Tour de France : In fuck we trust

velo1

C’est dans un hôtel de la capitale haïtienne, pour des vacances bien méritées, que Thierry Bisounours a essayé de répondre à nos questions sur la nouvelle saison cycliste.

Bonjour Thierry, la semaine dernière vous étiez à Paris-Roubaix, cette semaine en Haïti, vous n’arrêtez pas. Etes-vous en mission humanitaire ?

Pas du tout, c’est mon pote Stéphane Goubert, qui y avait passé son voyage de noce, qui m’a conseillé la destination. Il a quand même dû se faire chier le pauvre, il n’y a pas le moindre point de vente d’andouilles. Ou alors je dois pas être un Prince puisque pas de Porc (il se marre, renifle un bon mollard et se racle la gorge). Port-au-Prince quoi !

En voyage de noce, vous en êtes certain ?

C’est quand même mon pote, héhé, ça vous en bouche un con (coin, NDLR). Il m’a même dit qu’il en avait profité pour se taper quelques vahidées (vahinés, NDLR). Ici, j’ai toujours pas croisé de majeures, mais je m’en contente.

Revenons au sujet qui nous intéresse…

Vous voulez savoir si j’ai baisé, c’est ça ? Vous êtes pas croyables les journaleux !!! Nom d’une pipe !

Vous n’êtes pas journaliste ?

En vacances ? Vous rigolez, je me fous les doigts de pieds en épouvantail et je fais l’avion, comme on dit dans le jargon.

D’accord, mais nos lecteurs vont pas être vraiment satisfaits si vous ne parlez pas cyclisme…

Ecoutez, j’ai pas trop suivi. Apparemment, c’est Cancellara la nouvelle vedette. Devenir le meilleur subitement aurait pu poser certains problèmes ethniques (éthiques, NDLR). Mais à 29 ans, il lui reste bien 2-3 ans de carrière et 10-15 ans d’espérance de vie.

C’est pas un peu caricatural ?

Garrickaturalleuh ? (il imite alors brillamment un accent guttural rappelant les heures les plus prospères de sa famille, puis il promet de tout nous faire avouer).

La coup de mou de Contador est une vraie bouffée d’air frais en revanche…

J’arrive pas bien à lire ce que vous avez écrit. « D’air frais ou de sang frais », c’est ça ?

Pardon ?

J’essayais juste de créer le trouble chez vos lecteurs, qui auraient alors imaginé que je n’existais pas et que c’est la même personne qui faisait les questions et les réponses. Comme dans Juteur island que j’ai vu l’autre jour. Je m’en suis mis trois bonnes et la purée était fraîche.

Vous pétez un plomb ou quoi, vous êtes Thierry Bisounours le commentateur naïf voire un peu con des courses cyclistes, pas ce vulgaire obsédé que vous nous peignez ?

Rassurez-moi, con est bien une injure. Et « fils de pute je vais me faire ta mère », comme dit souvent Bilou mon patron à la rédaction des sports. C’est pas son homonyme qui en serait capable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *