A quoi servent les Jeux olympiques d’hiver : Corée graphie

En attendant le retour du Vestiaire après quelques années de vacances, la photo de famille de France télés a réveillé notre ancien redacteur en chef en pleine nuit. Si Alexandre Boyon avait mesuré moins de 2m34, seul son nez serait apparu sur la photo. Pourquoi tant de haine ? 

© facebook Ftv

Une photo

Et encore, la meilleure journaliste du service des sports depuis bien longtemps, mais condamnée à vivre dans le corps d’une femme de plus de 40 ans n’ayant jamais fait partie de l’équipe de France de judo, Marie-Christelle Maury, pour se faire une place sur cette gentille photo de famille, a été contrainte de caresser les frêles épaules de Thierry Bisounours et de Carole Montillet. Coutume locale probablement. Heureusement, Patrick Montel, entre deux vidéos facebook, les yeux globuleux collés à l’écran, pour vanter ses valeurs « pas sa petite gloriole personnelle mais le handisport, la lutte contre le racisme et contre l’hyperprofessionnalisation du sport », a pris le temps de se mettre bien en évidence au premier rang.  Sans doute pas pour sa petite gloriole personnelle. Et rien sur la fille de Tout le Sport (TLS pour les intimes) ? Non.

Une image

Si on ne devait retenir qu’une image de cette cérémonie d’ouverture ce serait bien évidemment ces anneaux olympiques réalisés à l’aide de drones pendant que le président du Comité International Olympique Thomas Bach se demandait, dans un Français des années 40 parfait si, après tout, la corruption n’avait pas du bon même s’il se les gelait. Evidemment on plaisante, il avait même une bonne grosse doudoune. A part ça, le gars qui chante Gangnam Style est toujours le Coréen le plus connu de l’histoire et Martin Fourcade avait le sourire.

A quoi servent les Jeux d’Hiver ?

Jean-Claude Killy. Durant quelques millénaires, les Olympiades enneigées se sont résumées à son nom. D’abord par ses médailles d’or grenobloises en 68 à une époque où il faisait encore bon vivre à Grenoble. Ce qui n’est pas tout à fait vrai puisqu’il n’a jamais fait bon vivre à Grenoble. Pas de quoi donc blâmer Calogero et sa chanson « Plus jamais ».  Puis Killy a invité Platini à Albertville en 92  dans un décor majestueusement bizarre signé Philippe Découflé. On se souvient vaguement de Candeloro déguisé en Parrain à Lillehammer chutant sur son dernier saut et de Crétier découvrant qu’il savait tenir sur des skis en pleine nuit à Nagano. Depuis il est bien difficile de retrouver un moment marquant puisque Surya Bonaly, retraitée des patinoires, n’avait plus l’occasion de tomber ailleurs que dans sa salle de bain ou les escaliers et que les règles du patinage artistique ont changé. Désormais la triche n’est plus le seul critère technique de notation.

Qu’attendre de Pyeongchang 2018 ?

La paix dans le monde ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *