La légende d’Oncle Benz : Un vrai fils de putsh

reel 

La presse ibérique est toujours aussi intraitable. Samedi dernier à 18h, Benzema était la doublure de Berbatov, à minuit Higuain était sa doublure, hier soir il était Ballon d’Or. Comment a-t-on pu en arriver là ? 

C’était la Une de Marca hier : « Creo que vamos a ganar la Champions ». L’auteur de cette phrase signifiant grosso modo « Je vous prends tous pour des cons », n’est pas Cristiano Ronaldo le meilleur buteur de la fameuse Champions, pas Gonzalo et ses buts toutes les 85 minutes, ce n’est pas non plus David Villa, star de Valence oblige. 

Le blagueur du jour n’est autre que Monsieur 2 buts par match depuis 1 match. D’humeur badine, il a aussi ajouté : « Me gustaría jugar la final contra el Chelsea ». Littéralement, il faut se méfier de Lyon. Avertissement repris par les médias du monde entier.

Kaka d’Higuain

Ce n’est pas comme si Benzema n’était que remplaçant il y a 3 matches et qu’il ne devait qu’ à Van der Vaart, Kaka, Higuain et Cristiano d’avoir pu jouer plus de 60 minutes en 3 semaines. C’est sans doute ce qui a conduit Marca à préciser que « Karim Benzema será el gran protagonista del cruce de octavos de final entre el Real Madrid y el Olympique de Lyon en la Liga de Campeones ». Comprenez : Pellegrini est un grand entraîneur. N’allez pas croire que Benzema a déjà pris les commandes du club, à peine marqués ses premiers buts depuis la mi-décembre. Même si contre Lyon « Haré todo lo posible por marcar pero no lo celebraré » et « Estaría bien que el Madrid fichara a Ribéry ». Tout ça dans un Français parfait, preuve de ses efforts d’intégration.

Les tambours du Bron

Le reste appartient à l’éditorialiste en chef de Marca. N’allez pas croire que notre spécialiste foot parle l’espagnol :
« El 9 blanco es simplemente un chico tímido que todavía no domina el castellano. Cuando se arranque con el idioma, será uno más. O incluso uno de los líderes del vestuario.
Porque, en Benzema, lo que realmente supone una garantía de éxito es su extraordinario carácter competitivo. Un chico que en febrero se atreve a decir que cree que levantará la Champions es un ganador nato. Por eso, con sólo 22 años, tiene cuatro títulos de Liga y uno de Copa. Si a eso le añadimos su extraordinaria calidad, su versatilidad dentro del terreno de juego y su olfato goleador, el resultado es un firme candidato a levantar el Balón de Oro en un futuro nada lejano. En cuanto ha disputado dos partidos seguidos de titular, Karim Benzema ha demostrado que el 9 del Madrid le va como un guante. Le sobra calidad, pero también madurez y saber estar. Su sensatez a la hora de encarar el próximo enfrentamiento ante su ex equipo es el mejor ejemplo. Si le dan confianza para seguir creciendo, el francés puede marcar una época. Esperemos que así sea. »

La traduction est assez compliquée : grosso modo, Benzema est bien meilleur qu’Higuain, il parlera bientôt l’espagnol, ce qui lui permettra de devenir le Président du club, de ramasser le Ballon d’Or et de marquer son époque. Tout ça parce que dès le mois de février il a osé dire qu’il va gagner la C1.

Benzema a été assez mauvais contre La Corogne et le premier but était tout fait, même si Darcheville et Brandao prétendront le contraire (NDLR). Sera-t-il meilleur ce soir contre le petit Barça ? Si oui, CR rejoindra sûrement Kaka sur la liste des transferts, toujours selon Marca, bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *