L’Hommage : Ronald ignoble

zubar

Les bonnes performances récentes de la défense marseillaise valaient bien un hommage à Civelli et Hilton. Dont acte.

Patrick Vieira se retourne dans sa tombe. Le football français se serait trouvé un défenseur plus maladroit que lui. A moins qu’il ne soit pas footballeur. C’est l’histoire d’un joueur qui a longtemps hésité. Entre toutes les disciplines qu’il a apprises au collège, et il a finalement choisi le foot. Entre le poste de milieu et celui de défenseur, mais pour lui les deux se valaient. Entre la passe à son coéquipier ou à Delgado, en Coupe de France. Entre le haut et le très haut niveau par contre, le choix a été trop dur. Tout n’est pas de sa faute : convoqué en équipe de France espoirs, il n’avait rien demandé. Comme quelques autres, il était à Caen et ça devait suffire à éviter des conneries comme la Coupe d’Europe ou la sélection. Mais on n’est pas le successeur de Gallas impunément.

Zubar sans plomb

Son entraîneur croit en lui depuis 3 ans, 70 matches de Ligue 1 et neuf de Ligue des Champions. « Il a toutes les qualités pour devenir un bon défenseur central, s’il est concentré. » Le prof de français de Gallas disait pareil les jours de dictée. A 23 ans, ça commence à faire de l’expérience, mais Benzema ne s’en est pas aperçu quand il s’est fait découper en fin de match sur une feinte de corps à la Blondeau. Pas suffisant pour que Gerets change sa position de mai : « Beaucoup de joueurs n’ont pas, intrinsèquement, sa force, sa vitesse, son jeu de tête. » Il n’a pas mentionné que le football se joue avec les pieds, sûrement une vanne belge. Benarfa s’est bien marré depuis le banc.

Pendant ce temps-là, www.ronald-zubar.com est momentanément hors service, comme son compteur de matches en championnat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *