Foot, équipe de France, Domenech : Déclaration sur l’humeur

domenech.jpg

Raymond Domenech est en pleine bourre. L'équipe de France n'a pas encore repris sa campagne qualificative pour l'Euro que le sélectionneur la remet au centre du terrain, par ses décalarations tous azimuts. Et comme le personnage est un sacré homme de lettres, il y a de quoi se marrer.

Raymond s'ennuierait-il pendant ses vacances ? Ou serait-ce sa nouvelle paternité (d'un petit Merlin, quel talent) qui lui donnerait des ailes ou la nausée ? Oh, il nous répondrait bien volontiers qu'il n'est pas en vacances. Mais voilà, les gens le sont, et peut-être se sent-il seul, peut-être pressent-il un danger : l'Italie-France de septembre n'est pas encore dans toutes les têtes… Alors, il a carrément décider de faire sauter le caisson, comme Giuly avec ses textos.

Cela a commencé par Coupet. Blessé, le gardien numéro 1 de l'équipe de France a vu sa joyeuse préparation pour le Mondial de rugby (il y assistera avec des béquilles) gâchée par un bon coup de pression de Domenech, nous en avons déjà parlé. « Je suis choqué par cette blessure. Quatre mois, c'est long pour lui. C'est difficile de se retrouver blessé comme ça (…) quand on se prépare, et qu'il y a les qualifications à l'Euro, avec l'Euro au bout, et le début de saison avec son club. » Allez hop, bon rétablissement, Greg'. Rassure toi cependant : tant que c'est Landreau dans les buts, tu gardes une chance.

La A', ressuscitée pour les Judas ?

Puis vint l'épisode équipe A'. Domenech veut ressusciter cette vieille équipe qui n'avait jamais été peuplée que de Bonnissel, Monterrubio, voire Marcel Dib… « L'idée est de voir un éventail assez large de joueurs, leur état d'esprit, de forme, de faire jouer un maximum de joueurs. » Oui, c'est ce que les autres disaient aussi. Sauf que la plupart des capés A' n'ont jamais eu de capes A. Et les joueurs le savent, à l'image d'un Patrice Evra qui sent déjà le vent du boulet (non, pas Sylvestre) en déclarant que « s'il faut y passer, on verra »… A moins, et ce serait rudement rusé, que l'ex-entraîneur du Lyon qui ne gagnait rien n'ait décidé de réinstaurer ce purgatoire pour punir ses black listés de la rue d'Ulm : Giuly, Pires, Micoud… Lachuer… Non, là, c'était une vanne. Il pourrait les envoyer, en plein mois de novembre, disputer un amical en Finlande. Non, plus sérieusement, cette sélection A' est une très belle façon de plus de leur mettre les boules : ils ne seront même pas pris en réserve… Et rappelons-nous ensemble que le père Domenech milite pour la souveraineté de la sélection, donc pas question de tolérer un refus d'un joueur !

Forçat d'Italia

Et puisque le dramaturge aux gros sourcils est décidément très en forme, il a poussé ses didascalies comiques jusqu'à intégrer l'infâme Materazzi au beau milieu de sa pièce. Son mécène Jean-Pierre Escalettes n'a pas ri. « En finale de Coupe du monde, tu marques un but, tu fais virer le meilleur joueur adverse et tu marques ton tir au but, détaille-t-il. On peut me dire ce qu'on veut sur Pirlo mais Materazzi, c'est l'homme du match. J'aurais pu être Materazzi. » Effectivement, maintenant qu'on y pense, il l'a été plusieurs fois sur les terrains de feu la D1. Mais il faut reconnaître à Domenech au moins une chose dans sa sarabande pétaradante d'août : il a raison, Materazzi a été l'homme d'une finale où il fut très bon, ne serait-ce que sur le strict plan du football.

Et puis vient le meilleur pour la fin. Une petite saloperie sur la corruption autour du football italien, qui n'a jamais existé, tout le monde en convient. « Dans le passé, des matchs ont été achetés. Je pense au France-Italie des moins de 21 ans aux Jeux Olympiques de Sydney. L'arbitre avait clairement été acheté. Quand ça t'arrive une fois, tu gardes le doute pour les prochaines rencontres. » Lâché par le très prudent Escalettes, qui a appelé son homologue italien, menacé par la Fifa et l'Uefa de Platini d'être « sanctionné si aucune preuve de corruption n'était apportée », Raymond a provoqué un beau merdier contre cette morale judéo-chrétienne, comme le dirait Albert Dupontel. Il voudrait se faire virer qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Heureusement, il a le soutien inconditionnel de Toifilou Maoulida, son ancien joueur désespoir (pardon, des Espoirs) qui affirme que « Domenech dit la vérité ». Nous, au Vestiaire, nous nous réjouissons : l'Italie-France de San Siro promet d'être très intéressant…

Une réflexion au sujet de « Foot, équipe de France, Domenech : Déclaration sur l’humeur »

  1. Exactement, certaines vérités font mal à entendre, surtout lorsqu’on dit que Materazzi à été très bon lors de la finale du mondiale !!!
    Materazzi a fait une erreur, il a payé, a-t-on fait tant de bordel lorsque Barthez s’est permis de cracher sur un arbitre musulman ?
    NON.
    Et étant arbitre officiel, la loi considère qu’il est plus grave de cracher sur un arbitre que de lancer des insultes (quelque soit les insultes).
    Aux niveaux inférieurs, la sanction pour avoir cracher sur un arbitre c’est la radiation, pourquoi n’applique-t-on pas les mêmes règles à tous les niveaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *