Tennis, Amélie Mauresmo : retour de flemme

legion.jpg

Amélie Mauresmo a conclu la pire saison de sa carrière sur une défaite contre l'un des frères Bondarenkov. Deux victoires en six matches, elle a bien fait d'ajourner sa retraite. Elle part en vacances épuisée mentalement.

Avec Amélie, l'histoire est un TOC. Mais au lieu de prononcer des noms d'organes sexuels, elle se contente de mauvaises blagues. Cela commence par la lassitude de cette saison. N'oublions pas qu'en plein été, après un catastrophique Wimbledon où ses rivales étaient juste à leur niveau – ce qui suffit pour la sortir -, notre Jennifer Lopez des salles de muscu a déjà plaidé la fatigue sur un yacht en Méditerrannée. Après un mois de reprise, elle vient de passer du « je ne suis pas encore revenue au top, c'est physique » à un « j'en ai marre de cette saison, je ne suis pas fâchée que 2007 se termine ». Du grand art, aussi limpide que la carrière de Di Pasquale. Sait-elle que faire du tennis est un métier ?

Ô rage, ho des espoirs

Mais le second balbutiement est plus inquiétant. Mauresmo, après son éclair de lucidité – « je suis devenue lambda » – a repris du poil de lavette. Comme au bon vieux temps, elle voit des signes, les mêmes que Chamou cherche dans les allées de Roland Garros. Son jeu serait mieux en place. « J'ai joué mon meilleur tennis depuis longtemps », a-t-elle avoué après son 1-6 dans le 3e set contreBondarenkov. « J'ai besoin de travailler. Je reste avec Loïc Courteau. » On se demande qui est l'homme dans leur couple. Si un jour, il veut réentraîner une autre joueuse, le maître psychologue qu'est Courteau ferait bien de se barrer. Car l'histoire (drôle) risque de se répéter de plus en plus souvent : « Je fais un break », annonce Mauresmo dans la foulée.

Une réflexion au sujet de « Tennis, Amélie Mauresmo : retour de flemme »

  1. Si un autre point de vue sur le sport veut dire ça, autant rien dire.
    C’est tout simplement honteux, un manque de respect pour la grande joueuse et la femme sympathique qu’est Amélie Mauresmo. On ne peut rien lui reprocher, il n’y a aucune raison de la détester comme tu la déteste, la dénigre, c’est une femme qu’on est obligé de respecté, même si elle joue moins bien.
    Un vrai fan est là dans les bons moments mais aussi dans les moins bons. Et c’est facile de critiquer quand on est assis sur sa chaise à rien faire de sa vie.
    Amélie a le droit de vouloir faire des breaks quand elle n’a plus envie, elle a le droit de vouloir continuer.
    Et, juste par hasard, as-tu vu le match face à Bondarenko ? Oui, Mauresmo jouait mieux, mais Bondarenko a fait un excellent match. Au tennis, il ne faut pas se contenter de regarder le score, et bondir comme un vautour dès que tout va mal pour une joueuse. C’est aussi ça qui démoli un sportif, l’abandon du public quand tout va déjà mal.
    A ciao bonsoir, « fan » de sport.

  2. Tout ca c’est des querelles un peu trop passionnées, non ?

    Le probleme, c’est que Amelie Mauresmo depuis son coming out précoce, est devenue une icone. Ca fait des remous, certains en sont fan pour ca, la presse l’aime, et ca gonfle aussi ceux qui sont plus cartesiens, « le résultat est le résultat ».

    Et la il y a plus de résultat. Aujourd’hui, elle fait ce qu’elle veut de sa vie. Etre Fan a ses limites. Les exces passionnels doivent se calmer. Un grand sportif est surement une personnalité faite d’orgueil.

    Si Melle Mauresmo a encore faim, dos au mur devant des objectifs incontournables, elle a l age de foutre une râclée a n importe qui. Si elle s embourgeoise, alors qu’elle lache en douceur en etant honnete avec soi meme.

    Maintenant je vais livrer une anecdote, un jour Mary Pierce perdait 6-0 4-0 (un truc vraiment comme ca, la nana , Pierce, allait perdre) quand soudain une spectatrice lui lanca méchamment « tu vas le bouger ton gros cul », et transforma la joueuse … qui gagna le match… à l ‘orgueil.

    Sacrée anecdote sur la psychologie, les motivations etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *