La Légende Mandela : Fidèle gastro

Si Clint Eastwood n’avait jamais existé, saurait-on vraiment qui était Mandela ? En tout cas il est bien bon ton Pienaar.

world3

Nelson Mandela restera-t-il dans l’Histoire comme le simple sujet d’un film baclé de Clint Eastwood ou tout au moins pas très réussi ? L’avenir nous le dira Clint s’en fout, ça lui a rapporté. Peut-être moins que quand il nous fait croire que Bobo Lorcy a une soeur, mais on peut pas à chaque fois trouver un moyen de recycler Morgan Freeman en vieux sage.

Cette fois tout est différent, Morgan Freeman joue un vieux sage, et le reste est une histoire vraie. Aurait pu en être une en tout cas. Car François Pienaar n’interprétera jamais Will Hunting ou Jason Bourne, mais Matt Damon deviendra bien troisième ligne du haut de ses 1m80, presque aussi grand qu’Olivier Merle après un ascenseur. Pour un peu François Berléand aurait échoué à 2 cm de la ligne d’essai en demi-finale. A quand les larmes de Dussollier en 1991 à Bari face à l’Etoile Rouge ? Au moins, Pienaar est devenu beau gosse, espérons que sa vraie femme ait pu en profiter.

Clint aurait pu s’arrêter là et se contenter de la version officielle, celle du conte de fée qui refuse trois essais à Durban. Mais il va plus loin en épousant aussi la thèse du piège Lomu. Celui sur le terrain, pas celui dans les chiottes de l’hôtel. Faute de Smecta, les Blacks aïe pissent. La meilleure équipe de toute l’histoire perdra donc la Coupe du Monde et Lomu n’est plus là pour répondre.

Si Morgan Freeman s’ennuie, un biopic de Don King serait en projet. Quel beau blond aux yeux bleus pourrait interpréter Tiozzo ?

L’Edito : Antenne de mes 2

« Il a refusé d’obtempérer et a continué à rouler à une vitesse beaucoup trop élevée. » Ca faisait longtemps qu’on attendait que Christian Prudhomme prononce ces mots. Il parlait de qui ?

Le spin off féminin de la Coupe du monde de foot rappelle quelques secrets de la réussite : 1, avoir un entraîneur ça aide, 2, Thuram derrière ça fait gagner, même quand il a des cheveux longs, et 3, Marinette Pichon c’est le passé. Elise Bussaglia a donc réussi là où ni Sydney Govou, ni André-Pierre Gignac n’ont réussi il y a un an. Marquer, déjà, susciter un commentaire sur Eurosport ensuite et déglinguer Chamou à Stade 2 quand il demande si on dit buteur ou buteuse. C’est aussi ça France Télévision.

Mais un spin off reste toujours un pari sur l’avenir. Il y a un an, Raymond Domenech a quitté le Domenech show avec pertes et fracas mais comme toutes les stars de la télé, il n’est pas resté sans proposition bien longtemps. Ruiz a réuni Perrin et Rey, sans JO à l’horizon. C’est aussi ça France Télévisions, l’été sur France 3 ne dure jamais aussi longtemps que Jamy Gourmaud le croit. Peu importe, comme l’écrit le TV Mag : « Le seul problème de cette émission c’est qu’elle passe à la télé ! Je ne demande qu’à être oublié. » Le bouquin sortira certainement en 2012.

Combien de Carraz ?

En 2012, Christophe Lemaître courra pour une médaille mais rien ne permet d’affirmer qu’il n’en aura pas. Invoquer Quenehervé a ses contreparties. Teddy Tamgho aussi devrait être occupé en 2012 mais pour cela il faudra qu’il saute au-delà des 15,50m une fois la saison prochaine. 16,74m ce week-end même pas en rendez-vous mondial, il grappille centimètre par centimètre. Une bonne course d’Hélan et le tour sera joué. Richard Gasquet, lui, a remonté deux sets à un joueur de tennis. Très fier, Papa a trouvé qu’au début il jouait avec un bout de bois. Tout ça, c’est aussi France Télévisions.

Pendant ce temps-là, Chavanel a laissé Voeckler sur place aux championnats de France fin juin, devant les voitures France Télévisions. Ca valait le coup.

Canal+ : L’instinct Grégoire


On peut donc être une vedette de Canal+ sans pour autant abuser du gel dans les cheveux. Romain Del Bello, Dominique Armand et leur boss Hervé Mathoux auraient sans doute dû mieux travailler à l’école. Avec son sourire de fayot, ses oreilles légèrement décollées, sa coiffure sans forme et ses costards bon marché mal taillés, on se demande comment celui qu’on a toujours traité, et qu’on continue de traiter, de petit intello, a pu devenir le numéro un de la chaine cryptée. D’ailleurs, lui aussi se demande parfois ce qui l’a mené là. « J’étais un malade de politique, avoue-t-il. Je regardais tous les débats télévisés et pendant les études je faisais la sortie du Conseil des ministres.«  On comprend maintenant mieux pourquoi Grégoire ne traîne pas dans les soirées VIP de Panam avec ses petits copains de la chaîne, entre trois putes et une ligne de sucre en poudre. Comme le chante son homonyme, toi + moi, ça fait deux.

Grégoire Margo-thon

Mais il n’y a pas de hasard, Grégoire n’est pas le commentateur vedette de Canal pour rien. Il aime le sport, surtout le basket et l’athlétisme, discipline qu’on lui donne parfois le droit de commenter pour le récompenser de ne pas cafter tous les écarts de conduite de ses collègues. En revanche, l’esprit Canal, lui, il s’en fout. Le Gai Luron du Paf n’en peut plus du rire « communicatif » de la Rouille, il a assez donné quand ils commentaient les matches ensemble. Le second degré des Del Bello, Thouroude ou Guy ne lui arrachent pas un seul rictus, d’ailleurs il ne comprend jamais leurs blagues et se demande pourquoi ils dépensent autant d’énergie en enfantillages. Il supporte encore moins les déguisements et les pitreries de Jean-Charles, son exact opposé. Commenter les matches, c’est son boulot, un point c’est tout. Il aurait pu être prof de lettres – comme maman – ou encore notaire, mais il est devenu commentateur de foot, au grand dam de son père qui ne manque pas de lui reprocher ses fréquentations gominées à chaque repas de famille.

Grégoire m’a tuer

Malgré tout, Grégoire Margotton a tout pour être heureux. Il exerce un métier de rêve et peut en plus se targuer d’être le meilleur à son poste. Il a aussi prêté avec un grand professionnalisme sa voix à la série des PES sur consoles de jeux, signe de reconnaissance de son talent même si la participation de Franck Sauzée au dernier FIFA a sacrément remis en cause cette distinction. Le manque de fantaisie serait-il le seul point faible de notre héros ? Malheureusement, comme tout premier de la classe il n’est pas que nul en cours de sport, il partage avec ses congénères intellos un autre talon d’Achille : les femmes le paralysent.

Conscients de cette petite faiblesse et désireux de se payer sa tête, Hervé Mathoux et consorts ont alors eu une idée mesquine : proposer à Margotton de présenter la grande soirée de Ligue des champions. Avec Nathalie Ianetta. Ils se sont sûrement bien marrés, le petit Greg beaucoup moins, qui a eu droit à une double sanction : il voit Christophe Josse commenter le Barça et Manchester alors que lui se tape Lorient ou Bordeaux mais surtout il croise le regard pétillant de Madame Sabattier et cela le rend tout chose. Et voilà comment le meilleur en cabine de presse perd tous ses moyens et se retrouve en plateau avec les mains moites et le sourire niais de celui qui est amoureux de la copine de son camarade de classe le plus idiot.

J.-C., le vrai titulaire du poste, n’a heureusement aucun mouron à se faire. D’une part ses cheveux se sont barrés depuis longtemps, d’autre part Grégoire ne déclarera jamais sa flamme brûlante à son inclinée, même quand elle lui raconte, privilège du confident, toute sa vie sexuelle. Notamment ses parties fines avec Doudouce, qui porte bien mal son surnom avec elle. De toute façon, il n’est vu que comme une bonne copine et un grand professionnel qui pourrait peut-être refiler ses prochaines notes ou sa veste lors du prochain direct à Gelsenkirchen.

Roland-Garros : Sabre Lauclair

Il est issu de l’hippisme et de la pétanque et pourtant ses amis boulistes disent qu’il aime avant tout le sport. Dans l’exercice de ses fonctions, Daniel Lauclair parlerait donc de sport. Invérifiable : dans son tennis club, il côtoie des cuisiniers, un casse-couille qui jongle avec ses raquettes, des journaux du jour et Hanouna. Même Bernard Farcy vient l’écouter. Comment savoir si France 4 émet vraiment ? 

Si Dany se levait sur les coups de 7 h, il n’oublierait sans doute jamais de foutre une bonne trempe à sa femme, c’est pour les jours où il n’aurait pas de compliment à lui faire sur sa coiffure de merde ou son visage ridé, voire son corps déformé par les grossesses successives. Ce moment de tendresse, c’est juste avant de préparer sa revue de presse sur un coin de table pendant le petit déj’. Son stabylo orange traque les papiers les plus éloquents de la quinzaine, pour rendre hommage aux Français qui brillent. L’embarras du choix, ils sont déjà trois en huitièmes : « Tsonga à la trappe« . Jo-Wil ne devait pas encore être assez au fond du trou. 

Ensuite, direction la porte d’Auteuil, à cette heure là ses proies sont souvent à l’entraînement. Mais avant d’aller retrouver Chardy et Simon pour se demander si leur amitié resistera au duel, il fait sa rubrique bouffe. D’ailleurs, Dany ne demande pas, il affirme. Ou il rentre dedans, au choix. On appelle ça le  journalisme à la papa. Avant la neuvième binouze bien-sûr. Quand Dany rencontre le cuistot du jour, il le méprise à peine. « Alors, tu nous as pondu quoi aujourd’hui ? » Souvent il oublie le « connard » en fin de phrase. Ce n’est pas grave, il se rattrape entre entre le dos de foie gras poêlé et le caviar de volaille : « Allez, on enchaîne ! » Un « putain » n’aurait probablement pas été de trop. « Et on boit rien avec ça » ?

A la benne Mladen

Place au jeu ensuite et aux interviews intimistes dont il a le secret. Kristina Mladenovic va finir par le savoir : deux ans après un mot gentil pour saluer sa première participation, c’est le même sosie d’Henri Sannier au cheveu lisse qui s’est avancé vers elle pour lui demander comment elle s’était démerdée pour perdre alors qu’elle menait 5-3 dans la troisième manche. N’ayant pas de réponse et une bonne envie de pleurer, elle a tourné les talons. Dommage, Dany voulait lui demander sa recette pour devenir la plus mauvaise joueuse de tous les temps. Le court n°7 est décidément un sanctuaire puisque Mahut, quelques heures avant d’y perdre, avait dû promettre au micro de notre serviteur qu’il ne ferait pas chier les gens pendant onze heures cette fois.

N’allez pas croire que Lauclair n’aime personne, il fait juste son métier avec mesure : Clément et Robert ont eu droit à une hagiographie en règle, surtout après la branlée du deuxième tour. « Stéphane, en entrant sur le court vous avez eu la pression, que vous avez tenté d’évacuerJe vous laisse savourer le moment avec le public. » Quand on a marqué trois jeux, c’est sans doute la première chose qu’on a envie de faire. D’ailleurs, le public le lui rend bien, on entendait à peine les « Stéphane dégage, t’as rien foutu ! » 

Pendant ce temps-là, Montel n’est pas le seul à raviver les souvenirs de France 2 foot. Etre multisport, c’est un métier.

Médias, Canal + : Thomas tout rouge

Pour les fans de ballons ronds et de mouchoirs, le choc a été rude. Exit le sourire enjôleur, les épaules nues et les clins d’œil coquins de Nathalie Ianetta, fini de fantasmer sur la mini-jupe en cuir et les talons hauts d’Alessandra Bianchi ou sur les petites chemises du très gay friendly Javier Gomez. Le glamour c’est désormais réservé au samedi soir, quand Messaoud Benterki rend l’antenne. Le dimanche, place à l’humour.

C’était au printemps 2010 sur iTélé entre 7 et 9h, tout le monde voulait croire que Thomas plaisait à Amandine. Mais elle ne le regardait jamais, préférant peut-être rêver aux mimiques d’Olivier Galzi voire à Pierre Moscovici comme toutes les femmes. Tant qu’à manquer de charisme, autant avoir du pouvoir. Thomas Thouroude était si Praud que l’été venu il fut envoyé en Afrique du Sud. Lui seul serait suffisamment transparent pour passer inaperçu dans le bunker de Knysna. Mais soudain, au milieu du crachin et de la houle, le crapaud se fit prince. Chaque matin, l’aisance du direct, les écharpes bleutées, les vannes ajustées. C’était lui.

Gamelle Comedy Club

Rentrée 2010, des projecteurs Ikea, une table Conforama et voilà Thomas tout rouge, seul en piste pour nous faire oublier nos émois passés. Fais-nous rire, le comique ! Comme Tonton Closefield à l’heure de présenter son mémoire de fin de DUT Conseiller de clientèle Banque-Assurance, le jeune Thomas n’est pas prêt. Le ton est hésitant et les blagues vaseuses, malgré un costume de scène emprunté à Guy Bedos. Bien que deux tailles trop petites, ce dernier est malheureusement trop lourd à porter et, à mesure que l’émission avance, on se rend compte que le football italien n’avait d’intéressant que les glaviots dans la voix de sa figure de croupe. Pourtant, le jeune premier tente de divertir en offrant des « Pendant ce temps-là » clairement piqués au Vestiaire et les reportages du début sur les grands d’Espagne sont toujours aussi bien réalisés. Mais en réservant le meilleur pour le début, l’amateur de foot va forcément se coucher plus tôt.

Sabatier sort du placard

Pour relancer l’intérêt de son émission phare, les pontes de Cana + ont eu après quelques semaines l’idée de sortir de l’oubli Jean-Charles Sabatier. Le trublion teuton, qui sait combien il est difficile de faire rire, retrouve ainsi le programme duquel il avait été évincé suite à la nomination de sa femme comme présentatrice. C’est mieux même si pour le coup on aurait préféré sa femme, surtout que le petit Thomas a enfin pris confiance malgré le dédain affiché semaine après semaine par le boss et ancien présentateur Hervé Mathoux. Mais pas encore suffisant pour donner envie de suivre assidument le résumé de Catane-Cagliari ou Wolfsburg-Monchenglatbach. Prochaine idée pour sauver les meubles et relancer enfin l’intérêt de L’équipe du dimanche, remplacer la table Confo’ par une barre de Pole dance. Sauf si c’est Jean-Charles qui assure le spectacle.

Stade 2 : Le Glou des autres

Familles recomposées, c’est pas gagné : Chamoulaud le sait, expliquer que piquer dans la caisse ce n’est pas respectueux de la vie en communauté c’est aussi compliqué avec son beau-fils qu’avec Monfort.

Le public a disparu, les jingles criards aussi. Aujourd’hui, Stade 2, c’est du reportage, de l’image, moins de bling bling et davantage de Romera, président de la société des journalistes. Le coup de pinceau est avant tout moral : Nelson est toujours là. Mais il ne parle plus de ses riches amis nucléaires, juste des questions web, d’internautes et de Lille peut-il être champion de France. Quand on est un vrai patriarche, on manie le compliment aussi bien qu’on évite le coiffeur. Chamoulaud a tout compris, pour la paix des ménages un duplex avec Peyron en vacances au large de la Catalogne est parfois un compromis nécessaire. Godard et Boyon sont aussi au large, mais chaque chose en son temps.

Du Boyon plein les fouilles

Du reportage, ils en voulaient, ils en ont eu. Ouvrir sur Thomas Bouhail confirme la tendance que le public en plateau n’est plus le bienvenu. Stade 2 revient aux sources, 32 minutes d’interview rugby juste à attendre que Saint-André daigne enfin féliciter son frère, c’est le service minimum et peut-être qu’un jour les gens connaîtront même la ProD2. Lartaud a pu acquiescer, ça prouve qu’à 18 ans on peut avoir vu le LOU. Le fantôme de Salviac, lui, a versé une larme. L’absence de danseuses en string et la présence d’une enquête sur la communication des sportifs sur Internet, avec Chabal qui tente de faire une phrase, c’est remuer le pathos dans la plaie.

Au moins, Karembeu n’est plus là toutes les semaines. Insipide, finalement, c’est un compliment.

Contador : Le Mayo jaune

Notre consultant Thierry Bisounours revient du Tour Down Under avec un autographe d’Armstrong.

Alberto Contador est suspendu un an ?

Oui, et c’est le minimum quand on joue au con ! On ne la fait pas à Dennis McQuaid. Mais a-t-il déjà fait un bon film ?

Il y a quand même eu « L’étoffe des héros » et « Pas de vacances pour les Blues ».  Vous ne confondez pas Pat McQuaid et Dennis Quaid par hasard ?

C’est nouveau ça, vous soulignez les vannes ?

Ça dépend qui écrit.  Et la série 24 ? Ah non, c’est Sutherland. Vous paraissiez moins énervé quand, pendant 4 ans, vous léchiez le cul de  l’Espagnol dans les cols. Hypocrite ?

Vous voulez dire hématocrite ? Mais bouffer de la viande avariée pendant le Tour, c’est pas très pro quand même. Regardez mon pote Stéphane Goubert il a eu beau s’enfiler 1.234 kg d’andouillette pourrie sur le Tour 2005 , on a rien retrouvé dans ses veines, on n’a même pas retrouvé ses veines d’ailleurs.

Non, effectivement. Contador a menacé d’arrêter sa carrière. Que cela vous inspire-t-il ?

Je suis très peiné pour Bjarne Riis, qui est un type bien.

Peut-être. Qu’auriez-vous à dire à Christian Prudhomme ?

Félicitations !

Pardon ?

Il mérite sa promotion. Comme le dit Bilou, mon patron, j’ai hâte de savoir quel sera le premier vainqueur de Tour sous sa direction. Il était journaliste avant vous savez ?

Qui, Bilou ou Prudhomme ?

Elle est pas mal celle-là.

Et vous ?

Moi non.

Mais vous n’êtes pas non plus une balance ?

Non, je suis scorpion.

Ascendant ?

Il veut pas que je parle de lui. Tu veux pas le numéro de ma sœur non plus enfoiré ?

Passons. D’après vous, le Tour 2011, sans Contador et Armstrong, risque de perdre son intérêt ou c’est le début du renouveau ?

(Il s’étouffe d’un rire strident avant même la deuxième phrase et envoie deux claques à la serveuse du bar) Pfff, vous les journalistes, on voit bien que vous ne connaissez rien au vélo. Avec Sastre, Basso et le retour de Ricco, il y a du monde au paravent.

Et les frères Schleck ?

Ah oui, je les aime bien aussi. Ils sont Luxembourgeois vous savez ?

Les Français ?

Non, les Luxembourgeois j’ai dit.

Merci.

Tour de France : Schleck vacances

Notre consultant Thierry Bisounours ne sera pas reçu à l’Elysée. Pourtant, son collègue J.R. a bien sucé comme il faut. Il fait quand même avec vous le bilan du Tour, pour la dernière fois de la saison.

Cancellara qui met cinq minutes à tout le monde, ça fait plaisir ?

Oui, oui, il est le plus fort et on se demande même comment il fait pour l’être autant en fin de Tour.

Il y avait du vent…

Il a eu moins d’effort à faire en montagne que les autres. C’est pas comme si il appartenait à l’équipe d’un leader.

Et on peut rouler à 51 km/h de moyenne sans problème sur 50 km…

Et il est au-dessus de tout soupçon.

Oui, oui. Et sinon, impressionnant Schleck aujourd’hui, il a pris à peine plus de deux minutes par Menchov…

Evidemment, c’est pas Contador qui a fait un Tour de merde et qui aurait pu craquer à chaque étape. C’est donc surtout Schleck qui était phénoménal. Du coup, son maillot jaune est loin d’être scandaleux.

Mais il n’a pas le maillot jaune…

Ah ok, j’étais persuadé qu’avec son plan, il avait fini par triompher. Je suis un crétin alors et Schleck un grand champion. Il a battu Contador avec combien de retard ?

31 secondes. Il finit 44e, c’est pas mal pour le contre la montre d’une vie…

Derrière Moinard alors, c’est donc même un exploit, comme on dit dans le jargon. Et Contador qui finit aussi à cinq minutes. Quel champion, ce Schleck, on l’attendait pas à ce niveau. Si ça continue, il peut faire deuxième un bon bout de temps.

On n’attendait pas les Français non plus à pareille fête sur le Tour. Enfin la fin du cyclisme à deux vitesses ?

Vous savez, comme dit Bilou, mon patron : « C’est après la foire qu’on compte les boeufs, même s’ils sont aux hormones. » Il a raison c’est plutôt encourageant. En 2009, ils étaient cinq dans les vingt premiers. Cette année, ils sont un et sont tous dix-neuvièmes. Enfin.

Questions interdites, Roland-Garros : Hanouna est-il le meilleur ?

pokerh

Le retour de Roland-Garros, c’est aussi la consécration d’un comédien fantasque, devenu l’indétronable Roi du show-business.

Indétronable est bien le mot, tant ses échecs répétés aux commandes des plus grosses merdes de la télé n’ont pas eu raison de sa carrière. Immortel disent les uns, naze disent les autres. Cyril s’en fout, à bientôt 36 ans il ne cesse de grandir et prend toujours plus de place dans le paysage audiovisuel et ailleurs. Capable, simultanément, de présenter trois programmes télé, d’animer une quotidienne radio, de gérer une ou plusieurs sociétés de production, de courir les exhibitions de poker, les invitations plateau et les soirées privées des chaînes de télévision ou même d’apparaître en perruque dans des sitcom de chaînes TNT, c’est un surdoué.

Doit-on forcément y voir un ami fidèle, un amoureux fou des médias en représentation permanente ou juste un adorable passionné de pognon ? Car quoi de commun entre des sketches sur Comédie, des happenings radio avec Arthur, des lancements de magnéto sur le Grand Bêtisier, les commentaires de l’Eurovision, la présentation de la Porte ouverte à toutes les fenêtres, de Fa Si La Chanter, Tous au club – supprimés faute d’audience -, des chroniques dans Qu’est-ce qui se passe quand – supprimé faute d’audience -, la couverture de Poker Vip ou le tournoi de Poker de Deauville ?

Rien à brelan

21 janvier 2010, Level 4- Blinds 150/300. Il reste alors 393 joueurs sur 427, autant dire tout le monde. C’est le moment que choisit Cyril Hanouna en position UTG pour relancer à 3.000. Tout le monde passe, jusqu’au joueur au cut-off (gros stack) qui reraise à 15 K au total (soit le de Cyril Hanouna). Hanouna fait le et les retournent leurs jeux : il n’a qu’un as et un roi, les règle ne permettent toujours pas à cette combinaison de battre une paire, même une paire de 9.

« Cyril Hanouna est donc éliminé de cet de Deauville 2010. Il se lève et salue toute la table avant de quitter l’aire de jeu ». Dès fois qu’il les recroiserait.

Tati et Daniel

Tout cela n’est évidemment que la traduction de son indécrottable sens du spectacle. Il n’est pas très drôle, pas grave, on a arrêté le Morning Live. Il n’est pas très bon dans les plats réchauffés, pas grave, on a arrêté Fa Si La et La porte ouverte. Il n’est pas très bon animateur, pas grave, on lui confiera des lancements de magnéto. Il plante toutes les émissions qu’il présente, pas grave, il tentera un come back sur Direct 8 en 2006. Il n’est pas très télégénique, pas grave, on lui filera l’Eurovision.

Il a une connaissance encyclopédique du tennis, pas grave, il peut bien animer Roland Garros en recyclant ses vieilles vannes. Appeler Lauclair Dany le Rouge pendant qu’il présente des journaux, inviter Stephane Freiss dès le premier jour sous les yeux déboutonnés de Golovin : il ne recule devant rien. Et si Monfort le déteste autant, c’est bien qu’il représente un danger. Le public massif, pour une fois, n’aura jamais entendu parler de lui, l’occasion de s’acheter une conduite comme disait la CPE du collège. Mais pour une fois qu’un animateur connaît son sport, faut-il le lui reprocher ? Et puis c’est encore là qu’il est le meilleur. Et si on lui confiait une vraie émission de bande maintenant qu’il a fait ses preuves ?

Loïc de Kergret : « J’sais pas jouer »

Un mandat d’arrêt international a été lancé contre le spécialiste foot du Vestiaire, en fuite, alors qu’il l’avait dit. C’est donc l’heure du volley-ball.


Le plus Jamaïcain des Bretons tourangeaux analyse pour nous les enjeux des play-offs de Ligue A. De quel sport espagnol peut-il donc bien s’agir ?

LE VESTIAIRE : Loïc, vous êtes assuré de terminer la saison régulière à la première place. Voit-on enfin cette année le Tours du renouveau ?
LOIC DE KERGRET : (Il redresse son bonnet rasta et prend bien le temps d’articuler) Tu sais moi le vélo, man, j’en fais que l’été à l’île de Ré, ça aide le développement du râble. Tout ce que je sais à part ça, c’est que je peux pas garer ma Méhari avenue de Grammont quand y’a le Paris-Tours.

On a tout de même l’impression que les choses changent au TVB…
(Sur le même rythme) Bah pas vraiment, man. On joue toujours dans un gymnase des années 50, au milieu d’un quartier pourri, et personne ne sait à quoi sert Pascal Foussard depuis tout ce temps.

Votre discipline souffre-t-elle d’un manque de reconnaissance médiatique ?
(Il baille et se caresse les dreads) Ecoute, man, c’est pas parce que Le Vestiaire a écrit un seul papier en trois ans qu’on parle jamais de volley dans les médias. J’ai quand même eu un reportage dans Tout Le Sport en 2001 et faut voir le nombre d’étudiants en journalisme qui viennent à nos matches le samedi.

Que manque-t-il au volley français pour faire son trou ?
Une pelle. Et 250 millions d’euros.

Les moyens financiers sont-ils aujourd’hui insuffisants en France ?
C’est sûr, man. Tu crois que je serais allé me les geler deux ans en Russie si on était assez payé ici ? Ma particule, c’est du vent. J’arrivais plus à nourrir ma famille de furets, c’était la seule solution. Heureusement, j’ai pu rentrer en France en revendant les maillots des potes. (Il s’endort)

Putain, tu crois qu’on n’a que ça à foutre de parler volley ? Et ce look rasta, ça rime à quoi à 40 piges ?
Cool, man. C’est une philosophie de la vie. Le secret de ma longévité durable. Je mets toujours un peu de reggae dans le vestiaire avant les matches. Eric (N’Gapeth, l’entraîneur du TVB) aime bien, ça lui rappelle le Cameroun.

Propos (presque) recueillis par Roger Secrétain

L’Edito : Un Trinh d’enfer

rug

Thierry Henry a transfiguré le Barça, qui a infligé une correction à Valence pour préparer Stuttgart. Les matches amicaux sont là pour ça, sinon Hanescu n’aurait pas pris un set à Federer.

Alain Penaud a encore des doutes. Il a tort, la Roumanie a été balayée hier par l’Italie en match amical. De bon augure pour  les Bleus à l’approche du Mondial. Le match piège a été évité de justesse, Alain Penaud, toujours lui, appelle ça de la modestie mal placée, l’art de l’euphémisme.

Laurent Blanc préfère parler d’un point qui fait plaisir pris à Monaco, personne n’est choqué. Ça permet au moins à Lyon, Marseille, Montpellier et Auxerre d’être contents de leur résultat eux aussi. Et puis qui a dit que l’équipe-type de Bordeaux était toujours invaincue ? Sané, Cavé, Bellion, Jussiê, Gourcuff ont vérifié, ils ont tous perdu un match. L’Olympiakos aussi apparemment.

La quête du  Greul

Higuain, inspiré ce week-end, l’était encore plus en début de semaine dernière : « C’est sans aucun doute un match vital pour nous. Encore plus quand on sait que la finale se jouera sur notre terrain. Mais nous avons l’équipe qu’il faut pour remonter. Nous sommes dans une bonne période, après une remontée en Liga contre une grosse équipe. » Du coup, est-ce un euphémisme de dire que le Calcio, la Liga et la L1 sont des championnats de merde ? Arsène Wenger et Alex Ferguson ont demandé leur visa mais pas de panique, ils y évolueront plus vite qu’ils ne le croient.

Et cela, même si 100% foot existe encore, ce qui rend nostalgique l’équipe du Vestiaire, qui regrette subitement Thierry Clopeau et son France 2 Foot, voire Christophe Pacaud et son Direct Sport. Direct 8, qui a aussi eu l’idée de diffuser les mondiaux d’athlé en salle. Rassurez-vous, Le Vestiaire avait évidemment annoncé en 2008 déjà, sans jamais en douter depuis,  l’eclosion de Tamgho à ce niveau. Mais alors que signifie la phrase « Il ne sera jamais en or dans un championnat planétaire ? » Camara se demande si indoor ça veut dire planétaire.

Pour l’annonce de la saison de merde de Monfils qui perdrait contre tout ce que l’ATP compte de tocards, en revanche c’était une erreur : Simon Greul a aussi battu Gasquet au premier tour.

Comme face à Villareal, Valladolid et compagnie, Higuain est inarrêtable : « J’ai eu l’occasion de vivre de grandes soirées ici mais pas encore en Ligue des champions c’est vrai. J’espère que ce sera la première d’une longue série. » C’était mardi dernier.

Pascal Praud, la crucifixion du coq empâté

C’était le 25 août 2007, Le Vestiaire condamnait Pascal Praud à un avenir jauni, loin de l’argent qui corrompt dans les couloirs du quai du Point du Jour. Kita reconnaître ses erreurs, il avait tort.

praud.jpg

Il nous manquait presque. Pascal Praud, jadis figure emblématique des terrains de Champion’s League, souffre-douleur de Roland et Larqué lors des France-Azerbaïdjan, a retrouvé du boulot, au sein de son club de coeur, le FCNA. Il sera journaliste.

Il l’attendait, sa bouée de sauvetage. Placardé à LCI, membre récurrent d’On refait le match, Pascal Praud ne fait plus vraiment partie du PAF. Alors, un rôle en pleine lumière, il n’a pas traîné pour le saisir. Waldemar Kita, le tout frais acheteur franco-polonais du FCNA, lui a tendu la main : « Il a un savoir-faire du bien communiquer. Il aura donc la charge de ce secteur. Pour moi, Pascal sera un guide important. En revanche, dans le domaine sportif, il n’est pas censé avoir voix au chapitre. » Kita a dû écouter les analyses « praudiennes » de supporter chauvin des Canaris qu’il a toujours été. Ainsi déclarait-il en octobre 2006 sur son blog : « Le club est lanterne rouge du championnat ! L’équipe d’Henri Michel, de Maxime Bossis, de Jean-Claude Suaudeau (qui ne manquait jamais de le bâcher, Ndlr) et de tant d’autres ! Ils assassinent notre jeunesse ! Ces ersatz de joueurs, ces faux dirigeants. Les imposteurs ! » Pascal Praud parlant d’imposture, c’est Vincent Hardy qui doit se retourner dans sa tombe.

Du travail de Praud

Quoi qu’il en soit, l’objectivité légendaire de Praud, sa connaissance fine des sujets l’ont conduit… à la com’ du FC Nantes, chargé de la bonne image du club. Lui qui a toujours rêvé de comprendre quelque chose au football nantais pénètre la Jonelière par une porte dérobée. Gravelaine, pour sa pige d’un mois avec Dayan, a pris 115.000 euros. La porte de derrière est un alcôve pour dames.

D’ailleurs, lors du Nantes-Brest d’hier soir, comme de Nantes-Clermont, Pascal a pris place dans la fameuse tribune présidentielle. Une fois la mi-temps venue, il a sauté d’un pas svelte la barrière entre la tribune officielle et celle de presse, située juste au-dessus. Histoire d’aller saluer ses anciens compagnons de la presse provinciale, qui le détestent en grande majorité, ce qui n’empêche pas les sourires et les blagues bien senties autour de la tireuse à bière.

Un costume gris, une longue crinière poivre et sel, Pascal Praud est de retour et n’a plus peur de rien. Il est loin le temps où le pauvre Pascal se faisait casser la gueule par Tapie en pleine rue Marbeuf dans le VIIIe (deux jours d’ITT, bien sûr).

Il affiche même comme un oriflamme ce petit air supérieur qu’il n’avait jamais pu arborer à cause des moqueries sur son cheveu sur la langue, traînées depuis ses années de collège à Saint-Stan’. Le retour du lustre d’antan du FCNA ne fait aucun doute. Enfin, si, il subsiste un souci : le nouveau publicitaire du club huit fois champion de France, ce Nantais de souche n’en à rien à branler de sa ville. « Tous les liens qui me rattachaient à la ville se sont distendus. Seule la nostalgie me ramène sur les bords de Loire. J’aime Paris et Nantes ne me manque plus. » Sa prose est aussi vendeuse que les articles de son blog, truffés de fautes. Toujours aussi Praud, ce Pascal.

Comment a-t-on fait pour en arriver là ? C’était le 2 juin 2009, Requiem for a crime.

Elie Baup a longtemps cru que Bekamenga réussirait un contrôle. En lisant le classement chaque matin, il n’a jamais vraiment fait attention au fait que Grenoble était devant au classement. Il a réalisé trop tard, le jour où Da Rocha était désigné meilleur joueur du siècle par les supporters. Ont-ils oublié la première mi-temps de Nantes-PSG 2001 ?

23e journée, Nantes-Paris (1-4) : La puissance offensive du grand Paris n’a pas d’équivalent. Hoarau n’est pas là, mais Sessegnon est trop décisif, Giuly trop jeune et Luyindula trop international. Nantes plie mais ne cède que quatre fois. Makélélé trouve que N’Daw rame. Une défaite encourageante. Prometteur.

24e journée, Valenciennes-Nantes (1-1) : Après une demi-saison difficile, le grand Valenciennes est de retour. Kombouaré s’est souvenu que PSG-Real ne s’était pas déroulé dans son garage étant gamin, il convainc Schmitz qu’un défenseur peut marquer même contre Nantes. Mais Klasnic marque un but d’avant-centre, c’est donc arrivé. Un nul interessant. Prometteur.

25e journée, Nantes-Caen (1-1) : Deroin n’est pas pour rien le meilleur joueur du championnat. Avec l’aide de Savidan, futur meilleur buteur du Mondial 2010, le grand Caen fait souffrir Nantes. Heureusement, Bekamenga rôde. Un nul interessant. Prometteur.

26e journée, Nantes-Grenoble (1-1) : Match au sommet à la Beaujoire. Sous les yeux de quelques émissaires de Ligue 2 qui le découvrent, Klasnic trouve l’ouverture, c’est donc arrivé. Malheureusement, les coups de butoir du redoutable avant-centre Sandy Paillot, permettent à Grenoble, et son attaque qui titille Gignac au classement des buteurs, d’arracher un point. Les grandes équipes ne meurent jamais. Un nul intéressant. Prometteur.

27e journée, Saint-Etienne-Nantes (2-1) : Face à un habitué des coupes d’Europe, Nantes se préserve pour le match retour. 2-1, ça laisse une chance. Une défaite encourageante. Prometteur.

28e journée, Nantes-Lorient (1-1) : Le grand Lorient n’est pas surnommé pour rien le Barça français. Faute de rivaliser, Nantes est réaliste et Alonzo préserve le 1-1 en stoppant un penalty. Un nul intéressant. Prometteur.

29e journée, Marseille-Nantes (2-0) : Le grand Nantes est de retour en tenant en échec Marseille à la mi-temps (0-0). Mais la défense craque en quatre minutes face au duo Civelli-Brandao qui doit bien réussir parfois des contrôles . Hors coups de pied arrêtés, les Nantais n’ont concédé que 10 occasions. Une défaite encourageante. Prometteur.

30e journée, Nantes-Lille (0-2) : Le grand Lille, emmené par Bastos qui commence son passage à vide, n’ouvre le score qu’à la 45e minute. La malchance s’en mêle : c’est Pierre qui se retrouve devant Hazard en pleine surface. Ca n’arrivera pas à chaque fois, son collègue Poulard a retenu la leçon. Une défaite encourageante. Prometteur.

31e journée, Toulouse-Nantes (1-0) : Nantes domine outrageusement le match et se procure pas moins de 2 occasions. Malheureusement, le grand Toulouse peut compter sur Gignac. Une défaite encourageante. Prometteur.

32e journée , Nantes-Nice (2-0) : Nantes retrouve son jeu. Bekamenga et Bagayoko marquent déjà leur quatrième but de la saison. Gignac n’est plus très loin. Quoi qu’il en soit, le grand Nice et Bamogo sont vaincus. Une victoire de prestige. Prometteur.

33e journée, Nancy-Nantes (2-0) : Que faire face au grand Nancy 28ème attaque du championnat ? Inspirés par Correa, les Nancéens sont irrésistibles. Nantes n’a rien à se reprocher face au 4e de la saison passée. Une défaite encourageante. Prometteur.

34e journée, Nantes-Le Havre (1-2) : En ouvrant le score, Nantes pensait bien tenir son exploit. Mais le grand Le Havre égalise par Diallo. Les supporters savaient que l’ancien Nantais finirait par jouer les premiers rôles. Puis Marange se défait de six joueurs et pétrifie la Beaujoire. Petit Diego pour les uns, nouveau Messi pour les autres. Le talent des grands joueurs, le froid réalisme des gros. Il reste quatre journées, la 17e place est à portée. Une défaite encourageante. Prometteur.

35e journée, Lyon-Nantes (3-0) : Le cauchemar. Face au petit Poucet du championnat qui reste sur 4 matchs sans victoire et une défaite devant l’ogre valenciennois, les Nantais ne sont pas concentrés. Complexe de supériorité ou pression du favori ? Personne ne le saura, Pascal Praud prépare un cantique pour l’oraison. Une défaite encourageante. Prometteur.

36e journée, Nantes-Rennes (1-1) : Face au grand Rennes gonflé à bloc, à seulement 14 points du titre, Nantes fait plus que jeu égal. Bagayoko ouvre le score, mais Sow égalise. La malchance s’en mêle, Poulard se retrouve au marquage en pleine surface. Un nul intéressant. Prometteur.

37e journée, Sochaux-Nantes (2-1) : Le grand Sochaux, sauvé à la 38ème journée était imbattable. Efficace, rapide, le jeu léché des Doubistes leur donnent deux buts d’avance. Nantes réagi en champion mais Capoue ne peut égaliser. Il suffira de battre Auxerre de 20 buts. Prometteur.

Hélas, Auxerre, même privé de Cocard, Diomède et Marlet, sa recrue du Red Star, résistera jusqu’à la dernière seconde. Orgueilleux, Bagayoko donne la victoire à Nantes pendant que les supporters démontent le stade. Et dire qu’au soir de la deuxième journée, Nantes était sauvé, confortablement installé à la 17ème place. Qu’a-t-il bien pu se passer ?

Aux dernières nouvelles, Pascal n’aurait pas eu d’enfant supplémentaire cette semaine, Thierry Roland peut reprendre son souffle.

Les placards du Vestiaire : Josse bassine, l’empoisonnement

Le Vestiaire reprend aujourd’hui sa longue série consacrée aux commentateurs sportifs. Dans ce volet, le ski alpin n’aurait jamais dû avoir sa place. Et pourtant.

Charles Bietry voulait l’adopter, pas Bernard Thévenet. En découvrant « son » Jour de Foot 2008-2009, Pépé Charly a classé les papiers dans la garage. Certes, Canal+ n’avait pas les moyens de conserver Alexandre Ruiz et ses « informations de la soirée ». Ouvrir après une virgule de pub sur Cassis-Carnoux : Bompard éprouverait déjà des regrets, si le rendez-vous d’avant porno de la concurrence n’était pas si rassérénant.

Itinéraire d’un enfant gâteux

Christophe Josse, c’était prometteur. L’IUT de Bordeaux et Edith Remond lui avaient offert ses lettres de noblesse dans le journalisme, celles que lui auraient sans doute refusé Robert Escarpit, sa fille, même s’il était devenu sous commandant, voire sa petite fille. Canal+ lui donna ensuite la chance de devenir Thierry Gilardi, il s’y attela jour et nuit, mais eut la bonne idée de partir sur France Télé quand Gilardi préféra TF1. Josse récupéra alors deux-trois matches de Coupe de la Ligue et fréquenta Patrick Knaaf quand Gilardi se contentait de Téléfoot, la Coupe du monde, Charles Villeneuve dans un restaurant de la rue François 1er et le Domenech Show. Mauvaise pioche. Pourtant, mathématiquement, Josse avait une nouvelle occasion de devenir M. Foot (pas le salaud, l’autre). En 2004, lorsqu’il rejoint le groupe TF1, le landerneau bruisse de la fin prochaine de Thierry Roland. Josse est l’heureux élu. Sauf qu’une fois dans les locaux de Boulogne-Billancourt, il dort dans un placard dont il n’a même pas la clé. Il ne veut jamais porter ses lunettes à l’antenne, il aurait peut-être dû, TF1 c’était TPS. Mauvaise pioche.

Entre temps, il avait occupé le fauteuil le plus médiatique, celui du Tour de France. Une idée séduisante sur le papier, mais le vélo c’est pas du foot. Adam n’y connaît rien, mais c’est un passionné, pas Josse. Après tant d’efforts pour devenir quelqu’un, il passe sur la TNT et la fidélité paye enfin, il est repris par Canal.

Mathoux va bien

Grâce à Josse, la chaîne cryptée fait le pari d’une présentation dynamique. Sa voix ferait vibrer une assistance au séminaire jésuite. Il le savait : un an sur M6 pour commenter la coupe Intertoto au Vélodrome avec Delpérier, ça lui a suffisamment coûté. Son truc, c’est le vrai rythme, celui des grands talk, quand l’animateur s’efface au profit des invités. Mathoux n’avait pas dit qu’il les gardait tous, ni qu’il y placerait ses maîtresses. Il ne lui avait pas dit non plus qu’à partir de septembre, Jour de Téléfoot ce serait le dimanche. Mathoux, il fait ce qu’il veut, c’est le maître de la portée, malgré ses années Marianne Mako.

Du coup, Josse est seul le samedi, avec son oreillette, et même pas dans un motel miteux. Un incident, un résumé qui ne part pas et l’animateur fait parler sa science du direct. Les déraillements vocaux, les rires nerveux, les bafouillements font leur effet. Ruquier n’en est que plus heureux. Josse peut-être aussi, qui sait : ça lui rappelle Salt Lake City. Seuls les intimes se souviennent de l’épopée Montillet-Vidal.

Lionel Rosso n’avait rien contre lui, du temps des directs de L1. Mais piétiner ses plates bandes, c’en était trop : il a pris son coton et s’est barré chez Loto.