Formule 1, GP de Malaisie, Robert Kubica : la pole au nez

kubica.jpg

Schumacher finit troisième de sa première sortie moto, BMW n'est pas qu'une marque de tuning et Bourdais, comme Pierre Rolland, apprend la course en peloton.

Il lui aura fallu une sortie de piste au premier tour pour que Sébastien Bourdais se considère définitivement comme un pilote de Formule 1. C’est rassurant. 18e de la première séance d’essais libres, immobilisé trois minutes après le début de la seconde, contraint à changer de moteur et de partir en fond de grille, il a finit sa course dans le bac à sable du sixième virage, se rappelant avec humilité aux bons souvenirs de Jean Malaisie.

Lewis Hamilton a quitté Kuala Lumpur dans le même anonymat. Moins rapide que son coéquipier, le charismatique leader du championnat du monde n’a pas digéré le coup de pouce de la FIA. A croire que la flambée du baril de pétrole frappe jusqu’aux porte-monnaie des écuries de pointe. McLaren demande maintenant à ses pilotes de gérer leur consommation. Elle va aussi devoir bientôt gérer leur rapport de force si Kovalainen s’invite encore devant l’impatient anglais. Hamilton supporte autant la pression qu’Eddy Irvine un soir de Saint Patrick.

Finlande rêveur

Dans des circonstances de course normales, Honda, Williams et Takuma Sato ont retrouvé leur rang. Les investissements de Toyota semblent en revanche payer cette saison, dommage que les Nippons aient choisi un manchot pour seconder Trulli. C’est un peu le même cas de figure chez Renault : Alonso tire ce qu’il peut de la voiture ; Nelson Junior a encore du mal à la conduire. La suppression de l’assistance électronique n’aura pénalisé que les Brésiliens.

Massa a encore étalé ses qualités sur les bas-côtés. La hiérarchie est établie chez Ferrari. Elle l’est un peu moins parmi les dirigeants de BMW. Ses deux protégés sont aussi fiables que le moteur allemand. Il ne manque plus qu’une victoire à Kubica pour en faire un candidat au titre, Le Vestiaire avait vu juste malgré son abandon en Australie. Le meilleur pilote de F1 est monté dimanche sur le podium. Il n’était pas Finlandais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *