Automobile, 24 Heures du Mans : Pesca prolo

redbull.jpg

De notre envoyé spécial dans les paddocks du Mans

Le grand gagnant des 24 Heures s'appelle Henri Pescarolo. Depuis 1972, il n'a pas changé, Double face non plus. Pourtant, il ne court plus, et Batman n'y est pour rien.

Red Bull ne s'y est pas trompé. Dès l'annonce par l'ACO, l'organisateur des 24 Heures, de brider les Audi et Peugeot à l'avenir, la marque de boisson énergétique est devenue sponsor d'Henri Pescarolo. Pourvu qu'il n'en foute pas dans le réservoir. Le quadruple vainqueur – c'était quand il conduisait – pourrait donc arrêter de compter sur les réservoirs percés des Peugeot pour faire des podiums. La course 2008 a pourtant failli foutre en l'air la bonne nouvelle. A 6 heures, l'une des deux Logan de chez Pescarolo rentrait aux stands, mais n'en ressortait pas. La seconde a rallié l'arrivée devant des mécaniciens sereins, les sourires de soulagement remplis de rognures d'ongles.

Pesca d'or

Après trois podiums consécutifs, le bilan 2008 paraît nul à chier. Il l'est, mais pourtant une seule voiture à l'arrivée, même dernière, aurait suffit pour assurer l'avenir de papy Riton. Car à force de l'ouvrir bien grande pour gueuler, même si on ne comprend pas toujours très bien, il faut prouver sa valeur. « La fierté, c'est d'être les premiers de la catégorie essence. Même si elle n'existe pas. » Il reste des lits disponibles à l'hospice de Mulsanne.

Heureusement donc que les tanks Audi et Peugeot vont ralentir. Si on ne les arrêtait pas, ils feraient 48 heures avec Pedro Diniz au volant, sans ravitaillement et sur les jantes. Pescarolo vient de comprendre : ce n'est pas parce que David Halliday fait 306 tours que 362 suffisent pour gagner. En virant Ayari il y a deux ans, coupable de conduire du mauvais côté des vibreurs, Pesca pensait pourtant avoir fait le plus dur.

pescaalbertmonac.jpg

Les people et les politiques se réjouissent déjà du regain de Pesca : s'afficher aux côtés d'Henri sur les photos, c'est l'assurance d'être vu, puisque plus personne ne le reconnaît. Pendant ce temps-là, les mains de Luc Alphand osent un rallye raide sur les fesses de cheerleaders Tropicana, qui ne sont pas d'accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *