L’Edito : Chandelles in the wind

Après la Roumanie latine, l’équipe de France de rugby se frottera samedi à la Roumanie du Pacifique. Une défaite par moins de 15 points d’écart est souhaitable. Le choix de Sochaux n’est pas anodin, les Islanders joueront sans anorak et sans Christophe Lambert.

Le Vestiaire se dit parfois que s’il était rémunéré à hauteur de ses compétences, il pourrait offrir à son trésorier une vie de Christian Bîmes. Ce n’est pas Lyon qui nous démentira. Ni Monaco, qui a du soucis à se faire. Les hommes de Wenger, Tigana et Puel n’ont pas été capables de mettre quatre buts là où le grand Metz en a mis trois. Mais personne n’est dupe, à voir Juninho se décrocher le poumon à la 92e minute, l’OL est sans aucun doute en train de préparer la Ligue des Champions. Depuis quand le fantôme du Bayern n’a-t-il pas mis huit buts en un match ? Heureusement Fred est un bon joueur, c’est Sacco qui le dit, ça doit donc sûrement être vrai. Et que penserait-il des branlées prises par Tsonga, à qui tout le monde promettait le Masters quand notre spécialiste évoquait un gala de fin de saison ? Même Nadal est déjà parti en vacances en livrant un gros indice sur la valeur de la Coupe Davis. Le seul intérêt de la déroute sans importance du nouveau Noah en sucre d’orge, aura été de lui permettre de dégonfler son gros boulard qui ne manque jamais une occasion de faire son retour. Golmard était à l’abri, Simon moins. Nous ne sommes pas innocents, notre futur nouveau site internet non plus. Et les nouveaux torchons de la presse sportive ?

Pendant ce temps-là, le PSG est en procédure de divorce. Qui aurait pris Makélélé, Giuly, Hoarau ou Sessegnon ? Qui n’aurait pas viré les autres ? Que Villeneuve se rassure, Wiltord est encore sur le marché.

4 réflexions au sujet de « L’Edito : Chandelles in the wind »

  1. Je suis d’accord avec vous sur toute la ligne sauf sur Jo Tsonga. Un sportif qui affirme qu’il veut gagner et qu’il n’a peur de personne. Cela ne veut pas forcément dire qu’il a le “boulard”. si tous nos sportifs faisaient preuve de cette confiance,nous aurions pls de résultats.

  2. Vous avez raison, Tsonga a confiance en lui et c’est très bien, c’est d’ailleurs la caractéristique commune de nos 3 winners de l’année. Curieusement Gasquet n’arrive pas à prendre le melon et stagne, cherchez l’erreur. Cependant, cette confiance est si solide qu’elle entraîne deux défaites anecdotiques mais réelles contre des Top 10. Et comme il l’a expliqué lui-même, il n’avait plus le jus mental pour se battre. C’est ce que l’on peut appeler la grosse tête. Si après une victoire il n’a déjà plus l’envie c’est assez inquiétant pour la suite. Mais relativisons, le Masters tout le monde s’en branle.

  3. Nous sommes donc au moins 3 à donner la même analyse sur le prestige de Shanguaï. Nelson Monfort, Le Vestiaire, un ancien stagiaire : le doute m’envahit …
    Reste que ce tournoi peut devenir un formidable fer de lance pour la saison à venir quand on sait que Melbourne n’est pas si loin et la coupure hivernale si brève. Je pense à Murray, à Djokovic, qui prendraient la vlaine habitude de taper le fantôme de Federer à force. ^^ Enfin je dis ça je dis rien, la fin de saison tennistique est devenue aussi déroutante quela ligue Thiriez. Et il est difficile d’en tirer des enseignements durables. Reste qu’il ne vous aura pas échappé que Metz (bravo à elle) a battu l’équipe C de Lyon et que pour Saint-Etienne – malgré une 5e place légitime au vu de l’effectif mais flatteuse au vu de la gestion – n’était pas à l’abri d’une utopique place de relégable et c’est pas faute de vousavoir prévenu entre 2 foutages de gueule. Roussey parti, les Verts n’auront aucun mal à remnter malgré une défense catastrophique, le niveau des autres étant assez brillant pour marquer moins de points. A commencer par Nantes, pourtant débarassé de Le Dizet …

  4. L’équipe C de Lyon ? Nous vous rejoignons sur le fait qu’il serait souhaitable que l’équipe alignée eût été la réserve de la réserve. Et nous comprenons que le niveau global de Lyon, quels que soient les joueurs en place vous fasse penser au mieux à une équipe de national. Malheureusement, dans les faits, l’OL évolue encore en Ligue 1 et c’est bien le sosie de cette équipe qui a pris une branlée : Cris, Grosso, Ederson, Juninho, Keita, à un degré moindre Kallstrom et Makoun qui a avantageusement remplacé Fabio Santos, ça ressemble fortement au tenor de Ligue des Champions. 7 sur 11, avec Vercoutre et Piquionne, il ne reste guère que Gassama et Faure, nous vous l’accordons au morphotype trop léger, pour prétendre au CFA. Il y avait pourtant Mounier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *