Tennis, la légende : Michael Stich large, sans alcool

michaelstich.jpg

Il n'aimait pas l'Australie. Les kangourous, le surf, l'opéra de Sydney c'était pas son truc. L'open de Melbourne encore moins. Son bilan parle de lui-même, en seulement deux participations il a fait 1/16ème et 1er Tour. Stich, c'était l'allemand de service. Brun, l'air un peu simplet moins bon que Becker mais meilleur que Goellner. C'était un peu le Cedric Pioline du riche. Comme notre français à l'air constipé il a fait finale à Wimbledon et US Open. A la différence du chevelu, il a gagné Wimbledon et il a franchi le dernier carré à Roland Garros avant de se faire mitrailler par Yevgueni Kalachnikov en 96. Pioline fut d'ailleurs le dernier joueur à l'avoir battu en demi finale à Wimbledon en 97.

Becker se tapait-il sa femme ? En tout cas leur relation fut très tumultueuse, comme le sont souvent les rapports entre deux grands joueurs d'un même pays. Agassi et Courier, Agassi et Sampras, Edberg et Enqvist, Pioline et Golmard, Patience et Mutis, Loth et Chamoulaud. Le haut fut leur victoire en double aux JO de 92. Le bas fut leur défaite en Coupe Davis en demi finale en 95.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *