La légende d’Oncle Benz : L’antecristiano

mad

Les centaines de messages reçus sur equipe.vestiaire@yahoo.fr depuis deux semaines sur les performances du Gronaldo madrilène nous conduisent aujourd’hui à vous conter match après match l’agonie du meilleur joueur du monde, selon notre spécialiste. Ce sont donc un peu aussi les dernières heures du Vestiaire.

Cela fait maintenant près de 3 ans que le Vestiaire vous a présenté Karim Benzema, avant même qu’il ne marque le but du siècle contre Manchester, avant même qu’il ne plante 43 buts en 81 titularisations en Ligue 1. Futur Ballon d’or avait dit notre spécialiste, qui avait annoncé 6 mois avant la signature, son départ des jupons d’Aulas. Un départ soutenu à coups de « c’est le meilleur, il est prêt ».

Depuis, il est le meilleur passeur du Real, il a été décisif contre le Milan AC et un peu en Liga, mais au pays où il faut marquer à chaque match, il ne convainc pas. Faut-il se contenter d’un joueur vif qui crée des solutions en attendant qu’il joue 20 minutes en Ligue des Champions ? Ou faut-il qu’il redevienne Lyonnais au moins au compteur buts ?

La réalité est là, au-delà de ses problèmes d’adaptation dont tout le monde se fout, le seul reproche qui lui est fait c’est qu’il ne marque pas ou pas assez, alors que même un nul comme Higuain cartonne. Mais Benzema est parfaitement au niveau, sinon Granero et Raul rentreraient en priorité. Ne pas avoir de talent, c’est bien le seul reproche qui ne lui a jamais été fait. Et si la déception est forte, c’est donc uniquement parce que tout le monde sait que c’est juste qu’il ne se bouge pas le cul.

Kopa comme cochon

Sa seule erreur a été de ne pas prendre en compte la culture boulard du club. A Madrid il n’y a a jamais eu d’équipe, juste des mecs sympas et hyper altruistes. En tout cas, pas des gros fumiers qui pensaient uniquement à leur gueule. Depuis Gento, Kopa, Di Stefano, Puskas, en passant par Zamorano, Michel, Butragueno, Prosinecki, jusqu’à évidemment Zidane et consorts. Benzema est donc parfaitement à sa place mais il a oublié qu’un boulard sans preuve ne compte pas au milieu des autres. Ce soir, il a une occasion inespérée de pouvoir se donner des raisons de se la raconter.

L’autre problème, c’est son poste. Quelle est la vraie place de Benzema ? Il a construit son boulard sur ses buts dans l’axe, hors à Madrid ils sont cinq à jouer au même endroit, c’est le problème des grands clubs. Du coup il est devenu un ailier par la force des choses mais continue à se considérer comme un axial. Les compositions de Pellegrini aussi, mais Pellegrini sait-il qu’un terrain ne fait pas que 10m de large ?

L’attitude de Benzema est donc en décalage avec son jeu. C’est Ronaldo avec le talent d’un 10, car il a trop de talent puisqu’il sait tout faire. CR était ailier mais a voulu devenir buteur, Zidane a fait des passes, Higuain n’a pas vraiment eu le choix, Kaka marque, Ribery a choisi le côté gauche, même Ronnie à une lointaine époque. Benzema doit arrêter de décrocher, sa place est axiale, il doit y rester. C’est un syndrôme que seul un joueur a vaincu, pour la bonne raison qu’il fait partie des deux meilleurs joueurs de ces 20 dernières années et qu’il a fait le ménage : Thierry Henry. Ca n’interdit donc ni le talent, ni le boulard, ni même Arsenal.

Depor-Real, ce n’est donc pas qu’un choc de merde de la Liga pour un Real amoindri par le boulard de CR9. Manchester et Lyon auront sûrement un recruteur dans les tribunes, pourvu que Fenerbahce n’y ait pas pensé.

Melbourne, Tsonga : Coulaines the gang

double

Voici l’histoire du meilleur tennisman français de sa génération. Dommage qu’il joue aussi mal au tennis.

« Ce n’est pas que Jo fasse un mauvais match. » Allez comprendre, Guy Forget n’est pas seulement consultant sur Canal, il est aussi capitaine de Coupe Davis. 27 fautes directes en à peine une heure et demie pour 21 coups gagnants, 56% de premières balles, 5 double fautes, 13/25 au filet, Djokovic aurait dû avoir une sacrée courante pour passer à la trappe ce matin. Guy a raison, Federer est intouchable mais ce ne sera jamais une raison valable pour envoyer tous ses revers dans le bas du filet en accusant sa nouvelle Babolat du regard. N’allez pas croire que Jo est un mauvais joueur de tennis, mais surtout n’allez pas croire non plus que c’en est un bon. Zero balle de break à négocier, c’est donc à la force du service que Tsonga a évité de devenir un grand Champion. Karlovic, lui, arrive toujours à décrocher un tie break mais ça on vous l’a déjà reconté.

Novak Djokolique

Pourtant Djokovic, deux jours plus tôt, s’était déguisé en Nadal, celui d’il y a 2 jours et celui  d’il y a deux ans. On ne vous dira pas lesquels ont la meilleure technique raquette en mains. Tsonga aime l’odeur du sang, Djokovic est hémophile, ça fait 5-2 dans leurs confrontations. Il sait repérer quand un joueur n’est pas au top, il va même jusqu’à le pousser au cinquième set. Les enfants sont parfois cruels.

En 2008, Nadal pensait lui coller une branlée et n’avait pas prévu le service volée. Jo est comme ça, il peut se mettre à tenter n’importe quoi pour gagner, même ce qu’il ne fait jamais. Et plus il pousse un bon adversaire longtemps, plus il aime les points importants, sa nationalité française pourrait donc lui être retirée prochainement. Dire que s’il avait simplement le coup droit de Monfils, il aurait sûrement déjà gagné un grand Chelem. Même le revers de Simon pourrait suffire.

Attention, pas de méprise, le mental n’a rien à voir avec les performances et c’est d’ailleurs un hasard si depuis Wimbledon 2007, il est le plus régulier en Grand Chelem : trois 3es tours, trois 8es, un quart, une finale et maintenant une demi. Federer aurait pu être surpris par le service volée aussi aussi, mais on l’a déjà dit Jo n’a pas vraiment l’habitude de le faire. Et faire durer pour faire durer, ça ne fait plaisir qu’à Davydenko. Les jumelles avaient sûrement des fuites à moins que ça ne soit la maman.

Le brushing impeccable, Jim Courier trouve toujours Federer sympa, mais ce qu’il dit est parfois étrange. « Le physique c’est pas du travail c’est du talent. » Jamais arrogant, il aurait pu dire aussi : « En finale, ça risque d’être plus accroché, mais si ça se trouve je vais lui mettre 1, 1 et 1 en une heure parce qu’Andy c’est une merde. » Mais pris de modestie il a préféré ajouter : « Murray sera content de gagner le 1er Grand Chelem pour l’Angleterre depuis 150 ans. » Ça en fait combien pour Murray ? Et pour Federer ?

Le roman du Bordeaux Blanc : Henrique iglesias

Ecuss

« 88e minute. Le Mans finit plus fort mais les Girondins résistent avec un Henrique très présent. » Un technicien cévenol n’a pas de limite.

12 buts en 4 matches, le nouveau Lille est peut-être né. Pour le savoir, il faudra attendre la fin des matches de Coupe de la Ligue, ça ne sera pas avant la mi-mars. Grenoble, Ajaccio et cette fois Le Mans, les équipes de Ligue 2 ont le vent en poupe en ce moment. Attention, Boulogne arrive.
Bordeaux amitieux, Bordeaux insatiable, Bordeaux veut tout gagner, Bordeaux le Barça français, le Vestiaire n’en parlait pas dès la fin du mois d’Août.

L’équipe.fr et Arnaud Cormier avaient raison, c’est donc au complet et avec l’équipe type que Bordeaux s’est présenté au Mans. Ramé, Jussie, Sané, Gouffran, ça fait donc quatre nouveaux titulaires indiscutables, l’effet Ajaccio certainement. Cavenaghi ne comprendrait pas son absence si Blanc n’avait pas parlé de lui en des termes si élogieux en début de semaine. « C’est un buteur-né et quand il ne marque pas, il est malheureux et nous aussi. » Avec le triplé d’Ajaccio, ça fait donc 5 en 14 matches, il y a aussi des prématurés chez les buteurs nés. Benzema a donc bien largement sa place.

Ayrton Sané

Sané, lui, c’est plutôt l’inverse. Blanc ne manque jamais de préciser à ses adversaires de Ligue des Champions que son grand défenseur jouait en DH il y a encore deux ans. Le Tallec qui dribble toute la défense, Bordeaux qui encaisse un but sur penalty, il était bien là avec Ciani et ça a fait 2-2 à la mi-temps. « Le Mans a eu la bonne idée de marquer, ça nous a réveillés. » Ca faisait une bonne raison pour Blanc de dire merci et bon match à Arnaud Cormier à la fin du match. C’est lequel Cormier ? « Je leur ai alors dit qu’on allait se procurer d’autres occasions et qu’on allait savoir si on passait en arrêtant de faire des cadeaux. » Blanc a tellement senti le danger qu’il a rentré Henrique et sorti non pas Sané qui joue au même poste, mais Alou Diarra. Le choix entre Sané et Henrique avait été difficile, une mi-temps avec les deux ne peut pas faire de mal. Sané est passé au milieu, Bordeaux est passé en quarts. Le Mans n’a aucun souci à se faire, c’était l’équipe type championne de France. Ça fait plaisir à l’entraîneur, pourquoi les joueurs le surnomment-ils Gasset à tout bout de champ ?

Blanc s’en fout, il n’est pas si souvent que ça à Bordeaux, un week-end sur deux à tout casser. Et ses fils assurent l’intérim, comme celui qui joue latéral droit avec des cheveux roux : « Vous savez, plus on sera qualifié partout, plus il y aura de temps de jeu pour tout le monde. » Cavenaghi va finir par en avoir marre. Chalmé aurait-il passé ses diplômes ?

Open d’Australie : Murray haute

santo

Numéro 3 mondial depuis ce matin, numéro 2 s’il gagne le tournoi et que Tsonga va en demie, numéro 1 si Federer arrête. Plus rien n’arrête numéro 4. Que se passe-t-il ?

Fabrice Cent euros vous répond aux questions posées sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Désormais Murray aime-t-il le haut niveau ?

Celui qui n’arriva pas à stopper Verdasco en 2009, s’est cette fois facilement débarrassé d’Anderson, Gicquel, Serra, Isner et Nadal.

Le tenant du titre ?

Oui le tenant du titre qui depuis ce fameux titre n’a plus rien fait en Grand Chelem, qui ne tient plus son service, qui n’a plus de longueur de balle, qui ne sait plus déborder, qui ressemble à un junior, Nadal qui ne court plus sur toutes les balles, Nadal qui se fait balader en puissance.

Mais une victoire sur Nadal reste une victoire sur Nadal ?

Soderling le disait aussi. Nadal disait qu’il était blessé. A Wimbledon il le disait encore, on a fini par le croire. Mais cette fois, il était en pleine forme, en effet.

Que disait le Vestiaire sur Nadal ? 

« Le casse-tête de Murray s’appelle souvent Nadal, sauf quand il joue une finale blessé (Rotterdam). » Le Vestiaire disait aussi : « Très endurant, quitte à hypothéquer ses genoux et sa pratique du tennis à 25 ans ». C’était en mai 2009, Nadal n’avait pas encore joué Federer en finale à Madrid. Nadal n’a pas encore 24 ans, ce n’était pas une finale, le Vestiaire se trompe parfois.

Murray est donc toujours aussi nul ?

Doucement avec vos affirmations péremptoires. On dirait le Vestiaire parfois. Murray reste Murray, ce type pas très beau, nourri comme un Nadal et capable de faire autant de points gagnants que de fautes directes. Sinon il est présent dans des statistiques fondamentales comme Santoro.

Quand même, il a gagné les points importants, il a sorti des aces aux bons moments, Murray a joué en patron.

Les adversaires du premier tour sont toujours des proies faciles. Il faudra confirmer contre Nadal, s’il sort de sa retraite.

Cilic au prochain tour ?

Ce n’est pas parce qu’il a battu Murray 7-5 6-2 6-2 lors du dernier Grand Chelem joué qu’il va encore le torcher cette fois-ci. Après tout, il n’est que tête de série n°14.

La blessure de Nadal excuse-t-elle tout ?

La blessure fait partie du joueur et de sa carrière. C’est un critère de nivellement comme un autre. Federer n’est jamais blessé et quand il l’est il reste au niveau. Nadal ne peut pas être performant sans martyriser son genou. Il a choisi de briller au lieu de durer. Tsonga aimerait avoir ce luxe.

Ligue 1: Stars à homicide (2/5)

mor2

Avant même l’arrêt Bosman, du nom d’un footballeur pas très bon venu polluer un club français, de nombreux joueurs de niveau équivalent sont venus faire un petit tour dans l’Hexagone. Ils y sont si bien qu’ils n’en repartent plus, jusqu’à devenir d’intouchables icônes locales. Quand on est payé pour pas grand-chose, on peut bien fermer les yeux sur l’ISF pendant quelques années. En plus la bouffe est pas dégueu. Et pourtant, aucun n’est fiché au grand banditisme international.

24. Djukic, en quatre par Troyes

Ressembler à Roberto Begnini a un prix. Le Partizan, Brest et Lorient ne l’ont pas pris au sérieux. Ce sera Troyes. Quatre saisons entre 10 et 17 buts, mais c’est Nicolas Goussé qui partira faire le tour du monde. Il a quand même une réplique de la Coupe Intertoto.

23. Jambay, la tanche du Vieux Port

Pourrir un club n’est pas si aisé, surtout quand c’est le plus grand. Pour justifier la descente aux enfers marseillaise, Tapie avait une explication, Jambay en a une autre. Tout commence en Division 2, l’année d’après. Hamada est le roc de la défense olympienne. Deux ans durant, il s’affirme à 20 ans tout juste, comme le grand arrière en devenir. En devenir ça veut aussi dire peut-être. La suite c’est le retour en D1, et la découverte du haut niveau. Un peu trop haut peut-être. L’OM onzième, Jambay dispute 28 matches. L’OM quatrième, Jambay en fait 25. L’OM presque champion, finaliste UEFA, Jambay enfile trois fois son maillot. Ça fait six saisons, Belmadi en fera 3 et demi entre 98 et 2003. Niang, presque 4 déjà.

22. Traoré, enfer forgé

Situer Gueugnon sur une carte, c’est pas facile. Dater l’année de D1, c’est encore pire. Heureusement, il y a Amara Traoré. 7 buts en 1995-96 lui suffiront pour gratter trois ans à Metz et Châteauroux, le nouveau Gueugnon. La D1 ne veut décidément pas de lui, l’enfant prodigue fait son come back pour ses 5, 6, 7, 8 et 9e saisons au club. Où ça déjà ?

