La Légende, Eddo Brandes : Le poids du roux laid

eddo

Il existe encore des sports dont Le Vestiaire n’a jamais parlé. Cricket ou karaté, il fallait bien choisir.

Le Zimbabwe s’appelait encore Rhodésie quand Eddo Brandes y a suivi son père, employé dans une plantation de canne à sucre. Trop lourd pour le foot, pas assez pour le rugby, il préfère les pubs aux salons de thé, mais le cricket le rattrape dans un bordel d’Harare : il passera sa vie sur des pelouses bien tondues. Son One Day International hat-trick contre l’Angleterre, en 1997, fait de lui l’éleveur de poulets le plus célèbre du monde et de Bourgogne derrière Gérard Bourgoin. Mais Eddo rentre pour de bon dans la légende quand le lanceur australien Glenn McGrath lui demande les raisons de son surpoids. « Every time I fuck your wife she gives me a biscuit », répond le Zimbabwéen. Ca n’a pas fait rire Madame McGrath. Elle luttait alors contre son deuxième cancer du sein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *