Athlétisme, championnats du monde : A la poursuite d’Osaka

ambassadorthumb35uq6j9.jpg

L'étau se resserre. L'équipe de France est toujours en plein doute à un mois des Mondiaux d'Osaka. Heureusement, la reine Christine réalise les minimas ce soir…

Chaud la Arron, chaud !

Christine est de retour. Avec un 100m remporté dans un bon 11″06 à Monaco, la chère leader du sprint féminin français a survolé la barre des minimas pourtant très sélective (11″18). Rassurant, car elle n'a pas dit n'importe quoi, arguant ces jours derniers que « ce chrono, (elle) l'avait dans les jambes ». Mais inquiétant aussi, car il lui a fallu s'inquiéter et donc accélérer sa mise en forme pour accéder à Osaka. Or, les Mondiaux sont encore dans un mois et rester au top un mois n'est pas si simple. Surtout quand on a la bonne habitude de foirer ses finales. Et là, elle s'y voit déjà : « J'aime figurer de nouveau parmi les favorites d'Osaka. » Avec son temps, on ne peut pas lui donner tort. Mais en avoir conscience, c'est le début des ennuis pour elle. Heureusement, là aussi Christine s'est entraînée : elle maîtrise désormais les faux départs comme jamais…

Keitastrophique

Naman Keita, lui, vérifie l'adage inverse : rester en méforme un mois, voire plus, est tout à fait possible. Son 400m a été un modèle du genre : un départ pourri, aucune remontée et des erreurs techniques en pagaille sur les haies. Bilan, un 49″84 qui l'éloigne un peu plus des minimas (48″70). A noter, une étonnante régula-nullité, après ses 49″97 de Reims et 49″94 de Saint-Denis. « Je ne suis pas dans le bon tempo. L'approche n'est pas bonne. Il va falloir que je passe la première haie sur la jambe droite. » C'est sûr qu'avec une dyslexie en courant, ça devient impossible. « Maintenant, il faut que je me prépare tranquillement pour les Championnats de France ». Pour un podium ? Chiche !

Djhony Be Good

Pauvre Leslie Djhone. Encore une 7e place au meeting Herculis, à croire qu'il se contenterait de cette place en finale B des Mondiaux ! Ca relèverait peut-être en partie sa saison pour l'instant merdique, il faut le dire. A six dizièmes des minimas, Osaka semble loin, très loin. Il devrait demander des conseils à Keita, qui sait repérer les défauts. Pour les résoudre, non, on ne voit personne.

Lad'gît ici-bas

Où est passé Ladji Doucouré, le vrai, qui faisait peur à ses adversaires ? Tel un David Alerte, il cherche ses marques. Court sans objectif précis, sinon retrouver ses sensations perdues et son accélération. Seul signe pérenne : il est toujours aussi mauvais techniquement. Sauf qu'il ne sait plus se rattraper. Après ses 13″51 à Rome et ses 13″59 à Reims, il a explosé le chrono en 13″40. Au final, une 6e place riche en espoirs… pour lui. « Je suis content de moi. J'attends beaucoup des championnats de France à Niort (3 au 5 août). » Rappelons que les minimas, il les a. Au moins, lui ne sera pas prêt trop tôt…

Une réflexion au sujet de « Athlétisme, championnats du monde : A la poursuite d’Osaka »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *