favorisation des Astana par l’UCI et qu’ils étaient ciblés par l’enquête en cours. Mais je suis un crétin qui n’y connaît rien comme tout le monde le pense depuis deux ans et en particulier vos lecteurs.

Vous allez finir par nous dire que vous n’êtes pas Thierry Bisounours, c’est bon on connaît le refrain… D’habitude on rigole au moins.

Vous croyez  que ce spectacle répugnant me donne envie de faire des vannes ?

Mais enfin, vous personnage est censé être naïf, un peu stupide et faire des gags récurrents tout en faisant prendre conscience de la réalité.

C’est vous et un peu Thierry Adam qui avez créé ce type. Je ne suis pas celui-là. C’est une masacrade ! (NDLR, mascarade)

Un mot à ajouter pour finir sur Franck Vandenbroucke, le Tour, Prudhomme, Astana, ou le cyclisme en général ?

Merde !

Pardon ?

(Une matière liquide marron coule le long de sa jambe), j’ai une gastro-chronique.

Mais ça n’existe pas !!!? 

Et des cyclistes asthmo-diabétiques ?

La Légende : Et Ullrich ramait

lopa

20 juillet 1996. L’avant dernier Tour de France a livré son verdict. Un Danois millénaire dont l’histoire a oublié le nom se balade en jaune sur les routes girondines.

En deux étapes, il a plié la course. Une petite dose dans les Alpes, une plus grosse dans les Pyrénées et Thévenet manqua de s’étouffer avec les glaires de Patrick Chêne. Ca, on vous l’a déjà raconté. Mais ce matin là, au départ de Bordeaux, notre vieux chauve n’est pas très bien. Le dosage de Berzin n’est décidément pas le meilleur,  les 70 km/h seront difficiles à atteindre, autant oublier tout de suite les 80. Il mise quand même sur l’aérodynamisme de son crane pour limiter les dégâts. Mais son jeune coéquipier allemand, deuxième du classement général à quelque 4 minutes, table, lui, sur une jolie casquette à l’envers. Magie du vélo, c’est le bon choix.

Le projet stérone

Il s’appelle Jan Ullrich. Elevé au bon grain d’Europe de l’est, celui de Katrin Krabbe et d’Erik Schinegger, il n’a eu aucun mal à suivre son papi dans Hautacam. Il aurait même pu le battre s’il n’avait pas respecté les limitations de vitesse. Ce qu’il ne va pas faire sur la route de Saint-Emilion. Chacun voit bien Indurain finir en beauté, mais le Navarrais a beau être aussi fort qu’avant dans l’exercice, le petit gros roux l’est encore plus. Il reconnaîtra deux fois le parcours avec une voiture Telekom dans son aspiration, avant de mettre deux minutes à son leader parti évidemment derrière lui. Patrick Chêne parle déjà à son propos de « seigneur », de « grand champion des années avenir ». Il aura raison un an.

Rudy la truffe

En 1997, il accélèrera brusquement pour la dernière fois de sa carrière dans la montée vers Arcalis. L’hiver suivant Janou se réchauffera dans les bras de sa fraülein de maman. Ils sont pleins de gras, c’est la fin de sa carrière. En 1998, Jean-Marie Leblanc découvre stupéfait que l’EPO n’est pas toujours autorisée. Pantani s’en fout. Il ne s’en foutra pas longtemps. Janou, lui, n’aime pas la pluie, il préfère les gâteaux. En 1999, Janou étrennera ses nouveaux molets en Espagne et à Verone, mais pas en France. C’est dommage, il digère mieux les gâteaux.  En 2000, Janou n’aime toujours pas la pluie, n’aime plus Hautacam, mais il retrouve son amour des gâteaux.

Glander dans la Madeleine

En 2001, Armstrong n’est pas bien dans la Madeleine et le Glandon. Janou, qui aime toujours bien les gâteaux, mais un peu moins la tactique, décide de prendre le robot américain sur son porte bagages et dans l’Alpe d’Huez c’est l’Allemand qui regardera celui d’Armstrong. En 2002, Janou préfère la drogue aux gâteaux. Les deux ensemble, c’est pas mal non plus. Jean-Marie Leblanc et Hein Verbruggen préfèrent largement les intraveineuses, Janou est privé de Tour.

Bianchi mais pas blanchi

En 2003, fini les gâteaux et la Telekom. Mais pas Rudi Pevenage. Plus costaud qu’Armstrong, Janou préfère toujours attendre les fins d’étape pour voir si l’Américain est vraiment moins fort. C’est le cas, il perd du temps à chaque fois. Mais Janou n’en est pas convaincu avant les Pyrénées. Vers La Mongie, il tente de partir seul, mais son cul a du mal à se lever de la selle. Arcalis est déjà loin. A Luz Ardiden, c’est cette fois la courtoisie qui lui ôtera l’envie de gagner le Tour. On lui avait pas dit qu’Armstrong n’était pas vraiment  le mec le plus sympa du peloton. Bassons ne doit pas parler allemand, Simeoni non plus.