Bruits de Vestiaire

pussycat.jpg

Il aura phallus un maillot voluptueux pour qu’Albert Falette fasse parler lui. Et dire qu’il aurait pu épouser un mannequin.

Football. Fabio Capello a trouvé tout seul pourquoi l’Angleterre ne s’était pas qualifiée pour l’Euro. Ce n’était ni la faute de ses deux gardiens manchots, ni celle de l’incisive droite de McLaren, mais bien à cause des femmes de joueurs, les WAGs (wifes and girlfriends), comme on dit dans le jargon tabloïd. « C’était devenu un vrai cirque », a reconnu Ferdinand, incapable de trouver le sommeil la veille des matches avec Mesdames Cole, Crouch ou Gerrard à l’hôtel.

Tennis. On avait fini par croire, et les lecteurs de cette rubrique avec, que les joueuses de tennis, d’Ivanovic à Harkleroad, n’avaient rien à envier aux femmes de footballeurs. Une seule sortie à Hawaï a suffi cette semaine à Serena Williams pour faire tomber le mythe. Et on ne parle pas de sa position sur la planche. Que Kassia MeadorCrystal Dzigas et leurs copines lui pardonnent.

Patinage. Nous ne nous étendrons pas davantage sur les problèmes de patins de Brian Joubert, qui n’a toujours pas trouvé, depuis deux semaines, le moyen d’affûter ses lames. Tonny de Jong mérite en revanche un peu d’attention, elle dont plusieurs sites ont mystérieusement ressorti ces dernières semaines les photos d’une vieille édition hollandaise de Playboy. Ca en serait presque aussi vibrant que la musique du RPV.

Formule 1. Puisqu’il n’a visiblement rien de mieux à faire en ce moment, Lewis Hamilton s’est déjà mis aux préparatifs de son réveillon du nouvel an. Le pilote anglais et la chanteuse des Pussycat Dolls Nicole Scherzinger auraient jeté leur dévolu sur une petite maison de ville de 3 millions de livres, à Londres, avec assez de chambres pour chacune des membres du groupe (photo). Max Mosley va se régaler.

Boxe. Vitali Klitschko s’adonne après ses combats à un étrange cérémonial : il enroule ses poings dans les couches mouillées de son fils de trois ans. « L’urine de bébé est pure et ne contient pas de toxines », a révélé, sans rire, le poids lourd ukrainien après avoir décroché le titre mondial WBC. Ca faciliterait selon lui la récupération. Il faudrait juste dire à Brahim Asloum de ne pas le faire avant de monter sur le ring.

Rugby. Il avait déjà montré sa barbe aux soirées poker de Clara Morgane et prêté sa voix à un yéti de dessin animé. Sébastien Chabal, c’est la suite logique, va faire, comme Manaudou, ses débuts au cinéma dans un film réalisé par l’ancien président du FC Lourdes Christian Gion. L’histoire empruntera à la fois au rugby et à la Seconde guerre mondiale. Ca ne pourra de toute façon pas être pire que l’Allez France ! de Robert Dhéry.

Une réflexion au sujet de « Bruits de Vestiaire »

  1. Tiens, on reparle de Chabal, ça faisait longtemps… Une fumisterie, un joueur moyen bombardé superstar pour son look décalé, et parce qu’il fallait bien trouver quelque chose pour promouvoir la coupe du monde en France.
    Rasez-lui la barbe et il n’existe plus Chabal…
    Rayon cinoche, pas d’accord avec vous, Christian Gion c’est pas mieux que Robert Dhéry. Heureusement que Max Pécas n’est plus là, Chabal aurait bien finit entouré de poufs (genre photo de l’article) à St-Trop’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *