Fabrice Santoro peut-il ne pas gagner l’Open d’Australie ?

magicien

<i>Le Vestiaire</i> avait tout faux depuis le début. Le Magicien vient de sortir deux des meilleurs joueurs du monde. Pour son 750e tournoi du Grand Chelem, son heure est-elle venue ?

Ferrero et Servan-Schreiber peuvent en témoigner. Fabrice Santoro est sur une autre planète en ce début d’Australian Open. Les mauvaises langues diront chez le kiné, parce que des crampes dès le deuxième jeu, ça ne part pas comme ça. A 36 ans, le Français a appris à gérer ses efforts. Il ne joue plus que quelques tournois et entretient son record de participations en Grand Chelem. Les mauvaises langues diront qu’il s’en fout surtout plein les poches dans des tournois lucratifs où les meilleurs joueurs ne viennent pas.

Guerlain l’enchanteur

Aujourd’hui, Santoro n’a plus rien à apprendre. Les mauvaises langues diront que ça tombe bien, il n’en a rien à foutre. Il est le meilleur français. Il a plus de coups de magicien que Gasquet, qui est aussi admiratif de lui que de Noah. Il a plus de mental que l’arrogant Simon. Il ne vendange pas deux sets d’avance comme Mathieu parce que des supporters bourrés imaginent que son adversaire est bosniaque comme eux. Il a fini par appeler tout le monde Youzhny, et ça, ça n’arriverait jamais à Santoro.

Surtout, il volleye bien mieux que Tsonga en double et a déjà servi aussi fort que Monfils en deuxième balle. Il est un peu leur père à tous. Même Federer s’est prosterné devant son immense carrière, probablement jaloux de ses amortis. Les mauvaises langues diront que c’était avant de lui mettre 6/0, 6/1 comme Nadal, qui se damnerait pour jouer des deux mains comme l’enchanteur. A part un retour de Ronald Agenor, qui pourrait arrêter Fabulous Fab ?

Pendant ce temps-là, l’effet Noah retard serait en train de faire effet. Et l’effet Pierce ?

Une réflexion au sujet de « Fabrice Santoro peut-il ne pas gagner l’Open d’Australie ? »

  1. Le vestiaire est souvent juste mais le vestiaire est dur.

    Vous reprochez à Santoro d’être moins bon que les autres et de faire son métier jusqu’au bout : où est le mal ?

    Certes il n’a eu qu’une carrière honnête, pas d’éclat en grand chelem, pas de physique de superstar, un jeu atypique (un peu chiant à la longue) mais il a ramené 7 titres en simple je crois. Il a fait ce qu’il a pu eu égard à son talent, non ?

    Après vaut-il mieux être double tenant du titre à Newport que double deuxième-tour(iste) à Sydney ?

    D’ailleurs je me demande si un deuxième tour d’un tournoi correct rapporte pas plus qu’une victoire en tournoi un peu « poucrave » ?

    Un peu comme Barrichello en F1, on ne peut pas dire qu’il soit dérangeant, les médias en font sûrement trop comme d’hab sur sa fin de carrière (C’est à dire on s’en fout un peu de sa fin de carrière)…

    Au final, il a gagné deux fois plus de titres que Grosjean ! 1 coupe Davis et un Masters de Double, c’est propre.

    Contre Sean William Scott, ça va être un peu plus dur, allez 6/2 6/4 6/1…

    M’enfin ce soir c’est Marat contre Rodga « Australian acte III » : Marat en 4 sets…

    Mauvaise-foi-ement votre,

    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *