Tennis, Médias : Les va et vient de Chamouloth

godard.jpg

Dans les allées de la loge VIP de France télé, les rumeurs et les scoops défilent comme les revers en bas de filet de Clément. Le public et Brabo ne s'y trompent pas : les premiers jours, c'est la fête aux Français.

De notre envoyé spécial

C'est malheureux d'en arriver là, mais c'est un constat : n'est pas Llodra qui veut. Le désormais breveté « effet bouteille », est le sanctuaire des leaders français. Cela n'empêche pas France 2 de tutoyer le génie pour égayer nos après-midi. Notamment en choisissant les deux chocs du premier tour : Llodra-Patience et Clément-Monfils. Clément, pour son crépuscule, a même participé au show en contestant la balle de match pendant qu'un des nouveaux Noah l'attendait au filet, vingt minutes après l'échauffement. Le service public, c'est comme à la radio, il y a un quota de daubes françaises à respecter.

Lauclair de l'allume

Evidemment, Patience l'a encore perdue. Il a même manqué d'expédier un coup droit dans Lauclair, le micro accroché à ses basques avant qu'il serre la main de Llodra. L'expérience aidant, il s'est retenu. En revanche, Lauclair cherche la petite bête, qui n'est pas la femme d'un collègue, quand il assène à Malou Devilder : « Au prochain tour, un jeune que vous avez déjà battu, Rafael Nadal. Non, je rigole. » Le charisme à la Fontang de sa victime le prémunit de toute réaction. Lauclair faisait pareil avec Bazire.

Quelques mètres plus haut, et avant même de tenter de se farcir Mary Pierce, Brabo accueille l'entrée de Mauresmo dans le tournoi avec verve. Au détour d'un plan sur Courteau : « Amélie à Roland, y a de quoi prendre 20 ans. » Après un échange stoppé car Maumau a vu la balle faute : « Bien joué Amélie ! » L'enthousiasme est là, il présentera même Ascione comme un solide joueur français. Et Coria mené deux sets à un par Robredo en futur vainqueur. « Il est juste incroyable. » Il menait 4-2, il perdra 6-4.

Mais le vrai maudit, c'est Lionel Chamalo. On lui avait promis un Gasquet-Serra, il a hérité de Giraldo. Il a tout essayé. S'extasier sur la puissance d'un coup droit du Colombien qui aurait pu être un amorti un peu long. Harceler Boetsch pour savoir si changer d'adversaire était un problème, en se faisant rembarrer à chaque fois. Il a fini sur les rotules : « Ce serait justice à 27 ans pour Serra de disputer un 3e tour. »

Pendant ce temps-là, Jean-René Godard écume les courts annexes pour commenter en différé des balles de match. Il y croise souvent Montel. Pioline, toujours au placard, est responsable (du haut niveau). Mais pas coupable ?

Une réflexion au sujet de « Tennis, Médias : Les va et vient de Chamouloth »

  1. Juste un petit message d’encouragement: continuez, vous êtes les meilleurs!

    Bravo pour votre grande culture sportive (cette façon de sortir des noms d’obscurs troisièmes couteaux quasi-oubliés… Fontang… et pourquoi pas Patrice Kuchna?)et votre humour (quoique un peu lourd parfois, mais on aime ça!)
    Vivement le Tour et les J.O., on va pas s’ennuyer cet été!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *