100m haies : Billaud dégradable

Le nom de 100m haies ne vous dit peut-être rien. A nous non plus, alors on a enquêté.

freak4

Pour résumer sans caricaturer, l’essentiel est de savoir que pour courir en moins de 12″50, il faut en règle générale être dopée. Réaliser un tel temps à plusieurs reprises lève les derniers doutes. Comme toujours, c’est grâce à la bienveillance des athlètes de l’Est dans les années 80 que ce principe a pu être posé. Ainsi le plus joli d’entre eux s’appelait Yordanka Donkova et ses 12″21. Ensuite il y eut Ludmila Narozhilenko qui mangeait aussi vite qu’elle sautait et du coup elle ne fit pas gaffe aux stéroïdes qui composaient son assiette en 1993. Elle ne revint de pénitence qu’en 1996 , et la sanction était allée si loin qu’on l’obligea à prendre la nationalité suédoise. Elle devint Ludmila Enqvist et devinez quoi, elle était aussi forte voire meilleure. Comme quoi une fois de plus les bienfaits du dopage sont à nuancer. Durant son absence c’est un mutant, mi-homme, mi-monstre, mi-tricheuse qui avait prospéré.L’une de ces trois identités n’ayant jamais été prouvée. Et c’est ainsi que la discipline ressemble, depuis, davantage au cirque qu’à de l’athlétisme.

Malgré ces désordres de la nature, en France, c’est pourtant le 100m haies qui a accouché de deux des plus grandes championnes de l’histoire de l’athlé tricolore. La vraie championne d’abord, Monique Ewanje-Epée, qui tel Ladji Doucouré, rivalisa avec les agents tératogènes pour atteindre les 12″56 et le titre de championne d’Europe. L’autre championne, celle qui l’était pas vraiment, Patricia Girard, a tout de même décroché une médaille de bronze olympique. Ce qui est quand même un exploit car elle n’a jamais eu le niveau pour ça. Aujourd’hui la France possède toujours deux athlètes de très haut niveau dans la discipline. Enfin c’était le cas, jusqu’à début août et la découverte que dans notre pays aussi on peut se tromper de rayon en achetant son déjeuner.

Elle s’appelait Alice Decaux, avait eu une progression régulière, mais en 28 ans elle n’avait jamais atteint un niveau honorable pour figurer correctement dans une compétition. Et brutalement un jour de juillet elle a abattu de 20 centièmes son record personnel en détruisant au passage sa crédibilité. On triche, on paye, jusqu’ici rien de choquant, si ce n’est qu’elle n’est pas la seule à avoir miraculeusement découvert le talent. Cindy Billaud s’est aussi métamorphosée mais en beaucoup plus fort. Et son parcours de galérienne est encore plus étonnant. Car avant de frôler le record de France d’Ewanje-Epée, elle n’avait approché que le ridicule et les contre-performances. Alors quel accident a-t-elle subi pour devenir aussi forte ? Car il ne fait aucun doute que Cindy a désormais les moyens de rivaliser avec les bêtes de foires. Souhaitons lui d’être une championne et rien de plus. Patrick Montel se chargera du reste.

7 réflexions au sujet de « 100m haies : Billaud dégradable »

  1. Je trouve cet article aussi nul que son auteur, de quel droit on ose incriminer une athlète qui a travaillé très dur pendant les entraînements au détriment de tout, l’auteur a t-il assisté a ses entraînements pour constater comment elle souffrait et combien d’heures elle passait sur la piste, je présume non, mais voilà, j’aimerais dire a tout le monde qu’Alice Decaux a progressé de la manière régulière la plus normale, elle a travaillé et souffert pendant ses entraînements et souvent au bi quotidien pour gagner 25 centièmes en 2 années, c’est clair comme la lune et il n’ y ‘a aucun secret à cela. Sa seule erreur c’est d’avoir pris un compliment alimentaire de 49 Euros en vente libre dans les commerces en France et non prohibé et son tort aussi ne pas avoir consulter son coach afin qu’il puisse la conseiller et rentrer en toute circonstance avec le médecin de la fédération. En connaissance de cause, je peux vous dire que ce compliment alimentaire n’a nullement et aucune efficacité dans l’amélioration de la performance, croyez vous qu’on vende la performance pour 49 Euros, je ne le pense pas du tout. Alors, je vous demande d’être raisonnable, Monsieur l’auteur de l’article, et n’avancez jamais une chose dont vous n’avez aucune certitude sur les faits réels.

  2. Un mot pour qualifier cet « article » (le mot torchon eût été plus approprié): Diffamatoire! !
    Heureusement pour son auteur,celui ci est trop insignifiant pour que le justice ne s’intéresse à lui…

  3. Vous semblez bien maîtriser votre sujet. A quel moment est-il diffamatoire ? Quand on espère que tout ça soit naturel ? Quand on se contente de relayer des faits, des condamnations et des évolutions de performances ? Ou quand on dit que Patricia Girard n’a jamais eu le niveau ?

  4. La rédaction du Vestiaire informe son aimable lectorat qu’elle reprendra ses activités à l’occasion des Jeux Olympiques d’été…quand ils se tiendront en France à une date qui n’est pas encore fixée.
    Dans cette attente, elle prie ses 3 lecteurs assidus de bien vouloir patienter et demande au plus âgé d’entre eux de ne négliger aucune piste médicale afin d’assurer sa survie jusqu’à cette échéance.

  5. Etant je crois bien l’un des 3 lecteurs assidus du Vestiaire, je tiens à vous apporter publiquement (salut amical aux 2 autres) mon soutien face à ces quelques visiteurs égarés sur le site qui contestent votre honnêteté!
    Merci pour le lien vers la divertissante fiche wiki de Ludmila Enqvist…
    J’attends maintenant votre bilan des Championnats d’Europe!
    Très cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *