Football, L1, OM : Cissé bon comme ça

xboxcissepesfifa.jpg 

En pleine bourre, Djibril Cissé enseigne le come back d'attaquant à Ouedec et Maurice. Il ne prétend même plus que le problème, c'est les passes à Nasri.

Neuf buts en neuf matches. Cela ressemble à Benzema, sans le talent. Djibril Cissé est de retour, à force d'un mental hors normes, avec une confiance et une arrogance qu'il n'a pas volées, contrairement à Aurélien Capoue. Plus en jambes, il a retrouvé une vitesse de course. Si cela suffisait, Bernard Mendy ne serait plus au PSG. Il y a mieux. Comme si le Bon Dieu était devenu magnanime après avoir permis à Jurietti de rejoindre l'équipe de France, il a donné à Cissé une pointe d'instinct collectif. Rien de trop : juste assez pour faire une passe hier à Niang, une fois lancés au but à deux contre le gardien, au lieu d'arroser les stadiers, ce que M'Bami et Oruma font déjà très bien en s'échauffant derrière les buts.

Llodra aussi est bon

Alors, Cissé est vraiment de retour. Il se place aux bons endroits, redevient un joueur de surface qui touche des ballons au lieu de déclencher un appel en profondeur dans les 6 mètres, syndrome duquel Bakayoko ne s'est jamais vraiment remis. Pourtant, le retour de Cissé ne suscite plus l'espoir de sa sélection au Mondial 2002. Même Govou se sent plus fort. En hommage à Diomède, si cher « remplaçant qui la ferme » de Jacquet, Djib' ne s'est pas imposé à Liverpool. Sa seule mauvaise copie de janvier était en A'. En clair, quand le niveau s'élève et que les défenses se resserrent, Cissé trébuche comme Leboeuf avant de tirer un coup-franc. Les Benzema, Henry, Anelka, Trezeguet savent jouer en une touche de balle. Cissé sait mettre la balle en touche. Chacun son truc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *