Natation, Championnats de France : Les faits Manaudou

love.jpg

Dépossédée de son record du monde du 400 m, moins rapide que Balmy, Laure Manaudou est meilleure sur le dos. Marin et Stasiulis confirment.

Henri Sérandour a caressé Poirot toute la semaine. Si Brice Guyart continue de prendre sa bite pour une épée, la natation française ramènera de Pékin plus de médailles que l’escrime et Stéphanie Possamaï réunies. Jamais en tout cas des championnats de France n’avaient autant attiré la tension, même quand Marion Perrotin nageait en deux pièces.

Tous les consanguins de Dunkerque se demandent depuis deux jours comment Stéphan Caron a pu garder pendant vingt ans le record du France du 100 mètres. Bernard l’asthmatique a peut-être trouvé les bonnes vitamines, mais il est partageur, la Ventoline a tourné dans les cabines. Avec cinq nageurs sous les 49’’, le relais français est aussi dense que les compléments alimentaires australiens, mais l’Afrique du Sud devrait ressortir d’ici les Jeux deux ou trois recordmen du monde en puissance.

Malia Mettez-là et Franck Duboscq ont rejoint Leveaux, Muffat et Mongel au rayon des podiums olympiques potentiels ; Sébastien Bodet aura un strapontin sur China Airlines et Stasiulis a tapé Florent Manaudou en séries du 100 m NL. Sale temps pour Nimble.

La grande sœur a refait parler d’elle sans qu’aucune photo intime ne soit lâchée sur le net. Elle n’avait plus été battue sur 400 m depuis ses huit ans et demi et traîne maintenant à retardement les symptômes d’une crise d’adolescence que Le Vestiaire avait déjà relevé l’été dernier.

Grand leurre et des cadences

Il y a d’abord le rejet violent de Philippe Lucas, aussi paternel que Georges Goven avec les jeunes joueuses de Fed Cup, et un premier amour idéalisé suivi d’une fugue rebelle en Italie. Naïve, Laure Manaudou se fait larguer sans état d’âme. Le règlement de compte est puéril, le malaise psychologique grandissant pour une gamine laissée trop tôt à elle-même. Elle se console en famille, mais réalise vite que le frangin n’est pas plus intelligent qu’elle. Horter la récupère en loques à Mulhouse et lui fait nager du dos, il ne sait faire que ça.

La sportive préférée des Français croit pouvoir gagner le 400 m sur ses seules qualités, mais ça ne suffit plus, Coralie Balmy a appris à faire des culbutes. Vexée, elle abandonne la seule distance dont elle a encore le record du monde. Marie-Jo Pérec n’aurait pas fait mieux. Et si Manaudou n’allait pas plus loin que l’aéroport de Pékin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *