Tour de France, Pinot : Un Thibaut, deux Thibaut, trois Thibaut

« Maintenant, on me tape sur la gueule. » Au moins Voeckler, lui, ne s’en plaint jamais et préfère parler de sa popularité. L’expérience sans doute.

pin

Un Tour de France démarre toujours avec un numéro de Vélo magazine. Quand ce n’était pas Jalabert le nouveau Hinault, c’était Leblanc ou Virenque. Quand Hinault n’a plus eu de successeur, sont venus les Moreau, Chavanel et Moncoutié, parfois même Casar valait mieux que Jacky Durand. Et puis l’âge d’or a sonné sans prévenir. Voeckler 4e, Rolland 10e, c’était tellement beau que Jean-Christophe Péraud (9e) est resté un simple médaillé olympique. Le troisième larron sera un jeune, et ce sera un FDJ n’en déplaise à Madiot. Il vaut parfois mieux fermer sa gueule et rester assis sur sa selle plutôt que d’attaquer en montagne, surtout quand on peut gagner. C’était en 2012, Thibaut Pinot était né avec la même 10e place que Rolland l’année précédente. Ça valait bien un site Internet avec une belle police d’écriture pour recenser les articles du Parisien, de l’Est Républicain, de l’Alsace. La rubrique actualité est moins fournie depuis deux semaines.

Quand on fait ça à 22 ans, la suite paraît évidente. Pas la 52e place au général à plus d’une heure et l’abandon avant la 16e étape, mais ce qui vient avant. D’abord Intérieur sport qui l’accompagne sur le Tour de Romandie début mai. Il grimpe comme un Dieu, il est content d’attaquer Froome qui ne lui prend qu’une minute à la fin, il aimerait confirmer son top 10 sur le Tour. Il est bien la future star, à un ou deux petits détails près : il a du mal à donner des ordres et il chie son dernier contre-la-montre qui l’éjecte du top 10. Mais ce n’est pas grave, le Tour de Suisse viendra bien vite confirmer tout ça : dans la montagne il est là, et lors de la dernière étape il foire un peu son contre la montre et le podium lui échappe.

Aller à la selle

C’est alors que Tout le sport débarque pour filmer Thibaut avec des chèvres puis avec un vélo dans le Ventoux en reconnaissance. A ce moment-là tout va bien, le Ventoux est génial, il aimerait y gagner et confirmer son top 10. Comment passe-t-on du Ventoux seul au printemps, sans Madiot qui gueule derrière, au Ventoux l’été avec une angine, des Pyrénées de merde sur le porte-bagage et une heure de retard au général ? L’explication est simple comme pour un enfant turbulent qui menace de se jeter dans le lac communal un soir de rupture amoureuse : « Dans la tête j’y suis plus, je sais pas quoi dire. Là je suis plus dans la course. L’an dernier tout le monde était là à me soutenir, maintenant tout le monde me tape sur la gueule. Ca fait un an qu’on me parle du Tour, y a pas une journée où on m’en parle pas, je suis arrivé bien cramé mentalement. Le Tour de France ça se bâche pas même si on a envie de partir. » Deux jours après il avait retrouvé le sourire, cinq jours plus tard c’était son lit.

Partir n’a pas tellement trotté dans la tête de Voeckler et Rolland. Le premier passait des coups de fil sur le vélo pour aider Jean-René à convaincre Europcar. Le second visait un podium en juin, le maillot à pois après la première semaine et d’éviter de trop faire parler de sa cortisolémie. Du coup Astana était intéressé, mais il va rester avec Jean-René.

Tour de France : C’est sain Thomas

Le Vestiaire a vécu hier une journée un peu particulière et pas qu’à cause de la diarhée de ce Gallopin de Tony. C’était aussi le premier passage du Tour sur les terres d’adoption de son illustre père fondateur Closefield. L’homme qui a osé abandonner le journalisme et la banque pour devenir journaliste. Mais au moins aujourd’hui les « sur valserine » et « le pays de Geix » n’ont plus aucun secret. Hommage par notre consultant Thierry Bisounours passionné d’andouilles et autres viandes basses catégories.

Bonjour Thierry, on a vu que vous donniez facilement du Jurgen, du Cadel ou du Thomas. Ce sont vos potes ?

Ecoutez, j’ignore si vous avez déjà lu la Tribune républicaine (le Closer local NDLR), mais une fois j’ai vu le portrait de l’adjudant chef Rey, qui succédait au Major Bailly, c’était presque du Flaubert. Moi aussi je veux mon Pulitzer.

C’est pour ça que vous accolez toujours « sur la route du Tour » à vos fins de phrase. Vous êtes juste emphatique donc.

Je ne vous permets pas. Cet artifice de langage est plutôt un moyen de rappeler que nous ne sommes pas sur la route Jacques-Coeur dans le Berry.

Vous êtes sacrément cultivé. Qui était Jacques-Coeur ?

C’est beaucoup demandé, je ne lis pas non plus la Tribune républicaine tous les jours, même si l’autre fois il y avait une histoire un peu porno. Je me demande si c’est pas un peu osé, je vais saisir le CSA. Déjà qu’ils aiment pas quand TF1 sort de son rôle de boite à caca pour faire de la vraie info.

Vous faites de la politique maintenant dans vos interviews ?

Pas vraiment, ce serait sortir de mon rôle, jamais je ne m’avancerais à demander s’il faut encore croire aux conneries genre cyclisme à 2 vitesses, les Français et les autres, et Salanson qui attrape un rhume de cheville mortel chez Bernaudeau, qui était pas vraiment dans la voiture qui a fait gagner Voeckler.

Pardon ?

Ben regardez, je suis sûr qu’il y a des mauvaises langues qui ne vont pas croire la thèse officielle et qui vont relever que Di Gregorio a fini 39ème du Tour l’année dernière.

Et donc ?

Donc dopage ou pas dopage les Français sont des tanches, il a raison Hinault.

Etrange raisonnement. Si un Français peut se charger tranquillou, c’est que le suivi longitudinal ça sert vraiment à rien ou a rien du tout ?

Mauvaise vanne. Là j’ai une pensée pour Maxime et une pensée pour son papa.

Mais on s’en fout pas de ça ? C’est pas leur vie privée par hasard même s’il l’étale dans les medias ?

Affaire Lance Armstrong à suivre, tout simplement

Hein ?

Pardon, j’avais lu la ligne suivante de mon intervention.

Vous écrivez tout ce que vous dites à l’antenne ?

Bien-sûr, sinon comment j’aurais pu dire qu’avant sky, Wiggins était chez Saxo Bank ou HTC, alors qu’il était chez Garmin.

Dernière question, quand vous vilipendez violemment les spectateurs qui courent à côté des cyclistes, en disant que c’est ridicule alors que c’est juste dangereux, pourquoi a-t-on  l’impression que le crétin c’est vous ?

J’ai toujours entendu Patrick Chêne le faire. Je fais pareil c’est tout. Et je le redis, j’ai pas peur : Tiens si vous en voyez un faire pareil, choppez le, cassez lui la gueule. Finir sa vie en fauteuil ça devrait lui passer pendant quelques années l’envie de recommencer. Oh putain, toi !!!! (apercevant un gamin de 8 ans près de David Moncoutié devant le bus  Cofidis, il se rue sur lui et lui explose les côtes avec ses santiags avant de le finir avec le casque de Moncoutié).

Ca va pas Thierry ? Il courait pas lui !

Mais il allait demander un autographe à David.

Et alors ?

Ben ça vous paraît pas suspect ? Qui a envie d’un autographe de Moncoutié ? Ca devait être un coup de Baffie pour ses caméras cachées, hier il a blagué avec Raymond Barre. C’était rigolo hihihi. C’est comme ma blague sur Richie Porte, j’ai dit qu’il était revenu par la fenêtre et ça a pas fait rire Jaja.

Non, il était même consterné.

Et Thomas Voeckler qui humilie tout le monde avec une jambe dans le plâtre c’est pas consternant ?

Il est peut-être juste le meilleur ?

Peut-être ( à ce moment là Christian Quidet entre dans la pièce et lui file une taloche).

Contador : Par la grande Puerto

Après avoir longtemps cherché l’Algarve sur la carte routière de l’Espagne, notre consultant Thierry Bisounours s’est finalement rendu à Aire-sur-la-Lys. Manque de chance, la fête de l’andouille était finie depuis à peine 6 mois. Heureusement, son pote Stéphane Goubert n’avait pas fini son dessert.

LE VESTIAIRE : Bonjour Thierry, l’affaire Contador finira-t-elle un jour ?

THIERRY BISOUNOURS : On ne va pas refaire l’histoire en long, en large et… vous voulez des travers ?

Non, merci, je viens de finir mon café…

C’est pas grave, ça va bien avec aussi. Vous prenez de la patafix (il décroche du mur un poster du film Watchmen, les Gardiens, récupère la gomme jaune, allume le gaz et jette le tout avec la viande sur le feu). C’est comme un barbecue !

Vous êtes sûr ?

Vous préférez peut-être vous réinjecter du sang périmé depuis 6 mois ? De toutes façons j’en ai plus et j’arrive pas à joindre Ricardo. Il est encore sur messagerie, j’espère qu’il n’a pas changé de numéro.

Vous êtes ami avec Ricardo Ricco ?

On adore visionner la scène de cul de Watchmen et là encore c’est jamais le dernier à partir, comme on dit dans le jargon. Mais vous savez, un type qui triche et qui a autant de volonté à revenir au plus haut niveau, il ne peut pas être fondamentalement mauvais. Et ça c’est pas Bilou mon patron qui le dirait, il est trop con. Et il serait pas le seul.

Mais il a recommencé ! Et pour Contador, vous diriez la même chose ?

Mais le vélo n’a rien à voir avec les conquistadors !  A cette époque, l’Espagne était une forte puissance et la règle, c’était que le plus fort gagne. C’est pour ça que, depuis, une grande partie de l’Amérique du sud parle castillan. Ça vient de Castille. Il y avait aussi des Portugais, comme on dit dans le jargon.

Quelle culture ! Et donc vous savez où se trouve l’Algarve ?

Là j’ai pas de vanne, mais je sais que Christian Prudhomme il en a rien à foutre.

A propos de quoi ?

De cette affaire de blanchiment. Le pognon d’ASO, c’est pas que le sien.

Il y a méprise. C’est un coureur accusé de dopage qui a été blanchi…

Et c’est parti, vous revenez avec vos conneries. Le boucher qui a servi le Clenbutérol avarié était un escroc c’est tout. Et d’ailleurs, apparemment, il a récidivé, à croire qu’il a encore pignon sur roue.

Le Clenbutérol n’est pas une viande…

Et alors, Chavanel, c’est un coureur ? Madiot un commentateur ?

Qui ?

L’actu du mercredi 29 avril

Rebellin, un cas isolé

Lefévère, Bruyneel, Basso, Valverde,  Madiot : le renouveau est en route pour le Tour.

Le scapulaire bourguignon

logos

Cruzeiro et la bannière

deb

La presse est unanime à saluer le retour au top de Ronaldo. Elle a bien raison, avant lui, de Fred à Nilmar, de nombreux joueurs se sont imposés en Europe avant de confirmer là-bas.