JO, Natation, Manaudou : Laure à la peine (1/2)

mulhouse.jpg

Ses 4’11’’ lui auraient assuré un podium aux Régionaux de Rhône-Alpes. Manaudou préfère se mettre sur le dos. Premier volet de notre analyse.

De notre envoyé spécial dans le 13e arrondissement

Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir prévenue. Le Vestiaire n’était pas encore LE Vestiaire et Gilbert Bozon n’hantait que les troquets du Sanitas quand, pour la première fois, le malaise Manaudou a pris forme sous le stylo Bic de notre spécialiste. La plus grande nageuse de l’année 2004 venait de plonger en eaux troubles, entraînée dans les méandres d’une crise d’adolescence tardive dont elle n’est toujours pas revenue.

Son 400 m de la nuit dernière est à lui seul un modèle de renoncement. Elle n’aurait pas fait mieux en restant à l’aéroport, comme nous le lui conseillions il y a un bon mois. « La natation a juste progressé sans elle et Esther Baron », écrivions-nous alors. Le constat est tellement vrai, et d'autant plus regrettable que la Française était sûrement la seule des huit finalistes à avoir le potentiel pour passer sous les quatre minutes. L'ancienne sportive préférée des Français était aussi la seule à ne pas avoir progressé en quatre ans. A la vitesse à laquelle Speedo ratiboise les performances, ça ne pardonne évidemment pas.

Manaudou a passé l’Olympiade à se détruire mentalement, tournant à son mentor le dos que Luca Marin se plaisait à photographier les soirs d’égarement, entre deux coups de fil. La parenthèse Ambérieu n’a rien arrangé, nous n’y reviendrons pas plus que Nicolas Manaudou le mérite. Même Laure a compris qu’elle ne gagnerait rien à faire croire à son frère qu’il pouvait entraîner autre chose que des cadets et des pythons.

Modeste aime Balmy

Elle n’a pas gagné davantage avec Horter, tout surpris de découvrir au printemps qu’on pouvait aussi nager sur le ventre. Seule consolation : Pellegrini dort aussi bien que Christine Arron avant ses finales. Il valait mieux qu'une inconnue anglaise de 19 ans lui prenne son titre. A part une visite guidée de la Cité interdite, Manaudou n’a plus grand-chose à attendre de son séjour à Pékin. On ne se relève pas sans mal d’un KO pareil, demandez à Darbelet.

Trois options se présentent à elle désormais :

1/ Elle annonce sa retraite, fait un gosse à Stasiulis et se remet à l'eau dans deux ans pour une dernière sortie olympique, à Londres.

2/ Elle devient consultante sur Canal, il faut bien payer le loyer. Pinault n'assurera pas ses arrières à vie.

3/ Elle retourne à Canet baiser les pieds de Philippe Lucas, le seul à pouvoir relancer sa carrière. Elle n'a que 21 ans après tout.

Coralie Balmy vote 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *