Roland-Garros, Nadal : Si, senior

Il y a un an, Le Vestiaire annonçait la retraite à venir de Rafael Nadal. Comment a-t-il pu s’offrir Isner, Andujar, Veic et Ljubicic dans ces conditions ?

Chela-Falla en huitièmes, c’est déjà étonnant. Avoir envie d’en voir la fin pendant que Chamoulaud propose Nadal-Ljubicic l’est encore plus. Ce n’est peut-être pas tout à fait anodin, comme les 32 ans du Croate, dont la principale utilité cette année, Porte d’Auteuil, aura été de faire croire à L’Equipe qu’avec Piatti, Gasquet allait battre Djokovic, ou même mieux, lui prendre un set.

Nadal a le tableau le plus simple de sa vie à Roland. C’est tellement facile qu’il peut bien se permettre de tenter des choses : se faire remonter des breaks, faire des fautes en coup droit, taper moins fort et laisser l’initiative à n’importe quel Espagnol inconnu, ou concéder plus de breaks contre le 227e mondial que contre Soderling en finale l’année dernière. Plus que deux et le total de 2010 sera dépassé : la deuxième semaine s’annonce palpitante. Si jamais il reste un joueur de tennis dans le tableau d’ici à la finale, sait-on jamais on pourrait découvrir ébahis que Nadal ne court plus aussi vite, ne défend plus aussi bien et ne marche plus sur ses adversaires comme avant à chaque balle courte.

L’amiral Nelson

Fort des 150 fautes directes de Ljubicic, Monfort croit évidemment bon de lui répéter une fois de plus qu’il joue le meilleur tennis de sa vie. Parle-t-il de la taule infligée à Andujar en seulement 3h18, des rallyes du fond de court imposés par Veic ou tout simplement de son énorme match en cinq sets contre Isner ? Le numéro un mondial vient rarement chez Areva, tout est permis pourvu qu’aucun des deux n’ait l’idée de faire l’interview en anglais.

« Gracias, Rafa. Hasta la vista. »

Ligue des champions, Barça-Manchester : Papys sans Nani

La der de Van der Sar, le soutien de Wembley, la foi de Crevoisier en Ferguson : Manchester n’avait-il pas trop d’atouts ?

C’était annoncé par la planète entière, sauf par Le Vestiaire, qui connaît encore un peu son métier : la plus belle finale de l’histoire des coupes d’Europe a accouché du plus beau vainqueur. Pourquoi le match a-t-il été si nul ?

Il fallait tuer pour se procurer des places à Wembley, enfin L’Equipe n’aurait pas hésité. Et ce avant même de titrer Indiscutable pour la quatorzième fois de la saison. L’éthymologie du mot « finale de rêve » a ses raisons que l’incompétence ignore.

Une finale, deux rêves

Les deux meilleures équipes étaient pourtant bien sur le terrain. Mais les deux meilleures équipes de quoi ? De la saison, probablement, c’est la règle du jeu. De la décénnie, certainement, avec Milan, mais c’est juste une histoire de palmarès. Car côté terrain, les deux saisons les plus faibles de l’histoire contemporaine auront vu accoucher les deux pires vainqueurs, associés aux deux pires finalistes. Comment comparer Barcelone, Manchester voire Chelsea 2009, avec les demi-finalistes 2010 et 2011 ? 

Barcelone doit sa place en finale et la branlée qui a suivi à  l’Inter entraînée par Leonardo, à Mourinho qui préfère Adebayor et Higuain à la Ligue des champions, à la disparition du championnat d’Angleterre et du football de haut niveau. Les même raisons ont offert à Manchester sa place en finale et la branlée qui a suivi, alors même qu’Eto’o et Henry sont à la retraite. 

Sir a l’ex

Ce Manchester vendu subitement par la Terre entière comme le meilleur MU de tous les temps n’est pas le genre d’équipe à frôler l’élimination contre l’OM.
Ce Manchester est champion d’Angleterre. Comme en 1999. Ce Manchester, c’est Ferguson, Giggs, Scholes. Comme en 1999. Ce Manchester, c’est Ferdinand. Comme depuis 2002. Ce Manchester, c’est Van der Sar. Vainqueur de la Ligue des champions en 1995.

A condition de passer l’hiver, deux ans de plus n’étaient donc pas de trop pour tirer les leçons d’une première défaite en finale face au Barça. La preuve : il y a deux ans, ils avaient défendu quinze minutes et s’étaient créé des occasions. Cette année, ils n’ont pas reproduit la même erreur : aucun pressing, 33% de possession, 4 tirs à 18. Messi ne s’est même pas emmerdé à marquer de la tête pour avoir son Ballon d’or.

A l’époque, Ronaldo était là. Aujourd’hui, Giggs est las. Et pourtant, c’est toujours lui l’exemple, à tel point qu’Evra a choisi d’avancer la date de son jubilé, bien qu’il en ait déjà quelques-uns à son actif. Mais cette fois, Abidal était aux premières loges. Avec sa perf sous le bras, il a tenu à courir et soulever la coupe pour honorer celui que Sir Papy appelle le meilleur latéral gauche du monde. Quel âge déjà papy ?

Andres in fiesta

Abidal et la coupe, Puyol qui rentre, Guardiola et sa cravate fine, Jeanpierre qui aime le Barça : les finales de C1 offrent toujours de belles images. Valencia qui ne comprend pas bien ce qu’il fait là en est une autre. Chicharito qui retrouve son passeport mexicain, ça a aussi ému Nani, Rooney et Berbatov. « Ferguson ne peut pas avoir de regret. Il a pris l’option de mettre du talent pour perturber le Barça, ça n’a pas trop marché. » Denoueix aura eu le nez creux jusqu’au bout, ça lui garantit un an de voyages à La Masia offerts par Canal et L’Equipe Mag. Le talent, c’était pour Carrick ou Vidic ?

Pendant ce temps-là, Barcelone a fait marquer Messi, mais aussi Villa et Pedro dans le même match.

Roland-Garros : Sabre Lauclair

Il est issu de l’hippisme et de la pétanque et pourtant ses amis boulistes disent qu’il aime avant tout le sport. Dans l’exercice de ses fonctions, Daniel Lauclair parlerait donc de sport. Invérifiable : dans son tennis club, il côtoie des cuisiniers, un casse-couille qui jongle avec ses raquettes, des journaux du jour et Hanouna. Même Bernard Farcy vient l’écouter. Comment savoir si France 4 émet vraiment ? 

Si Dany se levait sur les coups de 7 h, il n’oublierait sans doute jamais de foutre une bonne trempe à sa femme, c’est pour les jours où il n’aurait pas de compliment à lui faire sur sa coiffure de merde ou son visage ridé, voire son corps déformé par les grossesses successives. Ce moment de tendresse, c’est juste avant de préparer sa revue de presse sur un coin de table pendant le petit déj’. Son stabylo orange traque les papiers les plus éloquents de la quinzaine, pour rendre hommage aux Français qui brillent. L’embarras du choix, ils sont déjà trois en huitièmes : « Tsonga à la trappe« . Jo-Wil ne devait pas encore être assez au fond du trou. 

Ensuite, direction la porte d’Auteuil, à cette heure là ses proies sont souvent à l’entraînement. Mais avant d’aller retrouver Chardy et Simon pour se demander si leur amitié resistera au duel, il fait sa rubrique bouffe. D’ailleurs, Dany ne demande pas, il affirme. Ou il rentre dedans, au choix. On appelle ça le  journalisme à la papa. Avant la neuvième binouze bien-sûr. Quand Dany rencontre le cuistot du jour, il le méprise à peine. « Alors, tu nous as pondu quoi aujourd’hui ? » Souvent il oublie le « connard » en fin de phrase. Ce n’est pas grave, il se rattrape entre entre le dos de foie gras poêlé et le caviar de volaille : « Allez, on enchaîne ! » Un « putain » n’aurait probablement pas été de trop. « Et on boit rien avec ça » ?

A la benne Mladen

Place au jeu ensuite et aux interviews intimistes dont il a le secret. Kristina Mladenovic va finir par le savoir : deux ans après un mot gentil pour saluer sa première participation, c’est le même sosie d’Henri Sannier au cheveu lisse qui s’est avancé vers elle pour lui demander comment elle s’était démerdée pour perdre alors qu’elle menait 5-3 dans la troisième manche. N’ayant pas de réponse et une bonne envie de pleurer, elle a tourné les talons. Dommage, Dany voulait lui demander sa recette pour devenir la plus mauvaise joueuse de tous les temps. Le court n°7 est décidément un sanctuaire puisque Mahut, quelques heures avant d’y perdre, avait dû promettre au micro de notre serviteur qu’il ne ferait pas chier les gens pendant onze heures cette fois.

N’allez pas croire que Lauclair n’aime personne, il fait juste son métier avec mesure : Clément et Robert ont eu droit à une hagiographie en règle, surtout après la branlée du deuxième tour. « Stéphane, en entrant sur le court vous avez eu la pression, que vous avez tenté d’évacuerJe vous laisse savourer le moment avec le public. » Quand on a marqué trois jeux, c’est sans doute la première chose qu’on a envie de faire. D’ailleurs, le public le lui rend bien, on entendait à peine les « Stéphane dégage, t’as rien foutu ! » 

Pendant ce temps-là, Montel n’est pas le seul à raviver les souvenirs de France 2 foot. Etre multisport, c’est un métier.

Roland Garros : La Clé sous le paillasson

nolwenn

C’était en janvier 2010, les 173 cm d’Arnaud Clément se hissent, 9 ans après Melbourne, jusqu’à une nouvelle finale océanienne. Le sort lui a encore réservé un Américain, mais Agassi mesurait cette fois 2,50 m et ne sniffait pas de coke entre deux tours. Rien, ou si peu, avait changé à part ça : l’affaire était pliée en trois sets et l’accent français du Marseillais d’Aix-en-Provence lui mettait dans la poche le public australien, qui était néo-zélandais.

 A 32 ans, la Clé de lose confirmait enfin sa finale de Nottingham 2007. Plus difficile en revanche de confirmer sa victoire du challenger de Cherbourg 2009. Car c’est à une autre paire de manchots que le pirate des Bouches-du-Rhône s’attaquait sur la dernière marche : John Isner, 24 ans, 108 kg et 0 titre ATP à l’époque. Il en a 1 désormais, merci Nono. Le serveur américain ne savait pas vraiment à quel ramasseur de balle il venait de serrer la main une fois envoyée sa vingtaine d’aces. Il n’y en a pourtant qu’un pour découper depuis quinze ans des bandanas dans les rideaux de sa mère.  Depuis, de Rennes à Tunis en passant par Wimbledon Arnaud a été jusqu’à passer deux tours, excepté à  Cherbourg une fois de plus bien-sûr mais Mahut était trop fort. Après tout, on peut aimer voyager. 

Pendant ce temps-là personne n’a réussi à mettre la main sur le jeune joueur qui élimina Robredo, Martin, Federer, Rusedski, Kafelnikov et Grosjean, avant de poser  à côté d’Agassi quelques minutes après la finale. Le trophée préféré de Murray à la main.

M6, Europe 1, Winamax : Vikash ou par carte bancaire ?

Philippe Delerm l’appelle le footballeur de la mélancolie. Comme chaque lecteur du Vestiaire le sait Delerm ne sert à rien. Et Vikash ?

 

Il se définit volontiers comme un cinéaste, un consultant ou un joueur de poker. Dhorasoo c’est un peu tout ça à la fois, on dit même qu’il aurait été footballeur, rumeur la moins vérifiée à son propos. La langue bien pendue, il ne se prive jamais d’ouvrir sa gueule pour peu que M6 accepte de partager son exclusivité avec toutes les chaînes suceptibles de lui offrir un encart publicitaire. S’il sort avec son tee-shirt winamax on peut s’arranger. Loin de la bien pensance gauchisante crypto-marxiste, il ne connaît pas la langue de bois : « Le racisme est inexcusable. » Les pulsions francophiles du requin Blanc sont tombées à point nommé pour permettre au Martin Luther King normand d’écumer encore 15 ou 16 plateaux.

Vikash game

« Un jour je serai président du Havre » : on a les ambitions qu’on veut pourvu qu’elles soient rentables, un coupé sport ça consomme. Un film sur les coulisses de la coupe du monde 2006 ? « Je respecte l’intimité du vestiaire. » Autant ne rien raconter et filmer sa propre tronche, une image qu’il respecte autant que son compte en banque. Comme tout people  il a ses pauvres. Le Malawi pour Madonna, le Sida pour Lady Di, les gamins du Havre pour Vikash. Opportuniste ? Si ça peut faire du bien à tout le monde. Mais s’il n’existait pas, qui tenterait de virer Duchaussoy de la Fédé. Président de la FFF, c’est combien ?  Il a payé pour voir, mais s’est fait virer avant le flop. C’est pas grave, Enghien-Les-Bains est encore accessible par la route. Et si l’Aviation Club de France ne lui prend pas trop de temps  il pourra continuer à s’interesser à l’Inde.

Pendant ce temps-là, Thuram aussi a eu honte mais jamais de ses émoluments. C’était qui ce Tartuffe ?

Roland-Garros 2011 : Djokovic est-il séduisant ?

38 victoires, zéro défaite et Denisot qui lui présente Jodie Foster sur la Croisette. Voici pourquoi Novak Djokovic est enfin devenu le plus grand.

Parce que Naomi Campbell ne lui fait même pas d’avances

On a beau avoir couché avec tous les dictateurs africains, la moitié des mafieux russes, un bon paquet de proxénètes italiens et se refuser quand même à la nouvelle plus grande star du sport. Ce côté grand dadet inhibé hésitant entre slip et caleçon y est peut-être pour quelque chose, en tout cas ça vous classe un homme. Le fait qu’il ait pris une fiancée jolie ne gâche rien, Federer a bien pris une grosse et Nadal préfère Gourcuff, la vie est parfois cruelle. Tout ça a un sens, celui du geek qui n’a qu’un seul centre d’intérêt et ce n’est même pas l’argent. Il rachètera peut-être la Serbie à l’occasion mais il n’aime et ne s’épanouit qu’avec une raquette, ce qui peut aider à devenir le meilleur. C’est d’ailleurs le seul moment où il réussira une phrase correctement articulée durant ses 8 longues minutes d’interview sur la Croisette. Manque de chance, il n’avait pas de micro pour déclamer du John McEnroe. Tant mieux, c’était pas drôle.

Parce que Nadal est en fin de carrière
 
Avant la finale de Rome et les balles de matchs de Madrid 2009, il y a eu Monte-Carlo 2009 et une finale Nadal-Djokovic pour changer. Chacun breake l’autre, un set partout. Et des balles de break pour tout le monde dans le début du troisième. Djokovic a déjà Nadal dans sa raquette : il défend sur tout, il le coince côté revers et quand il tape et monte à la volée soit l’Espagnol fait un miracle, soit il perd. Rien de neuf alors ?  Si. En 2009 Djoko se suicide encore avec les fautes que Murray aime tant, à 30-40 sur son service et quand la partie est perdue à 1-4. Aujourd’hui, il ne les fait plus, ou Nadal les fait avant. Et sans ses genoux de 20 ans, il est devenu difficile d’aller chercher les amortis. Nadal a déjà 24 ans, autant se réserver pour Roland, s’il y a une branlée à coller à l’effronté serbe, mieux vaut choisir son moment.

Parce que perdre contre Llodra ça fout les boules

Gilles Simon en était sûr dès décembre à Belgrade. Lui le premier avait prévenu que Djokovic évoluait sur une autre planète. Pour un vulgaire 6-3 6-1 7-5, personne n’avait vraiment relevé. Après tout, personne n’a relevé que Simon fut 6e mondial.  Hanouna ne se souviendra certainement pas de tout ça au moment de présenter Djokovic comme le favori de Roland-Garros juste avant la revue de presse de Lauclair. Djokovic n’est donc plus le même puisqu’il gagne tout. Il ne perd même plus de set contre les Français. Tsonga essaierait bien de faire croire qu’il a encore un avantage psychologique sur Djoko mais joue-t-on encore au tennis sans Winogradsky ?

Parce qu’il est le meilleur

Malgré son noeud pap à carreaux chez Denisot, Djokovic est devenu la star. Son meilleur coup reste le retour de service et il ne le réserve donc pas aux toilettes d’une boîte branchée des Alpes-Maritimes. C’est  le meilleur du circuit, comme avant. Il ne fait pas de fautes, il tape fort et quand il veut, comme avant. Mais il a élargi sa panoplie dans les grands matchs. Il peut désormais s’appuyer sur un autre coup fort, le revers de Nadal. Infliger au maître du monde ce que le maître du monde infligeait à Federer sur terre pendant des années, ça doit aussi foutre les boules. Probablement plus humiliant que décider de lui prendre son service à 5-5 ou 5-4 pour gagner le match, deux fois de suite. Après tout, il ne faut pas être idiot : pourquoi jouer son coup droit sachant que, pour Gasquet qui s’y connaît en histoire du tennis sur terre battue, c’est le meilleur de l’histoire du tennis sur terre battue. Lorenzi à Rome, Federer à Madrid et Murray à Rome : les qualifiés italiens de passage ont pourtant trouvé son coup droit pas si historique quand il a fallu lui prendre un set. Mais peu importe, Nadal est le maître imbattable, donc Djokovic est encore plus imbattable.

Pendant ce temps-là, Federer et Murray sont toujours là. Qui ?

Tour d’Italie : Ground Giro

Alors que le suspense est à son paroxysme sur le Tour d’Italie, nous avons retrouvé notre consultant Thierry Bisounours aux abords de la prison new-yorkaise de Rikers Island déguisé en soubrette. Une enquête à haut-risque a-t-il confié avant de nous livrer quelques secrets sur la cuisine à base d’andouille.

Bonjour Thierry, comment ne pas débuter notre entretien par les révélation explosives du journal l’Equipe…

Inutile d’aller plus loin, je nie tout en bloc, je déjeunais avec ma fille à 13h, les premiers saignements de Stéphane Goubert ont eu lieu à 14h. Elle est hermaphrodyte.

Pardon ?

Je vous pardonne, vous ne pouviez pas savoir qu’il était consentant comme on dit dans le jargon.

Euh… Nous parlons juste de la liste des coureurs suspectés de dopage par l’UCI.

Dopage, UCI, coureurs, il n’y a pas quelque chose qui cloche dans votre question ?

Vous voulez dire qu’il est surprenant de voir l’UCI se mêler de la lutte anti-dopage ?

Il n’y a plus de coureurs depuis 1994, c’était Charly Mottet me semble-t-il. Mais effectivement vous avez raison, Brochard est devenu champion du monde en 1997 avec les compliments du Conseil de l’ordre.

C’était il y a 14 ans, depuis les moeurs ont changé…

Effectivement, le port du catogan a été interdit en course, et je ne me masturbe plus avec les livres de Tristane Banon.

Quel est le rapport ?

Ah non, mon coco vous n’allez pas me mettre ça sur le dos (il enlève alors son peignoir,  plonge au sol,  roule péniblement ses 112 kilos et sort d’on ne sait où  un vieux revolver qu’il pointe vers nous). Allez, dans la salle de bain ! Mon grand-père aussi avait subi l’opprobre avec cette même arme au 93 rue Lauriston.

Vous perdez la raison Thierry, on ne vous accuse de rien.

Si, je vous connais, vous commencez par là et vous allez me faire parler de Bilou mon patron incompétent, de Philippe Gilbert qui marche plus fort qu’une chaudière et qu’on fait semblant de croire intègre et peut-être même de Contador qui va faire le doublé Giro-Tour à cause d’un boucher-charcutier pas agréé. Laissez la police faire son travail !

Et vous le votre ?

Une déflagration retentit alors. Les derniers témoins affirment que le même bruit fut entendu le 13 juin 1944 aux abords de la rue Paul-Valéry à Paris.

Ligue 1, Bordeaux : Le triomphe Modeste

Trois jours après qu’une ancienne équipe de Lorient ait décroché un bon 2-2 à Lorient, Bordeaux va décider s’il est européen ou relégable. Le niveau du championnat importe peu, celui de ses ex-futurs champions d’Europe aussi.

Ciani : Mars 2010, c’était France-Espagne, il était le buteur de Bordeaux. Février 2011, il retrouve Lorient et en prend 5. Ca lui était déjà arrivé mais à l’époque il jouait pour Lorient. Qui faut-il remercier, Blanc, Domenech, Sané ou les trois ?

Planus : Mort pour la patrie un soir d’été 2010. 8 matches et quelques autres à regarder Savic repasser en boucle du banc : ça vaut bien une Pierre commémorative. Juste pour ne pas oublier qu’un jour de quart de finale européen contre Lyon, il était le héros de Chaban et que même Ciani applaudissait.

Chalmé : Il n’a jamais menti sur la marchandise : le Parisien a beau l’avoir traité de « patron du vestiaire » en 2009, lui n’a jamais promis qu’Issiar Dia ne le prendrait pas de vitesse en avril 2010. Ni qu’un des frères de Lormont ne lui emprunterait pas sa place. De toute façon, c’est la faute de Tigana . Patron du vestiaire quand même.

Trémoulinas : A force de faire des passes décisives à Chamakh, qui prêta attention à celle qu’il fit au Manceau Dossevi il y a un an ? 3 passes, zéro sélection : Tremoulinas retrouve ses jambes de 20 ans.

Diarra : On peut tout lui reprocher, mais il est capitaine de l’équipe de France aujourd’hui. Pas question, donc, de lui reprocher sa suspension de six matches, l’expulsion contre Lens, ou d’avoir été le capitaine lors des défaites à Angers, Lorient, Sochaux, Caen et Monaco. Ce serait suspecter qu’il n’en a plus rien à foutre. Alors qu’au fond, il est toujours prêt à aller sur le plateau de Mathoux dire que son entraîneur, qui n’est ni Tigana, ni Bedouet, n’est pas raciste.

Fernando : Lui a eu un complice, qui l’a replacé en défense centrale, et un alibi, une blessure qui l’a privé de la fin de saison 2009-2010. En fait, si, il était revenu perdre 3-2 à Lens.

Wendel : Demander à se faire naturaliser ne fera revenir ni Blanc ni son pied gauche.

Carrasso : Couvrir les conneries de Ciani, ça va un moment, alors quand Ciani met alternativement les maillots de Sané et Savic, il n’y a plus rien à faire.

Plasil : Osasuna était une belle expérience, il y a appris qu’il vaut parfois mieux compter sur soi-même que sur Ludovic Delporte pour marquer 4 buts et faire 10 passes.

Gourcuff : Une passe décisive pour Ciani et une victoire 2-1 au Parc des Princes. Il a déjà confirmé 2009-2010, Bordeaux ne pourra pas le retenir longtemps.

La morale de l’histoire, racontée par Modeste et Ben Khalfallah, c’est que Gouffran a beaucoup manqué et que Cavenaghi n’avait pas les cheveux si sales finalement. Qui aurait pu prédire ça ?

La Légende : Le cinéma de Jacques Faty

Au détour d’une 36e journée de Ligue 1, on fait parfois de drôles de découvertes. Jacques Faty porte le maillot de Sochaux, c’est donc un peu le nouveau Desailly passé par Epinay-sous-Sénart, Bretigny-sur-Orge, l’INF Clairefontaine et Rennes qui joue à Sochaux. C’est aussi le multi-sélectionné en équipes de France de jeunes qui joue à Sochaux. Desailly il devait être, Desailly il sera, presque : 9 matches à l’OM ça compte, même en 2007-2008, même à 24 ans. Ca rend Sochaux si fier. Il y en a un autre que ça rend fier, c’est Ricardo le petit dernier. Petit et dernier, comme une prémonition : INF Clairefontaine, Strasbourg, AS Roma, Bayer Leverkusen, Nantes en Ligue 2. Et tout ça dans l’ordre. Il rêvait d’être ce grand frère qui rêvait d’être Desailly. Jacques Faty il devait être, Jacques Faty il sera. Ricardo fait même mieux : il est passé sur Canal à 13 ans et mesure 9 cm de plus. C’est donc le plus grand des Faty et ça rend l’Aris Salonique si fier.

Gasquet : Mozart fucker

« Somptueux », quel adjectif aurait pu mieux qualifier une victoire en 3 sets en huitième de finale d’un tournoi de merde contre un joueur devenu quelconque ?


« C’est une de mes plus belles victoires, je ne peux pas dire le contraire, c’est fabuleux pour moi, je suis très heureux. « 

Ritchie s’est donc découvert une nouvelle passion. Mais hélas pas encore le tennis, il n’a toujours pas digéré cette fessée cul nu offerte par papa aux Petits As en 1999 après que Sela fut parvenu à lui prendre un jeu. Comme quoi le bonheur ça tient à pas grand chose. Une famille, une maison, un métier plaisant, une vie réussie ? Non juste une victoire contre Federer. Le circuit ATP risque de rayonner cette saison.

« Battre le plus grand joueur de l’histoire, c’est un grand moment, je dois en profiter »

Battre Federer, c’est un cadeau que seuls 12 privilégiés ont pu s’offrir depuis deux ans. Quasiment tout le top 10 plus Monfils, Montanes, Baghdatis, Gulbis, Hewitt et un certain Davydenko, ça classe un exploit. C’est désormais une perspective de carrière majestueuse qui s’offre à Richard. Après Federer, il pourrait très bien s’offrir Lendl, Connors, McEnroe voire Borg ou Laver. Pour Nastase on ne garantit rien par contre Gerulaitis ça peut le faire, il est dans un sale état.

« J’ai fait un très grand match. »

Etre mené 6-4, 4-2 c’est effectivement faire un très grand match. Perdre après avoir mené 6-4, 4-2 c’est en faire un encore plus grand.

– « Après cette victoire, n’avez-vous pas peur qu’on vous mette trop de pression pour Roland-Garros ? »

– « Et c’est là où je vais (perdre au) premier tour, après on dira : « Gasquet, quel nul ! » (rires). Non, je suis plus fort pour gérer ça. J’essaie de ne plus trop me poser de questions, j’ai été monté comme un grand génie, puis comme une… Je ne dis pas le mot…« 

Comme une merde peut-être. Qu’est-ce qui aurait pu pousser les gens à dire ça d’un gamin qui n’aime pas le tennis et qui passe sa vie à envoyer des textos et ingérer de la cocaine par la galoche. Un grand génie ? Peut-être jusqu’à la table de 4. Mais se faire monter comme un grand génie, ça ne devrait plus intéresser Gourcuff, maintenant qu’il aime les filles.  Heureusement Richard ne fait plus la moindre allusion à Miami, la page est enfin tournée : »Je suis passé par de très, très belles périodes, des très, très difficiles« 

Une phrase bien convenue soufflée par les conseillers Lagardère  pour finir ?

« J’essaie de prendre tout ça comme ça vient. Mais c’est bien quand même bien d’arriver à Roland-Garros en ayant battu Federer.« 

Merci Richard.

Pendant ce temps-là, Nadal a été dominé pour la première fois depuis 1999. Il avait 13 ans, son adversaire s’appelait Gasquet. Rien à voir.

Du coq au vain (3/5): Huget jusqu’à la corde

Octobre 2007. En tuant le jeu à la française, en s’appuyant sur une seule et même génération, un ancien demi de mêlée béglais laisse un champ de ruine et Jo Maso. Il aurait juste laissé le champ de ruine, on n’en serait peut-être pas là. La suite, c’est un encadrement de juniors qui va faire n’importe quoi avec ce qu’il peut.

noise

Mai 2011, Marc Lièvremont fait le premier geste cohérent de son mandat : tendre le troisième doigt de sa main vers Sébastien Chabal. « Parce qu’il est nul, pas parce qu’il est con. »

Février 2010, si les réceptionnistes des hôtels de Wellington savaient parler, ils vous raconteraient sûrement ces histoires de meubles qui flottent parfois la nuit à travers les chambres, le sort de ces blondes éméchées qu’on y ramène à la sortie des boîtes et l’insécurité terrifiante dont tout le pays souffre. Mathieu Bastareaud en a fait les frais, un soir de juin, et on a alors bien cru ne plus jamais le revoir sur le calendrier des Dieux.

Mais le centre des débats est sorti renforcé de sa lutte contre le mobilier néo-zélandais. Il a servi l’intérêt général et les gosses des cantines franciliennes pour chasser enfin ses vieux démons au pays des fantômes. Quand on a frôlé la mort sur une table de nuit, se faire plaquer par deux Ecossais c’est un peu comme une troisième mi-temps sans Ouedraogo et Picamoles : on en sort les pommettes intactes.

Fall est pas l’invité

Le Caucaunibuca du Val-de-Marne a donc conduit les siens vers une victoire qui a au moins eu le mérite de satisfaire son sélectionneur à l’extrême. Chacun ses plaisirs. On se demande quand même qui des placages ratés ou du manque d’ambition offensive aura été le plus orgasmique ? N’Tamack en a pris tellement plein l’œil gauche qu’il a réussi à perdre Benjamin Fall sur blessure diplomatique. L’homme sans cou, lui, se l’est encore froissé, en moins de cinq minutes, et voilà la France forcée de jouer les All Greens avec Palisson et sans charnière.

Parra n’a plus pour lui l’excuse de ses 20 ans et les salades de Pierre Martinet. Il est finalement aussi limité que son prédécesseur à Clermont, qui n’avait jamais rien montré avec les Bleus si ce n’est une capacité rare à viser systématiquement les chaussettes de ses coéquipiers. Le cas Trinh-Duc, lui non plus, n’a pas changé depuis deux ans, mais Lièvremont pense sûrement depuis le temps qu’une bonne mêlée et trois tables basses suffisent à gagner la Coupe du monde.

Une semaine plus tard, c’est l’heure de la démonstration. Un récital. Une leçon de rugby. Après le Pays de Galles en 2009, la Nouvelle-Zélande en 2009 et l’Afrique du Sud en 2009, le XV de France connaît contre l’Irlande son quatrième match référence de l’ère Lièvremont. Il a surtout porté sa série d’invincibilité à deux victoires – un record – et a enfin conforté le trio fédéral dans ses choix : qui donc pourra maintenant priver la charnière magique O’Parra-Trinh-Duc du trop fait Webb-Ellis ?

Ce n’était finalement que pour brouiller les pistes que le mieux sapé des frères Lièvremont, enfin tacticien, avait sélectionné depuis deux ans tous les boiteux hebdomadaires de l’équipe-type du Midol. Aussi perspicace que Twitter Chabal, Le Vestiaire n’avait rien vu venir après la performance Italienne du week-end dernier. Et pourtant, c’était gros comme Lamaison. Les quarante pions néo-zélandais ? Un leurre, rien de plus. Et l’entame poussive de Murrayfield un écran de fumée.

Le bar, c’est là

Comme fou et moi, Driscoll et Connell sont tombés dans le panneau. Pouvait-on vraiment prendre au sérieux une équipe qui n’avait pas gagné trois matches de suite depuis la Coupe du monde, Namibie et Géorgie inclues ? Et puis la France d’O’Dusautoir s’est réveillée ce week-end devant tout ce que le pays compte de supporters. Elle a retrouvé Lilian entre ses lignes, un vrai buteur et un pack qu’on n’avait plus vu aussi dominateur depuis la semaine dernière en Ecosse. Et dire que le meilleur pilier du monde n’était pas là.

Le Grand Chelem tend désormais les bras aux vainqueurs des Wallabies du Nord. Entre des Gallois sur le déclin et des anglo-italiens à la dérive, la France est en position de force, surtout quand on sait sa capacité à enchaîner les bons résultats. Mais la prudence, rappelle Marc Cécillon, est peine de sûreté. Tout arrive dans le rugby, la preuve : O’Michalak a planté un drop ce week-end. Ce n’était ni contre Albi, ni contre Connacht. Quoique.

Deux semaines plus tard, les chandelles de Trinh-Duc ont dissipé les derniers nuages qui flottaient encore au-dessus de l’équipe de France. Trois matches, trois victoires, sans même jouer l’Italie : l’horizon est aussi dégagé que les tempes de Michalak. Et Dieu sait où la série des nouveaux Invincibles va bien se terminer.

Le Vestiaire avait sûrement eu tort de jouer la prudence après le jubilé d’O’Gara, quand tous ses confrères et sœurs louaient en chœur la maestria de la doublette Parra-Trinh-Duc. Les tôliers tricolores ont tant pesé sur la nuit galloise qu’il a fallu que le plus jeune des deux sorte pour que la France marque ses premiers points de la deuxième mi-temps. C’est ça aussi les grands joueurs, savoir s’effacer au service du collectif. Jauzion a oublié que ça ne le poussait pas forcément à se cacher derrière Bastareaud.

Que du Bonnaire

A 30 ou 40 minutes près, les Bleus ont donc rendu une copie parfaite à Cardiff. Ils ont su mettre de côté leur suffisance habituelle et matérialisé avec brio le discours du trio fédéral : mouvement, soutien, initiative. A quelques semaines du Bac blanc, Palisson se demande encore ce que toutes ces abstractions veulent bien dire.

Notre ancien chroniqueur Peyo Greenslip aurait presque avalé sa trousse à pharmacie si Lièvremont n’avait pas eu l’excellente intuition de titulariser Lee Byrne à l’arrière. Ses joueurs ont montré à la face du monde du rugby qu’on pouvait marquer deux essais sans rentrer une seule fois dans les 22 adverses. Pas mal pour une équipe qui a joué 80 minutes sans trois-quarts (Dernière minute : les caméras de surveillance du Millennium montrent que Malzieu était bien dans le stade entre 21 et 23h).


Mars 2010, un drop, trois pénalités et quarante minutes sans marquer : en Anglais, on appelle ça un « ugly win ». Allez savoir pourquoi, ces grands connaisseurs du Midol ont entendu eux « la 9e symphonie » dans la cuvette de Saint-Denis. La traduction est un métier. Le journalisme aussi, n’en déplaise à Delpérier.

Peut-on sérieusement se contenter d’une victoire pareille ? Aucune ambition, pas plus de panache et un projet de jeu oublié sur le baby-foot de Marcoussis. Les Bleus en avaient samedi autant sous la ceinture que Tony Marsh après l’opération. Lièvremont fait en tout cas des miracles : on n’aurait jamais cru pouvoir un jour regretter les années Laporte.

Liévremont émerveille

Le Vestiaire se fatiguerait presque à répéter une fois encore ce qu’il avait déjà écrit ici ou . La mêlée est solide, il n’y a rien dire, mais a-t-on déjà vu des lignes arrières aussi peu inspirées ? Combien de ballons Morgan Parra, si autoritaire quand personne ne l’écoute, a-t-il tapé pour rien au-dessus de la mêlée ? Combien de pigeons Trinh-Duc a-t-il descendu dans le ciel du 9-3 ? Pourquoi Bastareaud a-t-il pris Tindall pour une table de nuit ?

Le coup était pourtant parfait : jouer tous les ballons au pied vers un ailier d’1m50, qui aurait pu y penser ? Mais voilà, les Anglais ont des grands bras, encore heureux qu’ils ne savent pas quoi en faire. On nous ressort finalement l’excuse de la pluie. Ca tombe bien, il n’y en a que quatre jours sur cinq au mois de septembre en Nouvelle-Zélande. Vivement l’Automne et l’hémisphère sud.

Retrouvez ici  les années 2009, 2008 et 2007.

Barça-Real : A tort Karanka

Mourinho n’ayant pas le droit de communiquer, son adjoint s’est chargé de foutre le match retour en l’air.

Combien de saisons reprochera-t-on à Karanka d’avoir oublié Benzema hier soir ? C’est bien sans le seul attaquant de pointe madrilène ayant marqué le week-end dernier, et le seul aussi à avoir autant marqué en C1, sans doute le seul aussi à avoir marqué en 2011, que l’adjoint a choisi de commencer et de finir le match retour au Camp Nou. Quel adjoint reproduirait ce qui a conduit son supérieur à saboter le match aller ? Probablement un adjoint, plutôt mauvais entraîneur, dont on relatera bientôt un clash avec Benzema.
L’essentiel n’est pas là, ou plutôt si l’essentiel est là mais ce n’est pas tout. Ozil était aussi de la partie, donc c’est au tandem Kaka-Higuain qu’on a confié le plus grand exploit de l’histoire de la Ligue des Champions. Dit comme ça c’est plutôt amusant, sur le terrain les accélérations d’Higuain l’ont aussi été. Les accélérations de Kaka pas mal non plus. Tout n’est pas de leur faute : il faut vraiment être adjoint pour relancer deux grands blessés ce jour-là, et en plus leur demander de défendre. Pas si con : attaquer, ils ne peuvent plus et tout le monde le savait déjà. Pour eux, défendre ne pouvait donc durer qu’une mi-temps, ça a duré 30 minutes. Heureusement Villa et Pedro n’étaient toujours pas Henry et Eto’o. Cristiano ? Toujours pas Messi. Ou alors ce Daniel Alves est plus fort que le France-Brésil amical de février ne le dit.

Camp Mou

C’est certainement fou de rage que Mourinho a accueilli le remplacement d’Higuain, qui y avait été de son petit but refusé. Et oui quand un arbitre  tend le bras ce n’est pas pour faire allégeance aux régimes totalitaires. Faire rentrer Adebayor est humiliant, mais pour qui : Benzema, le mètre 73 de Mascherano ou Adebayor ? Pas pour Ozil, qui lui est rentré : une chance que la Ligue des Champions autorise un deuxième remplacement, le Real les a tous utilisés. S’ils avaient égalisé, ils auraient probablement voulu en inventer un troisième pour faire entrer Benzema. Histoire, soyons fous, de jouer la qualification. Mais rien ne s’est passé comme prévu, à cause de l’arbitre qui aurait quand même dû accorder une faute à Ronaldo et mettre trois rouges à Adebayor. Là ça aurait eu de la gueule. Mais Karanka c’est pas Mourinho, ou si peu. Les deux risquent de sauter en même temps alors ?

Barça – Real Madrid : Benzema va-t-il signer à Manchester ce soir ?

Le football en 2011 c’est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin on réclame toujours Benzema. Voici pourquoi quel que soit le résultat de ce soir, Benzema est persuadé d’être le Ballon d’Or 2012.

Parce que Benzema joue déjà à Barcelone

Un joueur technique et prétentieux qui a le sens des déplacements, le sens du but, le sens des une-deux, le sens du pressing et qui préfère les buts décisifs ça ne court pas les pelouses européennes. Il y en a deux à Madrid mais un seul qui est capable de faire des passes. Si Benzema ne transpire pas dans le maillot de Villa, c’est que Lyon n’avait pas les moyens de payer Eto’o et que Benzema voulait raconter à ses potes qu’il jouait à Madrid comme sur le béton de Bron. Depuis, s’il connaît bien les toilettes des Corte Ingles et qu’il fait ses conférences de presse en espagnol, il n’a toujours pas pu prouver qu’il faisait partie du Real. Si Mourinho ne lui en donne pas l’occasion ce soir, il suivra Thouroude dans son tour d’Europe. 

Parce que Benzema est le meilleur joueur du monde

Il faudra attendre longtemps avant de retrouver un jour un nouveau Benzema. Attaques médiatiques, humiliations publiques, obligation de marquer à chaque match, presse de merde. Un traitement inédit dans l’histoire du football. Mais Karim le vaut bien et surtout il s’en branle :  « Me gusta más Ronaldo. Sin embargo, Messi es uno de los mejores porque tiene la confianza y está en un gran club ». Comprenez Ronaldo et Messi sont des tocards, le Real un petit club mais heureusement ils ont le meilleur joueur du monde Karim Benzema. Et ce soir : « Creo que es un gran partido para mí y para todos. El Barça es un gran equipo. » Facilement traduisible par « Je ferai un grand match, je ne peux pas vous dire combien je vais en planter mais le Barça c’est quand même plus ce que c’était. » Il pourrait même jouer si son entraîneur veut bien : « Mourinho es un gran entrenador. » C’est probablement pour ça que Karim, qui ne lui parle plus, a soigneusement évité les félicitations après la Coupe du Roi et que Mourinho ne l’a pas aligné en demi-finale aller de Ligue des Champions.

Parce que Benzema a un Cristiano dans chaque pied

En jouant la moitié de la saison avec le poids de Darcheville, le niveau d’Ibrahimovic, le temps de jeu de Dugarry à Milan et Barcelone, et la popularité de Mesrine,  Benzema n’est que le co-meilleur buteur du club en Ligue des Champions et le meilleur buteur du club en 2011 avec 13 buts. Difficile de rivaliser avec Adebayor et ses 5 réalisations, excusez du peu. Benzema a éliminé Lyon tout seul, presque comme Higuain l’année dernière. Cristiano Ronaldo l’intouchable vedette du club aussi avait marqué, une fois, au retour. « Ahora se necesita a un gran Ronaldo »: Moi j’en a mis deux et Puel n’a pas cru bon d’ajouter une humiliation contre Tottenham à son CV, alors bouge toi le cul ce soir. Mais c’est qui cet ouvre-boîte immortel, doublure d’Higuain, Adebayor, Ozil et Di Maria à 19 buts en 32 matchs de C1 ?

Pendant ce temps-là, Zidane et le vrai Ronaldo aimeraient découvrir la créature issue de leur fusion.