21. Bak, un légume

Comment appelle-t-on un joueur qui quitte Lyon, après sept saisons au club, précisément l’hiver précédant le premier titre de champion ? On l’appelle comme le joueur qui rejoint en plein hiver Lens, leader du championnat, pour finalement perdre le titre au dernier match.

20. Tasfaout, le roudoudou

Lancé à Auxerre, il ne fera croire à personne qu’il est le sosie parfait de Saïb. C’est donc à Guingamp que son talent éclatera mais pas trop, jamais plus de 9 buts par saison. De 97 à 2002, il a pourtant essayé mais être un joker comporte des obligations. Pilier de l’équipe d’Algérie dont il est le meilleur buteur avec 35 buts, il a pour lui un bon paquet de participations aux phases de poules de la CAN.

19. N’Diefi, Pius fort tu meurs

Quand Sedan monte en Ligue 2 il est là, quand Sedan joue la finale de Coupe de France 99 il est là, quand Sedan accède à la Ligue 1 il est encore là, quand Sedan joue l’Intertoto il est évidemment là et marque même contre Leftur. Et quand Sedan redescend en Ligue 2, il n’a toujours pas bougé.

Retrouvez ici les places 25 à 30

Mon p’tit patin : La vie de Brian (1/3)

pro2

21/01/10-21h59    priorité 2 ALERTE-
Patinage artistique: le Russe Evgeni Plushenko champion d’Europe, Brian Joubert 3e
21/01/10-22h00    priorité 3 Glace-patinage-artistique-EURO-2010-sport
URGENT Euro-2010 – Evgeni Plushenko champion d’Europe, Brian Joubert 3e
TALLINN, 21 jan 2010 (AFP) – Le champion olympique en titre russe Evgeni Plushenko a été sacré champion d’Europe en remportant le programme libre devant le Suisse Stéphane Lambiel et le Français Brian Joubert, lors de l’Euro-2010 de patinage artistique, jeudi à Tallinn.

Cette fois, Brian Joubert n’était pas favori. Un peu parce qu’il est nul diraient les esprits chagrins mais surtout parce qu’ il affrontait son grand rival Plushenko de retour après 15 ans d’absence.  Rival, un bien joli mot, mais quel est exactement le degré de rivalité entre un patineur qui gagne tout le temps, et un qui perd tout le temps ? Bonne question, à laquelle l’AFP va répondre:

« Le champion du monde 2007 (c’est  Joubert NDLR), qui avait fait un bon programme court la veille, n’a pas bien patiné et est arrivé tendu sur la glace ». Tout comme Plushenko, pas rassuré par ce qu’avait produit le Français mercredi, sur qui il comptait seulement trois points d’avance ».

C’est bien normal, ces 6 dernières années en grand championnat,  Joubert était le seul à l’avoir battu, même si Plush a arrêté en 2006. NDLR

 » Le vice-champion olympique suisse Stéphane Lambiel, passé en dernier, n’a eu aussi qu’à profiter des erreurs du Français pour se classer deuxième (238,54). »
Pourtant, c’est un Joubert souriant, tendu juste ce qu’il faut, qui était apparu à Tallinn. Quelques heures avant son entrée sur la glace, il était dans les tribunes, aux côtés de sa maman Raymonde, pour encourager les danseurs sur glace Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat.
Il est même venu les féliciter en zone mixte quand ils répondaient aux journalistes. « T’as pas une compétition ce soir à gagner, toi?! » lui a lancé Bourzat, étonné.
L’heure venue, lors des six minutes d’échauffement qui précèdent l’entrée en lice, Joubert a montré de la tension et a péché selon lui sur le physique lors de sa prestation. Plushenko, passé juste après lui, n’a eu qu’à dérouler sans prendre de risques.

Mademoiselle Joubert

Mais il a été conforté dans sa certitude qu’il a les moyens de battre Plushenko au bon moment, c’est-à-dire à Vancouver.
En deux participations, il n’est encore jamais monté sur le podium olympique. Et c’est +le couteau entre les dents+ qu’il se rendra au Canada pour réaliser son rêve d’atteindre la plus haute marche après son passage à Tallinn, juste « une étape » sur la route des Jeux.
Opéré du pied du droit il y a deux mois, il n’était pas venu pour chercher l’exploit mais pour montrer qu’il était bien présent et qu’il était légitimement prétendant à la médaille d’or. Rendez-vous le 16 février.
Yannick Ponsero et Alban Préaubert, eux, ne seront pas à Vancouver. En Estonie, ils se sont classés respectivement 6e (219,52) et 7e (207,61).

27/03/09-05h54    priorité 2 ALERTE-
Patinage artistique: Evan Lysacek champion du monde

27/03/09-05h54    priorité 3 Glace-patinage-artistique-MOND-2009-RS-sport
URGENT Mondiaux-2009-Messieurs: Lysacek champion du monde
LOS ANGELES (Etats-Unis), 27 mars 2009 (AFP) – L’Américain Evan Lysacek a été sacré champion du monde de patinage artistique en battant le Canadien Patrick Chan et le Français Brian Joubert, jeudi soir à Los Angeles.

Retrouvez la deuxième partie

Le roman du Bordeaux Blanc : Lille aux enfants

bdx

Grâce à la victoire sochalienne, le grand LOSC est revenu à dix points de Bordeaux. La course au titre est relancée, d’ailleurs Blanc a mis un jean et une casquette, les Alpes ne sont pas loin et ce week-end c’est la Coupe.

Pour notre ancien stagiaire qui appréciait tant la conduite de Grenoble, c’est jour de deuil. Trop heureux d’avoir la tonsure de Zidane à la 45e, Laurent Battles a fini par avoir aussi son âge en seconde mi-temps. « Avec tout le respect que nous inspire cette équipe de Grenoble, on y va avec beaucoup d’ambition », avait prévenu Blanc, qui a aussi choisi d’aller pisser aux vestiaires en plein match pour motiver ses joueurs. Cavenaghi a marqué sur son premier ballon, Plasil a remplacé Sané pour tenir le score, effectivement respect était le mot adéquat. Grenoble était le match parfait pour revoir Gourcuff, malheureusement sa blessure est tenace. Le retour d’Abdou Traoré va finir par faire le plus grand bien. L’essentiel, c’est que Planus s’est bien reposé et que bien sûr Henrique n’était pas dans le groupe pour autant. Sané pas l’armée du salut. 3-1, « je regrette que les joueurs ne soient jamais vraiment entrés dans ce match. »

Quand l’appétit va, tout VA

L’essentiel aussi, c’est que Laurent Blanc a trouvé le temps de passer un coup de fil à Francis Gillot cette semaine. Lille faisait un peu peur à Sochaux, comme à tout le monde et surtout à Kombouaré, avec ses 4 buts de moyenne par match. Sans même rappeler que le PSG ne vaut rien, Blanc n’a pas hésité à comparer le Lille actuel à Auxerre, non sans froncer aussi les sourcils pour demander aux journalistes de lui confirmer que la meilleure équipe européenne joue bien l’Europa League cette saison. Le prochain thème de conférence de presse sera Montpellier, à moins que le Barça de Philippe Montanier ne revienne à quinze points au classement. Il ne parlera plus de Lille, ce serait prendre le risque que Lyon n’achète pas Rami, Gervinho et Cabaye l’été prochain.

Pendant ce temps-là, Pjaninho a joué 39 minutes et ne s’est même pas blessé.

Melbourne, Gasquet : Ce grand Kooyong

c-fou

L’Open d’Australie 2010 de Richard Gasquet débutera donc finalement en 2011.

Kooyong, janvier 2010. Cela aurait sans doute mérité un reportage d’Arnaud Romera mais ce n’est que le début de la saison de Jo-Wilfried Tsonga le meilleur tennisman français. Il s’en est fallu de peu qu’il ne le devienne pas. En 2002, c’est Youzhny qui lui sauve la mise en mettant fin à la carrière de  Paul-Henri Mathieu, 20 ans à peine, en remontant 2 sets. Il s’en est fallu de peu qu’il ne le reste pas ensuite. En 2010 c’est Youznhy qui lui sauve la mise en prolongeant la retraite de Gasquet, presque 24 ans, en remontant 2 sets et 2 balles de matchs.

Youznhy use two

Pourtant Richie la voulait  depuis son anniversaire des 5 ans, quand papa lui servit cette seconde balle à 120 km/h et qu’il eut toutes les peines du monde à placer son retour en revers le long de la ligne qu’il n’avait pas encore dans ses urines. Papa fut déçu, mais papa fut vengé 19 ans plus tard, pendant 3 sets, et deux annonces de match point. La suite, c’est une cure de desintox si efficace, qu’on retrouva le Richard d’avant. Celui de Fernando Gonzalez 2009, celui si solide dans sa tête qu’il n’a cette fois rien tenté sur les points décisifs, celui capable de se faire remonter des breaks dans les deux derniers sets. Notre spécialiste aurait pourtant aimé démissionner.

Raquette organisée

Kooyong donc, janvier 2010. Tsonga veut préparer l’Open d’Australie en se mettant en condition : quelques-uns des meilleurs joueurs du monde plus Tomic et Sam Querrey, et surtout un match en deux sets devant des tribunes vides.  Santoro encourage tous les jeunes joueurs français à accepter le plus possible de pubs Kinder Bueno et d’invitations chez Denisot. Pas con : quand on est le seul Français à aimer la pression dans les matches à enjeux, à Kooyong on en a pour son pognon.

Tsonga n’était évidemment pas le seul puisque les autres joueurs n’étaient évidemment venus pour gagner du pognon à un tournoi qui n’est évidemment pas une exhibition qui ne rapporte aucun point ATP. Raison de plus pour regretter « les conditions vraiment difficiles » en finale contre Verdasco, il y avait pourtant la place.

Sinon, Djokovic a marqué trois jeux contre Verdasco, Soderling a abandonné la mort dans l’âme au bout d’un set, Del Potro a déclaré forfait la mort dans l’âme pour soigner son poignet, Roddick a renoncé la mort dans l’âme pour fêter son succès à Brisbane et Federer s’est retiré la mort dans l’âme pour rester avec sa famille. Nadal, lui, n’avait même pas pensé à s’inscrire, la mort dans l’âme. Seul Soderling a confirmé le mardi suivant

Pendant ce temps-là, un magicien souvent en représentation dans les Emirats s’est retiré sans rencontrer son dernier Cheikh. Par contre, il a accepté de retirer son dernier chèque.

Bordeaux-OM : Planus artificiel

Ecuss

Pourquoi Bordeaux n’a-t-il ressemblé au Barça que durant  79 minutes ?

Le Vestiaire était sur le point  hier soir comme chaque week-end d’ecrire son édito hebdomadaire. C’est alors qu’equipe.vestiaire@yahoo.fr a été saturé.

Après la Juve, Sienne fait les frais de la forme de Ronaldinho. N’était-il pas censé être fini depuis plusieurs années ?

Après la Juve, Sienne. Il faudra se méfier de ces équipes en Ligue des Champions.

Mais ils la jouent pas…

Ils sont au moins coleader de la Liga ?

Euh… 5ème et 20ème du Calcio.

Ah ok.

Pourquoi Bordeaux n’a ressemblé au Barça que 79 minutes ?

Vous voulez dire le Barça sans les buts et sans Messi.

Sans Messi ?

Disons que l’absence de Gourcuff est très préjudiciable.

Bordeaux n’est donc pas si fort que ça ?

Sans Carrasso, Planus et Gourcuff, à 9 contre 11, même si c’est Marseille ça peut devenir difficile.

9 contre 11 ?

Disons que l’absence de Gourcuff est très préjudiciable.

Y avait-il faute sur le but de Chamakh ?

Vous voulez dire sur le but de Mandanda.

Mais alors c’est un scandale comme quand le Barça élimine Chelsea. Bordeaux est donc intouchable ?

Ça y ressemble, Blanc avait mis un col roulé.

Gouffran titulaire ?

Si on ne profite pas des matches amicaux pour préparer la Ligue des Champions, on ne tente jamais rien.

C’est tout ?

Demandez à Chalmé.

Pourquoi Planus a séché Niang qui filait seul au but ?

Demandez à Chalmé.

D’ailleurs, pourquoi Niang filait seul au but alors que Marseille ne s’était pas créé une seule occasion en 60 minutes ?

Demandez à Chalmé.

Qui avait provoqué le penalty non sifflé contre Lyon pour un tacle à hauteur de genoux la saison dernière ?

Demandez à Chalmé.

Pourquoi Bordeaux a reculé et laissé Marseille dominer ?

Fatigue, infériorité numérique, la sortie de Planus, celle de Carasso, l’effroi de voir Fernando pris de vitesse par Brandao, difficile d’y voir clair. Le mieux, c’est de demander à Chalmé.

Pourquoi Ciani a remonté le terrain deux fois tout seul en première mi-temps sans que personne ne l’arrête ?

Demandez à Deschamps, Cissé, Cheyrou, Diawara et Hilton.

Lille a-t-il la meilleure équipe d’Europe comme le dit Antoine Kombouaré ?

Antoine Kombouaré va-t-il faire une saison complète au PSG ?

Pas faux. Mais Lille ?

Il n’y a pas si longtemps, Valenciennes était le Barça à la française.

Et Lorient pratiquait le plus beau jeu de France.

Vous, c’est juste les questions.

Qu’en pense Laurent Blanc ?

« Je ne veux pas minimiser ce que fait Lille mais Auxerre a réussi la même chose il y a quelques temps. L’AJA, c’était l’équipe à battre. J’ai beaucoup de respect pour Auxerre mais après … Faire une série comme ça, c’est très bien mais il faut la poursuivre. Les Lillois, ce qu’ils font, c’est très bien. Bravo à eux. Ils ont des joueurs de talents, on le sait. Ils ont eu un début de saison un peu chaotique, dû notamment à l’intersaison, et ils ont dû compter avec des problèmes offensifs. Enfin, s’ils sont là, c’est qu’ils ne l’ont pas volé. »

On appelle ça de l’assurance, de l’arrogance ou de la prétention ?

Du réalisme, peut-être.

Henry est-il un joueur majeur du Barça ?

Pedro, vous voulez dire. Assurément.

Combien de buts a marqué Ibra sur les 4 de Barcelone ?

En effet.

Les spécialistes de Canal voyaient City en course pour le titre ?

En effet.

Benzema est-il déjà le meilleur joueur du monde ?

Et si la France sans Benzema affronte l’Argentine en finale de la Coupe du Monde avec Higuain meilleur buteur ?

Et si la finale de C1 oppose Madrid à Milan ?

….

Et alors le Vestiaire, on n’a plus rien à dire ?

ATP, Auckland : La Clé sous la porte

nolwenn

Santoro lui a ravi 67.000$ et le record du match le plus long de l’histoire. Et si lui aussi ne prenait jamais sa retraite ?

De notre envoyé spécial permanent à Gisborne

Les 173 cm d’Arnaud Clément se sont hissés, 9 ans après Melburne, jusqu’à une nouvelle finale océanienne. Le sort lui a encore réservé un Américain, mais Agassi mesurait cette fois 2,50 m et ne sniffait pas de coke entre deux tours. Rien, ou si peu, avait changé à part ça : l’affaire était pliée en trois sets et l’accent français du Marseillais d’Aix-en-Provence lui mettait dans la poche le public australien, qui était néo-zélandais.

Benneteau, Llodra et Potito Starace avaient choisi de passer la semaine sur les plages de Sydney. Allez savoir pourquoi, Arnaud Clément leur a préféré celles d’Auckland. Il y fait sûrement moins chaud. La Clé a en tout cas confirmé sur la nouvelle terre d’adoption de notre spécialiste badminton sa finale des Masters France 2009 en écartant tour à tour, sans pitié, les charismatiques Melzer et Kohlschreiber.

Isner à rien

C’est à une autre paire de manchots que le pirate des Bouches-du-Rhône s’attaquait sur la dernière marche : John Isner, 24 ans, 108 kg et 0 titre ATP. Le serveur américain ne savait pas vraiment à quel ramasseur de balle il venait de serrer la main une fois envoyée sa vingtaine d’aces. Il n’y en a pourtant qu’un pour découper depuis quinze ans des bandanas dans les rideaux de sa mère.

A 32 ans, Arnaud Clément a donc atteint sa première finale depuis 2007, le tout dans un tournoi de tout début de saison, on croirait y voir l’œuvre d’un magicien. Une nouvelle carrière débute désormais pour l’increvable relanceur, que seule Camille Pin (photo) aura réussi à fatiguer. Auckland ne rejoindra pas Metz, Lyon et Marseille à son tableau de chasse international, mais il reste au barbu provençal quelques beaux Challengers à vivre.

Pendant ce temps-là, d’après des sources bien informées, le tirage au sort de l’Open d’Australie n’a jamais été aussi dur pour Federer, Nadal, Djokovic, Del Potro et le reste du top 20. 2010 s’annonce Fabulous pour les Français.

Avec le concours de notre consultant Fabrice Cent euros

Gasquet, tout neuf à la coke.  Deblicker se disait bien aussi. Richard a multiplié les entraîneurs sans succès et au premier couvre-feu, les résultats reviennent. Heureusement que Noah n’était pas libre. Nieminen, Ebden, Lopez, Becker, Starace et Benneteau, ça fait déjà six victoires. Avec un peu de chance ou un séminaire à Miami, les top 30 seront tous forfaits en Australie.

Chardy hebdo. 2008 était l’année de l’éclosion, 2009 celle du premier titre à Stuttgart, il fallait frapper fort en 2010 et trouver un truc original. Brisbane et Auckland, c’est pas mal, Falla et Clément sans gagner un set c’est même très costaud. Stéphane Robert, Gulbis, Korolev et Monaco l’ont bien préparé en fin de saison dernière.

Questions interdites : Benzema est-il déjà le meilleur joueur du monde ?

mad

Benzema n’est pas titulaire à Madrid, pas plus qu’en équipe de France. Il a coûté moins cher au Real que Kaka et Cristiano alors qu’il a marqué plus qu’eux en moins de matches de Ligue des Champions l’année dernière, surtout que Kaka jouait l’UEFA. Comment fait-il ?

Comment le meilleur joueur n’est-il pas le meilleur buteur ?

De ce point de vue son début de saison est catastrophique, 14 joueurs ont plus marqué, bon d’accord ils ont joué beaucoup plus sauf Luis Fabiano et Cristiano mais ça veut rien dire. Higuain n’a fait que 100 minutes de supplément pour un ratio extraordinaire d’un but toutes les 85 minutes. Théoriquement, il serait meilleur, mais Toni, Jardel, Ibisevic et Eto’o parlent d’accident sans lendemain, allez comprendre.

Mais CR est meilleur quand même ?

Disons qu’il s’est adapté plus vite, entendez donner son plein rendement. Benzema n’avait jamais vécu dans un grand club, c’est ce qu’il lui manquait pour compléter sa panoplie de star. Si Aulas ou Lacombe veulent protester, il prendront un coup de Puel. CR est plus âgé, parle déjà l’espagnol et jouait à 18 ans déjà dans un tout petit club. Globalement, ça permet de comprendre plus vite qu’il faut penser à sa gueule, tirer et éviter de terminer un match sans marquer parce qu’on va trop sur le côté gauche pour aider l’équipe trop longtemps.

Pourquoi la presse s’inquiète-t-elle tant pour Benzema  ?

Parce que quand le meilleur ne brille pas on se pose des questions. Tout le monde sait que Benzema a le plus fort potentiel. Ajoutons qu’il est quasiment à son top niveau possible à son âge encore faudrait-il qu’il ressemble davantage à Ronaldo qu’à Gronaldo Darcheville. Ça tombe bien, la Ligue des Champions revient. Mais Pellegrini est-il au courant ?

Pourquoi est-il le meilleur passeur du club ? Pourquoi est-il le joueur le plus souvent pris hors-jeu ? Est-ce infâmant d’avoir marqué un but tous les deux matches ?

Il n’a que 22 ans et deux saisons à Lyon derrière lui. Le seul précédent s’appelle Ronaldo et ce n’est pas Cristiano. Mais il n’avait pas marqué 13 buts à 22 ans en C1, il ne l’avait même pas jouée. Mais pourquoi Ferguson veut donc recruter Benzema ?

Messi et Villa ne sont-ils pas largement supérieurs à Benzema ?

Après 878 minutes de Liga, dont beaucoup de morceaux de matches peut-être, mais Benzema est encore plus précoce. Personne dans toute l’histoire de la Ligue des Champions n’a eu les même stats aussi jeune et après aussi peu de matches disputés.

Mais s’il joue l’intégralité des 3 prochains matches et qu’il ne brille pas, le spécialiste foot du Vestiaire sera-t-il de nouveau viré ?

Vous aurez au moins la réponse à la question interdite.

Barça : Zlatan et ne reviens pas

baroc2

En mai 2008, le Vestiaire parlait de la fin de Lyon, quelques semaines plus tard Bordeaux prenait le trophée des champions, quelques mois plus tard, le championnat. En Aout 2009, le Vestiaire parle de la fin du grand Barça censé s’être renforcé. Quelques mois plus tard le Roi perd sa coupe et ce n’est pas fini.

Pour Omar Da Fonseca, c’est la faute aux équipes qui se préparent, Hiddink, Puel, Ferguson et Klinsmann sont heureux de l’apprendre. Pour d’autres c’est juste que la perfection est difficile à rééditer. La perfection peut-être pas mais éliminer Séville avec la seule absence de Yaya était-ce si difficile ?

La réponse l’est davantage, il ne manquait pas seulement Touré, mais Eto’o, et Henry. Etonnant. Le secret du Barça 2008/2009 n’était donc pas que son style de jeu, mais aussi la qualité des  joueurs. Fascinant. Barcelone est une équipe ordinaire qui tente de reproduire un jeu extraordinaire avec un seul joueur extraordinaire. A tel point que l’équipe 2010 a permis de découvrir Jesus Navas comme le nom des defenseurs catalans. Et leur niveau, même si notre spécialiste vous avait déjà raconté l’ablation des Abidal.

Pourquoi Dani Alves ne paraît plus si souverrain sur son aile ? Pourquoi Iniesta-Xavi ne servent plus de passe décisive ? Pourquoi le ballon ne reste plus dans la moitié de terrain adverse ?

Pour trouver la solution à cette énigme, il faut répondre à deux autres questions : qu’apportait Henry l’année dernière ? Et que fout Ibrahimovic dans cette équipe ?

Henry IX avec du vieux

S’il n’a fallu que l’avant-saison à notre spécialiste pour deviner le déclin du plus grand joueur français de ces dix dernières années, il n’a fallu que 2 buts et aucune passe décisive en 5 mois pour qu’Henry lui rende la pareille. Pourtant, il aurait sa place dans la plupart des autres clubs européens, même au Barça actuel mais pas dans celui d’avant. Il continue de courir, de ridiculiser les petits défenseurs, de centrer voire de frapper. Il chie toujours ses contrôles en le reprochant à ses partenaires, les vieux réflexes ont la peau dure. Mais ça Marcelo le fait à Madrid, Loïc Remy à Nice et eux ça finit même par aboutir parfois. Henry symbolise le passage d’un Barça intouchable à un Barça commun. Un Barça même commun aurait torché Séville, mais le Barça de la première mi-temps hier soir était un Barça moyen. Ça n’a coûté que 46 millions d’euros + le meilleur buteur de Liga.

Noyé dans le port d’Amsterdam

Notre spécialiste vante régulièrement les qualités d’Ibrahimovic, et ce depuis l’Inter déjà. Hier soir il a accompli le match parfait. Même son point fort a disparu, et pour cause il y avait un enjeu. Du coup, fini le spectacle et les prises de risques – 1 frappe cadrée sur 4 c’est amplement suffisant – on applique les consignes. On essaye en tout cas, car faire une passe dans le tempo sans ralentir le jeu n’est pas donné à tout le monde. Combiner avec ses partenaires, dont font partie Iniesta et Xavi, est presque impossible. Il pourra rétorquer qu’il a joué et gagné la finale du Mondial des clubs, mais Pedro ne lui dira pas merci.

9 ballons perdus c’est toujours 3 de moins que Henry, 4 de moins qu’Iniesta mais lui en récupère parfois. Récupérer, un bien joli mot qui voulait dire pressing des attaquants l’année dernière et permettait même aux trois milieux d’être des numéro 10. Du coup Xavi et ses deux ballons récupérés paraît soudainement moins impressionnant mais c’est pas ce que lui demande Guardiola.

Dani de veto 

On conseille à Dani Alves d’aller se plaindre au type qui a signé le chèque à Moratti. Parce que comme Eto’o savait faire des passes pour décaler n’importe qui, on voyait alors moins les mauvais.

Si Ibra dégage et que Messi met ses trois occasions, Bordeaux peut se permettre de préparer les quarts.

Gasquet : Le dernier film de perd Richard

c-fou 

 L’ultime Brahim d’Or récompense la fin de la prohibition. Al Capone aurait sans doute évité à notre vainqueur bien des tracas.

Une demi-pute, un ado, et un verre de trop. L’histoire aurait pu ressembler à tout ce qu’il y a de plus banal dans la vie d’un bahut. Un jeune à la dérive, mal dans sa peau, martyrisé par les grands, malmené par son papa. Il n’a pas beaucoup de succès avec les dames contrairement à son copain qui en plus fait des finales de Grand Chelem ou même gagne des masters. Mais Richard n’a jamais aimé le tennis ou plutot si, c’est même sa grande passion lui glisse papa une petite taloche sur la nuque en cadeau. « Tu va l’attraper ce service » hurlait gentiment Papa, au petit Richard pas si petit que ça pour un gosse de 4 ans surdoué. 

Leconte et le Roi

Pour mériter son Brahim d’or, la passion ne suffit pas, il faut aussi la maturité. C’est elle qui permet à Richard d’entrer enfin en boîte de nuit et d’y fréquenter de jolies princesses loin d’être des salopes assoifées de notoriété éblouies par les paillettes. La maturité qui lui permet de ne pas se rendre compte quand sa princesse se fait une ligne, ou quand lui même les touches d’un revers ou d’une galoche bien placée. Une vodka et un jus de pomme plus tard, il oubliait qu’Henri Leconte avait quand même un palmarès. 

Pendant ce temps-là, le nouveau Zidane se réjouit de son Brahim d’Argent il n’a même pas gagné la C1 ni la Coupe du monde, et Alain Bernard de son Brahim de bronze, il est quand même champion olympique.

CAN : Rafik d’influence

fifa

Un article du Vestiaire sur Rafik Saifi était aussi probable qu’une montée de Troyes en Ligue 1 un beau jour. Mais l’Algérie s’est qualifiée pour la Coupe du monde. Mais l’Algérie joue la CAN. Jouer est-il le mot exact ?

Nous sommes à l’Aube du troisième millénaire. Troyes est dépassé par les événements : quatre saisons de D1 s’annoncent, Rothen va éclore, Alain Perrin se pomponne pour le vestiaire marseillais et Samuel Boutal va marquer des buts. C’est justement parce que c’est imprévisible que Troyes se met en quête d’un attaquant. Deux arrivent, Rafik Saifi et Nordin Jbari. Evidemment, les deux ne pourront pas survivre, évidemment il faut attendre quelques journées pour savoir lequel marquera en premier. Saifi se lance contre Nantes (6e journée), il récidivera trois fois.

Hurlu merlu

Jbari et ses trois buts sont vaincus, l’ESTAC aussi et un bon paquet de fois malgré les 15 buts lors des quatre saisons suivantes de sa vedette. Istres, promu en 2004, saute sur l’occasion, avant Ajaccio, toujours plus ou moins promu. C’est finalement à Lorient qu’il va éclater, avec ses 14 buts en 2007-2008. Des clubs espagnols lui font signe mais pas plus. Lui aussi a fait signe au monde en brandissant une réplique de la Coupe du Monde, c’était après le barrage contre l’Egypte en novembre dernier. Le buteur s’appelait Yahia.

Pendant ce temps-là, il y a du foot au Malawi.

Le roman du Bordeaux Blanc : Le premier Roux du carrosse

Ecuss

Bordeaux-Rodez, Franck Rizzetto a vécu l’un des plus grands moments de sa carrière. A quelques mètres de lui, Laurent Blanc ne veut plus entendre parler de l’équipe de France. On dit ami sou ex-coéquipiers ?

Blanc ne parlera plus de l’équipe de France. Jusqu’au 15 mai, c’est la date de la fin du championnat. Et même si Bordeaux est sacré champion de France en mars, même si Escalettes rajoute Claude Puel comme possible sélectionneur des Bleus, même si Gourcuff continue d’être titulaire en sélection, rien ne le fera anticiper sa nomination. Ce n’est pas comme s’il avait déjà annoncé qu’il se barrerait le plus vite possible. « Ca m’agace et c’est un manque de respect. »

En revanche, battre Rodez 1-0 sur un penalty de Wendel à la 75e, avec Sané, Sertic, Jurietti, Saivet, Ramé et un manteau marron, ce n’est pas un foutage de gueule pour le PSG, Nancy et le Maccabi. Gourcuff aussi était titulaire, dommage qu’Henrique soit encore absent. Ce n’est pas non plus se foutre de la gueule de Rodez de « s’attendre à un match difficile dû aux conditions climatiques et au fait qu’on soit en reprise. »

Le Chaban fou

Ce n’est toujours pas un foutage de gueule de « viser la Coupe de France », ni une façon de s’excuser par avance parce qu’on va tout ramasser même les compétitions pour les petits. Ce n’est pas un foutage de gueule de s’étonner « qu’aucun de ses joueurs n’ait gagné la Coupe de France« , ni une manière de dire qu’il a créé tout seul un monstre à partir de rien. Avant Noël, ce n’était déjà pas un foutage de gueule de se réjouir qu’en fait Toulouse ne gagne pas toujours le match quand il mène au score comme il croyait « l’avoir lu ». En tout cas, il n’a pas voulu aller voir jouer Marseille contre Trélissac à Périgueux et ce n’est pas pour se foutre de leur gueule puisque « c’est un match qui représente beaucoup d’intérêt mais le dimanche en famille c’est sacré ».

Pendant ce temps-là, Guy Roux entrera bientôt dans la Légende : « Blanc et Deschamps me décevraient beaucoup s’ils acceptaient. Ils sont au début de leur carrière. Jeune, il faut être entraîneur de club. En stratégie de carrière, ce serait une catastrophe pour après. » Laurent Blanc a déclaré que l’Equipe de France, ça peut se refuser, Roux peut être rassuré.

Santoro : La retraite dorée

c-fou

C’est désormais rentré dans les esprits, il faut cotiser 37 ans et demi pour avoir droit à une retraite convenable. C’est à peu près l’âge de Fabrice Santoro aujourd’hui, mais il doit continuer puisqu’il n’est pas né avec une raquette dans les mains. Ca se voit tant que ça ?

Il n’était plus à un exploit près. Après le record de participations à un Grand Chelem, le record du match le plus long, Fabulous Fab s’est offert un nouveau trophée, façon de parler bien sûr. Le record du plus petit nombre de coup droit joués à une main ne pas lui échapper, mais il n’existe pas faute de concurrence.

Son objectif : « Porter à 70 son record des participations à des tournois du Grand Chelem et devenir le seul à en avoir disputé lors de quatre décennies. » C’était ça ou revenir pour atteindre le deuxième quart de finale en Grand Chelem de sa carrière, il fallait faire un choix. « Cette participation ne remet absolument pas en question la décision que j’ai prise de mettre fin à ma carrière de joueur professionnel sur le circuit de l’ATP. » On ne pourra donc pas lui reprocher de jouer un Grand Chelem avec une licence de 30/2, il a prévenu cette fois-ci. Un brin sybillin, sauf pour son banquier peut-être, il ajoute : « C’est une démarche très personnelle. Il ne faut pas y voir autre chose, et surtout pas un come-back. » Les organisateurs de l’Open d’Australie ont oublié de le rayer de la liste des inscrits : à 19 400 dollars le premier tour, ce serait con de partir comme un voleur, sans dire au revoir.

Dubaï de longue durée

Au revoir, il l’avait bien dit, c’était en novembre pendant une tournée habilement appelée « adieux ». Les libraires n’ont jamais vu procédé aussi inventif pour vendre, ni les chaînes de télévision voire les radios pour dégoter un consultant. Ca permettra de vivre confortablement, et au cas où il y aurait plusieurs parachutes dorés planqués dans le monde, quelques menaces ne nuisent jamais : « Ma décision de prendre ma retraite n’a jamais été pour moi de mettre pour toujours mes raquettes au placard. Et je jouerai toujours, en interclubs, en exhibition, et pourquoi pas en double de temps en temps, si j’ai bien sûr le niveau pour le faire. » Et caustique par-dessus le marché, financier évidemment.

Numismatisme ne rime jamais aussi bien qu’avec rhumatisme.

Ligue 1, Palmarès : Stars à homicide (1/5)

mor2

Avant même l’arrêt Bosman, du nom d’un footballeur pas très bon venu polluer un club français, de nombreux joueurs de niveau équivalent sont venus faire un petit tour dans l’Hexagone. Ils y sont si bien qu’ils n’en repartent plus, jusqu’à devenir d’intouchables icônes locales. Quand on est payé pour pas grand-chose, on peut bien fermer les yeux sur l’ISF pendant quelques années. En plus la bouffe est pas dégueu. Et pourtant, aucun n’est fiché au grand banditisme international.

30. Pauleta, en voiture Simone

L’Aigle des Açores est une terreur des surfaces, mais il préfère la Ligue 1 à la Liga, la Coupe UEFA à la Champion’s League et les qualifications à l’Euro au Mondial. Sauf quand c’est la Pologne ou l’Angola en face, bien entendu. Il est quand même vice-champion d’Europe 2004, avec la bagatelle de 0 but inscrit. 109 buts en cinq saisons au PSG c’est mieux que Weah, 47 buts en équipe du Portugal c’est mieux qu’Eusebio, 0 titre de champion de France, c’est aussi bien que Bernard Bouger.

29. Ikpeba, y peut pas

Un grand buteur est toujours présent dans les grandes occasions. C’est précisément ce que Trezeguet lui a appris le 18 mars 98 à Old Trafford. Ikpeba s’est contenté d’être là sur la durée. Six ans pour être précis, une fois champion mais le buteur s’appelle Sonny. Pour le reste c’est 3 buts en 30 matches et les JO 96 avec le Nigeria. C’est pas de sa faute, il est né à Bénin City.

28. Frandsen, à qui Per perd

Longtemps Friis Hansen a cru qu’il pourrait être le joueur emblématique du Lille des années 90, celui de Jean-Claude Nadon. Mais sa carrière bordelaise laisse le champ libre à Per Frandsen, inamovible maître des Dogues. En 90 c’est une star danoise de 20 ans, déjà internationale qui rejoint le grand Nord. Le temps de digérer les histoires de Charles Biétry et le voilà à Bolton. Une parenthèse de 4 ans qui ne l’empêchera pas de retrouver l’équipe du Danemark en 1998. Le Danemark est champion d’Europe en quelle année déjà ?

27. Otokoré, le Diomède du pauvre

Comment séparer le nom de Didier Otokoré du Auxerre qui ne gagne pas. Kalman Kovacs aussi était auxerrois, mais il a squatté moins longtemps pour un plus d’efficacité sans être ailier. Otokoré était ailier, formé au club,  international ivoirien mais il n’était ni de la campagne UEFA 93, ni du titre 96. Il a pourtant passé 7 ans chez Guy Roux sans compter la huitième et la neuvième. Diomède fut au moins champion du monde.

26. Song of freedom

130 sélections, capitaine, vieux et respecté comme il se doit, à moins que ça ne soit l’inverse. La carrière internationale de Song est un modèle, mais en club il a commencé à Metz sans pouvoir en partir pendant 4 ans. Au moins le titre de 1998 reste dans toutes les têtes, si seulement il n’avait pas été pour Lens. Rancunier, c’est à Salernitana qu’il foutra le camp, avant Liverpool, West Ham, Cologne, Lens, Galatasaray et Trabzonspor.

25. Frei, rayon surgelé

Le miraculé du classement. Arrivé au mercato 2003, il a passé tout juste plus de 3 ans à Rennes. Deux fois 20 buts, il a fait de l’ombre à Pauleta. Troublant, il a obtenu autant de titres que lui. Autre paramètre troublant, c’est à Dortmund qu’il partira pour s’enterrer, comme Ikpeba. La Suisse n’a quand même pas fait 0-0 contre la France au Mondial 2006 ?

La Légende : Bogey night

Le Vestiaire reprendra la suite normale de ses programmes après ce cours intermède.

gogo2

Peut-on annoncer le Top 50 comme objectif et terminer la saison 107e ? Ou la fabuleuse histoire du golf français.

La saison 2009 vient de se terminer, et le golf français est en émoi. Evidemment, personne n’en a entendu parler, mais Grégory Bourdy est devenu le porte drapeau français. Il est aussi 88e mondial, l’ironie du sort frappe souvent sans prévenir. Pendant ce temps, Thomas Levet est passé second dans la hiérarchie, ça veut au moins dire qu’il sont deux. Van de Velde ne voit pas bien le rapport, lui qui a fini 83e de l’Open de Hong Kong 2009, juste devant Levet, heureux 119e. Cette fois, ce n’est pas de l’ironie, quoique si on cherche bien, on trouve : la France a annoncé sa candidature à l’organisation de la Ryder Cup 2018.

Levet de boucliers

Bien entendu, c’est à Levet qu’on demande de dire pourquoi c’est une bonne chose. Ça aurait pu être la récompense de sa victoire à l’Open d’Espagne en mai, malheureusement son dauphin était Paraguayen. C’est surtout l’occasion de rappeler qu’il a gagné la Ryder avec l’équipe européenne, c’était en 2004, il était 5e joueur européen. Il a aussi terminé devant Tiger Woods un week-end de juillet 2002. Heureusement, ça ne s’est jamais reproduit et depuis il se fait surnommer Mythomas.

Pendant ce temps-là, le golf devrait redevenir discipline olympique en 2016. La carrière de Thomas Levet fêtera ses 28 ans, Thomas Levet ses 48.

Rallye : Pas toujours Dakar

C’était il y a un an, le Vestiaire ne savait déjà pas sur quoi ecrire
 
Cyril Despres ne verra pas les bords du Lac Rose cet hiver.  Et pourtant, le Front Polisario n’a pas encore de branche sud-américaine.

Le débat est aussi vieux que le dernier single de Balavoine. Aventure humaine ou entreprise néocolonialiste, le Dakar n’a en tout cas jamais intéressé grand-monde au-delà des 500 connards engagés (vidéo), de leurs familles et des journalistes qui les suivent dans les bordels du Tiers-Monde. A une période où même Le Vestiaire ne sait pas très bien sur quoi écrire, le rallye tombe à point pour remplir des pages que seuls les sponsors lisent. Gérard Holtz n’a pas besoin de passer en cabine pour garder son bronzage et les petits chefs d’entreprise ont chaque janvier une tribune inespérée dans leur bulletin régional.

Le Dakar, ce n’est pourtant pas qu’une course de nouveaux riches vagabonds, contents de pousser pendant deux semaines le 4×4 que leurs fausses blondes prennent le reste de l’année pour aller faire leurs courses. Il y a aussi les vrais philanthropes, ceux qui veulent juste voir de plus près la misère du monde. Prenez Califano. Il ne connaissait de l’Afrique que l’Ellis Park et un morceau de Max Brito. Sa première sortie dans la pampa saharienne aura fait tomber deux-trois écoliers et pas mal de clichés : les autochtones parlent un dialecte proche de l’Espagnol et il y a après tout au bord des routes beaucoup moins de noirs que dans les faubourgs de Toulon. S’il savait ce que c’était, il penserait que l’apartheid sévit encore.

Despres ou de loin

Le Buenos-Buenos, au moins, ne devrait cette année pas trop faire remonter la mortalité infantile des pays visités. Les petits Chiliens ont déjà vu des voitures, ils sauront s’en écarter. On laissera le chapitre environnemental aux experts pour mieux s’intéresser aux grands noms de la course. Si Le Vestiaire devait établir un autre de ses Palmarès, il aurait bien du mal à savoir qui de Vatanen, Lartigue, Saby, Schlesser, Peter en selle, Masuoka, Tina Thörner, Sainct, Despres ou Yakoubov mériteraient de rentrer dans le Top5 derrière le Kangoo de Luc Alphand et Fabrizio Meoni, le seul à avoir apporté un peu d’humanisme au Dakar. Sans même sauter d’hélicoptère.

Pendant ce temps-là, une poignée de Bretons fait la course entre les Sables-d’Olonne et les Sables-d’Olonne. Yann Eliès finira à cloche-pied.

Ligue 1, OM : Deschamps de ruines

bobo

L’élection de Fabrice Abriel meilleur joueur de novembre est la récompense de 17 ans de travail de sape des recruteurs marseillais. Combien de titres déjà ?

Entraîner la Juve en Série B, battre le Real en Ligue des Champions avec un petit club et disputer la finale avec la même équipe sans gagner la Ligue 1, ça rend intouchable et ça donne envie. Pour succéder à plein de types qui n’ont rien gagné, la Commanderie en a donc voulu un autre. Après un passage par la caisse de retraite, le système Deschamps s’est donc installé à Marseille. Soleil, pognon, pouvoir. Comment faire baisser encore le niveau d’une équipe faible ? En prenant aussi bon mais plus vieux. Et M’Bia alors ? Soit blessé, soit pas très bon. Il est effectivement incontournable devant la défense, l’effet Cissé probablement. La nostalgie de Rennes passera, Bonnart ne Mans presque plus.

Defense d’être bon

Heinze : On ne présente plus Gabi Heinze le combattant. Il aime quand c’est difficile : il était évidemment titulaire contre Montpellier (4-2), à Valenciennes (2-3), contre Monaco (1-2), à Lyon (5-5). Et le but de Borriello à Milan, c’est lui, il a aussi joué l’aller (1-2), et les deux matches contre le Real (0-3 et 1-3). Euphorique, il vient de s’offrir un penalty à Lorient. Le doublé d’Oliech ? Il n’aurait pas voulu rater ça. Il est d’un an plus jeune que Hilton et la différence saute aux yeux, il marque des buts. C’est déjà ça.

Diawara : Comme Heinze, il n’a que 30 ans. Et on ne la lui fait pas sur les grands clubs : conduite sans permis, erreur, penalty et expulsion en trois minutes à Santiago-Bernabeu, science du placement même contre Lyon, il apprend vite. Le doublé d’Oliech ? Il n’aurait pas voulu rater ça. Comme Heinze, il a trouvé la parade : se faire passer pour un attaquant. C’est déjà ça.

Rool : Payé pour être doublure de Taiwo, il fait preuve d’un grand professionnalisme : deux matches contre Montpellier et Valenciennes, un carton jaune pour garder la main. Cinq buts encaissés, mission accomplie : Taiwo est intouchable. C’est déjà ça.

Au milieu de nulle part

E. Cissé : 866 minutes de jeu en championnat et un match référence : à San Siro contre le Milan AC. La première visite à l’hospice est souvent un révélateur. 31 ans, quinze ans de carrière à peine, c’est déjà ça.

Abriel : Le nouveau Cheyrou. C’est un compliment le samedi. Et le mercredi ?, se demandent Milanais et Madrilènes. Auteurs de trois passes décisives lors du match du siècle OL-OM, il a fait une entrée fracassante dans la cour des grands. Quoi Cris-Toulalan ? Plus expérimenté qu’il n’y paraît, il n’a que 30 ans. C’est déjà ça.

Attaque cérébrale

Lucho Gonzalez : Il a commencé sa saison en se fracturant la clavicule. C’était bien vu, on ne s’est aperçu de son niveau qu’en octobre. Il court après sa forme du passé, et ça finit par le crever. Quatre buts, dont deux en Ligue des Champions, et un penalty sur la barre, c’est tout à fait correct pour un passeur. On oubliait : 17,5 millions d’euros. Mais l’avenir lui appartient, il n’a que 28 ans. C’est déjà ça.

Morientes : Un but en onze matches, dont quatre titularisations, Gignac n’est pas choqué, Deschamps un peu plus. Remplaçant de Brandao devrait mettre tout le monde d’accord. Son CV indique Real, Liverpool, Valence et 33 ans. L’aventure à Monaco, c’était en quelle année déjà ?

Pendant ce temps-là, Benarfa aurait une touche avec l’Olympiakos et Valbuena avec personne. Alain Perrin, lui, est libre.