OM : Elie beauf

« Se dire les choses en face », nous raconte-t-il. Ok : Souleymane Diawara est pas bon.

C’est à n’y rien comprendre, Jordan Ayew est pourtant un grand espoir du football ghanéen, alors, jamais l’OM n’avait pensé se retrouver dans cette situation. On ne parle pas de la 3e place avec 7 points de plus que l’année dernière, ce qui est au moins aussi perturbant, Lille et ses neuf points de moins est donc bien le concurrent du Paris-SG que toute la presse attendait. Mais de tout temps, quand Lorient marque trois buts ailleurs qu’en Bretagne, il faut toujours se poser cette question : qu’est-ce qu’on fout sur le podium ?

Kinder Valbuena

La première chose à prendre en considération, c’est que Marseille reste sur cinq défaites en huit matches. Le retour de Diawara ne pouvant pas tout expliquer, sans doute faut-il se résoudre à réhabiliter Gignac. Il est blessé et en surpoids : l’image n’est pas inhabituelle, mais elle fait quand même chier Valbuena. Lequel fait toutes les nuits le même cauchemar : il est aussi grand que Stéphane Ziani, moins bon mais Deschamps lui adresse quand même la parole. Le lendemain il conduit sa lamborghini comme un crétin et elle finit à la casse. La semaine d’après il rêve que des gamins veulent un autographe mais il est dans sa lamborghini et ne les entend pas, du coup il sort pour les frapper. Peut-être rêve-t-il aussi que la canne de Cheyrou lui passe la balle, qu’il se retourne vers le but adverse et au moment de lancer un attaquant, il n’y a que des Ayew, et Abedi Pelé. Il le fait quand même, et quand il se réveille, il n’y a jamais eu autant d’articles sur Apruzesse et Raspentino que ce dernier mois. Il n’y en avait d’ailleurs jamais eu.

La vraie force de cette équipe est donc collective puisqu’il y a aussi eu des sujets sur Kassim Abdallah, un Franco-Comorien ancien Sedanais qui découvre le haut niveau à 25 ans, à ne pas confondre avec Abdullah, formé à l’OM, qui malheureusement joue aussi. Et bien-sûr les premiers pas de Joey Barton. Tout ça a fini par éclipser le fait que Morel, Kaboré et Fanni sont toujours là, et que Rémy ne l’est toujours pas. Autrement dit, pour une équipe qui mêle titulaires et remplaçants de l’équipe qui avait arraché la 10e place de Ligue 1 en mai, perdre 3-0 à domicile contre Lorient et rester 3e est presque un week-end à double prime.

Baup a-t-il construit une équipe à son image ou l’OM a-t-il construit une équipe à l’image de Baup ? N’est pas consultant au Canal football club qui veut. D’ailleurs il y a Carrière maintenant.

Une réflexion au sujet de « OM : Elie beauf »

  1. Article qui tombe à point nommé quand on a comme moi passé son temps devant Canal hier en fin d’après -midi. Il faut dire que j’ai des circonstances atténuantes, il faisait un temps de merde et on est en décembre. C’est aussi ce que la vue du terrain du Stadium laissait supposer.
    D’ailleurs, vivement les beaux jours, être obligé de regarder Biarritz-Connacht quand l’entrainement est annulé, c’est à vous dégouter d’être en week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *