Irlande-France, Escalettes show : Domenech chauve, le Croke mort

tribun

Les droits de l’épisode du Domenech show diffusé ce soir ont été rachetés par une chaîne concurrente qui a trouvé un nouveau héros. Il a quelques siècles de plus dans l’art de se foutre de la gueule du monde, à moins qu’il soit juste incompétent ou tout simplement gâteux. Mais il est le seul à connaître la vérité. La voici.

24 avril 2006. La retraite de Zidane et l’émotion d’un homme

« Je suis un peu triste. Ce n’est pas un scoop. »

 

18 juin 2006. Un début de Coupe du monde entre courage et confiance

 «Je ne veux pas lui mettre de pression avec un objectif». «Ce contrat précise que si on fait un bon parcours, on discutera de l’avenir. Il faudra alors juger quel est un bon parcours. C’est évidemment subjectif. J’ai une petite idée, mais c’est au conseil fédéral de trancher. Un bon parcours, c’est d’abord qu’on joue mieux qu’actuellement et qu’on franchisse au moins le premier tour

9 juillet 2006. La vérité du terrain

Finale de la Coupe du monde, France-Italie : 1-1.

 

10 juillet 2006. L’expertise d’un spécialiste

«Zidane est un homme triste ce soir»

  

  14 juin 2008. Après France-Pays-Bas (1-4), Thierry Henry rassure.

 « Il reste une grosse possibilité de se qualifier». «Le but est toujours de se qualifier et de gagner l’Euro, pour l’instant, oui». «C’est toujours dur de retenir le positif dans un match où tu perds 4-1, reconnaît-il, mais on a évolué contre une équipe en réussite, et on n’a pas mal joué. Il ne faut pas baisser la tête, revenir à chaque fois et frapper à la porte. C’est ce qu’on a fait hier. Je rate mon lob devant Van der Sar, point-barre. Ça ne m’a pas empêché de marquer ensuite. C’est comme ça. Il faut réagir

  

  16 juin 2008. Le courage et la confiance d’un homme

 Jean-Pierre Escalettes, assure qu’il soutiendra le sélectionneur «jusqu’au bout» et souhaite son «maintien jusqu’en 2010». Mais, «c’est la vérité d’aujourd’hui».  «Bien sûr, il est plus facile de faire ce débriefing après une campagne victorieuse… Mais en ce qui me concerne, je soutiendrai Domenech jusqu’au bout, nous sommes un tandem. Je ne suis pas un homme déloyal, je ne dirai pas « Raymond, démission »». «Je suis pour son maintien jusqu’en 2010.  Mais c’est la vérité d’aujourd’hui, d’autres paramètres peuvent entrer en considération» .

 

17 juin 2008. La vérité du terrain peut-être.

Premier tour de l’Euo : France-Roumanie 0-0, France-Pays-Bas 1-4, France-Italie 0-2

3 juillet 2008. Le courage d’un homme

« Le maintien de Domenech, c’est un maintien sous conditions, un point sera notamment fait après les trois premiers matchs de qualification pour la Coupe du monde 2010.

 Raymond a admis avoir commis un certain nombre d’erreurs, maintenant il va pouvoir les corriger, y porter remède. Si on était allé chercher quelqu’un d’autre, il y aurait eu une phase d’adaptation. Les manques ? En premier lieu, il y a la communication du sélectionneur. Elle a été, par moment, désastreuse. Elle était trop personnalisée. Il y avait de l’agressivité, un manque de transparence… cette communication a été comme du vinaigre que l’on met sur une plaie.  Il faut que ça change.  D’ailleurs, Raymond a demandé à s’appuyer sur les services généraux afin de se faire idée. J’aurais également un rôle à jouer là-dedans. Maintenant, il n’a qu’une mission : se concentrer sur le terrain. Gommer les aspérités de quelqu’un de son âge, ce n’est pas évident. C’est un pari. On va tout faire pour l’aider avec sa volonté. On va faire une campagne extrêmement agressive au niveau des médias pour réconcilier l’équipe de France avec son public. Ça doit être le fer de lance d’une nouvelle équipe de France. Je vais d’ailleurs intervenir auprès des joueurs lors de notre prochaine rencontre. On va les mettre devant leurs responsabilités. Il faut qu’ils sachent ce qu’ils représentent, ce qu’ils doivent à leur public. »

4 juillet 2008 La presse avait dû mal comprendre

Libération : «Domenech sauve sa tête sous condition de résultats» «Si les Bleus de Domenech ne ramassent pas un minimum de cinq points lors de ces trois échéances-là Domenech est viré».

Le Figaro:  Jean-Pierre Escalettes, est «très conscient de jouer une partie à hauts risques : si Domenech n’avait pas les résultats escomptés, il serait poussé dehors et le président avec lui, alors qu’il aimerait entamer un second mandat en fin d’année».

Le Parisien-Aujourd’hui en France : «Domenech repart à zéro» . La fédération a confirmé le sélectionneur «sans conviction». 

La Gazetta dello sport :  maintien «miraculeux» et euro «désastreux» .En Italie Roberto Donadoni a été viré malgré une qualification en quart de finale.

 7 juillet 2008, la confiance d’une Fédération

 «Le public est déçu par l’élimination précoce de l’équipe de France. En plus, l’affiche de rentrée (Autriche-France, le 6 septembre) est peu attractive.»
«L’équipe de France s’éloigne de son public, peut-on lire dans l’appel d’offres. Elle n’exprime pas suffisamment de valeurs humaines et relationnelles, dissuadant ses supporters de lui accorder un soutien inconditionnel
«Suite à la prise de pouvoir de l’argent et dans un contexte malsain (racisme, violence, tricherie), l’équipe de France occupe une place à part. Elle véhicule l’image de la France qui gagne et suscite le respect de ses adversaires

11 octobre 2008. La vérité du terrain

 Autriche-France 3-1, France-Serbie 2-1, Roumanie-France 2-2

 

  11 octobre 2008.  le courage d’un homme.

«On verra… Je reste fidèle à ce que j’ai toujours dit à savoir qu’on fera le point après les trois premiers matches.
«Il y a eu une deuxième mi-temps rassurante, contre la Serbie et la Roumanie. Un jour, il faudra être bien pendant deux mi-temps, tacle Jean-Pierre Escalettes, qui n’est pas aussi prêt à s’exposer que l’été dernier pour soutenir son sélectionneur. Les conseils fédéraux sont toujours des conseils où les gens s’expriment. J’ai dit qu’on ferait le point au bout de trois matches, pour savoir si on a hypothéqué nos chances ou pas». Manifestement, avec deux points de retard sur deux leaders, ce n’est pas le cas. «On verra ce que nous diront nos amis».

15 octobre 2008. Les fantasmes d’un homme 

 Le conseil fédéral de la FFF a maintenu Raymond Domenech dans ses fonctions de sélectionneur de l’équipe de France, mercredi, a indiqué son président Jean-Pierre Escalettes au siège de l’institution. «Il n’y aura pas d’arrêt sur images…», dit Escalettes « Raymond Domenech a gommé certains aspects difficiles de sa communication, avec humilité et réalisme» «parcours correct, avec deux matches à l’extérieur, sans plus»,  «Mais nous n’avons pas hypothéqué nos chances». «On aurait pu s’en tenir à ça, mais deux choses ont fait pencher la balance de façon beaucoup plus forte : c’est ce qui s’est passé sur le terrain»
« Ils veulent aller en 2010 avec leur coach »
« Je pense à la deuxième mi-temps contre la Serbie, et au miracle de Constanta, avec 67% de possession de balle, des occasions, un football généreux tourné vers l’avant. Il s’est passé quelque chose»  «Gérard Houllier disait :  »c’est dans l’adversité que naissent les grandes équipes ». Nous l’avons connue, cette adversité. Il y a eu une campagne de presse comme je ne l’ai jamais vu, des blessures successives jusqu’à la dernière minute, avec notre capitaine Patrick Vieira, un début de match catastrophique. Mais il y a eu un coach qui a su dire ce qu’il avait à dire. Il y a eu une révolte technique aussi. Ceux qui vivent dans cette équipe vous le disent : c’est la vérité, il y a adhésion des joueurs. Ils veulent aller en 2010 avec leur coach». Changer de sélectionneur à un tel moment «serait criminel, maintenant que la machine est lancée».

 28 mars 2009. Le fatalisme d’un homme

 « Raymond Domenech reste le mal-aimé ? Oui, ça ne change pas. Je me demande si ça changera un jour. Bon, Raymond, c’est comme ça. C’est une figure controversée. Il le restera jusqu’au bout. Peut-être même que, d’un certain côté, il ne déteste pas ça. Je n’en sais rien. »

11 novembre 2009. Les certitudes d’un homme

« On va se qualifier. Ce n’est pas un optimisme béat, mais l’expression d’une énorme volonté. Une élimination n’aurait pas de conséquences économiques pour la Fédération mais serait un échec, difficile à digérer sportivement et mauvais pour l’image du football français. Pour Domenech, c’est comme pour les joueurs : on prend les matches comme ils arrivent et après on avisera. Le Conseil fédéral se prononcera. Ce que je peux vous assurer, c’est qu’on n’a pas abordé le problème. »

Pendant ce temps-là, Pires aimerait peut-être dîner avec les épouses de Laurent Blanc et Gerard Houiller.

3 réflexions au sujet de « Irlande-France, Escalettes show : Domenech chauve, le Croke mort »

  1. Belle reponse à l’article paru sur eurosport cette nuit! http://www.eurosport.fr/football/de-zurich-a-dublin_sto2122470/story.shtml
    Encore une fois vous avez une longueur d’avance en laissant à d’autres le concept de domenech show en changeant de point de vue. N’est ce pas plus perspicace de pointer du doigt les marionnettistes plutôt que la marionnette? Si un spectacle de guignol est nul, n’est ce pas la faute à celui ou ceux qui ont écrit le scénario plutôt qu’à guignol lui même?
    Ce spécialiste du football amateur (cf: http://www.fff.fr/presentationfff/actualite/220106.shtml) nous démontre bien que tout joueur pro a été, est et sera toujours un joueur amateur. Preuve en est le niveau de l’equipe de france sous son mandat, preuve en est le selectionneur national, preuve en est les resultats des clubs français en ligue des champions, preuve en est l’élimination du real par alcorcon (ok c’est pas de la faute d’escalettes, mais il n’en demandait pas tant), Preuve en est de la victoire de len avant guinguamp en coupe de france l’an dernier…
    Mais la prochaine preuve de son amateurisme sera hors tapie vert : la non designation annoncée de la france pour l’organisation de l’euro 2016.
    Allez, bon spectacle de guignol en perspective ce soir, en plus sur M6!
    Pour conclure, une citation de l’immense johnny pour accompagner les bleus dans la fantastique épopée de la coupe du monde 2002 : « Allez les bleus….. On est tous avec vous! »

  2. La Ministre des sports, la pétillante Roselyne, dont l’énorme succès de la campagne de vaccination n’a échappé à personne, y est allé de ses encouragements: « On est tous avec vous et on tousse avec vous ».

  3. Un maillot horrible.
    Une défense qui a réussi à être mise en difficulté par un Keane des mauvais soirs et un Doyle des bons soirs.
    Des milieux défensifs qui ne savent pas quoi faire du ballon.
    Des joueurs offensifs qui n’accélèrent jamais.
    Un Gourcuff qui rate tout ce qu’il entreprend.
    Un Gignac qui n’avait pas prévu que Irlande, ça peut être meilleur que Féroé. De combien ?
    Une équipe irlandaise catastrophique.
    Un but idiot.
    Un match nul.

    Combien de temps devra -t-on supporter Abidal ?
    Quand Sagna va enfin faire un travail de latéral qui, comme on nous le rabâche depuis quelques semaines sur TF1, est le poste le plus difficile et important d’une équipe ?
    Quand nos milieux axiaux seront-ils capables d’accélérer une action et d’essayer autre chose qu’une passe latérale ou longue ?
    Quand les joueurs soi-disant devant évoluer sur le côté essaieront -ils de faire des appels et/ou de déborder ?
    Quand notre avant-centre arrivera-t-il à se libérer du marquage de défenseurs exceptionnels commes St Ledger et Dunne et quand cadrera-t-il une frappe ?

    Je remercie donc Escalettes et son orchestre de m’avoir encore fait perdre mon temps. Merci également à M6 de ridiculiser Blanc et à Ferreri d’être si objectif bien que Marseille ne jouait pas ce soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *