Les Palmarès du Vestiaire : Les ailiers

dodo

Depuis vingt ans, ils n’ont fait gagner aucune équipe nationale. Van Basten a compris, il passera bientôt d’entraîneur à chroniqueur, comme Cruyff. Voici les meilleurs ailiers.

5. Chris Waddle

Joueur majeur de la Coupe des Champions, avec une finale et un but de légende en quart. A Marseille, il a laissé une empreinte que ni Ribéry, ni même Oruma n’ont effacé. Une image cantonienne dans un pays qui n’est pas le sien. Un joueur de salon devenu efficace, sauf quand il signa à Sheffield Wednesday, l’année où l’OM Municha le Milan. Malgré sa coupe de cheveux douteuse, il dépasse de loin Kanchelskis, Alenitchev et Capucho. Cerise sur le pudding, son tir au but manqué en demi-finale du Mondiale 90. Aucun doute, il est ailier.

4. Ryan Giggs

Un indéboulonnable fidèle, qui a mieux choisi son club formateur que les frères Da Rocha. Il a tout gagné avec Manchester, mais pour la sélection, dommage qu’il n’ait pas aussi appris le rugby. Il aurait au moins joué une Coupe du monde, Stephen Jones est bien meilleur meneur de jeu que Craig Bellamy. Contrairement à Stoichkov ou Hagi, il ne tira jamais rien de son pays. C’est aussi ça la force des vrais ailiers.

3. Cristiano Ronaldo

Le Ballon d’Or, c’est plus facile, Nedved en sait quelque chose. Il est encore très jeune, n’est probablement pas le meilleur footballeur de la planète, mais son palmarès parle déjà pour lui. Des championnats d’Angleterre, Owen aimerait connaître. Une Ligue des Champions, une demi-finale, Aulas se damnerait pour avoir des places. Et déjà une finale d’Euro, une demie de Coupe du monde et un Euro merdique quand il était le plus attendu. Christine Arron s’intéresse désormais au foot.

2. Marc Overmars

L’ailier par excellence, toujours prêt à déborder et ne pas centrer derrière les buts. Ingratitude, aucun DVD sur le Néerlandais n’est sorti au cours de la formation de Sydney Govou. Avec les Pays-Bas, une demi-finale de Coupe du monde pour seule récompense de deux ans à maudire Seedorf, incapable de marquer un pénalty à Lama. Et encore, les Dieux du football lui en voulaient vraiment puisque c’est Zenden qui jouait. Bien sûr, Overmars fait partie de la génération brillante de l’Ajax. Ensuite, il a connu Arsenal et le Barça avec succès, sauf en Coupe d’Europe. A sa décharge, une vilaine rumeur l’annonçant à Nantes pour finir sa carrière. Les médias n’ont aucun respect.

1. Luis Figo

Seuls les ailiers et France Football pouvaient lui offrir la consécration d’être le premier. De ses demi-finales d’Euro 2000 et de Mondial 2006 insipides à sa finale manquée de l’Euro 2004 à domicile, il a tout compris au système. Real, Barça et une fin de carrière interminable à l’Inter, il aura marqué l’histoire du football en étant toujours là où les choses se passaient, sans jamais influer sur le cours des choses. Marqua-t-il une somptueuse volée des 20 mètres lors de la finale de Ligue des Champions 2002 Real-Leverkusen ? Evidemment, non. Mais il est notre incontestable meilleur ailier.

Egalement cités : Ginola, le Cantona de l’aile, il a dompté l’Angleterre, mais en tant qu’assassin officiel des Bleus, il a un palmarès international aussi vierge que Gasquet ; Ribéry et Messi, en fin de carrière ils s’appeleront Ronnie ou Maradona, à eux de choisir ; Vicente, un espoir qui ne l’est plus ; Joaquin, pas mieux ; Claudio Lopez, et Veron ? ; Beckham, l’Angleterre lui en veut toujours, surtout de ne pas être un grand joueur ; Kewell, qui ? ; Zenden, le prénom de Zidane ne suffit pas ; Alioune Touré, sans le ballon, c’était un régal. Pascal Vahirua et Bernard Diomède.

15 réflexions au sujet de « Les Palmarès du Vestiaire : Les ailiers »

  1. Je relève 2 petites erreurs dans ce commentaire. Pour Waddle, si son but de légende est celui du match retour contre le Milan AC en 91, c’est en quarts de finale, lorsque l’EDF a coupé l’abonnement à l’OM. En demi-finale, l’OM a joué le Spartk Moscou avec un but de Vercruysse à l’aller (comme quoi, tout est possible).
    Et aussi, le but que Figo ne pouvait pas marquer en finale de la LDC face à Lerverkusen, c’est en 2002. En 2003, c’est la finale de la série A la plus chiante de l’histoire du foot qui a eu lieu à Manchester dans un Théatre des Rêves portant bien mal son nom.

  2. Merci Eric. Notre chroniqueur n’étant né qu’en 95 avec le FC Nantes, il a peut-être eu tort de se fier à ses seuls souvenirs. Quant à l’année Zidane en C1, cela est impardonnable, il y aura sanction. Ses palmarès foot seront désormais remplacés par des palmarès venus d’autres contrées Olympiques ou non, comme le ski ou le rugby.

  3. Il faut dire que vu les évolutions tactiques, ce classement est le parent pauvre de la série des palmarès. Les meilleurs ailiers ne jouaient pas pendant ces vingt dernière années mais avant. Ronaldo va finir avant-centre de toute façon ou tout du moins dans l’axe, une 3ème place lui suffira. En ce sens, on aurait pu faire une place pour Messi étant entendu qu’il n’apparaitra dans aucun classement, maintenant. Le reste est conforme.
    J’ai vu Claudio Lopez, je n’ai toujours pas compris pourquoi. A moins que vous ne vouliez parler de Kily Gonzalez. Dans ce cas, on pourrait voir Simao (Simon pour ceux qui écoutent Jenpierre). Si Vicente a été cité, Munitis aurait pu l’être.
    Enfin, nulle trace de Cocard ; Guy Roux serait monté au créneau : après la non-présence de Martins dans le classement des meneurs de jeu, il n’aurait pas supporté ce nouveau non-sens. Heureusement que Diomède et Vahirua sont là.

  4. Bonne analyse, mais attention, Cocard n’était pas footballeur, sinon il aurait, à l’évidence, figuré en bonne place. Munitis et Simao avaient toute leur place, mais certains votants préfèrent le triathlon et le cricket au ballon rond. D’où la présence de Lopez et même celle de Veron si vous regardez bien. Messi était le 6ème homme.

  5. Et Ronnie ? Et Wiltord ? Et Beckham surtout ? Et Henry s’il avait su centrer à l’époque où il jouait devant Di Méco ?

  6. Ronaldinho est présent dans celui des meneurs de jeu. Wiltord ? Oui et Pires ? A Arsenal, un coup, on joue ailier puis avant-centre, puis neuf et demi, puis … Même Lemerre ne savait plus où les faire jouer. En tout cas, à Bordeaux, Wiltord jouait bien devant, Aubervilliers doit s’en rappeler encore. Beckham ? Allons, allons, il faut être capable de dribbler avant d’adresser un centre. Ceci dit, s’il y a un palmarès du jeu long, notre homme approche la perfection, comme Gerrard, Koeman, Möller ou Xabi Alonso. Henry, Il sait centrer, maintenant ?
    Ouf, j’ai réussi à glisser autant de questions que vous.

  7. Beckham était capable de centrer devant le but sans avoir à dribbler ou déborder son adversaire de part sa souplesse de cheville et sa façon de frapper la balle, ce qui lui permettait de ne pas mettre en avant sa vitesse de course. Sheringham, Cole ou Van Nistelrooy peuvent en témoigner.

  8. @ Hannezo : Oui, d’ailleurs, Neville s’est épuisé sans cesse pour créer le décalage qui empêchait le contre. On comprend que le joueur soit fatigué depuis. Même ses blessures l’empêchent de récupérer totalement de cette période.

    @ Boomesong : A ce qu’il paraît, il chercherait toujours un coiffeur.

  9. Hej, ah Overmars c’était la super classe quand même. Et lui a eu le bon goût de ne plus être là pour le matche de boxe Pays-bas – portugal.

  10. A quand la suite…

    Les latéraux démonteurs avec Cyril Rool, Jurietti, Di Meco
    Les attaquants à 0 but en coupe du monde : Guivarch, L’équipe de France 2002

    J’en peux plus déjà 2 mois d’attente depuis le dernier Palmarès.

  11. Je ne comprends pas quand je fais Catégorie : Palmarès, le premier (et donc le dernier au 04/01/09) que je vois est celui des Ailiers. Par contre quand je vais dans la rubrique Rugby, pas de problèmes je trouve la palmarès Rugby. Problème d’organisations du site ou il faut comprendre que la rubrique Palmarès ne regroupe que le foot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *