Ibrahimovic (4/5) : L’oléoduc de Paris

En 2008, Ibra est désigné joueur de l’année en Italie.

Ce n’est sans doute pas pour rien, mais sans doute pas grâce à la victoire 2-0 de Liverpool au match aller des huitièmes de finale de Ligue des Champions, cette compétition qui refuse si souvent les buts des grands joueurs dans les matchs importants. En rentrant sur la pelouse de Meazza quelques jours plus tard, Zlatan a le sentiment que quelque chose de grand va se produire. Avec ses quelque 2m, c’est bien lui qui va se produire.

Avec 5 buts sur les 6 derniers matchs, il ne peut être que l’homme providentiel de l’Inter. Toute sa carrière va alors défiler devant nos yeux : râleur, tricheur, spectaculaire et bien sûr nul à chier, tout y passe. C’est le direct de 20minutes.fr et ses légèretés orthographiques qui nous le racontent : 4e, Main de Zlatan dans la surface des Reds, le Suédois est très attendu en C1 où il déçoit parfois. 16e, Zlatan nous sort son aile de pigeon, il est en canne ce soir le garçon. 43e, Zlatan tente la talonnade à 3 mètres des buts. Il n’était pas loin de la Madjer. 56e, Zlatan gasille. 57e INCROYABLE, Zlatan rate le cadre de rien. Il oublie Cruz seul à côté. Rien ne veut sourir pour les Italiens. 72e, Plus personne y croit à l’Inter, Zlatan râle comme un cochon dans son coin. Stankovic prend son carton. C’est long. 80e, Zlatan rate sa dernière occasion Suazo le remplace. Ca peut toujours désaltérer. Si le score vous intéresse c’est 1-0 mais on a déjà hâte d’être en 2009.

Ibra raccourci

Car 2009 est l’année où il devient pour la première fois meilleur buteur du championnat d’Italie. Une première n’arrivant jamais seule, la Ligue des Champions n’a qu’à bien se tenir. Elle va bien se tenir puisqu’elle offre Manchester à Ibra, pour son huitième de finale annuel. On ne change pas les habitudes, Ibrahimovic marque le 0-0 aller de son empreinte, Manchester marque deux fois au retour, Ibra presque 6 fois selon l’UEFA : 75, Ibrahimović (Internazionale) manque le cadre. 74, Ibrahimović (Internazionale) manque le cadre. 66, Ibrahimović (Internazionale) manque le cadre. 50, Ibrahimović (Internazionale) manque le cadre. 40, Ibrahimović (Internazionale) manque le cadre. 29, le tir de Ibrahimović (Internazionale) s’écrase sur la barre transversale!

Mais n’allez pas vous moquer, le capocannoniere scorera quand même une fois sur les 8 matchs de sa saison européenne. Suffisant pour que le Barça débourse 46 millions et son meilleur buteur Eto’o pour s’offrir le grand dadet. Pour fêter ça, l’Inter remporte dans la foulée sa première Ligue des Champions depuis 45 ans. Pendant ce temps-là, le Camp Nou apprend à découvrir le magicien. Juste avant son arrivée, en 2009 le club a connu la plus belle saison de son histoire, en 2011, après son départ il y en aura une autre, en 2010 il faut d’abord éliminer Stuttgart en huitièmes : Ibra ne déçoit pas et met fin à la malédiction en tenant les Allemands en échec d’un but. Ibra fêtera son premier but dans un grand match, au retour, en rentrant à la 68ème minute pour mettre les siens à l’abri. Barcelone mène alors 3-0, Bojan mettra le quatrième.

En quarts, c’est la révélation. On n’arrête plus le magicien qui s’offre Arsenal d’un doublé. Pour un peu il était même décisif car les Anglais s’offrent aussi un doublé. Au retour, Zlatan est blessé, Barcelone s’inquiète et devra faire sans sa star. Messi fait quatre fois ce qu’il peut pour rassurer son club. S’il avait joué Ibra aurait-il mis le cinquième ? L’Histoire ne le dit pas, ce qu’elle dit en revanche c’est qu’en demi Ibrahimovic retrouve l’Inter. Le président Moratti est rassuré quand il apprend qu’Ibra portera bien les couleurs de Barcelone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *