Champions d’Europe : Au four et Dumoulin

Il y a quelques jours, notre spécialiste écrivait : « Rosser les Danois chez eux ne sera pas facile, mais après tout, qui a battu les Croates à Zagreb en 2009 ? »  Rosser c’est combien de buts d’écart ? Faut-il procéder à un licenciement sans préavis voire à la pendaison? Ou peut-être pas, tant qu’André Garcia et Frédéric Brindelle sont en exercice. Voici les dernières volontés d’un journaliste passionné trop tôt disparu.

blanq

Par Leo Tseu
Notre ex et nouveau spécialiste handball qui écrit à la première personne du singulier comme notre spécialiste F1

Dimanche soir. 19h. 41-32. « Je suis partagé entre la joie de la victoire et la peur de mon futur licenciement. Comment vais-je nourrir le frère aîné de mon rédacteur en chef désormais ? Les Bleus sont une fois de plus champions et ce qui fait d’eux, nous y reviendrons prochainement, des types plus forts que les XMen. Et pourtant les XMen avec leur professeur handicapé c’était quelque chose. Je suis donc heureux. Mais j’avais annoncé un match serré avec une (possible) victoire difficile à la clé. Mon article était déjà dans les cartons : un court succès de moins de 5 buts de l’équipe de France ; les encouragements des supporters qui se transforment en pression au désavantage des Danois ; la crainte de décevoir devant son public, la peur de l’échec. Bref, un scénario Zagreb 2009. Oui mais voilà, les Danois ont pris une rouste. Une vraie. Qu’allais-je devenir privé de ma grasse rémunération de 0€ en tant qu’expert handball du Vestiaire ?

On pensait que l’inconstance ne pardonnerait pas. Si tromper sa femme n’est plus un crime, l’inconstance n’a pas pardonné, mais elle était le fait des Danois. A moins qu’ils n’aient été constamment mauvais ? Car, si les Français ont été bons, ce sont surtout nos adversaires qui ont été nuls. Oublier le pivot dans son dos sur une action, ça arrive. Oublier de défendre pendant 60 minutes, c’est plus rare. Landin, qui est supposé être le meilleur gardien depuis qu’Omeyer est octogénaire, a totalement raté son match. Même en s’y mettant à deux avec son collègue Green Krejberg, ils n’arrivent que péniblement à 10 arrêts. C’est moins bien que Titi (12a). Mais toujours mieux que Dumoulin. Seul Hansen (9 buts) a assuré. Mais le handball reste un sport collectif où il est délicat de jouer à 1 contre 7. Le petit Mikkel a été retrouvé en pleurs dans les bras de sa sœur Gretel. Un raté danois qui fait figure d’exception ?

Ce serait oublier un précédent. Espagne-Danemark, 2013. Une fessée. Pire que celle de ce weekend. 16 points d’aicar. Mais c’était en Espagne. Et les Ibères avaient l’endurance de nageuses russes ainsi que la vitesse de sprinters jamaïcains. Certains journalistes sportifs avaient alors fait quelques remarques sur la domination hégémonique des sportifs espagnols et leur consommation de viande contaminée. Ne vous inquiétez pas, personne n’osera remettre en cause le régime alimentaire de nos Experts.

Le mental des vikings est donc digne de celui d’un tennisman français. Pensons donc à naturaliser d’ici la prochaine Coupe Davis. Un grand merci à Vassili Zaitsev qui nous a transmis le numéro de la cousine Danoise de Rachel. Une info comme on les aime.

6 réflexions au sujet de « Champions d’Europe : Au four et Dumoulin »

  1. Les commentaires-hurlements de Philippe Brindelle sont un lourd tribut à payer pour une victoire de la France. Maintenant qu’on a tout gagné plein de fois et qu’on a humilié tout le monde, on pourrait pas perdre juste pour qu’il la ferme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *