La Légende SUA : Le vinaigre de Gelez

pruno4

Moins prometteur que Michalak ou Castaignède, plus qu’Aucagne et Laurent Mazas, François Gelez est probablement une star, mais on n’a pas vérifié. Le Bayonnais est surtout un jeune demi d’ouverture d’à peine 29 ans, qui fêtera la trentaine en Pro D2.

Avant, on disait Groupe B, mais le rugby est devenu un métier qui ne s’apprend pas à Tyrosse, malgré  Guy et Guy. Entre le Café de la Poste et son plat du jour, les accidents aquatiques de Ferrasse, Laffargue et Barjou, le Petit Bleu et La Dépêche du Midi, les habitués d’Armandie s’étaient pris à rêver.

Rêver que Miquel ne prendrait pas la place de leur François d’international. Rêver que Lanta et son Fabrice Lhoumeau de préparateur physique convaincraient le métronome déréglé de passer ses pénalités quand elles auraient de la valeur. Que Thierry Dumas et Nicolas Espitalier pourraient écrire que Tarbes ne resterait pas la dernière victime locale du Brennus, et que Jean-Baptiste Lafond et Fruit d’Or appartiendraient pour toujours au passé.

Il avait d’assez belles épaules pour s’étendre dans les salons de massages particuliers, trop petites pour s’envoler. Pas assez rapide, pas assez créatif, pas assez décisif. Aux Lot et Garonnais, qui se demandent encore pourquoi le SUA est tombé, qu’ils se demandent qui est le dernier grand joueur sorti par le club.  Heymans ou Porcu ? Dubroca a la réponse. Basquet aussi, mais il ne pourra pas la donner.

Ligue 1, PSG : Le Doha d’honneur

Bientôt 85 millions dépensés : la patte gauche de Leonardo sévit toujours au Parc des Princes et elle semble toujours aussi gauche.  Le PSG doit tout gagner c’est pourquoi il se donne les moyens de tout perdre.

Parce que la Ligue 1 c’était plus facile avant

Qu’il est loin le temps où le PSG survolait la Ligue 1,  quand les matches au Parc étaient gagnés d’avance, quand un septuple champion de France rendait les armes trois fois par saison, quand Paris dominait physiquement et techniquement. C’était l’année dernière. Sur l’instant, des ajustements auraient suffi, autant tout changer. A ce stade de l’été, difficile de dire dans quel mur s’arrêtera le PSG. Si le béton n’a pas encore été livré, les briques sont déjà là.  Non content de s’intéresser à tous les nouveaux Pelé et Maradona de moins de 20 ans pouvant justifier d’une sélection, le club qatari a aussi acheté. Et pas dans n’importe quel club : en équipe de France. Matuidi, Menez, Gameiro sont venus garnir les fauteuils de stars à côté de Sakho et Hoarau. Il ne manque que Cabaye, M’Vila et Rémy, Blanc pourra venir entraîner ses remplaçants au Camp des Loges plutôt que de tous les rassembler pour faire briller un Sochalien en Ukraine. Sébastien Mazure et les quelques abonnés de CFoot n’ont pas fini de vibrer.

Parce que Chantôme n’est pas arrière droit

Comment se passer de son meilleur joueur ? Autant il a toujours été simple de trouver un autre poste à Bodmer, autant il serait dommage de mettre Chantôme à droite, quand bien même  Ceara n’a jamais su ecrire C1 sur son CV. Makélélé-Chantôme au milieu, c’était la clé de voûte du système parisien. Pour mieux profiter de ses arrières-petits enfants, Makélélé a décidé d’arrêter. Chantôme aussi, sagement conseillé par Leonardo, par Sissoko qui a presque joué une saison complète en trois à la Juve et par Matuidi, qui, si ce n’est le palmarès, la technique, l’aura et la science de Makélélé, n’a rien à envier à Makélélé. Nênê a hâte de savoir lequel des deux viendra, comme Chantôme, combiner en une touche. Jusque-là, une touche ne voulait pas dire que l’adversaire remet le ballon en jeu avec les mains.

Parce que Pastore a la rage

Le recrutement de Pastore obéirait à une triple exigence : dépenser du pognon, piquer un joueur auquel le banc de Chelsea faisait les yeux doux et réunir toutes les garanties pour que le joueur reparte libre dans son club formateur à l’hiver 2012. Des rares images obtenues de Palerme, des matches amicaux de l’Argentine, de ses 39 minutes jouées au Mondial 2010 et des vieilles photos d’Huracan, on voit que Pastore sait faire des petits ponts. Autant dire le geste qu’il faut pour réussir en Ligue 1. 45 millions, c’est à peine trois fois plus qu’Okocha. S’il réussit trois fois plus que lui, c’est-à-dire s’il réussit trois lucarnes au Parc Lescure avec un équivalent de Giresse sur le banc, il ne sera qu’un demi-échec.

Parce que Hoarau ne sait plus où donner de la tête

Etonnant constat. Paris a recruté une moitié d’équipe de France A’, ce qui à une époque voulait dire Déhu, Monterrubio, Gava et Vairelles. Paris veut aussi une méga-star, aussi appelée jeune et cher Sud-américain dont Thouroude a entendu parlé par Mourad Zehidi. Sans compter les joueurs de complément mieux payés que Sakho. Le PSG se résumera donc à : deux gardiens qui vont se tirer dans les pattes, Sakho qui rattrape les conneries de Tiéné, Nênê devant. Tout change : au milieu, il y a Makélélé en moins. Devant, il y a Gameiro en plus, qui peut rêver d’un destin à la Loko, à deux différences près : il n’arrive pas au PSG comme champion de France et il la garde dans le pantalon quand il rencontre des représentants de l’ordre le soir. Hoarau aussi est toujours là et il n’est pas seul : Erding reste, Menez est arrivé, avec Pastore ça sent ce que les entraîneurs appellent une saine concurrence six mois avant leur licenciement. Pauvre Bahebeck, finir sur un but contre Le Mans en Coupe de France.

Il y a aussi l’ancien enfant chéri de la Roma et son sacré CV : des matches de Ligue des Champions, ami avec Totti, un superlatif de la Gazzetta dello Sport, ami avec Benzema, une passe décisive contre le Brésil de la Copa America. Quatre buts, trois passes décisives au total : il faut désormais réussir une saison pleine pour signer au PSG.

Carte blanche, Top 14: Le Stade terminal

Peyo Greenslip avait un frère. Le testament de notre ancien spécialiste rugby a été ouvert, hier. Il contenait une mystérieuse lettre d’un certain Richard Escroc, correspondant à Midi Pathétique. En voici l’intégralité, à vous de juger.

Dans un Top 14 où les ex petits veulent devenir grands, où les besogneux deviennent flamboyants, où les promis aux lauriers des saisons précédentes sont marqués par la guigne et la guille, ou l’absence tactique. Bref, dans un Top 14 dont le classement ressemble à celui de la Ligue 1, deux clubs sont sur la berge. L’un est déjà dans la vase, l’autre pourrait retomber de là où il vient : dans le néant.

Le SU Agen, huit Brennus, une palanquée d’histoires, de génies du crû aux vedettes exhilées. Le SU Agen et son projet 2010, qui descendait en 2007 pour la première fois de son histoire, n’a pas perdu trois ans, mais presqu’un siècle. Un début de saison où l’équipe semble manquer de tout, mais surtout d’impact, de muscles, peut-être de protéines et d’acides, certains appellent cela la densité physique, d’autres de la ventoline. Rarement une telle différence s’est vue  en Top 14. Les grandes heures de Marmande en groupe A ne sont plus si lointaines.

La formation à la française signifie-t-elle recruter des gars de nulle part pour les relancer quand on a six joueurs internationaux français de moins de 20 ans dans l’effectif, que l’on n’utilise pas ? Quitte à prendre 40 points, autant faire apprendre des pousses jeunes que des fruits mûrs. Qui a dit pourris ? Sinon, autant prendre des mecs de La Rochelle, mais reprendre Soucaze et Som, virés il y 1.000 ans, ça la foutrait mal. Rarement un promu ne fut dépassé de la sorte par Montpellier et son rugby pro Super 14. Et son entraîneur, Galthié, avec si peu de responsabilités et si mal payé qu’il pronostique les autres matches de ses collègues du Top 14. C’est ce que l’on appelle le syndrome Chabal.

Le Stade annales

Ironie de l’histoire, ce samedi, c’est le Stade français, quelques Brennus en plus (mais tous disséminés en deux décennies sur 110 ans d’histoire rugbystique désertique), qui débarque à Armandie, trois ans après avoir envoyé le SUA en Pro D2. Le Stade Français et son baraccuda de centre, dont on attendait tant, et qui s’éparpille dans son mode bulldozer, table de nuit. Le Stade français, c’est un président, qui a perdu tous ses ex amis, petits ou grands, à croire que le  feu 41 resserrait les liens. C’était au moins le cas en paires de fesses. De Dominici à Blin, de Laporte à Marconnet,  le révolutionnaire du rugby n’est pas loin de la baignoire, pas celle du Stade de france, mais plutôt celle de Marat.

Même Moscato est devenu plus médiatico sympathique que lui. Boudjellal, qui ne connaît pas plus le rugby que Di Meco ou Ewanjé-Epée,  remplit le Vélodrome de passionnés, lorsque lui remplit le Stade de France d’abreuvés du showbusiness starsystem. La différence entre le Stade français et le ErCété (on pourrait citer Bayonne, Clermont, l’USAP), ce sont ses supporters qui se nourrissent d’une histoire, d’une passion, d’une différence… Le Stade français mourra que le ErCéTé n’aura peut être pas  encore ramené sur la rade le troisième bout de bois. Mais le ErCéTé, lui, vivra toujours, tant que Mayol et ses fadas se transmettront leur âme unique de guerriers et de siffleurs débiles Made in OM. Ainsi vont les grands et les autres.

Malgré l’effectif encore imposant, avec une troisième ligne et un axe 8-9-10 de niveau international, quelques défaites de plus pourraient plonger le club définitivement dans l’anonymat qu’il mérite. Quelques défaites de plus pourraient bien fâner les beaux lys sur les maillots, les belles blondes du vieux Jean Bouin, donner envie à quelques âmes de partir voir d’autres cieux et le beau Max qui vieillit finalement plus vite que Patrick Sébastien.