Télévision, Football (L1, L2), Denis Balbir : France 2 (se) foot de nous

montel.gifbreveon7341.jpg

Voilà le nouveau Téléfoot. Oh, ce n'est pas que l'on aimait le vrai, mais la première émission de France 2 foot nous ferait presque regretter les bons vieux rires de Thierry Roland, et les dents acérées de feu Vincent Hardy.

Pourtant, on y a cru. Le premier quart d'heure était prometteur : du rythme, un Denis Balbir un peu impressionné (oh la vilaine déglutition, mais on lui pardonne, la gomina fait saliver) mais rien de méchant. Et puis, la claque : l'annonce du débat, très à la mode depuis la rentrée 2006 sur la Paf, mais qui a peut-être déjà trop vécu. S'il ne peut paraître innovant, le débat se doit aujourd'hui d'être clair et percutant sans tergiverser. Il n'y a plus de droit à l'erreur dans cet exercice.

Or le père Denis nous le survend avant la pub, en lançant une image « volée » en loges où Montel se fait bâcher par Courbis sur le thème « Guy Roux est trop vieux, les jeunes du coup n'ont pas de taf (quel langage, mazette, qu'en dirait Bernard Faure ?)« . Et Courbis d'évoquer la possibilité de prendre un entraîneur étranger, que cela ne règlera aucun problème. Bref, on s'ennuie ferme à l'avance.

Pas de haut mais débat

Et puis vient l'heure du débat, du vrai. Balbir lance Montel sur la feuille qu'il tient à la main, ce bon Pat' se lance dans un terrible réquisitoire qui doit faire frémir le meilleur d'entre Roux. Et Courbis n'a même pas le temps de le calmer « again » que le gominé l'interrompt pour lancer le sujet préalable au débat de Laurent Jaoui… « Ah bon, vous me coupez le sifflet d'entrée », rigole amèrement un Montel délicieusement survolté. Ambiance. Le sujet passe, le débat débute et n'en finit pas, et on frôle l'apoplexie quand Muller (Joël, pas Michel) ouvre son micro. Son surnom hérité du FC Metz le rattrape : le croque mort. En plus de choisir le plus grand spécialiste de foot de la chaîne, France 2 nous balance les meilleurs invités. Ah pardon, Muller est président du syndicat des entraîneurs, l'Unecatef. Dommage que Courbis parle mieux du métier. Alors, c'est vrai, reconnaissons-le, le débat s'est un peu envenimé, et a capté un poil d'attention. Disons que c'est un essai, et qu'il faudra parfaire la formule.

Mais pitié, virez-nous Nelson et son acolyte Nicolas Canteloup. C'est la goutte d'eau. On n'est pas encore chez Drucker ! A quoi bon négocier des droits pour les résumés de la L1 et L2 si c'est pour finir avec Canteloup qui n'obéit pas aux sommations d'un Balbir stoïque face à ses imitations, et dont l'oreillette hurle que le temps imparti est écoulé ? Même Laurent Romejko a plus d'autorité. Ca la foot mal.

Une réflexion au sujet de « Télévision, Football (L1, L2), Denis Balbir : France 2 (se) foot de nous »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *