JO Londres 2012 : Londres de Milous

France-Japon : 0-0


A quoi pensait Hiraoki Hiraoka sur le troisième podium perdant de sa carrière en autant de finales ? A son nom et son prénom qui seraient les mêmes à une lettre près ? Aux champs de coton ouzbeks qui accueilleront bientôt Sobirov à temps plein ? Au Russe d’à côté dont il n’a pas eu le temps de renifler les dessous de bras ? Sans doute un peu à tout ça mais surement pas au petit Sofiane qu’il avait humilié un peu plus tôt dans la journée. C’est dommage, car Sofiane méritait le détour. A partir de 17h30 en tout cas quand Arnaud Romera s’est approché de ce petit garçon timide mais arrogant persuadé qu’il venait de passer à côté du titre olympique. Après tout il n’a perdu que deux fois sur ses trois derniers combats. Notre ex futur champion olympique avait pourtant bien démarré sa compet: mené durant tout son premier combat face à un vigneron géorgien plus à l’aise avec ses reins que Sofiane avec le Coran en braille. Et puis à 15 secondes de la fin il a eu la bonne idée de se rappeler qu’il n’y a pas de Dojo en Géorgie. Coup de chance, il n’y en a pas non plus dans les Iles Salomon. Romera l’a suffisamment répété hilare devant les mouvements approximatifs de Tony Lomo au tour suivant.

Lomo sexuel

Jossinet aussi rigolait, peut-être le souvenir de Brognard s’en foutant plein le pif sur une île déserte mais avec plein de caméras. Quelques minutes plus tard on s’apercevait que le judo de Milous ressemblait terriblement à celui de Lomo face à un Japonais originaire d’Hiroshima, comme c’est original. Et là ça faisait moins rire Romera. La suite suffira à la médaille d’or de Sofiane : Milous qui mène et qui se fait reprendre, Milous qui perd au golden score mais qui est repêché grâce à son coude. Milous qui n’attaque plus et 3 drapeaux blancs. Manque de chance, le kimono de Sofiane était bleu. En tout cas avant qu’il urine dessus durant sa finale olympique face au meilleur judoka de la catégorie : Sobirov. Ce qu’il était avant de se faire contrer par le Russe en demi-finale. C’est souvent celui qui a le moins envie des mines de sel qui s’impose. En France la seule torture c’est le visage d’Arnaud Romera, Sofiane saura s’y faire : « Pour la troisième place j’étais démotivé. Le titre olympique c’était un rêve de gosse. » Qui n’a jamais rêvé d’être Président de la République  ou astronaute ? Même Marie-Christelle Maury a sans doute rêvé de ne pas être reléguée à la gymnastique ou pourquoi pas d’être jolie comme Pérec.

Pendant ce temps-là Payet pleurait, sans doute d’émotion car elle a fait aussi bien que Jossinet à Pékin. On se demande bien pourquoi Jossinet n’a pas combattu, on aurait au moins su pourquoi elle ne disait rien d’intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *