Dopage : Et Ullrich ramait

Alors qu’Ullrich espère toujours courir le Tour 2006, 10 ans auparavant il naissait. C’était le 20 juillet 1996. Lors de l’avant-dernier Tour de France dont l’histoire a oublié le nom du vainqueur. 

lopa

Le vainqueur aurait pu être danois. Certains l’avaient vu se balader en jaune sur les routes girondines. En deux étapes, il avait plié la course. Une petite dose dans les Alpes, une plus grosse dans les Pyrénées et Thévenet manqua de s’étouffer avec les glaires de Patrick Chêne. Ça, on vous l’a déjà raconté. Mais ce matin-là, au départ de Bordeaux, notre vieux chauve n’est pas très bien. Le dosage de Berzin n’est décidément pas le meilleur, les 70 km/h seront difficiles à atteindre, autant oublier tout de suite les 80. Il mise quand même sur l’aérodynamisme de son crâne pour limiter les dégâts. Mais son jeune coéquipier allemand, deuxième du classement général à quelque 4 minutes, table lui sur une jolie casquette à l’envers. Magie du vélo, c’est le bon choix.

Le projet stérone

Il s’appelle Jan Ullrich. Elevé au bon grain de l’Europe de l’est, celui de Katrin Krabbe et d’Erik Schinegger, il n’a eu aucun mal à suivre son papi dans Hautacam. Il aurait même pu le battre s’il n’avait pas respecté les limitations de vitesse. Ce qu’il ne va pas faire sur la route de Saint-Emilion. Chacun voit bien Indurain finir en beauté, mais le Navarrais a beau être aussi fort qu’avant dans l’exercice, le petit gros roux l’est encore plus. Il reconnaîtra deux fois le parcours avec une voiture Telekom dans son aspiration, avant de mettre deux minutes à son leader parti évidemment derrière lui. Patrick Chêne parle déjà à son propos de « seigneur », de « grand champion des années avenir ». Il aura raison un an.

Rudy la truffe

En 1997, il accélèrera brusquement pour la dernière fois de sa carrière dans la montée vers Arcalis. L’hiver suivant Janou se réchauffera dans les bras de sa fraülein de maman. Ils sont pleins de gras, c’est la fin de sa carrière. En 1998, Jean-Marie Leblanc découvre stupéfait que l’EPO n’est toujours pas autorisée. Pantani s’en fout. Il ne s’en foutra plus très longtemps. Janou, lui, n’aime pas la pluie, il préfère les gâteaux. En 1999, Janou étrennera ses nouveaux mollets en Espagne et à Vérone, mais pas en France. C’est dommage, il digère mieux les gâteaux. En 2000, Janou n’aime toujours pas la pluie, n’aime plus Hautacam, mais il retrouve son amour des pâtisseries.

Glander dans la Madeleine

En 2001, Armstrong n’est pas bien dans la Madeleine et le Glandon. Janou, qui aime toujours bien les préparations surtout celles à base de farine et d’oeufs, mais un peu moins la tactique, décide de prendre le robot américain sur son porte bagages et dans l’Alpe d’Huez c’est l’Allemand qui regardera celui d’Armstrong. En 2002, Janou préfère la drogue aux gâteaux. Les deux ensemble, c’est pas mal non plus. Jean-Marie Leblanc et Hein Verbruggen préfèrent largement les intraveineuses, Janou est privé de Tour.

Bianchi mais pas blanchi

En 2003, fini les gâteaux et la Telekom. Mais pas Rudi Pevenage. Plus costaud qu’Armstrong, Janou préfère toujours attendre les fins d’étape pour voir si l’Américain est vraiment moins fort. C’est le cas, il perd du temps à chaque fois. Mais Janou n’en est pas convaincu avant les Pyrénées. Vers La Mongie, il tente de partir seul, mais son cul a du mal à se lever de la selle. Arcalis est déjà loin. A Luz-Ardiden, c’est cette fois la courtoisie qui lui ôtera l’envie de gagner le Tour. On ne lui avait pas dit qu’Armstrong n’était pas vraiment le mec le plus sympa du peloton. Bassons ne doit pas parler allemand, Simeoni non plus.

Pendant ce temps-là, il y aura bien un Tour de France cette année.

Les aveux d’Armstrong : Le fantôme de l’Oprah

Michel Drucker et Eddy Merckx en sont encore tout retournés. On peut gagner et durer en pratiquant plus d’injections que Delarue, Carla Bruni et Evelyne Thomas réunis. Souvenirs.


Il faudra attendre sans doute longtemps pour retrouver un aussi grand champion que Lance Armstrong. Le Vestiaire a longtemps hésité avant de le classer parmi ses intouchables aux côtés de Jordan, Federer et Christian Bîmes. Mais si le basket, le tennis et la corruption ont trouvé leurs maîtres, pourquoi le dopage n’aurait pas droit au sien. Plus qu’un maître, Lance Armstrong est un Dieu. Professionnel jusqu’au bout des métastases, il n’aura jamais rien laissé au hasard, ce serait trop imprudent. En 1993, il a la bonne idée de devenir champion du monde. L’EPO vit ses premières heures de gloire en même temps que Lance qui pèse une tonne, fallait pas rater l’occasion. Deux ans plus tard, alors qu’il traîne son gras sur les pentes du Portet-d’Aspet, son copain Casartelli lit mal les panneaux et choisit le mauvais chemin, celui du cimetière. Lance n’a désormais qu’une seule idée en tête, autre que se faire de la pub sur le dos de son pote, il veut carrément le rejoindre. Mission accomplie en 1996. Lance fait les choses bien, son cancer est généralisé, moins de 10% de chances de survie. Mais l’EPO fait décidément des miracles, à part pour le visage d’Ugrumov peut-être, et elle ne va pas s’arrêter là. En 1998, allégé de ses couilles il arrive enfin à grimper plus vite que Gouvenou. Avant de grimper sur Sheryl Crow, Lance va en Espagne et finit juste devant Jalabert mais derrière Jimenez qui ne s’en remettra pas. Un coeur si fragile, un asile de paix. C’est durant cette même année que Jalabert se plaindra en juillet d’être traité comme du bétail mais pas à cause de ce que lui filait Manolo Saiz dans les fesses. Les 7 années suivantes permettront à Jean-Marie Leblanc, Gérard Holtz et Christian Prudhomme de serrer un bon paquet de fois la main du plus grand escroc de l’histoire. Pourvu que Bernard Laporte ne nous attaque pas en diffamation.

Delarue/Armstrong 2012 : Réservoir percé

Lance Armstrong et Jean-Luc Delarue étaient-ils une seule et même personne ?

Du pognon, de la daube, de la gloire et le mépris des autres quelle plus belle devise pour les 2 plus beaux champions de ces 20 dernières années. Il est difficile de se réjouir de la mort d’un homme mais de deux pourquoi pas. Pourtant comme Dark Vador ou William Leymergie ils ont un jour été des êtres humains comme vous et moi. Mais ils avaient un tout petit peu plus de talent que vous et moi enfin surtout que vous. Alors ils ont décidé d’en faire un métier pour s’en foutre plein les poches et le nez au passage. Tous portaient un masque : avec lui, Dark Vador voulait conquérir l’univers, Leymergie maîtriser toutes les techniques d’étranglement sans même se mettre au judo, Lance Armstrong guérir le cancer, Delarue en mourir.

Les 7 dorment

Au passage, aucun n’a oublié de mépriser son prochain et de n’aimer personne d’autre que lui-même et encore. Chacun a pensé à laisser une trace et pas qu’un morceau d’étron à part peut-être Géry le fils de William. Le fils d’Anakin a voulu tuer son père en faisant le bien, saloperie d’œdipe. Les petits Delarue et Armstrong mangeront-ils 5 fruits et légumes par jour ou du poisson comme le conseillait Servan-Schreiber pour guerir du cancer avant d’en crever ? Il leur faudra en tout cas longtemps pour nettoyer la crasse laissée par leurs sympathiques parents. Après, qu’ils soient coresponsables de l’arrivée de la télé poubelle ou du sang dans ces mêmes poubelles n’a que peu d’importance : l’important est que la morale de Tony Scott mort la semaine dernière soit respectée : quand on est méchant on meurt et puis c’est tout. Quid de Leymergie ?

Tour de France : Lance avec les loups

doo2p

Notre consultant Thierry Bisounours, qui n’a pas encore démissionné, a encore de la réserve pour rendre hommage à Monsieur Armstrong.

Dans la phrase « Bravo Monsieur Armstrong, vous sortez du Tour par la grande porte », la grande porte, c’est bien une enquête fédérale ?

J’aime pas Cunego.

Et que diriez-vous si L’Equipe avait prouvé qu’il prenait de l’EPO, si tous les témoignages l’accusant concordaient et s’il avait une enquête fédérale au cul ?

Qu’il a aussi chopé un cancer et qu’il s’en est sorti. C’est pas Cunego qui ferait ça.

Et si un dénommé Manzano racontait avec moult détails que les contrôles ne servent à rien ?

Manzano, le coureur ou le pharmacien ? Je suis sûr que Cunego sait même pas faire la différence entre un Petacchi et un Bernucci.

Petacchi a aussi de petits problèmes avec la justice. Pourquoi tous ces types ont-ils le droit d’être encore alignés ?

Attendez, je la connais celle-là, elle marchait aussi avec Jean-Marie Leblanc. Parce que Christian Prudhomme est un gros hypocrite ?

Et vous ?

Je ne vais pas citer Bilou, mon patron, car je serais vulgaire. Mais disons que je suis un crétin et que je ressemble à ceux qui m’écoutent, dont l’équipe du Vestiaire. Mais, par contre, je n’aime pas Cunego.

Un simple délit de sale gueule ?

Oui, oui, mais vous savez, je suis un crétin, comme on dit dans le jargon.

Je ne vous contredirais pas. En 2007, vous disiez ne plus vouloir entendre parler de Vinokourov, qui vous avait déçu.

On dit tous des bêtises, et moi un peu plus que d’autre, si vous voulez mon avis. Mais vous voulez que je fasse quoi, que je la ferme ? Il y a trop d’intérêts en jeu entre ASO, l’UCI, les médias, le cyclisme et les histoires pourries de Jean-Paul Ollivier. Comme dit Bilou, mon patron, l’avenir Lappartient à ceux qui mangent très tôt. Mais si vos lecteurs ne cliquent pas sur le lien, ils risquent de pas comprendre la vanne. Moi, j’ai pas cliqué, et du coup je comprends pas.

Peut-être alors qu’il faudrait commenter en évitant de faire l’éloge de tricheurs avérés par leurs perfs…

Mais je n’y peux rien, je l’aime pas Cunego. Et puis je ne vais pas parler que de quelques Français. Tiens, vous saviez que depuis 1997, il n’y avait pas eu autant de victoires françaises sur le Tour ?

C’est une provocation ?

Si vous voulez vraiment me faire dire que John Gadret est le premier Français au général, vous allez être déçu. Il n’est que 20e.

Pensez-vous que Gadret a eu raison de ne pas filer sa roue à ce nul de Nicolas Roche ?

Attendez un peu que le dopage disparaisse et on en reparle. Je plaisante.

Pensez-vous que le plan de Schleck est assez ficelé pour qu’il attende le Tourmalet pour attaquer, comme le conseille Jeff Bernard ?

Quel tacticien, ce Jeff Bernard. Mais c’est qui au fait ? Moi, je me focaliserais davantage sur le duel Charteau/Moreau si j’étais vous. Le preuve que ce maillot à pois a de la valeur.

Tour de France : Un Tour de cochon

triche

Devant le nombre de questions posées sur equipe.vestiaire@yahoo.fr, notre consultant Thierry Bisounours, qui a dit aujourd’hui un peu plus d’idioties que d’habitude, a accepté de continuer à vous faire croire que le cyclisme est un sport.

Quel bilan peut tirer Schleck de sa journée ?

Que même si c’est un grand stratège, il peut jouir de malchance, comme on dit dans le jargon.

On dit vraiment ça ? Mais s’il attaquait un peu plus souvent au lieu de rouler n’importe comment, peut-être que ça lui permettrait de se mettre à l’abri de telles déconvenues ?

Que voulez-vous dire ?

Ben un jour, il suce la roue et Fignon dit que c’est bien, aujourd’hui il attaque et Fignon dit que c’est bien. Pourtant, je ne vois pas de grande différence au classement général entre hier matin et ce matin…

Ah oui, pas con. Donc : ou bien hier il a été nul, ou bien c’est aujourd’hui. C’est ça ?

Oui, et apparemment c’est donc hier que Fignon disait des conneries…

Et moi, c’est tous les jours c’est ça ?

Ben il faut dire que vous avez atteint des sommets quand dans les derniers kilomètres vous êtes devenu promoteur de la Bbox et de Jean-René Bernaudeau. Je suis sûr que vous êtes même pas payé par Bouygues…

En effet.

En revanche, vous aviez raison de soulever la polémique sur l’attaque de Contador au moment de l’incident Schleck. Pourtant, quand Fignon vous a dit de la fermer, vous avez retourné votre veste à une vitesse impressionnante…

Aussi vite que le retour de Schleck ? Je plaisante. Mais surtout j’ai l’impression que vous me confondez avec Thierry Adam.

Parce que c’est pas Bilou votre patron ?

Le patron, c’est Contador.

Malgré son sens moral très contestable ?

Vous parlez sans doute du dopage généralisé, mais ce n’est pas aussi simple. Et puis vous savez, comme dit Jean-Momo, mon réal : « Tout le monde ne peut pas être aussi gentleman que Lance Armstrong. » Je me demande si gentleman, ça veut vraiment dire pourri jusqu’à la moelle. Je me demande.

Tour de France : Evans essence

tyty2

Après la nouvelle victoire française hier, notre consultant Thierry Bisounours nous a confié en off qu’il en verrait bien un finir dans les trente premiers, voire dans les vingt. Nous avons cru à une vanne, du coup il a répondu à vos questions posées sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Alberto Contador donne l’impression de savoir qu’il a mis une minute à Schleck sur 8 km à Rotterdam. Est-ce vraiment le cas ?

Ecoutez, je ne suis pas Georges profonde (NDLR : Gorge profonde), mais ce que je peux vous dire, c’est que la stratégie d’Andy ne semble avoir aucune faille. Il n’a pas attaqué Alberto, affaibli sur une arrivée au sommet, mais il n’hésite pas à le faire quand il reste 40 km de descente. Il y a du Jan Ullrich en lui, c’est certain, sauf que c’est une brèle en contre-la-montre, comme on dit dans le jargon.

Mais Contador semble plus faible que d’habitude quand même ?

Aucun doute, après avoir contrôlé le prologue, assuré les pavés et maîtrisé Avoriaz, il s’est reposé avant-hier et promené hier. C’est toujours inquiétant un favori qui fait ce qu’il veut.

Evans qui roule avec une fracture du coude, c’est cocasse ou héroïque ?

Ça me rappelle un autre forçat de la route qui avait gagné une étape avec une fracture de la clavicule. Tout le monde pensait qu’il était dopé, mais c’était un peu facile de dire ça. D’ailleurs, j’ai oublié de prendre de ses nouvelles depuis. Mais vous savez, comme dit toujours Bilou mon patron : « Ce qui handicape le plus Evans c’est son menton, car ça pèse lourd surtout en haut d’un Kohl. » Je ne vois toujours pas ce qu’il veut dire.

A-t-on déjà vu un  Tour aussi incertain ?

Comment ça ? Mais on ne sait jamais à l’avance qui va être positif ou non. Curieuse question que voilà.

Pourquoi Armstrong poursuit-il sa randonnée cyclo ?

Je ne sais pas, peut-être pour avoir assez de pognon avant les prochaines échéances judiciaires. Dans le jargon on appelle ça « rouler pour Landis ». Je plaisante, évidemment.

Est-ce qu’on en a quelque chose à foutre que vous receviez des textos de Marion Clignet ?

Attendez, vous confondez avec mon homonyme, Thierry Adam. Tiens, moi j’en ai un de Stéphane Goubert justement : « Pense à prendre le pain et les andouilles. » Je vais me régaler.

Tour de France, Dopage : Jaune Landis

doo2p

« J’ai fait plus de 20.000 kilomètres d’entraînement pour le Tour. J’ai gagné le Tour de Californie, Paris-Nice et le Tour de Georgie. J’ai été contrôlé huit fois pendant le Tour, quatre fois avant cette étape et trois après, dont trois étaient des contrôles sanguins. Aucune personne normale ne prendrait de la testostérone juste pour un jour. Ca ne marche pas comme ça. » Floyd Landis, le 7 août 2006.

« La veille de la 17e étape du Tour de France, j’ai passé la soirée avec des amis et des membres de mon équipe, à préparer l’étape ardue en montagne en buvant deux bières et au moins quatre verres de whisky. » Floyd Landis, le 28 juillet 2006.

« Cela fait environ un an que j’ai des problèmes de thyroïde et j’ai dû prendre des petites quantités d’hormone de thyroïde. Ce sont des doses orales quotidiennes. » Floyd Landis, le 27 juillet 2006.

« Jean-Marie est un patron emblématique du Tour, un monsieur magnifique, très humain. Il dit toujours que le Tour doit être aimé mais, s’il l’est, c’est aussi grâce à lui. » Christian Prudhomme, le 23 juillet 2006.

« C’était très sympa d’entendre l’hymne américain joué en mon honneur. J’ai beaucoup entendu dire que mon retour avait été exceptionnel, mais je laisse les autres juger. Je suis fier de la façon dont mes équipiers ont couru et aussi satisfait de mon travail. J’ai rêvé plusieurs fois de gagner cette course et j’ai été assez chanceux pour y participer plusieurs fois avec Lance, ce qui m’a apporté une expérience précieuse. Par-dessus tout, j’ai appris à me battre pour atteindre l’objectif dans le Tour. Il ne faut pas renoncer. » Floyd Landis, le 23 juillet 2006.

« J’en avais fait mon favori du jour ce matin au départ de l’étape. Il a confirmé qu’il était le meilleur en oubliant la possible fringale dont il a été victime lors de l’étape de La Toussuire. Il a fait un grand numéro de soliste, digne du grand Eddy Merckx. On s’attendait à une explication dans la dernière ascension, mais il a surpris tout le monde en attaquant très tôt et en continuant jusqu’au bout sans jamais faiblir. L’Américain a prouvé qu’il était un très grand coureur, digne d’un vainqueur du Tour de France. » Jean-François Bernard, le 20 juillet 2006.

BONUS

« En confiance et en pleine possession de ses moyens, Cadel Evans a logiquement pris le meilleur sur Alberto Contador. » Jean-François Bernard,  le 21 avril 2010.

« Philippe Gilbert est bien un grand coureur de classiques. » Jean-François Bernard, le 18 avril 2010.

« Fabian Cancellara a écarté toute forme d’incertitude dimanche pour remporter le Tour des Flandres. Il a exploité au mieux ses qualités physiques pour placer ses accélérations au meilleur moment. » Jean-François Bernard, le 4 avril 2010.

L’actu du mardi 21 avril

Le camé Leon

C’est une nouvelle polémique qui ne cesse d’enfler. Le président du Mans, le fameux Henri Legarda, aurait usurpé l’identité de Jean-Michel Aulas pour tenir une nouvelle fois des propos inacceptables sur l’arbitrage. Il aurait même franchi la ligne jaune en s’en prenant directement à la personne de Stéphane Bré. Le très compétent Conseil National de l’Ethique va-t-il encore frapper ?

Un peu Pato

corazon

Comme tous les jeunes de son âge, Alexandre Rodrigues da Silva, 19 ans, passe son temps libre sur Internet, où il a d’ailleurs rencontré sa petite amie, Stephany Brito, à qui le coeur de la photo ci-dessus est sûrement destiné. Celui qu’on appelle aussi Pato sur les forums brésiliens se serait fait piéger, via webcams interposées, par une blonde sulfureuse (GlossX Felina) lui demandant de dévoiler son anatomie. La sex tape commence à circuler sur le net. La pudeur nous empêche de la diffuser directement, mais nos lecteurs du soir peuvent la commander à cette adresse : equipe.vestiaire@yahoo.fr

Dernière minute

Cris et insultes racistes à Turin : Ségolène Royal demande pardon à Balotelli.

De qui Spock t-on ?

trekkie

Ca faisait longtemps que Le Vestiaire n’avait pas parlé d’elle, alors Claire Merry, l’ex de Thierry Henry, a fait hier soir une apparition remarquée à l’avant-première londonienne de Star Trek. Ca a au moins le mérite de plaire aux agents de sécurité.

Du kop à l’âne

kanu

Le propriétaire de Fulham et des magasins Harrods Mohamed Al-Fayed estime sur le site Internet du club que le football anglais est « dirigé par des ânes ». Le milliardaire les a également invité à venir manger « des testicules de cerfs » dans sa propriété écossaise.

Rien à voir avec l’appareil reproductif des cervidés, mais ça nous rappelle une bonne blague qui a circulé outre-Manche après que Cristiano Ronaldo a planté sa Ferrari toute neuve (souvenez-vous, c’était dans feu nos Bruits de Vestiaire) : Al-Fayed veut faire signer Ronaldo à Fulham…

… Pour apprendre à ses chauffeurs à se crasher en sécurité sous les tunnels.

Oh hisse, en…

encule

On achève bien les chevaux

cheval

Les 21 bourrins de l’équipe de polo du Venezuela ont tous été retrouvés morts, en Floride, où se dispute, dimanche, l’US Open de la spécialité. Les Caracas sont en cours d’analyse pour connaître l’origine de l’hécatombe, sans doute provoquée par une intoxication alimentaire ou une injection d’anabolisants. Ca n’a pourtant jamais tué Christophe Cheval.

La cour des miracles

lance1

On connaissait son pouvoir de guérison, Lance Armstrong sait aussi faire tomber la neige au printemps (photo Twitter). Arrivera-t-il un jour à changer en vin les échantillons positifs de Tyler Hamilton ?

Oh Romao, mon Romao

pagis

Pagis et Romao obsédés ?

L’Edito : Legarda vous accuse

baby

Puisque seul Renaud Longuèvre aime la gymnastique, Le Vestiaire ne va pas se faire prier pour ne pas parler des championats d’Europe. Sinon, il y avait aussi du sport ce week-end.

Il aura donc fallu attendre les spécialistes de Canal lundi soir, dont le très légitime Jacques Crevoisier, pour entendre une voix discordante et ce n’est pas celle de Sammy Traoré. Si Jacques Attali n’a pas aimé le G20, son pendant bourguignon pense qu’il y avait bien penalty. Si Guy Roux a raison, le président gueulard aussi, n’en déplaise à l’hypocrite bande de mange boules toujours prêts à sacrifier leur dignité et leur compétence. Les images ne sont pas en cause, Lloris fait une sortie qui rappelle à Tsonga qu’Olga ne l’a jamais rappelé. Le niveau manceau non plus, catastrophique. En revanche le coup de sifflet ravalé est un geste terrible que l’on espérait ne plus jamais revoir  sur un terrain. Lyon n’avait pas besoin de ça pour fissurer encore un peu plus son empire.

Un empire que Loeb continue de construire, tenant le volant avec ses pieds. Un empire que Chavanel se dessine à son image, plus que 30 places et Armstrong pourra arrêter ses comportements inattendus. Il faut parfois savoir écouter Thierry Bisounours. Sinon, il n’y aura toujours pas de tennis cette semaine en raison de l’impossibilité de notre spécialiste de citer plus de deux joueurs de Blackburn. Et Tony Parker ?

Pendant ce temps là, le destin de la Ligue 1 se jouera entre cinq hommes :  le Lyonnais Bastos, le Barcelonais Ronaldo, le Tonneinquais Chamakh, le collectif marseillais et la petite merveille André-Steve Hoarau.

T. Bisounours : le Twitter de Schubert

schubert

Persuadé que la saison était finie  après l’Australie, Thierry Bisounours avait souhaité « déconnecter », comme il dit dans le jargon. Mais Twitter est en Anglais.

Thierry, merci de nous accorder un entretien durant vos vacances.
De rien, la période estivale est toujours propice aux remises en questions. J’y réponds, c’est fait et bien fait, comme on dit dans le jargon. Dont acte.

Pardon ?
Ne vous excusez pas, c’est naturel.

On ne comprend pas tout à l’affaire Armstrong. Il annonce en début de saison qu’il va jouer la transparence, personne n’y croit, au bout d’un mois il arrête. Et raconte des conneries sans intérêt sur un réseau social en ligne. N’est-ce pas suspect ?
Attendez, si je vous suis, le comportement d’Armstrong est on ne peut plus logique pour un type qui se charge depuis au moins 15 ans, et qui évidemment avec un suivi bien fait tomberait « dans les mailles du filet », comme on dit dans le jargon. C’est bien ça ?

Oui… à peu près.
Et alors ?

C’est à vous qu’on le demande. C’est la réalité ?
J’en sais rien. Comme dit Bilou mon patron, je suis pas « l’expert de l’année » en matière de vélo, mais j’ai toute la collec’ de Onze Mondial. Tiens, par exemple, le Onze d’Or 1991, c’est qui ?

Matthaus ?
Non, Van Basten. Vous voyez, chacun son domaine (ndlr : c’est Papin en fait).

Armstrong ne risque-t-il pas du coup de maintenir les soupçons autour de lui ?
Quels soupçons ? Il trompe sa femme ? Vous savez, croyez en un vieux routier. Newlook (ndlr : il désigne du doigt une impressionnante pile de magazines aux pages collées. Nous comptons, il y en a 1.633. « Complet », s’ecrit-il)  n’est pas toujours très bien informé.

Des soupçons de dopage…
Encore ?  C’est une obsession chez vous. EPO avéré dans ses urines en 1999, fréquentation du Dr Ferrari, aveux devant ses médecins en 1996, Actovegin dans les poubelles de l’US Postal, positif aux corticoïdes avec certificat médical antidaté,  sang réfrigéré dans les années 2000, la plupart de ses adversaires et coéquipiers positifs. Que voulez-vous que je vous dise ? Beaucoup de bruit pour rien disait Alfred Jarry.

Shakespeare plutôt, non ?
Cheikh Spire ou Pluto, choisissez (ndlr : il éclate de rire). La culture est un fruit que l’on étale si on en a acheté…

Quoi ?
‘Feur.

Thierry Bisounours: Re Tour à Riis Orangis

tiopab

Sans nouvelles de Thierry Bisounours depuis plusieurs mois, nos lecteurs avaient déjà réservé leurs billets pour Peronne et son fameux bal con. Le Vestiaire l’a finalement retrouvé pendu au téléphone, complètement down, ‘under his shoulders’, comme il aime à le dire. Il pouvait encore parler.

Bonjour Thierry, on ne vous voit plus trop ces derniers temps, vous êtes où ?

Je suis au Luxembourg. J’ai traversé la Manche pour travailler mon Anglais avant le début de la saison cycliste sur route qui aura lieu en Australie, chez les kiwis.

C’etait cette semaine, non ?

Oh, merde ! Et mon pote Andrei qui ne m’a pas prévenu…

Kivilev ? Mais il est mort ?!!!

Putain, le con. Il ne m’en a pas parlé non plus. On ne peut donc avoir confiance dans la parole de personne. Pas même dans celle d’un cycliste.

Armstrong a officiellement fait son retour dans le peloton, un premier avis ?

Je pense qu’après son cancer, cela ne va pas être facile. J’ai d’ailleurs lu dans Onze Mondial qu’il revenait pour vaincre la maladie. Il est pas très net le garçon. C’est pas en faisant du vélo que l’on guérit le cancer. Quand je jouais à Docteur Maboul avec mon cousin, même avec les instruments j’arrivais jamais à retirer l’estomac. Alors là…

Mais Armstrong est guéri…

Ah bon ? Alors, c’est pour ça qu’on le voyait toujours avec plein de seringues ?

Vous pensez qu’il peut gagner comme avant ?

Ecoutez, je suis pas un spécialiste, mais comme on dit dans le jargon « on ne fait pas d’un cheval de course un âne, à part Chavanel ».

Le retour de Basso?

Le millionnaire ? Je me suis trop marré quand il faisait la cour à la Marjolaine, c’était dans la Carte aux Trésors je crois.

Pas certain. La réouverture de l’affaire Puerto ?

Vous savez, Hondelatte, c’est pas vraiment ma tasse de thé.

C’est le plus gros scandale cycliste de tous les temps…

Ah bon ? J’avais cru que c’était le retour d’Armstrong et ses sept Tours de France, pour des raisons foireuses, comme on dit dans le jargon. Ou  le retour d’Ivan Basso, ou  la victoire de Sastre sur la Grande Boucle, ou 80% du peloton encore chargé. Willy m’a menti alors. De toutes façons, comme dit toujours Bilou mon patron, « Thierry t’es vraiment con, mais y’a plus que toi qui y crois, alors on continue ». Il a son jargon à lui vous savez, mais il tape rarement à côté.

Vous suivez la saison de cyclo-cross ?

J’ai lu que Gebreselasie voulait essayer de courir le marathon. Mais ça va être difficile pour lui, le boss c’est Armstrong. Je crois qu’il en fait une vingtaine par semaine.

Des marathons ? Mais il ne va pas pouvoir cumuler deux sports de haut niveau ?

Pourquoi, il fait quoi d’autre ?

Comme à chaque fois, on a l’impression que vous vous foutez de la gueule du monde…

Et lui ?

Pendant ce temps-là, Chavanel trouve que tout est pointu chez Lefévère. Virenque, Museeuw et Boonen étaient au courant.

Bruits de Vestiaire

cheryl

Sa cure de désintoxication rentrée dans sa phase terminale, notre chroniqueur people a enfin retouché un tabloïd. Ilaria D’Amico lui a redonné le goût à l’avis.

Football. Chelsea n’avait pas encore les moyens de remplacer Leboeuf et Petrescu et Tore Andre Flo, la nuque courbée sur les bancs de Stamford Bridge, ne savait déjà pas bien quoi faire de ses échasses. Les années 1990 et la mode des cols à lacets sont passées, mais le géant norvégien, comme au bon vieux temps, se régale toujours dans les surfaces brésiliennes. Sa parodie de samba lui a même assuré la deuxième place de la version scandinave de l’émission Strictly Come Dancing, dont les pectoraux d’Austin Healey nous avaient déjà fait parler.

Football (bis). Notre activité récente n’incitait pas vraiment ce doublon footballistique, mais il était temps de rappeler à la face du monde et de Portsmouth que Redknapp, ce n’est pas qu’un brushing grossier, un regard vide et des joues flasques. C’est aussi un ancien joueur honnête, contrarié par des genoux en plastique, et surtout l’un des plus beaux sourires de l’année 2008, derrière Madame Cole (photo) l’encornée. Louise Redknapp, 34 ans, l’avait partagé il y a peu avec les lecteurs de Hello! magazine, à l’occasion de la naissance du petit dernier, Beau.

Fléchettes. L’élargissement de la famille Redknapp a été éclipsé ces derniers jours par les rumeurs d’une liaison entre le joueur de fléchettes James Wade et la télégénique Helen Chamberlain, présentatrice du cultissime Soccer AM, l’équivalent britannique de Téléfoot. Bien conservée, la quarantenaire, fan de poker et de darts, aurait donc trouvé chez le numéro 3 mondial, de seize ans son cadet, de quoi se consoler de sa rupture avec le guitariste Nathan King qui n’aurait plus supporté l’écusson de Torquay United que sa fiancée s’était fait tatouer sur l’arrière-train.

Omnisports. Un roux malingre, un black bodybuildé et une reine des greens : Andy Murray, Shaquille O’Neal et la golfeuse Natalie Gulbis n’ont pas grand-chose en commun à première vue, si ce n’est d’avoir assez de temps pour raconter leur vie sur Twitter. Mais ce qui intéresse vraiment vos Bruits de Vestiaire depuis quelques semaines, c’est le défi quotidien de Lance Armstrong, qui a profité des fêtes pour signer une pétition contre la cigarette au Texas, envoyer un email au Père Noël et jouer au golf à Hawaï. Le suivi longitudinal a pris un sacré coup de vieux.

VTT. Le Vestiaire n’a jamais eu pour habitude de diffuser des vidéos sans les commenter, mais Nicolas Vouilloz, de réveillon chez les Quesnel, de Lyon, n’était pas joignable. A bien regarder la vidéo tournée en caméra embarquée par Greg Minaar, notre spécialiste cycliste est au moins sûr d’une chose : ce n’est pas en 2009 qu’il enlèvera ses roulettes.

Formule 1. News of the World, 13 décembre 2008 : « Lewis Hamilton dort avec son trophée ». Et Nicole Scherzinger dans l’armoire du salon ?

Pendant ce temps là, Danny Cipriani n’a rien trouvé à se mettre pour son réveillon avec Kelly Brook.

Bruits de Vestiaire

Martina Navratilova a perdu en deux sets la finale de I’m a Celebrity… Get me Out of Here!, Austin Healey ne montrera plus son torse épilé aux téléspectatrices anglaises, mais heureusement, l’Escalettes Show a fait une apparition remarquée sur Le-Vestiaire.net.

Rugby. Katherine Jenkins ne doit pas qu’à ses beaux yeux et à son sourire innocent le fait d’être, après Tom Jones et Bonnie Tyler, la chanteuse la plus populaire du Pays de Galles. Sa voix divine était surtout associée au XV du Poireau, dont elle reprenait l’hymne avec bonheur au Millennium Stadium, jusqu’à ce que ses déclarations fracassantes sur son passé mouvementé (cocaïne, ecstasy, créatine, filet d’agneau) n’incitent la Fédération galloise de rugby à s’en séparer. On peut toujours leur envoyer Lââm.

Natation. Si les nageuses contre qui elle luttait à l’époque ont aujourd’hui toutes de la moustache et des complications cardiaques, Sharron Davies ferait toujours, à 46 ans, le bonheur de nos lecteurs nocturnes. La Britannique, médaillée d’argent sur 400 m 4 nages aux Jeux de Moscou, dix secondes derrière Peter Schneider, multiplie d’ailleurs ces derniers temps les apparitions ultra-médiatiques, des Gloucestershire Sports Awards à l’inauguration d’une école maternelle dans les Midlands. Manaudou sait ce qui l’attend.

Football. Zubar et ses amis marseillais devraient y passer la prochaine trêve estivale. Leur bourreau européen Steven Gerrard va donner son nom à une tour de 21 étages au large de Dubaï. Le capitaine des Reds, qui travaillera à la décoration des appartements, s’en est vu offrir un, en échange, d’une valeur d’un million de livres faibles. Schumacher et Boris Becker avaient eu cet honneur avant l’Anglais, qui aura fait plaisir à Madame, Alex Curran (photo) : elle avait déjà emmené les ex de Cissé et Henry à Dubaï l’été dernier.

Cyclisme. Encore une fois, Lance Armstrong n’a pas chaumé, cette semaine sur Twitter, malgré une mauvaise connexion Internet dans sa chambre, l’ascension du Teide avec ses nouveaux potes d’Astana, le 26e anniversaire d’Alberto Contador, un dîner chez les Bruyneel à Madrid, le vol retour sur Atlanta en regardant Batman et une séance de dédicaces aux vétérans d’Irak. Si ça, ce n’est pas jouer la transparence.

Boxe. Il ne raconte pas encore sur Twitter ses séances de jardinage, mais le boxeur Britannique Bradley Saunders aura sûrement bientôt du temps pour le faire. La police de Sedgefield, au nord-est de l’Angleterre, a découvert dans son jardin de la cocaïne, pour une valeur estimée à 15.000 euros. Ca n’a rien à voir, mais la légende galloise Joe Calzaghe veut garder sa belle gueule intacte : « Je n’ai pas un visage de boxeur et je n’ai pas envie qu’il le devienne. » C’est pas sympa pour Ricky Hatton et Bruno Girard.