Loïc de Kergret : « J’sais pas jouer »

Un mandat d’arrêt international a été lancé contre le spécialiste foot du Vestiaire, en fuite, alors qu’il l’avait dit. C’est donc l’heure du volley-ball.


Le plus Jamaïcain des Bretons tourangeaux analyse pour nous les enjeux des play-offs de Ligue A. De quel sport espagnol peut-il donc bien s’agir ?

LE VESTIAIRE : Loïc, vous êtes assuré de terminer la saison régulière à la première place. Voit-on enfin cette année le Tours du renouveau ?
LOIC DE KERGRET : (Il redresse son bonnet rasta et prend bien le temps d’articuler) Tu sais moi le vélo, man, j’en fais que l’été à l’île de Ré, ça aide le développement du râble. Tout ce que je sais à part ça, c’est que je peux pas garer ma Méhari avenue de Grammont quand y’a le Paris-Tours.

On a tout de même l’impression que les choses changent au TVB…
(Sur le même rythme) Bah pas vraiment, man. On joue toujours dans un gymnase des années 50, au milieu d’un quartier pourri, et personne ne sait à quoi sert Pascal Foussard depuis tout ce temps.

Votre discipline souffre-t-elle d’un manque de reconnaissance médiatique ?
(Il baille et se caresse les dreads) Ecoute, man, c’est pas parce que Le Vestiaire a écrit un seul papier en trois ans qu’on parle jamais de volley dans les médias. J’ai quand même eu un reportage dans Tout Le Sport en 2001 et faut voir le nombre d’étudiants en journalisme qui viennent à nos matches le samedi.

Que manque-t-il au volley français pour faire son trou ?
Une pelle. Et 250 millions d’euros.

Les moyens financiers sont-ils aujourd’hui insuffisants en France ?
C’est sûr, man. Tu crois que je serais allé me les geler deux ans en Russie si on était assez payé ici ? Ma particule, c’est du vent. J’arrivais plus à nourrir ma famille de furets, c’était la seule solution. Heureusement, j’ai pu rentrer en France en revendant les maillots des potes. (Il s’endort)

Putain, tu crois qu’on n’a que ça à foutre de parler volley ? Et ce look rasta, ça rime à quoi à 40 piges ?
Cool, man. C’est une philosophie de la vie. Le secret de ma longévité durable. Je mets toujours un peu de reggae dans le vestiaire avant les matches. Eric (N’Gapeth, l’entraîneur du TVB) aime bien, ça lui rappelle le Cameroun.

Propos (presque) recueillis par Roger Secrétain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *