Carte blanche NBA: Complètement à l’Est

 A quelques jours du coup d’envoi de la saison régulière, notre pigiste mentaliste peu onéreux Djelil Adjaho a complété sa thèse sur le basket américain (après l’ouest la semaine dernière). Profitez-en, il en a déjà préparé d’autres.


Prédire l’avenir des 3 premières places de la Conférence Est semble aussi difficile que de deviner si le mot bénévolat fait partie du vocabulaire de Sébastien Chabal. 

Orlando et Boston: A l’est donc, Orlando fera cuire la bouffe pendant que Boston la digerera. Banc et titulaires seront soumis au même régime, celui que Miami aura décidé, si Marc Veyrat veut bien rester en Europe pour cuisiner son pissenlit.

Miami :  Le Heat n’a encore rien prouvé hormis qu’on pouvait faire une daube surcotée avec deux des plus grands acteurs de l’histoire du cinéma. Val Kilmer se demande pour qui est le compliment.  Côté parquet c’est pareil, sauf que la présence de 2 superstars sur 3 garantirait presque une happy-end  malgré une équipe totalement remaniée. Il faudra quand même leur rappeler qu’on peut aussi défendre. 

Les autres : Les autres ce sont Chicago, Atlanta, et Milwaukee, pas besoin de leur donner une ligne à chacun, personne ne sait jamais les situer sur une carte même après 7 ans de cours de géo sur les Grands lacs, 10 ans de Jordan et 15 ans d’Urgences. Ensuite parce que ce sont les mêmes équipes:  des gros qui peuvent jouer à tous les postes. Chabal apprend l’anglais; on déconne, il apprend à lire. A part ça,  pas de finales de conférences par manque d’experience, hormis Atlanta mais Jordan n’a effectivement jamais joué à Milwaukee. Chicago aura quand même un ancien assistant des Celtics aux manettes, ça rend pas forcemment Noah bon mais ça peut aider.

ll reste 2 places : Si on se base sur la présaison, Cleveland va créer la surprise et se retrouver en playoffs tout comme New York. Mais on ne se base pas sur la présaison sinon Nicolas Ouedec serait encore des nôtres. Alors on va plutot parler de la jeunesse, des physiques athlétiques, de coachs de renoms. Ça vous emmerde ? Alors pour finir amusez-vous à citer 10 joueurs de Toronto, New Jersey, Philadelphie, Detroit, Washington, Indiana et 5 de Charlotte.

  And let the game begins. (NDLR Djelil étant le seul hispanophone du Vestiaire nous ne sommes pas en mesure de traduire tous ses propos).

2 réflexions au sujet de « Carte blanche NBA: Complètement à l’Est »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *