Lacourt : Le silence des Agnel

L’un est un champion olympique, l’autre 4e. L’un a 20 ans, l’autre 27. L’un ne sera plus battu, l’autre c’est bien possible. Pourquoi c’est l’autre la star ?


Mais comment le titre a-t-il pu lui échapper ? Dans une piscine pleine d’Américains, le plus dur était fait, c’était lui le beau gosse. Il avait tout : le couloir, le melon et même la Miss France. Mais en natation le temps compte aussi et on ne peut pas dire à Nelson un soir de finale : « Ca coince. J’ai fait une super année mais tout ne s’est pas mis en place. » On ne peut pas dire non plus : « C’est frustrant, ça fait chier mais c’est le sport » alors qu’il n’y a rien de frustrant à nager à son niveau de 2012, un niveau de merde. Ne pas savoir toucher ne lui ressemble vraiment pas. Avoir un tel sourire pour éjaculer si vite, c’est suspect. 52’75 en mars, 54’18 début juillet, aussi. Inverser aurait valu l’argent, mais après tout, tous les Camille ne sont pas des machines, chacun a droit à une saison minable en année olympique : 53’51 en série, 53’03 en demie, 53’08 en finale. Au-delà de la médiocrité des temps, c’est aussi constant qu’un pic de forme.

Camille muffin

Ca permet d’aller voir Nelson deux fois la veille avec des cheveux humides à se faire pamer cinq putes à la sortie d’une boite de nuit réunionnaise et même de lui dire qu’on vise l’or, mais ça ne garantit pas qu’après la finale l’homme aux cheveux sepia ne prendra pas son air affligé en attendant Agnel. Nelson n’a pas manqué de faire son boulot en lui demandant ce qui s’était passé pour décevoir autant la France si fière de son Yannick ce grand homme dans et en dehors des bassins et ce sex-appeal à faire frémir Yoann Gourcuff. Alors Camille a répondu bravo Yannick. Que pouvait-il dire ? Qu’il fallait pas s’enflammer parce qu’en 2011 il faisait 52’44 en mars et 52’76 en finale du Mondial ? Ou qu’en finale du Mondial être ex-aequo avec Stravius c’était déjà un pipi maillot ? C’est quand même pas compliqué d’être une putain de star : il suffit d’être le meilleur un soir tous les quatre ans, même Bernard l’a fait. Tout n’est pas fini : les Europe reviendront vite, les 52’11 aussi. Agnel, il fait quoi, 2,02m ? Bon, il avait 2,05m d’avance. En fait, mieux vaut être intello, prognate et avoir la gueule de Lloris pour batifoler dans l’eau. Mais juste entre hommes.

Pendant ce temps-là, Muffat bourrée ne mettra qu’une seconde sur 200.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *