Rennes : Breizh anatomie

Voilà pourquoi Rennes sera favori contre Saint-Etienne.


Vous pensiez qu’une équipe de Coupe qui fait trois demi-finales et deux finales en quatre ans est une équipe de Coupe ? Que l’expression une « équipe de Coupe » serait une fumisterie de plus pour les esprits faibles ?  Ce serait bien mal connaître la Bretagne et ses équipes de Coupe.  Rennes par exemple, un club qui a été élu, plusieurs années de suite, meilleur centre de formation. Les critères sont fiables : si Yoann Gourcuff n’est pas encore au Barça c’est sans doute parce que son père l’a pistonné. Si Danzé n’est pas encore au Real Madrid c’est sans doute parce qu’il veut soulever la Ligue des Champions avec son club de cœur. On y apprend à jouer plus ou moins bien au foot et à bien accueillir les attaquants de Montpellier ou Lens qui finissent inévitablement par ajuster l’effectif conseillés de temps en temps par Charles Biétry. En même temps quel club ambitieux pourrait résister : ils ont pour eux d’avoir réussi une bonne demi-saison. Ceci explique cela, et ça explique peut-être aussi les quatre buts d’Evian le week-end dernier. Qu’on mette un Roumain, un Corse ou un Breton sur le banc, ça finit pareil : les enfants du club prêtent leur Rolex à des amies qui n’en étaient pas. Trop gentils. Dalmat il a pas beaucoup joué, mais au moins il conduisait bourré. Rennes s’avance vers son dixième top 10 en 10 ans. Mais le mardi et le mercredi c’est toujours tennis ballon.

La route de Lorient

Il y eu aussi, avant, l’époque où ne se posait la question de savoir si Rennes faisait une bonne ou une mauvaise saison quand ils finissaient dixièmes. Ils finissaient 20èmes. C’est l’époque où Rennes était la seule équipe à recruter des stars brésiliennes, c’était avant Lucas, elles s’appelaient Baltazar. Ca garantissait du spectacle avec parfois des 0-0, en crypté sur Canal pendant 90 min et souvent des défaites en clair dans Telefoot pendant 3min, la veste trop large de Jaillant en bonus. Aujourd’hui, Rennes est donc devenue la meilleure équipe de Coupe bretonne, à part Lorient bien entendu qui avait réussi à en gagner une en 2002 l’année où Gourcuff se faisait virer de Rennes tout en ayant profité de l’occasion pour  fourguer son gosse au centre de formation. Après avoir perdu en finale contre une Ligue 2 en 2009, ils ont perdu en demi à Quevilly en 2012. C’était du National ce coup-ci, mais c’était CFA lors de l’élimination de 2010, alors du calme. Au cas où il y aurait encore un doute sur l’irrésistible mentalité rennaise, Reims avait sorti Rennes à Rennes en marquant 4 buts en 2011. Vous savez, 2011, quatre ans après 2007, quand Rennes avait pris un but à la dernière seconde du dernier match de la saison, qui lui évitait les sueurs d’un tour préliminaire de Ligue des Champions. Ca n’arrivait jamais avec Le Millinaire, mais c’était de la D2.

Pendant ce temps-là, Saint-Etienne a quand même de bonnes chances de descendre Delamontagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *