Liga : Le Real de merdrid (1/2)

gty2

Après avoir alterné avec le Barça pour les hauts et les bas depuis 15 ans, cette année les deux clubs ont décidé de faire jeu égal en appliquant les mêmes recettes : aligner les stars qui ne peuvent pas jouer ensemble. Enfin elles pourraient mais elles sont pas venues pour ça.

C’était plutôt bien vu de la part de Florentino. Aligner les billets pour construire une tête de gondole avec les meilleurs joueurs du monde, fallait y penser. Pour remplacer Zidane, Figo, Ronaldo, Raul et pas Owen, il a choisi Ronaldo, Benzema, Kaka et Raul. Huit ans se sont écoulés entre les deux époques, il n’y a pourtant pas d’intrus. Le point commun de ces joueurs en dehors de leur ego, c’est qu’ils sont tous buteurs. Et pour marquer, à moins de s’appeler Thierry Henry, il faut évoluer dans l’axe. Premier problème : l’axe est un rectangle de pelouse pas assez grand pour faire rentrer tout le monde, celui de la femme de Fred y arrivait bien. Du coup à défaut d’être recadré par un entraîneur, il faut s’autoréguler. Benzema le fait car c’est pareil sur PES et qu’il peut apporter autre chose, les autres ne le font pas car ils veulent marquer. Alors des fois ça arrive contre Valladolid et Marseille. Mais n’allez pas croire qu’ils n’auraient pas le niveau de la D3 espagnole. 

Raul castreur 

Deuxième problème : l’ego, il s’appelle  Raul. Entraîneur, joueur, capitaine, il est intouchable. En plus quand il joue il marque. Suffisant pour leurrer les medias, pas assez pour notre spécialiste. Raul n’a rien coûté à la base, du coup il a beaucoup à rattraper, c’est aujourd’hui qu’il coûte le plus. Il diminue de moitié le rendement de Benzema puisqu’il évolue à son poste. Benzema ne peut pas prouver le contraire puisqu’il n’y est jamais. Du coup, il créé des espaces pour Raul qui plante à l’occasion. Curieusement, Raul marque rarement durant la seconde mi-temps d’une rencontre qu’il a débutée, mais que Benzema ne finit pas. Mais les matches ne durent pas 45 minutes. Raul est devenu un joker et ne doit plus être titulaire. Le syndrôme Desailly-Thuram continue de tuer, et il n’existe pas d’autre vaccin que le courage.  

Jesus Cristiano

Troisième problème : l’égo, il s’appelle Cristiano Ronaldo. Le demi-Ballon d’or de l’année dernière ne sert qu’à marquer. La moindre baisse de régime le rend indispensable à l’équipe du Portugal mais nulle part ailleurs. Comme le petit Richard, il veut jouer et gagner tout seul. C’était bien parti pour, mais après le cul de Paris Hilton, il voit celui de son infirmière depuis quelques semaines. Pourtant il demeure le meilleur buteur du club. Rien d’inquiétant là-dedans puisque le recrutement est essentiellement offensif. Marquer deux buts c’est bien, mais avec le système defensif actuel il en faudra 5.

Kaka d’Higuain

Le cas Kaka est juste un problème d’ego. Il pensait être le plus cher, finalement non, mais il est le plus ancien Ballon d’or. Ca énerve Raul mais c’est la faute de personne s’il peut pas participer au concours. Numéro 10, sur un côté, il joue partout mais on le voit souvent dans l’axe, tiens donc. On l’a déjà vu faire des passes à Benzema, ils ne sont pas nombreux, heureusement que le Christ a dit qu’il fallait aider son prochain. Le cas Higuain est juste un problème de talent. S’il était l’homme de la situation, le Real n’aurait pas vidé les bourses de son président. Le symbole du Real trionphant de l’année dernière est même souvent titulaire dans la sélection argentine triomphante de Maradona. On ne sait pas comment il s’y prend, mais il y arrive. Lui aimerait sûrement que Pellegrini reste, Granero aussi, et s’ils partaient tous les trois ?

Défendre avec Pépé…

Le problème défensif du Real est juste un problème insoluble. Arsenal essaye depuis des années de gagner la Coupe d’Europe avec Gallas, le Bayern a osé l’option Lucio, Pépé-Albiol inutile de dire que c’est la gamme au-dessus. Seul problème, deux joueurs trop forts côte à côté ça finit toujours par tout gâcher. Heureusement, Sergio Ramos peut dépanner, il a tellement convaincu dans l’axe qu’il est devenu un indéboulonnable latéral droit. Très organisée, la défense madrilène ne laisse aucun espace, ne fait aucune erreur de marquage ou de relance, ne perd pas 3-2 à domicile contre Milan et 4-0 à Alcorcon : la preuve elle n’a pris que 6 buts en 8 matches de championnat. Une seule défaite, c’est très peu, et puis Séville est intouchable, La Corogne, l’Espanyol, Xerez, Villareal, Tenerife, Valladolid et Gijon un peu moins.

…sans Mémé

Une question qui n’a rien à voir : Iker Casillas est-il le meilleur gardien du monde ? Depuis une bonne dizaine d’années, il paraît que oui, ses poteaux sont aussi les meilleurs du monde. Depuis une dizaine d’années aussi, Metzelder, Woodgate, Cannavaro, Helguera, Drenthe et Heinze ne sont pas les meilleurs défenseurs du monde. Les meilleurs gardiens sont toujours ceux qui ont le moins de travail, Eric Durand en sait quelque chose. Fernando Hierro a pris trop de poids, dommage 41 ans c’est pas si vieux, après tout y a pas d’âge pour être un vieux lourd. Heureusement, le Real peut compter sur ses vrais défenseurs : Kaka, Raul, Cristiano, Benzema. Ils ne perdent pas les ballons, c’est un redoutable avantage, par contre les tacles et les ballons récupérés c’est pas leur truc. Lassana Diarra un peu plus, mais pas trop non plus, on va quand même pas le comparer avec Makélélé juste parce que c’est son sosie. Ou alors l’actuel. Xabi Alonso ? Pourquoi pas Guti tant qu’on y est.

Le Vestiaire l’avait expliqué depuis longtemps, il fallait tout changer au Real. Désormais il n’existe plus qu’une solution : que le nouvel entraîneur fasse jouer Benzema seul à son poste. Notre spécialiste vous expliquera demain pourquoi.

Une réflexion au sujet de « Liga : Le Real de merdrid (1/2) »

  1. Alléchante remise en question du gunner que voilà.. A quand un papier sur le stoppeur sénateur qui a déjà couché son nom sur les feuilles de match des barrages ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *