Foot, L1 : Mertocard, un mercato pour les tocards (1/2)

ph210324.jpg 

C'est l'histoire d'un génie du football, qui révolutionne le marché des transferts. Il part dès qu'il commence à jouer. Qui est-il ?

On pensait que le mercato d'hiver ne serait animé que par les catégories habituelles. Les habitués : Toifilou Maoulida, qui a raté assez de penalties pour ne rester que six mois à Auxerre ou Matt Moussilou, parti fêter le Nouvel An au Qatar et qui s'est rendu compte qu'il n'était pas loin du niveau des équipes réserves qataries. Jérôme Leroy, qui a autant de cartes vitales que Jacky Duguépéroux a d'inscriptions Assedic, a innové en restant à Rennes, avec un moustachu. Mickaël Madar, lui, a arrêté sa carrière et Nouma s'est lancé dans le cinéma.

Il y aussi les remarquables choix de carrière : Mavuba à Villareal qui met six mois pour comprendre qu'il a été recruté pour faire le nombre. Faé, encore apprenti footballeur et lycéen, qui quitte le nid familial trop tôt pour se perdre à Reading. Djemba et Berson avaient pourtant créé une jurisprudence, mais comme le pense la grosse tête Pascal Praud, « Faé y penser avant ».

Et puis, vient le messie…  

Une réflexion au sujet de « Foot, L1 : Mertocard, un mercato pour les tocards (1/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *