La Légende : Blessures de bon raille

fernandez.jpg

Alors que l'équipe de France de foot a plus de joueurs à l'infirmerie que Patrick Blondeau a pu en envoyer dans sa carrière, que Sylvain Marconnet a passé sa première étoile et que le Professeur Saillant pense faire euthanasier Ronaldo, Le Vestiaire revisite pour vous ces instants de génie.

Un filet de fumée s’échappe du bol de chicorée à moitié vide. L’air est moite et tendu. Le carrelage à peine plus chaud que la nuit montpelliéraine. Dans le salon, un vieux transistor crache le montant de la valise RTL. Jérôme Fernandez doit encore faire la sienne. Le torse couvert par le peignoir de sa femme, il a aussi bien dormi que Christine Arron avant une demi-finale de 100 m. Fichu Coca Vanille.

La grande aiguille de sa flick-flack rappelle le handballeur à ses obligations ; c’est l’heure de la douche. Pas Omeyer de sa forme, Jérôme grimpe dans la cabine les yeux mi-clos, aussi hésitant qu’un tir à la hanche de Didier Dinart. Le geste est confus, l’eau beaucoup trop chaude pour son mollet et sa main gauche. Bilan de l’opération : des brûlures au 3e degré et un forfait pour l’Euro 2000. Il ne retrouvera jamais le niveau qui faisait alors de lui l’un des meilleurs joueurs du monde.

Cornée déboule

Steve Marlet n’aura approché qu’à Tignes de tels sommets sportifs. Santini lui donne en 2004 un strapontin dans le bus des Bleus pour le Portugal. L’Europe entière se demande ce qu’il fait là avec Boumsong et Pedretti. Vexé de devoir montrer à chaque porte son accréditation aux grooms de l’hôtel, le Pithivérien se l’accroche autour du cou, en évidence, avant de se déchirer la cornée avec le coin du carton. Il n’avait pas besoin de ça.

Ana Kournikova n’aurait en revanche jamais réussi à battre Venus Williams si cette dernière ne s’était pas blessée au poignet en soulevant son sac avant d'entamer le tournoi de Rome 2002. Jim Bilba a attendu lui la fin d’un match contre l’Efes Pilsen, en 1997, pour s’arracher le pouce. Villeurbanne est à l’époque une vraie équipe de basket, capable de priver les Turques du Final Four européen. Les dernières minutes sont houleuses et la sortie du terrain se fait sous les projectiles du public. Bilba déboule tête baissée et passe par une porte-vitrée comme Jimmy Nébot à travers le match.

Contrôle consanguin

Les footeux ont presque à eux seuls le monopole d’écœure. Julien Escudé a réussi à se donner une entorse du genou en promenant son caniche ; Rio Ferdinand s’est étiré les tendons de la cheville en abusant des rediffs d’Eastenders sur le canapé du salon. L’anonyme Paolo Diogo a perdu deux phalanges dans un grillage, Santiago Canizares son tendon sous une bouteille de parfum. Coupet s’est coupé (L'Equipe®) avec la planche qui devait soutenir ses trophées et Letizi se remet encore d’une lombalgie chopée pendant une partie de scrabble avec les intellectuels du PSG. Combien de points pour consanguin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *